AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.01 /5 (sur 2101 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Villefranche-sur-Saône , 1979
Biographie :

Annelise Heurtier est une écrivaine française, auteure d'ouvrages pour la jeunesse.

Elle a écrit près de 30 livres pour des publics variés, des premières lectures jusqu’aux romans pour adolescents.

Parallèlement à une prépa HEC suivie d'une école de commerce qui la conduisent à travailler dans le marketing et le management, Annelise Heurtier commence à écrire des textes à destination de la jeunesse.

Elle se lance dans le monde professionnel en 2007 et écrit son premier texte. Quelques mois plus tard, elle publiait son premier roman, "Sidonie Quenouille", aux éditions du Rouergue. Il a obtenu le 2° Prix du Journal des Instituteurs 2008.

Elle a reçu de nombreux pris pour son travail, notamment pour "Sweet Sixteen" (éditions Casterman, 2013), Prix NRP de littérature jeunesse 2014, ou "Le carnet rouge" (éditions Casterman, 2011).

En 2015, avec "Refuges", elle revient sur les destinées des migrants ralliant l'Europe depuis la Corne de l'Afrique.

Annelise Heurtier a habité Tahiti, en Polynésie française, pendant plusieurs années, avant de rentrer en France en 2016. Aujourd'hui, elle vit avec son compagnon et ses deux enfants à Dijon.

son blog : http://histoiresdelison.blogspot.fr/
+ Voir plus
Ajouter des informations

Entretien avec Annelise Heurtier, à propos de son roman La fille d’avril.


Le nouveau roman d’Annelise Heurtier (auteur de Sweet sixteen et Le carnet rouge) est une plongée fascinante au cœur des années 60 à travers le regard d’une jeune fille en lutte avec une société en plein bouleversement.



On suit dans votre roman l`histoire de Catherine qui a osé remettre en question l`égalité homme-femme grâce à sa passion, la course. Si vous aviez vécu dans les années 1960 comme Catherine, pensez-vous que vous auriez eu autant de courage qu`elle et que vous vous seriez imposée en tant que jeune adolescente comme elle le fait ?

Il est toujours difficile de dire ce que l’on aurait fait à la place de quelqu’un… surtout quand il s’agit d’un contexte, d’une époque différente. On ne peut pas répondre à cette question avec un regard de 2018.Je n’ai pas eu la même éducation et les choses ont bien changé depuis.
Mais honnêtement, je pense que je n`aurais pas eu le courage de Catherine. Je crois que j’aurais eu peur de tous les dangers que l’on associait à la course à pied !


Etait-ce plus « compliqué » en termes de recherches que vos précédents romans ?

Non, pas vraiment. La plupart de mes romans nécessitent beaucoup de recherches documentaires pour retranscrire des époques, des lieux que je ne connais pas. Pour ce projet, j’ai eu la possibilité d’interroger des femmes qui avaient 16 ans dans les années 60 (merci à elles : Annick, Danielle, Marie-Paule, Marie-Claude et beaucoup d’autres) alors c’était presque plus facile que d’habitude. Cela m’a permis de confirmer ou d’infirmer les éléments que j’avais pu trouver sur internet, dans des reportages d’époque ou dans des documents.


Vous avez déjà écrit de nombreux livres. En voici quelques-uns : Envole-moi, Là où naissent les nuages,  Le complexe du papillon, Sweet sixteen, et bien sûr La fille d`avril. Dans ces romans, le personnage principal est la plupart du temps une femme. Est-ce un choix particulier ?

Je ne sais pas trop. Ce n’est pas vraiment intentionnel. A mon avis, j’ai l’impression de sonner plus « juste » si je me mets à la place d’un personnage féminin… parce que je suis une fille, tout simplement.


Vos romans sont généralement assez engagés, ils défendent presque toujours un sujet, si je ne me trompe pas. Pourquoi un tel choix ?

Je ne me définis pas comme une auteure engagée, je ne crois pas avoir cette prétention là. J’écris simplement sur des sujets qui m’interpellent en tant que citoyen, en tant que personne. Je n’ai pas non plus la prétention de faire passer des messages. Qui serais-je pour oser le faire ? Chacun doit construire sa propre pensée. Par contre, si je peux susciter cette réflexion par le choix de mes sujets, c’est tant mieux. C’est aussi le rôle de la littérature, surtout quand on s’adresse à des êtres en construction !


Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de faire de la littérature jeunesse ?

Cela ne s’est pas fait de manière intentionnelle. Mes premiers écrits n’étaient pas destinés à être publiés, ils s’adressaient à ma petite nièce de 9 ans. J’y ai pris goût et j’ai continué sur cette lancée. La littérature de jeunesse est très riche et est un vrai challenge. Je la pense plus exigeante que la littérature générale, d’ailleurs


Aviez-vous l`idée de faire un roman très féministe depuis longtemps ou est-ce une idée toute récente ?

C’est une idée récente. Je pioche mon inspiration dans mon quotidien, je repère des « graines » que j’essaie de faire fleurir ! J’ai trouvée celle-ci en 2017, quand on a beaucoup parlé du cinquantième anniversaire du marathon de Kathrine Switzer. Etant moi-même coureuse, il m’a semblé que cette graine avait un potentiel de floraison intéressant.


Beaucoup de lecteurs critiquent positivement ce roman sur Babelio : « Une pépite ce roman », « J`ai adoré ma lecture », « Annelise Heurtier a su me surprendre et me séduire », vous attendiez-vous à un tel succès ? Est ce que le féminisme est un sujet que vous auriez envie de mettre en avant à nouveau dans un prochain roman ?

Non, je ne m`attends jamais à quoi que ce soit… cela m’évite d’être déçue ?
A vrai dire, j’ai toujours peur que le sujet, ou en tout cas la manière dont je me l’approprie, ne soit pas intéressant !
Je ne sais pas si j’aborderai de nouveau le féminisme dans un prochain roman. Cela dépendra de la graine que je sélectionne !



Quelques questions à propos de vos lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Il n’y en a pas vraiment puisque je n’ai jamais pensé que je deviendrais auteure. Par contre, j’ai des souvenirs très marquants de livres que j’ai lus lorsque j’étais enfant ou adolescente. En primaire, j’ai dévoré Roald Dahl. Ensuite, en 5°, il y a eu Le parfum, de Patrick Süskind, qui m’a fait découvrir le pouvoir des mots. Je le relisais chaque année, c’était une sorte de rendez-vous que je ne manquais jamais. Et il y a eu Émile Zola, bien sûr ! Les Rougon Macquart, tome 7 : L`assommoir ...un très beau souvenir.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Je vais dire Roald Dahl. Je connaissais par cœur tous ses livres.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Le parfum, de Patrick Süskind.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Il y en a beaucoup ! Dernièrement, je me suis fait ce reproche à propos de Guerre et paix de Léon Tolstoï  et L`Iliade et l`Odyssée  d`Homère. Mais je les ai chez moi, donc je vais m’y mettre !


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

C’est une question difficile… car il faut que ladite perle soit méconnue ? Peut-être la trilogie de Célestine Hitiura Vaite ? L`arbre à pain, Frangipanier et Tiare. Superbe, pour qui connait un peu la Polynésie.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Il n`y en a pas. Je suis très cliente des classiques.


Et en ce moment que lisez-vous ?

En ce moment, je lis beaucoup de romans et d`essais sur le Japon, car c’est le sujet de mon prochain roman ! Je relis également avec mon fils Les Pilleurs de sarcophages, que j’avais lu au même âge que lui.

Découvrez La fille d`avril  d`Annelise Heurtier aux éditions Casterman :





Entretien réalisé par Camille Bobroff.


étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La fille d'avril
Citations et extraits (382) Voir plus Ajouter une citation
wiggybis   07 février 2014
Sweet sixteen de Annelise Heurtier
La stupidité était la chose la mieux partagée au monde.
Commenter  J’apprécie          394
murielan   24 avril 2013
Sweet sixteen de Annelise Heurtier
Une foule incroyable était massée devant l'école. Les trottoirs étaient noirs de Blancs.
Commenter  J’apprécie          380
claireo   06 octobre 2017
Là où naissent les nuages de Annelise Heurtier
C'est là-bas que je me suis trouvée, là où naissent les nuages.
Commenter  J’apprécie          380
marina53   08 septembre 2016
Sweet sixteen de Annelise Heurtier
– Qu’ont-ils à y gagner, au fond? Pourquoi est-ce qu’ils tiennent tant à nous maintenir dans cette position? Est-ce qu’ils ont peur de nous?

– Sûrement, répondit Shiri après quelques instants. Le drame, finalement, c’est que l’on vit côte à côte, mais pas ensemble. On ne se connaît pas.
Commenter  J’apprécie          310
orbe   14 avril 2013
Sweet sixteen de Annelise Heurtier
L'intégration était suspendue? Peutêtre que cela valait mieux, après tout. Sa vie redeviendrait comme avant. Injuste, mais normale et rassurante. Avec des écoles minable, mais sans menaces de mort au téléphone.

Blottie dans l'odeur de sa grand-mère, elle sentit pourtant que la déception prenait le dessus. Quand, à son tour, elle serait grand-mère, elle n'avait pas envie de se retrouver à devoir expliquer à ses petits-enfants pourquoi ils ne pouvaient pas aller au parc d'attraction avec les blancs.
Commenter  J’apprécie          300
marina53   08 septembre 2016
Sweet sixteen de Annelise Heurtier
Il fallait persévérer. Montrer à tout le monde que les Noirs n'étaient pas des victimes ou des lâches. Que l'espoir et le courage n'avaient pas de couleur.
Commenter  J’apprécie          300
Ziliz   09 octobre 2017
Le carnet rouge de Annelise Heurtier
Ça me rappelle cet article que j'avais trouvé dans l'un des magazines de psycho qui traînent toujours au salon. Ça m'avait marquée. L'article disait qu'on reproduisait souvent ce que font nos parents pour les excuser inconsciemment, ou légitimer leur conduite.

(p. 122)
Commenter  J’apprécie          280
Jumax   04 septembre 2014
Là où naissent les nuages de Annelise Heurtier
"C'est très beau, très sauvage. On dit que c'est là-bas que naissent les nuages."
Commenter  J’apprécie          260
Annelise Heurtier
claireo   06 octobre 2017
Annelise Heurtier
La ville donnait une impression d’anarchie architecturale totale. De grands buildings flambant neufs côtoyaient de petites yourtes.
Commenter  J’apprécie          250
Jumax   03 septembre 2014
Là où naissent les nuages de Annelise Heurtier
"Normalement, les gamins de riches, ils sont toujours ravissants. L'argent, ça rend charmant, on le voit dans les magazines.[...]" En arrivant chez moi, j'avais terminé le troisième pain au chocolat. Dans mon estomac, un kilo de beurre s'attaquait à dissoudre mon chagrin.
Commenter  J’apprécie          230
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Annelise Heurtier Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

"Sweet Sixteen" de Annelise Heurtier

Dans l'histoire, qui est la narratrice noire ?

Allie
Molly
Grace
Lily

5 questions
224 lecteurs ont répondu
Thème : Sweet sixteen de Annelise HeurtierCréer un quiz sur cet auteur
.. ..