AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 135 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Toronto , le 01/01/1961
Biographie :

Gil Adamson est l'auteur de nombreuses nouvelles, parues dans des revues littéraires.

Elle a publié deux recueils de poésie, "Primitive" (1991) et "Ashland" (2003), ainsi qu'un recueil de nouvelles sous le titre "À l'aide, Jacques Cousteau" (Help me, Jacques Cousteau, 1995).

Elle a publié également une biographie de l'actrice Gillian Anderson, "Mulder, c'est moi" (Mulder, It's Me, 1998), coécrite avec sa belle-sœur Dawn Connolly.

"La veuve" (The Outlander, 2007) est son premier roman. Il a reçu le Drummer's General Award en 2007, ainsi que le Hammet Prize for Crime-writing et le ReLit Award en 2008.

Elle vit à Toronto avec l'auteur Kevin Connolly (1962).

Source : www.christianbourgois-editeur.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Gil Adamson nous parle de "La veuve" .
A 19 ans, Mary Boulton est une fugitive : elle vient de tuer son mari. Dans sa cavale fiévreuse, la silhouette frêle et sombre n'a qu'une légère avance sur ses poursuivants, deux géants roux assoiffés de vengeance, ses beaux-frères. En ce début de XXe siècle, au coeur de la nature indomptée des Rocheuses de l'Alberta, "la veuve", à la lisière de la folie, devra apprendre à survivre. Et à se découvrir... Un western au féminin, épique, poétique.
+ Lire la suite

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
MissG   01 janvier 2016
La veuve de Gil Adamson
Quelle folie d'accueillir un homme dans son cœur, de lui concéder un tel pouvoir.
Commenter  J’apprécie          70
Aifelle   14 juillet 2016
La veuve de Gil Adamson
Et soudain elle comprit qu'elle avait rejoint le pont des Indiens. Debout dans les jeunes pousses vertes, elle en eut le souffle coupé, cependant que, en hauteur, résonnaient des voix. Elle resta un moment immobile. Derrière elle, le pont, délicat, semblable à une toile d'araignée. Elle se figea, s'exhorta à desserrer les doigts pour laisser tomber la carabine. Mentalement, elle évaluait le pont qui s'affaissait au milieu, l'écorce humide et glissante qui attendait ses bottes, les cordages servant de main courante à moitié moisis. Les trembles tombés enjambaient le vide, et on voyait leurs racines dénudées. Le pont supporterait-il son poids ? Celui de ses poursuivants ? Elle comprit qu'elle n'atteindrait jamais l'autre côté la carabine à la main
Commenter  J’apprécie          20
jmquentin   14 juillet 2014
La veuve de Gil Adamson
La grand-mère de la veuve était elle-même convaincue des effets délétères de l’instruction – un trop grand afflux de sang à la tête risquait d’endommager le système reproducteur des femmes. Comme preuve de ses dires, elle invoquait l’exemple de femmes sans enfants ayant fréquenté l’université. « Et pourquoi n’ont-elles pas d’enfants ? demandait-elle. Parce qu’elles en sont incapables. »
Commenter  J’apprécie          20
pompimpon   10 octobre 2018
La veuve de Gil Adamson
Un aigle solitaire décrivait des cercles paresseux, à l'affût de quelque invisible curiosité. Debout, à la lisière du campement, la veuve frissonna. Deux ou trois centimètres de neige mouillée recouvraient tout chose. Ses bottes aussi étaient mouillées. L'air était si limpide qu'elle apercevait à travers les arbres une lointaine chaîne de montagnes. Crénelées de neige, elles formaient une palissade qui courait vers le néant. L'aigle aux ailes noires flottait au-dessus de la veuve ; il penchait sa tête pâle pour l'observer. Puis il disparut dans la masse verte indistincte des arbres, aussitôt suivi de moineaux minuscules. Pépiant d'un air triomphant, ils se lancèrent à la poursuite du monstre, comme si c'étaient eux qui l'avaient fait fuir. A la façon des membres d'un comité de vigilance qui regardent le bandit traverser la ville et passer son chemin. La veuve suivit leur progression, blême, les yeux vides. Puis il n'y eu plus rien qu'un ciel blanc uni.
Commenter  J’apprécie          10
pompimpon   10 octobre 2018
La veuve de Gil Adamson
Par un jour de grand vent, le fou apparut sur un cheval qui filait à vive allure. Il portait un uniforme décoloré - celui de la police montée du Nord-Ouest. Il venait du même côté que la veuve, des profondeurs du pays des Indiens, auquel le col donnait accès. Le cheval fonçait sur les pierres, son pelage blanchi par la sueur, ses maigres flancs labourés par les éperons, couverts de sang séché. Le cavalier et sa monture passèrent en coup de vent devant le chevalement, où les ouvriers, maussades, étaient penchés sur leur gamelle. Saisis, ils levèrent les yeux. L'homme avait disparu. Un ou deux mineurs suivirent l'équipage d'un pas lent.
Commenter  J’apprécie          10
AdeleHeu   20 mars 2017
La veuve de Gil Adamson
A chaque pas, elle était un peu plus libre; à chaque bruit de sabot, elle se détendait, s'apaisait, laissait l'air gonfler ses poumons, et le ciel donnait l'impression de s'élever un peu. Elle suivait une vague piste qui la ramenait chez elle, chez McEchern, où elle trouverait des articles de première nécessité. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle ferait ensuite ni de l'endroit où elle irait. Elle sentit monter en elle une joie exquise, une fierté débordante, car, avec un peu de chance, sa vie lui appartenait désormais, et elle n'était plus à la merci de personne. Comme elle était fortunée!
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   18 octobre 2015
À l'aide, Jacques Cousteau de Gil Adamson
Ce qui fascine ma mère dans l’hypothermie, c’est qu’on peut encore mourir même après s’être réchauffé. Comme si votre cerveau restait froid et mourait petit à petit pendant que vous sirotez votre chocolat chaud.
Commenter  J’apprécie          20
Montana   30 décembre 2013
La veuve de Gil Adamson
Aux limites de la ville, une silhouette argentée passa devant elle en courant et se pétrifia - un petit renard gris.

La bête et la femme s'observèrent amicalement pendant un moment. Puis l'animal se retourna et trotta le long de la route, ses petites hanches tremblantes, s'arrêtant parfois pour regarder par dessus son épaule, comme s'il souhaitait lui indiquer la voie. Mais la veuve savait où elle allait.
Commenter  J’apprécie          10
igregoire   28 août 2014
La veuve de Gil Adamson
(...) la veuve avait examiné le Canada et y avait vu la même chose que tout le monde. Un grenier. Un lieu vacant. Un trou dans le monde.

page 82
Commenter  J’apprécie          20
igregoire   28 août 2014
La veuve de Gil Adamson
Que la souffrance d'autrui nous est précieuse! Qu'on en a faim et soif!

page 42
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

A table ! (synonymes du verbe "manger")

Populaire : B comme ...

bécot(t)er
bécasser
becqueter
bêtifier

12 questions
224 lecteurs ont répondu
Thèmes : Synonymes et antonymes , manger , vocabulaire , langue françaiseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..