AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 742 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Cologne , le 21/12/1917
Mort(e) à : Kreuzau , le 19/07/1985
Biographie :

Heinrich Böll est un écrivain allemand.

Né dans une famille catholique, Heinrich Böll s’oppose très jeune à la montée du nazisme. Incorporé dans la Wehrmacht, blessé et envoyé dans un camp de prisonniers, il restera très marqué par les souvenirs de la guerre.

Ses premières œuvres, évoquant les conditions de vie des allemands moyens dans l’immédiat après-guerre, seront assimilées à la Trümmerlitteratur (littérature des ruines).

Membre du groupe 47 et catholique excentrique, Heinrich Böll s’attaque également aux figures de l’autorité de la période Adenauer et adopte une position très critique devant le miracle économique allemand. Il demande aux juges une plus grande clémence envers Ulrike Meinhof, leader de la Bande à Baader, et s’oppose à la guerre froide.

Il se mobilisa , aux cotés de Camus , Sartre et Picasso lors de l’insurrection de Budapest ainsi que lors de la crise du canal de Suez , et intervint en faveur d'Ulrike Meinhof , ce qui lui valut d'être traîné dans la boue et diffamé .

Son récit le plus connu "L’Honneur perdu de Katarina Blum", attaque impitoyable des médias conservateurs allemands, a été adapté au cinéma par Volker Schlöndorf en 1975. Plusieurs recueils de nouvelles, une centaine d'essais et une douzaine de romans marquent sa carrière littéraire ("La Grimace", "Portrait de groupe avec dame", "Femmes devant un paysage fluvial", "Journal irlandais"...).

En France, il reçoit le prix du Meilleur Livre étranger en 1955 pour "Les Enfants des morts". En Allemagne, il reçoit le prix Georg Büchner en 1967 pour l’ensemble de son œuvre et le Prix Nobel de littérature 1972 « pour son écriture qui, par sa combinaison d'une large perspective sur son temps et un savoir-faire sensible à la caractérisation a contribué à un renouvellement de la littérature allemande ». Il est considéré comme l'un des plus grands écrivains allemands de la période de l'après-guerre.
+ Voir plus
Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'Honneur perdu de Katharina Blum (Die verlorene Ehre der Katharina Blum oder: Wie Gewalt entstehen und wohin sie führen kann), film de Volker Schlöndorff et Margarethe von Trotta d'après le roman éponyme de Heinrich Böll, sorti en 1975. Bande-annonce
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
Peluche0706   09 novembre 2013
L'honneur perdu de Katharina Blum de Heinrich Böll
Il se passe trop de choses sur le devant de la scène sans que nous sachions rien de ce qui se passe en coulisse.
Commenter  J’apprécie          330
Yuko   19 juillet 2012
L'honneur perdu de Katharina Blum de Heinrich Böll
C'est alors seulement que, tirant de son sac les deux éditions du JOURNAL, Katharina demanda si l'Etat - ce fut le terme qu'elle employa - ne pouvait rien faire pour la protéger de toute cette boue et lui rendre son honneur perdu.
Commenter  J’apprécie          310
nadejda   02 mars 2017
Journal irlandais de Heinrich Böll
Dans les vitrines des brocanteurs où traînait un bric-à-brac des plus hétéroclite, je trouvais enfin une des choses que je souhaitais voir au cours de mon voyage : une cabine d'ivrogne individuelle avec le rideau de cuir ; là, le buveur s'enferme lui-même (comme un cheval dans son box) pour être seul ; seul avec son whisky et sa douleur, sa foi et son incrédulité, il s'abîme dans les profondeurs du temps, dans le caisson étanche de la passivité, aussi longtemps que son argent le lui permet, jusqu'à ce qu'il soit forcé de réapparaître à la surface du temps, forcé d'aller travailler dans un endroit quelconque, de s'exténuer à ramer à contre-courant, agitation impuissante et insensée : chaque barque descend inexorablement les eaux sombres du Styx. p 20-21 (livre de poche)
Commenter  J’apprécie          293
Sachenka   12 juillet 2017
La grimace de Heinrich Böll
Tout clown qui se met à boire dégringole plus vite encore qu'un couvreur saoûl de son toit.
Commenter  J’apprécie          272
Sachenka   20 mai 2017
Fin de mission de Heinrich Böll
"Le vrai philtre d'amour c'est le vin", marmonna-t-elle.
Commenter  J’apprécie          272
annie   16 juillet 2009
L'honneur perdu de Katharina Blum de Heinrich Böll
Au début de ce roman, le lecteur est averti par l’auteur par cette citation :



L’action et les personnages de ce récit sont imaginaires. Si certaines pratiques journalistiques décrites dans ces pages offrent des ressemblances avec celles du journal Bild, ces ressemblances ne sont ni intentionnelles ni fortuites mais tout bonnement inévitables.
Commenter  J’apprécie          250
Sachenka   30 juillet 2017
La grimace de Heinrich Böll
L'argent, c'était comme le "désir charnel", personne n'en parlait de façon précise, n'y pensait même de façon précise. Ou bien on le "sublimait" - comme un prêtre l'avait dit à Marie du désir charnel - ou bien on le tenait pour vulgaire en soi, mais sans y songer jamais en fonction de ce qu'il représentait dans l'immédiat : nourriture ou taxi, paquet de cigarettes ou chambre avec salle de bains.
Commenter  J’apprécie          230
Austral   18 mars 2013
Le pain des jeunes années de Heinrich Böll
Est-ce que vous savez comme c'est merveilleux de se faire pardonner un acte dont on ne se sent pas du tout coupable ?
Commenter  J’apprécie          240
Sachenka   09 juillet 2016
Portrait de groupe avec dame de Heinrich Böll
Les témoignages de deux groupes antagonistes ne se contredisent jamais sur les faits mais sur leur interprétation seulement.
Commenter  J’apprécie          220
Erveine   07 avril 2016
De la compassion à la colère de Heinrich Böll
Dans mon livre sont cachées beaucoup de choses qui font partie de l’histoire de la République fédérale ; lorsque j’ai commencé à l’écrire, cette république avait douze ans, lorsqu'il parut, elle avait quatorze ans et, depuis, elle a pris de l’âge, elle a aujourd'hui trente-six-ans. L’un des reproches les plus importants adressés à ce roman, c’est qu’on y voyait vivre ensemble deux personnes non mariées.

Quel est le jeune qui peut aujourd'hui comprendre de tels reproches, sans qu’on lui donne les explications nécessaires sur une certaine évolution qui s’est également produite dans le « milieu » catholique lorsque les porte-parole des associations n‘ont pas voulu aller aussi loin que Carl Muth ― c’était encore le cas il y a un peu plus de vingt ans ? Non, ce roman n’a pas cent ans, il n’en a que vingt-deux et voilà que déjà il est historique.

Vivre ensemble sans être mariés n’est pas seulement chose courante, c’est accepté dans les milieux catholiques comme dans ceux qui ne le sont pas, et pourtant « La Grimace » est un roman traitant du mariage, presque au sens biblique du terme : ce que Dieu a uni, l’homme ne doit pas le séparer. Cette interprétation, certes, est à nouveau « trop pieuse » pour Carl Amery. La prétention de l’Église ou de l’État, la plupart du temps des deux ensemble, selon laquelle ils ont le droit de définir ce qu’est un mariage est ici mise en cause. C’est tout. Il ne d’agit pas de propagande pour le « concubinat » ni pour la promiscuité, mais en revanche ― et je n’ai pas honte de l’écrire ― d’une sorte de chasteté qui a échappé à la plupart des protagonistes. Dans les familles catholiques aussi, on accepte depuis que l’on vive ensemble sans être mariés ― ce n’est pas toujours facile, mais on l’accepte. (Pages 192-193)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur
.. ..