AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.72 /5 (sur 862 notes)

Nationalité : Mexique
Né(e) à : Guadalajara , le 09/10/1964
Biographie :

Guillermo Del Toro a été formé à la réalisation d'effets spéciaux, tâche qu'il a accomplie pendant dix ans pour des productions mexicaines via sa société Necropia.

Cinéphile confirmé, il écrit des articles pour des publications comme le Village voice, ainsi qu'un ouvrage sur Alfred Hitchcok, avant de réaliser son premier long métrage, Cronos, en 1993. Multiprimé au Mexique et dans des festivals internationaux, il est également remarqué à Cannes ce qui confère au réalisateur une bonne réputation.

Il développe un univers singulier, peuplé de signes religieux, d'anges et de démons, et le met en scène de l'autre côté de la frontière en signant Mimic aux États-Unis, avec Mira Sorvino. Suivent L'Echine du diable et Blade 2, avec Wesley Snipes en chasseur de vampires dans des univers toujours sombres et souvent souterrains, qui imposent Guillermo sur le devant de la scène.

Hollywood lui propose alors de nombreux projets, dont la réalisation d'un épisode de la saga Harry Potter, (Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban), offre qu'il décline au profit d'un projet qui lui est plus personnel, l'adaptation d'un comic book, Hellboy.

En 2006, Del Toro connaît la consécration avec La Labyrinthe de Pan, présenté à Cannes en sélection officielle. C'est ensuite qu'il s'embarque sur un des projets les plus attendus depuis Le Seigneur des Anneaux : l'adaptation de Bilbo le hobbit.

Le projet n'aboutissant pas suite à des problèmes de droit avec le MGM, Guillermo del Toro passe la main à Peter Jackson pour se concentrer sur un autre projet cinématographique : Les Montagnes Hallucinées, l'adaptation d'une nouvelle de H.P Lovecraft. Alors que le projet est déjà bien avancé, la production prend peur car le film étant destiné à un public d'adultes ne sera peut-être pas rentable. Le film est pour l'instant mis en attente.

Le cinéaste s'attaque alors tout de suite à un autre film : Pacific Rim qui sort en 2013.

Il travaille actuellement à un film d'animation en 3D, Pinocchio et devrait réaliser en 2014 Crimson peak, un film de fantômes.
+ Voir plus
Source : cinema.fluctuat.net, Cabinets de curiosités de Guillermo del Toro
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Cette chaîne est associée à la Mystérieuse Librairie Nantaise, librairie spécialisée en BD, comics, Manga. Vous y trouverez des interviews, des dossiers, des chroniques,... sur le 9ème Art. Mystérieuse Librairie Nantaise, 2 rue de la Paix, 44000 Nantes - 02 51 72 18 89 Fin de la seconde partie de Joypad, tentacules et D10, Table ronde organisée le 18 octobre 2019 à l'Atomic's Café (Nantes) Avec la participation d'Alexandre Clérisse - Auteur de Bandes Dessinées, Cédric Cuneo - Spécialiste jeux vidéos, Grégory d'Orlando - Spécialiste JDR, Romain Moyon - Spécialiste de Lovecraft. Modération : Emmanuel Daney de Marcillac - Libraire à la Mystérieuse Librairie Nantaise Illustrations et crédits : Illustration H.P. LOVECRAFT The Fear from beyond - New England village by Guillem H. Pongiluppi Une année sans Cthulhu - T.Smolderen & A.Clérisse - 2019 éd.Dargaud Souvenirs de l'Empire de l'Atome - T.Smolderen & A.Clérisse - 2013 éd.Dargaud L'été Diabolik T.Smolderen & A.Clérisse - 2016 éd.Dargaud Dagon et autres nouvelles - 2007 éd.J'ai Lu (couverture : R.Guérineau) Cthulhu le Mythe - 2015 éd.Bragelonne (couverture : L.Muzy) Signe - M.N. Shyamalan - 2002 Touchstone Pictures La Couleur tombée du ciel, suivi de la Chose sur le seuil - 2015 éd.Points (couverture : V.Perrollaz) La Peur qui rôde - 2005 éd.Gallimard - Folio Ca - S.King - 2002 éd.Le Livre de Poche L'Antre de la folie - J.Carpenter - 1994 New Line Cinema Evil Dead - Sam Raimi - 1981 Renaissance Pictures H.R. Gigers Necronomicon - H.R.Giger - 1991 Morpheus International The Call of Cthulhu - A.Leman - 2005 The H.P. Lovecraft Historical Society (HPLHS) La Forme de l'eau - Guillermo del Toro - 2017 Double Dare You Fox Searchlight Pictures TSG Entertainment Mandy - P.Cosmatos - 2018 SpectreVision Legion M Warhammer Fantasy Battle : photo d'A.Ligny (CC BY-SA) Sandy Petersen : photo d'A.Sbarbaro (CC BY-SA) Appel de Cthulhu / Delta Green éd.Chaosium, éd.Descartes, éd.Sans-Détour Tron - S.Lisberger - 1982 Walt DisneyLUI numéro 182 Mars 1979 article "Goldorackett" de Louis Valentin Garde à Vue - C.Miller - 1981 Les Films Ariane TF1 Films Production Tous droits réservés à leurs auteurs. Captation vidéo, montage : Association Spec and sheeps Remerciements particulier à l'ensemble du public présent. Une année sans Cthulhu - T.Smolderen & A.Clérisse - © 2019 éd.Dargaud Musique libre de droit : Electric City - 80s revisited Written, recorded and produced by Vodovoz
+ Lire la suite

Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
Danieljean   03 mars 2018
La forme de l'eau de Guillermo del Toro
Incapable de percevoir Ta forme, je Te trouve tout autour de moi. Ta présence emplit mes yeux de Ton Amour, Elle rend humble mon coeur, Car Tu es parTout.
Commenter  J’apprécie          320
calypso   02 novembre 2019
Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro
On raconte que, il y a de cela fort longtemps, dans un royaume souterrain qui ne connaissait ni le mensonge ni la douleur, une princesse rêvait au monde des humains. La princesse Moanna rêvait de ciels bleus, d’océans de nuages ; elle rêvait d’herbe, de soleil et du goût de la pluie. Si bien qu’un jour elle faussa compagnie à ses gardes et découvrit notre monde. Le soleil effaça bientôt tous ses souvenirs, jusqu’à ce qu’elle oublie qui elle était, d’où elle venait. Elle erra, souffrit du froid, de la malade, endura mille maux. Enfin, elle mourut.
Commenter  J’apprécie          190
lenoute   12 décembre 2019
Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro
Le capitaine Vidal consulta sa montre de gousset.

Le verre en était fissuré mais le mécanisme demeurait fiable et les aiguilles indiquaient que le cortège était en retard.

- Quinze minutes, marmonna l'homme qui, comme tous les monstres - comme le Mort -, était d'une ponctualité sans faille.
Commenter  J’apprécie          160
Saiwhisper   25 mars 2018
La forme de l'eau de Guillermo del Toro
Ce qu'elle ignore, c'est à quoi elle servira une fois là-bas, et quelles seront les conséquences. Mais on ne peut jamais savoir ces choses à l'avance, pas vrai ? Le monde change, ou il reste le même. On se bat pour ce qu'on croit juste, et on se réjouit de l'avoir fait.
Commenter  J’apprécie          162
missmolko1   18 février 2018
La forme de l'eau de Guillermo del Toro
Le réveil secoue la table de chevet. Sans ouvrir les yeux, Elisa tâtonne en quête du bouton d’arrêt glacé. Elle était plongée dans un rêve profond, doux et chaud, et elle veut y retourner rien qu’une minute. Mais comme toujours, son rêve se dérobe à sa poursuite consciente. Il y avait de l’eau, de l’eau noire – ça, elle s’en souvient. Des tonnes d’eau qui l’entouraient de toutes parts ; pourtant, elle ne se noyait pas. En fait, elle respirait mieux qu’elle ne le fait dans sa vie éveillée, dans des pièces pleines de courants d’air, dans la bouffe bon marché et l’électricité crachotante.



Des tubas claironnent au niveau de la rue. Une femme crie. Elisa soupire dans son oreiller. C’est vendredi ; l’Arcade Marquee, le cinéma vingt-quatre heures sur vingt-quatre du rez-de-chaussée, diffuse un nouveau film – autrement dit, elle va devoir intégrer de nouveaux dialogues, de nouveaux effets sonores et une nouvelle bande-son à son rituel matinal si elle ne veut pas risquer la crise cardiaque en permanence. Maintenant, des trompettes. Maintenant, une foule d’hommes hurlants. Elle ouvre les yeux et voit d’abord le « 22:30 » affiché par le réveil, puis les lames de lumière du projecteur qui jaillissent entre les lattes du plancher, parant les moutons de poussière de teintes Technicolor.



Elle s’assoit et carre les épaules pour se protéger du froid. Pourquoi ce parfum de chocolat chaud dans l’air ? L’étrange odeur s’accompagne d’un bruit désagréable : un camion de pompiers au nord-est de Patterson Park. Elisa pose ses pieds sur le sol glacé et regarde clignoter la lumière du projecteur. Du moins ce nouveau film est-il moins sombre que le précédent, un truc en noir et blanc appelé Carnaval des âmes ; les riches couleurs qui se déversent sur ses pieds l’autorisent à glisser dans un confortable rêve éveillé. Elle a de l’argent, beaucoup d’argent, et des vendeurs obséquieux lui présentent un assortiment d’escarpins multicolores. « C’est ravissant, mademoiselle. Avec une paire de chaussures pareille, ma foi, vous allez conquérir le monde. »



Au lieu de ça, c’est le monde qui l’a conquise. Aucune quantité de babioles achetées dans des vide-greniers pour quelques pennies et punaisées aux murs ne pourrait dissimuler le bois rongé par les termites ou détourner l’attention des cafards qui s’éparpillent dès qu’elle allume la lumière. Elle choisit de les ignorer ; c’est son seul espoir de traverser la nuit, le lendemain, le reste de sa vie. Elle se dirige vers le coin cuisine, règle le minuteur, plonge trois œufs dans une casserole d’eau et passe à la salle de bains.



Elisa ne prend que des bains. Elle ôte son pyjama en flanelle tandis que l’eau coule. Au boulot, ses collègues abandonnent des magazines féminins sur les tables de la cafèt’, et d’innombrables articles ont informé Elisa des zones précises de son corps sur lesquelles elle doit faire une fixation. Mais les hanches et les seins ne peuvent rivaliser avec les chéloïdes roses et boursouflées des cicatrices sur les deux côtés de son cou. Elle s’enfonce dans la baignoire jusqu’à ce que son épaule nue touche le fond. Chaque cicatrice mesure sept ou huit centimètres de long et file de sa jugulaire à son larynx. Au loin, la sirène se rapproche. Elisa a passé toute sa vie à Baltimore, trente-trois années, et elle peut suivre la progression du camion dans Broadway. D’une certaine façon, ses cicatrices aussi dessinent un plan, pas vrai ? Le plan d’endroits qu’elle préfère ne pas se rappeler.



Enfoncer ses oreilles dans l’eau du bain amplifie les bruits du cinéma. « Mourir pour Chemosh, crie une fille dans le film, c’est vivre éternellement ! » Elisa n’est pas sûre d’avoir bien entendu. Elle presse un bout de savon entre ses mains savourant la sensation d’être plus mouillée que l’eau, si glissante qu’elle pourrait la fendre tel un poisson. Des bribes de son rêve agréable pressent sur elle, aussi lourdes que le corps d’un homme. Brusquement submergée par leur érotisme, elle insinue ses doigts savonneux entre ses cuisses. Elle est sortie avec des hommes et a eu des rapports sexuels, tout ça. Mais cela fait des années. Quand ils tombent sur une femme muette, les hommes profitent d’elle. Pas un seul d’entre eux n’a tenté de communiquer vraiment lors d’un rendez-vous. Ils se sont contentés de l’empoigner et de la prendre comme si, n’ayant pas plus de voix qu’un animal, elle en était un. Ça, c’est bien mieux. Si flou soit-il, l’homme de son rêve est bien mieux.



Mais le minuteur, cet avorton infernal, se met à couiner. Elisa postillonne, embarrassée même si elle est seule, et se dresse dans la baignoire, ses membres luisants et dégoulinants. Elle s’enveloppe d’un peignoir et, frissonnante, revient vers la cuisine où elle éteint le feu et accepte la mauvaise nouvelle dispensée par l’horloge : il est « 23:07 ». Comment a-t-elle perdu autant de temps ? Elle enfile un soutien-gorge au hasard, boutonne un chemisier au hasard, lisse une jupe au hasard. Elle se sentait intensément vivante dans son rêve, mais à présent, elle est aussi inerte que les œufs qui refroidissent sur une assiette. Il y a un autre miroir dans la chambre, mais elle choisit de ne pas le regarder, au cas où son impression serait justifiée et où elle serait invisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Elodieuniverse   25 octobre 2019
Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro
Il est rare que le mal prenne forme immédiatement. Il n'est souvent guère plus qu'un murmure, au début. Un regard. Une trahison. Mais ensuite il grandit, il s'enracine, toujours invisible, inaperçu. Seuls les contes de fées lui confèrent une forme propre. Le Grand Méchant Loup, les rois maléfiques, les démons, les diables...
Commenter  J’apprécie          120
Alfaric   22 avril 2014
La lignée de sang : symptôme, Tome 1 : La lignée de Guillermo del Toro
En Amérique, Dieu est un dictateur bienveillant et l’avenir nécessairement radieux.
Commenter  J’apprécie          130
jeanbiscotte   17 octobre 2012
La lignée de sang : symptôme, Tome 1 : La lignée de Guillermo del Toro
La Créature excellait dans l'horreur, mais cette horreur-ci, bien humaine, elle, dépassait de loin tout ce qu'on pouvait imaginer. Non seulement parce qu'elle ne connaissait pas de miséricorde mais parce qu'elle était perpétrée de manière rationnelle et sans obligation aucune. Elle résultait d'un choix. Cette tuerie n'entretenait aucun rapport avec la guerre et ne servait d'autre but que le mal à l'état pur. Des hommes décidaient d'éliminer leurs semblables, ils créaient de toutes pièces des motivations, des lieux et des mythes afin de satisfaire leur désir avec ordre, logique et méthode.
Commenter  J’apprécie          110
MissSherlock   15 janvier 2014
Cabinet de curiosités : Mes notes, collections et autres obsessions de Guillermo del Toro
En prenant sa place légitime parmi les personnages essentiels de la littérature, la créature de Frankenstein rejoint Tarzan, Sherlock Holmes, Pinocchio et Monte-Christo au rang de ceux qui incarnent un concept, même dans l'esprit des gens qui n'on jamais lu le livre.
Commenter  J’apprécie          110
MissG   04 décembre 2011
La lignée de sang : symptôme, Tome 1 : La lignée de Guillermo del Toro
- Ca vous dirait d'avoir chacun un poney, et aussi un étang rien qu'à vous ?

Ce qui fit taire les enfants, ce ne fut pas, comme elle le crut d'abord, cette généreuse tentative de corruption, mais son sourire lui-même : un sourire de gargouille parfaitement artificiel, révélant une haine absolue qui les pétrifia de terreur.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Guillermo del Toro (960)Voir plus


Quiz Voir plus

DURETE

Dans la mythologie Grecque qui est le dieu de la guerre

ARRES
ATHENA
HERCULE
ZEUS

1 questions
76 lecteurs ont répondu
Thème : Guillermo del ToroCréer un quiz sur cet auteur

.. ..