AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.97 /5 (sur 1051 notes)

Nationalité : Autriche
Né(e) à : Klagenfurt, Carinthie , le 06/11/1880
Mort(e) à : Genève , le 15/04/1942
Biographie :

Robert Musil est un écrivain, ingénieur, essayiste et dramaturge autrichien.

Fils unique d’un ingénieur, il suit pendant cinq ans une formation militaire dans différentes académies avant de l’interrompre pour commencer des études d’ingénieur à Brno. Il est diplômé en 1901 et, en 1903, il s’installe à Berlin pour des études de philosophie et de psychologie, pour lesquelles il obtient un doctorat. Durant ces années il écrit son premier roman "Les Désarrois de l’élève Törless" (1906); son premier succès littéraire.

De retour à Vienne, il devient bibliothécaire et se marie en 1911, année où paraît "Noces". Après la Première Guerre mondiale qui le voit officier sur le front italo-serbe, il s’installe à nouveau à Berlin où il travaille à son roman, considéré comme l’un des plus grands romans du XXème siècle, "L’Homme sans qualités" dont le premier tome paraît en 1930, suivi d’une deuxième partie en 1933. Il publie en 1921 sa pièce "Les Exaltés" suivie de "Trois femmes" (1924) et de "Vincent et l'amie des personnalités" (1926).

Le 16 janvier 1927, il prononce un discours aux funérailles de Rilke. L’arrivée des Nazis au pouvoir le fait quitter Berlin pour Vienne et, après l’Anschluss, Vienne pour Zürich. En 1938 les "Œuvres pré-posthumes" sont interdites par les autorités autrichiennes et allemandes pour dissidence, comme tout le reste de son œuvre dès 1939. Ses revenus déclinent et la situation du couple est alors très précaire. Robert Musil meurt, sans avoir terminé son roman. Son "Journal" est publié après sa mort.
+ Voir plus
Source : Evene
Ajouter des informations
Bibliographie de Robert Musil   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le désarroi du professeur Robert Musil (1981 / France Culture). Un documentaire d'Olivier Biegelmann et Mehdi El Hadj. Par Olivier Biegelmann. Avec Martin Flinker, Georges Schlosser, Jacques Bouveresse, Marie-Louise Roth, Pierre-Yves Pétillon. Réalisation : Mehdi El Hadj. Émission “Nuits magnétiques”, diffusée sur France Culture le 18 février 1981. Présentation des Nuits de France Culture : C'était en 1982, dans le numéro 363 de La Quinzaine littéraire, que Marguerite Duras écrivait que “L'Homme sans qualités” avait été une des plus grandes lectures qu'elle ait jamais faites, et qu'on n'en finirait pas d'écrire sur “ce fou de Musil”. « Il me semble qu'on peut dire que l'objet de l'écrivain Musil n'est pas seulement la littérature, écrivait Duras, qu'il est autre chose aussi qu'un écrivain, qu'il est autrement aussi qu'un écrivain, que ce n'est pas seulement la littérature qui le concerne : c'est ce qui semblerait irréductible à toute littérature qui le concerne ; par exemple : la vérité historique, l'incidence indéfinie d'une idée quelconque, qu'elle ait trait à l'aviation, aux mines de fer de l'Europe centrale ou à la reconsidération de l'essayisme au début du siècle. Musil, c'est ça aussi : la tentative de tout, du tout au monde. » En 1981, Olivier Biegelmann et Mehdi El Hadj consacraient une “Nuit magnétique” à celui dont Duras disait encore : « Musil porte à écrire, mais pas comme le printemps, pas comme la culture, l'instruction, mais comme soi-même, comme sa fatalité propre - de même que si tout le monde écrivait. » Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (8) Voir tous


Citations et extraits (511) Voir plus Ajouter une citation
Robert Musil
Under_the_Moon   15 juin 2016
Robert Musil
Si vous comptez noyer vos problèmes dans l'alcool, gardez à l'esprit que certains problèmes savent parfaitement nager.
Commenter  J’apprécie          1040
Nastasia-B   23 juin 2018
L'Homme sans qualités, tome 2 de Robert Musil
Notre époque ruisselle suffisamment d'énergie. On ne veut plus voir que des actes, et nulle pensée. Cette terrible énergie provient de ce que l'on n'a plus rien à faire. Intérieurement, je veux dire. Mais en fin de compte, même extérieurement, l'homme ne fait que répéter toute sa vie un seul et même acte : il entre dans une profession, puis y progresse. […] Il est si simple d'avoir la force d'agir, et si malaisé de trouver un sens à l'action ! Très peu de gens, aujourd'hui, le comprennent. C'est pourquoi les hommes d'action ressemblent à des joueurs de quilles qui emprunteraient des poses à la Napoléon pour renverser neuf machins de bois ! Je ne serais même pas surpris qu'ils finissent par en venir violemment aux mains, simplement pour voir passer par-dessus leur tête ce mystère incompréhensible : que toutes les actions du monde ne suffisent jamais !



Chapitre 10 : Suite de l'excursion à la Schwedenschanze. La morale du deuxième pas.
Commenter  J’apprécie          670
Robert Musil
Nastasia-B   17 septembre 2016
Robert Musil
En tant que personne supra-personnelle, l'État adopte carrément le principe que l'on peut piller, massacrer et tromper s'il en résulte puissance, gloire et civilisation.



L'HOMME SANS QUALITÉS, tome 2 : chapitre 10.
Commenter  J’apprécie          622
Nastasia-B   29 mai 2014
L'Homme sans qualités, tome 2 de Robert Musil
Qu'importent en fin de compte les événements en tant que tels ! Ce qui compte, c'est le système de représentations à travers lequel on les observe, et le système personnel dans lequel on les insère.



Chapitre 2 : confiance.
Commenter  J’apprécie          520
Robert Musil
Nastasia-B   23 septembre 2016
Robert Musil
Il est sûrement peu de gens qui sachent ce qu'est le repentir mais tous peuvent dire où il doit régner.



L'HOMME SANS QUALITÉS, tome 2 : chapitre 11.
Commenter  J’apprécie          520
Nastasia-B   19 juin 2014
L'Homme sans qualités, tome 2 de Robert Musil
Que de soleils se sont couchés depuis, et pourtant je n'ai pas oublié celui-là ! [...] Que tout cela était beau ! Maintenant que tu es mort, et à ma joie je suis encore debout, bien qu'au pied de ton cercueil ! Tels sont, comme chacun sait , les sentiments des gens âgés à la mort de leurs contemporains. Quand survient la vieillesse glacée, la poésie s'épanouit. Beaucoup d'hommes qui n'avaient plus écrit de poèmes depuis leur dix-septième année en composent soudain un dans leur soixante-dix-septième, en rédigeant leur testament.



Chapitre 4 : " Ich hatt' einen Kameraden. "
Commenter  J’apprécie          470
Nastasia-B   13 février 2019
L'Homme sans qualités, tome 2 de Robert Musil
Nombreux sont les hommes qui préfèrent aux pensées difficiles les pensées dépourvues de sens.



Chapitre 14 : Du nouveau chez Walter et Clarisse. Un montreur et son public.
Commenter  J’apprécie          461
Nastasia-B   09 juillet 2018
L'Homme sans qualités, tome 2 de Robert Musil
« N'est-il pas bon d'être bon ? demanda-t-elle à son frère. […]

— Les enfants aiment être bons comme ils aiment les sucreries…

— Ils aiment aussi être méchants…

— Mais le désir d'être bon fait-il encore partie des passions des adultes ? demanda Ulrich. Non, être bon fait partie de leurs PRINCIPES ! Ils ne sont pas bons, cela leur semblerait puéril, ils agissent bien ; un homme bon est un homme qui a de bons principes et qui fait de bonnes actions : que cela ne l'empêche pas d'être un salaud, c'est un secret de Polichinelle ! […] Il y a dans ces hommes bons une absurdité paradoxale. D'un état ils font une exigence, d'une grâce une règle, d'un être un but ! Dans cette famille des bons, on ne mange toute sa vie que des restes, et c'est pourquoi le bruit court qu'il y eut jadis un jour de fête dont ils proviennent tous. Sans doute, une ou deux vertus reviennent-elles de loin en loin à la mode, mais dès que c'est passé, elles perdent vite leur fraîcheur.

— Tu as dit que la même action pouvait être bonne ou mauvaise selon son contexte ? » demanda alors Agathe.

Ulrich le reconnut. Sa théorie était que les valeurs morales ne sont pas des grandeurs absolues, mais des notions fonctionnelles. Quand nous moralisons, quand nous généralisons, nous les détachons de leur ensemble naturel : « C'est là probablement que quelque chose cloche sur le chemin de la vertu, dit-il.

— Sinon, comment les êtres normaux pourraient-ils être aussi ennuyeux, ajouta Agathe, quand leur intention d'être bons devrait être la chose la plus délicieuse, la plus difficile et la plus divertissante que l'on puisse imaginer ! »



Chapitre 11 : Conversations sacrées. Début.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Robert Musil
Nastasia-B   09 juillet 2018
Robert Musil
Il est des amoureux qui regardent l'amour comme on regarde le soleil, ils n'y gagnent que d'être aveuglés.



L'HOMME SANS QUALITÉS, tome 2 : Chapitre 12.
Commenter  J’apprécie          430
Robert Musil
Nastasia-B   19 juillet 2018
Robert Musil
La foi consiste essentiellement à croire toujours la même chose, […] même si c'est une hérésie.



L'HOMME SANS QUALITÉS, tome 2 : Chapitre 20.
Commenter  J’apprécie          430

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les Incorruptibles - Chemins toxiques

Comment l'école de Tamaya s'appelle-t-elle ?

Wimbledon
Beet
Woodridge
Bristol

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Chemins toxiques de Louis SacharCréer un quiz sur cet auteur