AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 79 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1973
Biographie :

Guillaume Jan est reporter dans la presse magazine française.

Son métier lui a permis d'être chercheur d'or en Guyane, de partager le quotidien des jeunes Irakiens sous l'empire de Saddam Hussein, de slalomer entre les mines à Kaboul, de séjourner dans le charmant village d'Al-Qaida au Yémen, de suivre les enseignements d'un gourou biterrois dans son ashram en Inde, d'infiltrer une filière de concubines en Chine, de jouer au ballon avec l'équipe de foot de Grozny ou au billard avec des gangsters anglais.

En 2009, il a publié "Le Baobab de Stanley", ballade douce-amère au cœur de l'Afrique, puis en 2011 "Le Cartographe".

Dans son troisième livre, "Traîne-savane", il retourne en Afrique, sur les traces de Linvingstone, cette fois.

Il vit à Paris.
+ Voir plus
Source : amazon
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Entretien avec l'écrivain Guillaume Jan. Dans son nouveau roman, "Traîne Savane", Guillaume Jan tisse une histoire d'amour en pleine forêt congolaise et en profite pour reconstituer le parcours du célèbre docteur Livingstone. Son livre est sélectionné pour le prix Nicolas Bouvier qui sera remis lors du Festival Étonnants voyageurs en juin a Saint-Malo.


Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
palamede   06 juillet 2018
Samouraïs dans la brousse de Guillaume Jan
Rien qui m’appartienne

Sinon la paix du cœur

Et la fraîcheur de l’air.



Le papillon bat des ailes

Comme s’il désespérait

De ce monde.



Kobayashi Issa (1763-1828)
Commenter  J’apprécie          482
palamede   17 juillet 2018
Samouraïs dans la brousse de Guillaume Jan
... sous la foudre, on se sent vulnérable si on pense à la fragilité de notre existence.
Commenter  J’apprécie          321
palamede   13 juillet 2018
Samouraïs dans la brousse de Guillaume Jan
La bêtise n’est pas l’absence d’intelligence, elle est l’absence d’imagination.



(Karl Kraus)
Commenter  J’apprécie          310
palamede   15 juillet 2018
Samouraïs dans la brousse de Guillaume Jan
La Peugeot a ... tenu 2 000 kilomètres sur les pistes ondulantes de cette brousse incongrue. Mais la guimbarde avait mauvais caractère, tombait en panne, renâclait, n’était jamais fiable. Il devait s’arrêter pour la ménager, pour l’abreuver d’eau, d’huile ou d’essence : le Japonais en profitait pour demander aux villageois s’il leur arrivait d’entrevoir des bonobos dans les alentours, on lui répondait que non, qu’on ne savait pas, mais que si on en voyait on en mangerait volontiers.
Commenter  J’apprécie          290
MarcoPolo85   10 juin 2014
Le cartographe de Guillaume Jan
Il faudrait prendre le risque de se perdre pour gagner sa liberté. Ne pas avoir peur de l'inconnu, ni de rien. Il faudrait au moins çà pour trouver sa place dans le monde. Et puis écouter son silence, se faire confiance, refuser la soumission. p170

Commenter  J’apprécie          80
Danieljean   03 mars 2016
Le baobab de Stanley de Guillaume Jan
Je suis perdu dans Zanzibar, égaré sur le bas-côté de l'Afrique. C'est par où, l'aventure ? Les murs de la vieille ville sont usés par le soleil, les façades coloniales s'effritent en silence. «L'hôtel est juste à côté», m'indique le vendeur de pastèques, seul être vivant croisé dans la torpeur de l'après-midi. Il faut longer un rempart défoncé par la végétation tropicale puis tourner à droite, sous une forêt de fils électriques dénudés. Je pousse la lourde porte cloutée, la matrone fait ses ongles derrière son comptoir, le prix des chambres est affiché en dollars. J'écope de la numéro dix : une cellule blanche, carrée, avec un plafond zébré de poutres en cocotier, un lit large comme un hippopotame et une petite ouverture encombrée de fils de fer, où s'emmêlent les rayons du soleil. Il fait 35 degrés, le ventilateur est cassé.
Commenter  J’apprécie          50
MarcoPolo85   26 mai 2014
Traîne-Savane de Guillaume Jan
J'ai envie de voyager comme on a envie de faire l'amour. C'est une attirance impérieuse, une chaleur qui monte et qui picote, un désir fondamental qui se répand dans tout le corps et qui fait oublier tout le reste.
Commenter  J’apprécie          60
yv1   25 avril 2014
Traîne-Savane de Guillaume Jan
Elle [Belange] pouvait m'héberger dans la cour des miracles où elle logeait, près du marché central : treize appentis où s'entassent une centaine de personnes, des veuves de guerre, des fonctionnaires licenciés, des vendeurs de marijuana, des filles-mères et des familles de dix. Avec un seul robinet pour abreuver toute cette palanquée. Les kulunas, c'est-à-dire les voyous du quartier, y terminent parfois leur nuit, ils dorment quelques heures sur le ciment sale avant de se revigorer avec un joint et quelques gorgées d'alcool de maïs. Le fatras de cabanes est rebaptisé Maman Yemo, du nom de l'hôpital le plus insalubre de Kinshasa, où l'on a plus de chance d'attraper une infection mortelle que de ressortir guéri. Ici, les maladies se faufilent dans la crasse, prévient Belange. Quand elle va faire sa toilette, entre trois murs de parpaings branlants, elle ajoute des gouttes de crésyl dans son seau d'eau, en espérant que ça suffira pour tuer les microbes.(p.43/44)
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   24 mars 2018
Samouraïs dans la brousse de Guillaume Jan
Tentons de le suivre encore un peu dans son cheminement solitaire, dans sa longue route au cœur de l’océan de verdure. Il a 35 ans, il est né le 16 mars 1938 à Toyomaka près d’Osaka, au Japon, il s’appelle Takayoshi Kano et les jambes de son pantalon de flanelle sont crottées de boue rouge. Sa chemise ne vaut guère mieux, délavée par le soleil et les litres de sueur. Il pédale en danseuse pour affronter les côtes, s’essuie parfois le front avec une serviette, de couleur écrue, qu’il laisse pendre sur sa nuque. Il crapahute sur cette piste sinueuse alors que d’autres papillons l’accompagnent. Quand il pénètre dans un tunnel de verdure, il en savoure la fraîcheur. Le vent baigne ses cheveux noirs, il ne pense à rien, ou bien il se rappelle la carapace écaillée du pangolin qu’un enfant a voulu lui vendre ce matin, à bord du bac rouillé qui traversait la Tshuapa. Il se rappelle aussi les premiers bonobos croisés lors de ce séjour exploratoire, c’était loin en amont de la rivière, il y a quatre ou cinq semaines. Leurs dos musclés, leurs poils charbon, leurs bras longilignes, leurs longues mains, leurs longs pieds, leur bonne humeur ; et puis leur regard profond, empli de sagesse, d’empathie ou de curiosité, quand ils sont descendus de quelques branches pour mieux observer cet intrus à deux pattes qui n’osait pas bouger, qui jubilait à voix basse, qui tremblait d’exaltation. Dans les montées, il regrette son automobile, qui a rendu l’âme la semaine dernière – une 404 carmin, achetée deux mois plus tôt au bord du fleuve Zaïre, dans la ville de Mbandaka. Je vous la cède pour 1 000 zaïres, et c’est un prix d’ami, avait dit le margoulin : les freins ne fonctionnaient plus, le moteur s’est grippé. La Peugeot a tout de même tenu 2 000 kilomètres sur les pistes ondulantes de cette brousse incongrue. Mais la guimbarde avait mauvais caractère, tombait en panne, renâclait, n’était jamais fiable. Il devait s’arrêter pour la ménager, pour l’abreuver d’eau, d’huile ou d’essence : le Japonais en profitait pour demander aux villageois s’il leur arrivait d’entrevoir des bonobos dans les alentours, on lui répondait que non, qu’on ne savait pas, mais que si on en voyait on en mangerait volontiers. On lui proposait du macaque boucané à la place, des antilopes de brousse fraîchement chassées, il déclinait. Il ne venait pas se taper la cloche, il ne venait pas exterminer les animaux de la jungle : il voulait juste regarder ces grands singes dont on ignorait tout, il voulait les observer, connaître leurs habitudes, étudier leur organisation sociale et, peut-être, mieux comprendre les origines des comportements humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarcoPolo85   07 juin 2014
Le cartographe de Guillaume Jan
- Tu ne vas pas te plaindre. c'est parce que tu le veux bien que tu es là.

Lazare jura que non : c'était un mauvais concours de circonstance. Il se sentait tellement perdu qu'un vide avait commencé à grandir dans son corps, comme une tumeur.

- Mais tout ce que tu vis, ce sont des choses que tu ne pourras jamais perdre, qu'on ne pourra jamais te prendre. c'est mieux qu'une maison neuve (p137).
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyager en chanson

On commence sans surprise... Voyage voyage - Desireless Sur le Gange ou l'Amazone Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes Voyage, voyage .....

Sortir de mon home
Dans tout le royaume
Avec des fantômes
Fuir une heure mes mômes

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , confinement , chansonCréer un quiz sur cet auteur