AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253069590
Éditeur : Le Livre de Poche (19/10/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Parti de Zanzibar, sur l’océan Indien, l’auteur met trois mois pour traverser le continent d’est en ouest. Il se déplace à pied, à moto, en pirogue, en taxi-brousse, en avion-stop, et nous entraîne à la rencontre des hommes et des femmes qui font l’Afrique contemporaine. En chemin, il découvre que sa route se confond avec celle de Stanley, le premier explorateur à avoir descendu le fleuve Congo en 1877. Un long siècle est passé, mais s’aventurer dans cette région du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
OSOLEMIO
  23 janvier 2018
Guillaume part en Afrique pour oublier une déception sentimentale...Son aventure commence à Zanzibar (océan indien ) pour se terminer à Kinshasa ( océan atlantique )..Au cours de ce périple, il se rend compte qu'il est sur les traces d'Henri Morton Stanley qui s'est "illustré" en 1877 en étant le premier explorateur à descendre le fleuve Congo !
Il va être obligé d'utiliser des moyens de transport divers et variés ( moto/pirogue/taxis de brousse/avions/rafiots ) et même la marche pour avancer au travers de cette Afrique dévastée par les dictateurs, les églises"autoproclamées", les guerres intestines, la corruption, l'insalubrité et la pauvreté !
Une Afrique exploitée puis abandonnée par les européens au profit de chinois qui ont installé leurs commerces..
L'aventure du " Muzungu" Guillaume est d'un grand réalisme qui nous interpelle sur l'état de cette Afrique qui "crève" de ne pas être aidée par les pays "riches" ! "éclairage" voulu par l'auteur pour nous faire prendre conscience de ce décalage avec nous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Danieljean
  03 mars 2016
J'ai trouvé ce livre passionnant et vraiment sincère sur les relations qu'un occidental peut avoir avec les Africains. J'ai retrouvé les sensations que j'ai eu la première fois que je suis allé au Bénin.
Commenter  J’apprécie          50
Flaubauski
  07 août 2018
Le baobab de Stanley, de même que son auteur Guillaume Jan, m'étaient complètement inconnus avant que je ne les découvre dans la box livres à laquelle j'étais abonnée il y a encore peu.
J'ai trouvé sympathique de suivre les aventures, plus ou moins faciles et agréables, de notre auteur qui a décidé de tout plaquer du jour au lendemain pour partir en contrée sauvage africaine – en effet, une bonne partie de son voyage s'effectue, par choix, plus qu'hors des sentiers battus, parfois à son grand dam, car il a bien du mal à s'extirper de certaines situations critiques. Heureusement pour lui, tout finit toujours bien.
Ce que j'ai particulièrement apprécié, ce sont toutes les idées reçues d'Occidental sur ce continent, ses habitants, sa culture, etc., que l'auteur se permet de reconnaître très sincèrement, et qui partent à vau-l'eau au fil de ses rencontres et échanges, pour en retirer sa propre vision de l'Afrique à la fin de son périple. Un vrai récit de voyage en somme, qui se lit très vite et très bien !

Lien : https://lartetletreblog.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Badole
  18 janvier 2017
Ca partait pourtant mal pour un enième cliché du blanc qui va se perdre en Afrique, si l'association des passages sur Stanley et Livngstone sont sans effets, le reste de l'écriture, l'avancée de l'auteur dans la foret et dans ses sentiments est intéressante, pas de la grande écriture, mais une image de l'Afrique sans autre parti pris que la vision occidentale d'une civilisation extraordinaire. A lire pour les amoureux de ce pays continent.
Commenter  J’apprécie          00
ChezLo
  01 novembre 2016
Guillaume Jan se décide à partir, un peu sur un coup de tête, un peu à cause de sa rupture amoureuse, en plein hiver 2007-2008. Sur la carte, Zanzibar l'attire, comme un rêve qu'il ne sert à rien de repousser plus longtemps, comme un nom qui résonne d'ailleurs, de dépaysement, de fantasme. A Zanzibar, il découvrira une île paradisiaque et défraîchie, avant de se replonger dans la capitale Dar Es Salaam, et de poursuivre à Arusha. Mais ce n'est que le début. Et pourquoi pas ne pas rallier le point opposé, occidental, du continent. Par les routes qui subsistent, les cours d'eau qui se pratiquent, les vols très spéciaux qui se méritent, déboucher au Congo sur la côte Atlantique. Un voyage de plusieurs mois, pas la première traversée d'explorateur mais un périple attachant dans l'Afrique d'aujourd'hui, d'est en ouest.

Une pépite que ce livre !! Un récit de voyage, un texte de liberté, qui contient tout ; la chaleur de l'Afrique, les inquiétudes du baroudeur occidental, la soif de liberté, le malaise des circuits touristiques, les contradictions du statut d'aventurier, les rackets successifs de fonctionnaires impayés, les fièvres, l'inconfort et la lassitude, le gibier et les moustiques, les palabres et les surprises.
(................)
Lien : http://chezlorraine.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   03 mars 2016
Je suis perdu dans Zanzibar, égaré sur le bas-côté de l'Afrique. C'est par où, l'aventure ? Les murs de la vieille ville sont usés par le soleil, les façades coloniales s'effritent en silence. «L'hôtel est juste à côté», m'indique le vendeur de pastèques, seul être vivant croisé dans la torpeur de l'après-midi. Il faut longer un rempart défoncé par la végétation tropicale puis tourner à droite, sous une forêt de fils électriques dénudés. Je pousse la lourde porte cloutée, la matrone fait ses ongles derrière son comptoir, le prix des chambres est affiché en dollars. J'écope de la numéro dix : une cellule blanche, carrée, avec un plafond zébré de poutres en cocotier, un lit large comme un hippopotame et une petite ouverture encombrée de fils de fer, où s'emmêlent les rayons du soleil. Il fait 35 degrés, le ventilateur est cassé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
veronique55veronique55   07 janvier 2019
P 98 Il ne mâche pas ses mots vis à vis des nations unies. Le budget de la Monuc ( mission de lOnu au Congo), c’est un milliard de dollars par an. Trois millions par jour. Et seulement la moitié est utilisée pour le Congo. Et l’autre moitié? Gaspillée, détournée, inutilement utilisée. Mais il n’y a pas de contrôles ? Bah il y a beaucoup de corruption ici aussi. Ce n’est pas parce qu’il y a écrit United Nations sur les 4x 4 qu’ils ne font pas de trafic de carburant ou de pierres précieuses...c’est peut-être pour ça qu’ils s’éternisent dans le pays. Ils prolongent leur mandat, mais ils ne font rien pour arrêter la guerre. Ils se contentent d’observer les combattants s’entretuer. c’est comme s’ils avaient pour mission de laisser la région se déstabiliser pour l’empêcher de prendre son essor.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
veronique55veronique55   07 janvier 2019
P 93 le cauchemar fut bien pire à la fin du XIX siècle dans le grand Congo. Annexé en1885 par Léopold II, roi des belges, celui-ci y pompa toutes les richesses possibles. Du bois, de l’ivoire mais surtout le caoutchouc, pour les fils du téléphone et les pneus des automobiles, dont le marché était en plein essor. Plusieurs centaines de milliers d’indigènes périssent en trente ans, victimes de la brutalité des colons et des cadences de travail : dix millions estime l’américain Adam Hochschild dans les Fantômes du roi Léopold, son livre enquête sur cette terreur coloniale. Deux fois plus de victimes que la Shoah.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BadoleBadole   01 juin 2017
C'est par où, l'aventure ?
Commenter  J’apprécie          10
Video de Guillaume Jan (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Jan
Entretien avec l'écrivain Guillaume Jan. Dans son nouveau roman, "Traîne Savane", Guillaume Jan tisse une histoire d'amour en pleine forêt congolaise et en profite pour reconstituer le parcours du célèbre docteur Livingstone. Son livre est sélectionné pour le prix Nicolas Bouvier qui sera remis lors du Festival Étonnants voyageurs en juin a Saint-Malo.
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr