AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.01 /5 (sur 37 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 22/06/1930
Biographie :

Gilles Jacob, né le 22 juin 1930 dans le 17e arrondissement de Paris est un critique, un réalisateur et une personnalité française du monde du cinéma.
Président du Festival de Cannes depuis 2001, Gilles Jacob est lié à l'événement depuis le milieu des années soixante-dix. Nommé délégué général en 1978 par le président Robert Favre Le Bret, qui cède lui-même sa place peu de temps après à Pierre Viot, Gilles Jacob inaugure cette nouvelle équipe qui va refondre la politique du festival. Il crée la Caméra d'or cette même année qui récompense un premier film. Cinéphile averti, il l'est depuis son enfance à Nice passée à l'abri de la chaleur dans les salles obscures. Etudiant au lycée Louis-le-Grand avec son ami Claude Chabrol, il fréquente François Truffaut ; il publie en Khâgne la revue spécialisée 'Raccords' (qui totalise 118 abonnés) avant de devenir le critique cinéma de l'Express, ce qui lui permet de se rendre au festival pour la première fois en 1964. Elu à la présidence du festival en 2001, il s'entoure de Thierry Frémaux et Véronique Cayla, respectivement délégué artistique et directrice générale. Homme mystérieux, Gilles Jacob préfère les coulisses aux feux de la rampe. Mis à part quelques apparitions exceptionnelles (il joue son propre rôle dans 'Femme fatale' de Brian De Palma), c'est en tant que réalisateur qu'il s'illustre, avec sa trilogie dédiée au septième art, dont le dernier en date, 'Epreuves d'artistes' (2004), trace le portrait de trente acteurs et réalisateurs de renom

+ Voir plus
Source : Wikipédia et EVENE
Ajouter des informations
Bibliographie de Gilles Jacob   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

📻 L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • 📚 Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! ❤ 👉🏻 • • 📚 Divine Jacqueline de Dominique Bona aux éditions Gallimard 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1077991...​ • 📚 Dictionnaire amoureux du festival de Cannes de Gilles Jacob aux éditions Plon 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1080815...​ • 📚 L'échelle des Jacob de Gilles Jacob aux éditions Grasset 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...​ • 📚 Le voyage de monsieur Raminet de Daniel Rocher aux éditions du Net 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1072154...​ • 📚 Les Cygnes de la Cinquième Avenue de Mélanie Benjamin aux éditions Livre de Poche 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/103936-...​ • 📚 La reine se confine ! - Au service secret de Marie-Antoinette de Frederic Lenormand aux éditions de La Martinière 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1077413...​ • 📚 La Maison aux miroirs de Cristina Caboni et Marie Causse aux éditions Presses de la Cité 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1077795...​ • 📚 Grand café Martinique de Raphaël Confiant aux éditions Mercure de France 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...​ • 📚 Les Déracinés de Catherine Bardon aux éditions Pocket 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...​ • 📚 Et la vie reprit son cours de Catherine Bardon aux éditions Pocket 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1076145...​ • 📚 Un invincible été de Catherine Bardon aux éditions Les Escales 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/1078183...​ • 📚 L'Américaine de Catherine Bardon aux éditions Pocket 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=p...​ • 📚 👉🏻 • 📚 👉🏻 • • 🐝 Chinez & découvrez nos livres coups d’coeur dans notre librairie en ligne ❤ 👉🏻 lagriffenoire.com • 📺 Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • 👀 Notre Newsletter 👉🏻 https://www.lagriffenoire.com/?fond=n...​ • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Gilles Jacob
carre   22 avril 2013
Gilles Jacob
« De vingt à quarante ans, on voudrait avoir. De quarante à soixante, on voudrait être. De soixante à quatre-vingts, on voudrait ne pas avoir été. »
Commenter  J’apprécie          570
manU17   26 mai 2016
Le festival n'aura pas lieu de Gilles Jacob
La paroi des chambres était si mince qu'il entendait ses voisins. A gauche, quelqu'un ronflait, à droite, le lit grinçait, s'agitant en cadence, et aux petits cris qui l'accompagnaient, Fabas comprit qu'un couple faisait l'amour. On eût dit que s'était répandu dans cette maison un gaz rempli d'une sensualité contagieuse.
Commenter  J’apprécie          170
manU17   24 février 2016
Le festival n'aura pas lieu de Gilles Jacob
Ne pas se voir souvent, c'est aussi le plaisir de se retrouver, de se redécouvrir. L'un comme l'autre, trouvaient du charme à cette relation.
Commenter  J’apprécie          120
Jevousdisquecestmoi   10 octobre 2015
Le festival n'aura pas lieu de Gilles Jacob
Avec sa vivacité coutumière, Roman avait compris avant tout le monde que le plan des enragés était sur le point de réussir:

- J'ai déjà connu ça dans mon pays, avec les staliniens. S'ils veulent arrêter le festival qu'ils arrêtent le festival, dit-il de sa voix nasillarde. Aujourd'hui avec tout ce qu'il se passe, tout le monde s'en fiche, du festival.

C'était vrai.
Commenter  J’apprécie          60
Coco574   01 novembre 2020
L'échelle des Jacob de Gilles Jacob
Quand on était fatigués de refaire le monde, on partait à vélo au Tennis club.

Mon plus grand plaisir en ce temps-là, c’était le tennis. Pourtant, je ne progressais guère : je jouais toujours avec les mêmes, mais ça m’était bien égal puisqu’on s’amusait et qu’on faisait partie des « bons » joueurs du club.

On y passait sa journée en des parties interminables qui se répétaient chaque jour sans qu’on ne se lasse jamais. Quand arrivait l’été, les belles demoiselles de Paris venaient se dorer au soleil où la population mâle les zieutait en faisant mine de s’intéresser à la partie. Les joueurs eux-mêmes avaient un œil sur la balle et un autre sur les gambettes des gamines aux jupes plissées jusqu’à ce que le soleil se cache ou que le jardinier atrabilaire vienne abaisser le filet au prétexte qu’une averse se préparait. Un dimanche après-midi à Villers-sur-Mer, Calvados, août 1951.

Une fois par an, il y avait le tournoi du club et je pouvais vérifier mon niveau : si j’étais fort en double, je ne passais pas plus de deux ou trois tours en simple. Je servais et me ruais au filet comme je l’avais vu faire par les grands joueurs de l’époque, à Roland-Garros, les Budge Patty et Marcel Bernard, mes idoles. Mais contrairement à eux et pour une raison que je ne m’expliquais pas, la balle me passait mystérieusement devant le nez, à gauche, à droite, par-dessus la tête et même au centre quand l’adversaire me visait méchamment, m’expédiant ses boulets de canon en pleine figure. La vérité, c’est que j’étais très fier d’une particularité qui se révéla être un handicap : je servais d’une main et je jouais de l’autre, et dans l’infinitésimal moment où je transférais ma raquette, l’adversaire me canardait et le point était perdu. Mais j’étais considéré, et fier de l’être.



À d’autres moments, nous allions nous promener, ma partenaire de tennis et moi. Nous roulions dans ma voiture sur les petites départementales du pays d’Auge sans autre but que d’être ensemble. Nous croisions seulement, sous le crachin normand, les machines agricoles de la France éternelle. Je me rendis compte que je ne prenais pas d’initiative ni elle non plus. Il nous fallait des prétextes pour nous toucher. Par exemple, je lui apprenais à conduire : M.-C. s’asseyait sur moi entre mes jambes et, à quatre mains, nous tenions le volant et changions les vitesses, elle riait, c’était divin. Jusqu’au jour où elle se froissa un muscle, nous sortîmes de l’auto, je lui massai longuement le mollet, je n’allai pas plus loin. Que souhaitait-elle ? Je l’ignorais. Et moi ? J’étais bizarre, pas décidé. À coup sûr, ses jambes me plaisaient : belles, hâlées, le galbe du muscle apparent, mais je n’étais pas certain d’aimer son visage. La pluie commença de tomber, mêlant d’indécises rigoles à des palpations qui m’émouvaient. Nous regagnâmes l’habitacle, elle rit, elle dit qu’elle était toute mouillée, qu’il était temps de rentrer. La possibilité d’une intimité plus poussée avait flotté dans l’air humide, puis le moment passa. Je la raccompagnai jusqu’à la porte de sa villa, son père ouvrit aussitôt, me regarda méchamment et je me retrouvai seul au monde. Ce n’est qu’une histoire parmi d’autres, pas nécessairement la plus importante.

Cette période m’aura, en tout cas, donné l’idée de mon premier livre, Un jour, une mouette, le roman d’un jeune homme sur la côte normande, qui sera publié chez Grasset en 1969 et que François Nourissier, le pape de la littérature à l’époque, apprécia suffisamment pour en faire son « rez-de-chaussée » dans Les Nouvelles littéraires. Ma mère m’offrira un exemplaire numéroté de ma Mouette, relié amoureusement par ses soins, que je possède toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Coco574   01 novembre 2020
L'échelle des Jacob de Gilles Jacob
Janvier 1924. Lénine va bientôt mourir et le zouave du pont de l’Alma a de l’eau jusqu’au coude. A.J.F. est au sec, 117 boulevard Malesherbes, 2e étage, à deux pas du parc Monceau. Le local est spacieux, Auguste et ses trois fils ont chacun leur bureau. On a installé dans la cuisine M. Liefooghe, l’employé à tout faire, le comptable, le secrétaire, le conseiller juridique. Dans les romans, l’homme de confiance à la petite moustache se barre avec la trésorerie. Lui, s’il avait fallu, aurait remis au pot sur ses économies, tant il se plaît chez A.J.F.

On se retrouvait donc le lundi dans le bureau d’Auguste et c’était à celui qui créerait l’événement, une vente à tout casser, une belle prise, un château avec ses dépendances, un bord de rivière, une forêt avec une chasse, un lieu-dit à vue splendide, une maison de notaire en centre-ville, tout était bon à prendre, tout était pris. Liefooghe notait, Auguste opinait, les frères souriaient et les deux plus jeunes s’adressaient de grandes bourrades, c’étaient les années folles.



Auguste jouait au petit paysan lorrain devenu bourgeois de Paris. Il lisait Le Temps. Il calquait son allure et ses vêtements sur ceux de la bonne société. Son plaisir, c’est d’aller se promener le dimanche au bras de sa femme avenue du Bois : il saluait les promeneurs d’un large coup de chapeau, un canotier qu’il portait en arrière. En déambulant, Jeanne et lui se taquinent : « Paris, ça te change de Colmar.

— Et toi de Vergaville… »

En être lui faisait plaisir, cela s’arrêtait là. Il ne fréquentait pas les restaurants, les boîtes à la mode, il n’allait ni au théâtre ni chez les chansonniers, pas même au Casino de Paris. Encore moins dans des bars louches comme le Fiacre, Mon Jardin ou chez Madame Arthur. En revanche, il se rendait tous les jours au bureau, au temple deux fois par semaine, chez ses enfants (dont les aînés s’étaient mariés) quand on l’invitait, et c’est à peu près tout.



Si seulement Auguste pouvait redevenir visible, je pourrais me fabriquer des souvenirs flambant neufs. Au lieu de quoi les photos le montrent tel qu’il était : carré d’épaules, bésicles et nœud papillon, une jovialité à toute épreuve, toujours avec le fameux canotier, et de son histoire que j’ai apprise tantôt de mon père, tantôt de ma grand-mère, se dégage une lumineuse leçon de vie.

Je le vois d’ici s’enorgueillir d’avoir appartenu à cette génération laborieuse qui, à force d’effort et d’acharnement, est parvenue à intégrer la classe moyenne et à faire de ses enfants des gens éduqués. Car les effets de ses sacrifices sur nos vies furent déterminants. Est-ce qu’A.J.F. a souffert de la grande crise de 1929 ? Sûrement. Il y a eu des ventes à perte, puis plus de ventes du tout, mais la famille a tenu bon. C’est alors qu’Auguste s’est frotté les mains d’avoir appliqué à la lettre son credo financier : « Être entre les mains des banques peut conduire à la ruine ; les banques, il faut leur prêter de l’argent, pas leur en devoir. » André a retenu la leçon.



Pour les historiens de l’époque, la France sortait d’une période marquée par l’optimisme de la victoire, des pans entiers de l’économie étaient à réinventer, et un baby-boom ne serait pas de trop. Sur ce dernier plan, mon père prenait son temps. Des flirts sans conséquence, des amourettes, aucune qui atteigne la cheville de Paule. Toutes étaient curieuses de savoir ce qu’il avait fait pendant ces années terribles, mais personne ne l’a jamais entendu se vanter de s’être conduit en héros. Il n’aimait pas en parler, c’est tout.

Les faits ont plus de cent ans. Si mon père était mort auprès d’un de ses canons de 75, Denise Lévy, ma mère, qu’il rencontre en 1926, aurait épousé quelqu’un d’autre et nous n’aurions pas vu le jour, mon frère Jean-Claude et moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marech20   21 octobre 2017
Les pas perdus de Gilles Jacob
Je me souviens que, de vingt à quarante ans, on voudrait avoir. De quarante à soixante, on voudrait être. De soixante à quatre-vingts, on voudrait ne pas avoir été.
Commenter  J’apprécie          30
Bazart   31 juillet 2011
La Vie Passera Comme un Rêve (avec cahiers photos) de Gilles Jacob
Je garde un souvenir déchirant de ma dernière visite chez François (Truffaut). Il était gravement malade et savait qu'il allait mourir Mais pendant le repas, nous n'avons pas fait allusion au mal qui le rongeait.
Commenter  J’apprécie          20
parisienne12   01 juin 2019
Les pas perdus de Gilles Jacob
184- Je me souviens du restaurant Le Val d'Isère rue de Berry, où l'on déjeunait avec Claude Sautet et où Truffaut à situé la dernière scène de La Peau Douce, où Nelly Benedetti cache une carabine sous son imper et tire. Aucun des trois n'est encore vivant aujourd'hui et le restaurant n'existe plus.
Commenter  J’apprécie          10
julienleclerc45   02 mai 2017
Un homme cruel de Gilles Jacob
Quand, se sentant d’attaque, il redescendra de la montagne, son oncle d’Osaka, directeur de tournées de bugaku, de bunraku-za et de nô, suggérera, avant tout projet, de réparer l’oreille. Aussitôt, les consultations se succèdent. Mais il y a dispute entre spécialistes. On décide de s’en remettre à un éminent confrère, un oto-rhino-laryngologiste diplômé d’Autriche-Hongrie qui, paraît-il, fait des miracles en greffant le tympan d’un mort à l’extrémité d’un nerf auditif détérioré. Pour que l’opération réussisse, il faut cependant prélever le tympan moins de trois heures après le décès.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Magasin général

À quelle époque se déroule l'histoire ?

les années 1900
les années 1920
les années 1940
les années 1960

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Magasin général, Tome 1 : Marie de Régis LoiselCréer un quiz sur cet auteur