AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.74 /5 (sur 782 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Danzig-Langfuhr , le 16/10/1927
Mort(e) à : Lübeck , le 13/04/2015
Biographie :

Günter Wilhelm Grass est un écrivain et un artiste allemand.

Enfant, il assiste à la montée du national-socialisme en Pologne et son œuvre s'en trouve profondément marquée. A 17, il est enrôlé dans la Waffen SS et il est versé dans la 10e division de Panzer, "Frundsberg" dont il aime le nom parce que Jörg von Frundsberg était « quelqu'un qui défendait la liberté ». Après avoir été capturé par les américains en 1944, puis relâché en 1946, il mène une vie de bohème et travaille comme ouvrier agricole.

Il fait des études d'art à Düsseldorf et à Berlin, et finit par se consacrer principalement à la littérature. Il gagne sa vie grâce à ses sculptures et ses gravures. A Paris, il rencontre Celan, James Joyce ainsi que les tenants du nouveau roman, mais c'est surtout la littérature baroque qui l'influence.

Il débute comme poète et comme auteur dramatique. Il devient célèbre en 1959 grâce à son chef-d'œuvre "Le Tambour" qui obtient un succès planétaire. Ce roman compose avec "Le Chat et la Souris" (1961) et "Les Années de chien" (1963) sa "Trilogie de Dantzig".

De retour en Allemagne, il s'ouvre à la vie politique en prenant partie pour les sociaux-démocrates, soutenant Willy Brandt dans son désir d'ouverture à l'Est. En 1995, la publication de "Toute une histoire" provoque une polémique en Allemagne et la presse populaire s'insurge contre le romancier : le Bild-Zeitung titre « Grass n'aime pas son pays ».

Grass continue à publier d'autres romans à succès comme "Le Journal d'un escargot" (1972), "Le Turbot" (1977), "Une rencontre en Westphalie" (1979) ou "La Ratte" (1985), et obtient, en 1999, le prix Nobel de littérature « pour avoir dépeint le visage oublié de l'Histoire dans des fables d'une gaieté noire. »

En août 2006, il révèle son enrôlement en octobre 1944 dans les Waffen-SS après avoir prétendu auparavant avoir servi dans la Flak. Cette divulgation tardive est faite quelques jours avant le lancement de son dernier livre autobiographique, "Pelures d'oignon" (2006).

L'écrivain, père de quatre enfants, déclenche une vive polémique en 2012 en publiant dans la presse allemande un poème critiquant violemment Israël et accusant le pays de « menacer la paix mondiale ». L'État hébreu le déclare alors persona non grata.

En janvier 2014, Grass annonce qu'il n'écrira plus de romans, mais continue son activité de dessinateur, illustrateur et graphiste.
+ Voir plus
Source : www.newyorker.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Günter Grass   (34)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Günter Grass


Citations et extraits (160) Voir plus Ajouter une citation
peloignon   26 février 2013
Le Chat et la souris de Günter Grass
J'avais la rage au ventre, et la rage faisait des petits.
Commenter  J’apprécie          340
Sachenka   16 juin 2016
Le Turbot de Günter Grass
Tout ce qui nous est sacré, l'histoire aux mille détours, le brillant empire des Hohenstaufen, les abruptes cathédrales gothiques, tout cela n'existerait pas si une frugalité sotte devait être le fait de l'homme.
Commenter  J’apprécie          230
Sachenka   11 juin 2016
Le Turbot de Günter Grass
«Il est grand temps, mon fils! Le néolithique, ainsi que nous appelons l'âge de pierre récent, est entré dans sa phase finale. Venue de Mésopotamie, par le delta du Nil et l'ile de Crète, encouragée par la vigueur virile, la civilisation se répand. Là on voit des femmes travailler les champs et plus tard piler dans les mortiers le grain obtenu. Ainsi les famines ne sont plus irréparables. Non, porcs et boeufs se multiplient, élevés en troupeaux. Il y a toujours des provisions de réserve. On construit des habitats fixes. La horde et la grand famille s'articulent en tribus. Des roi-héros règnent. L'État jouxte l'État. Et les hommes sont en armes. Ils savent pourquoi ils se battent : pour leurs possessions héréditaires. [...]»
Commenter  J’apprécie          190
Günter Grass
Hardiviller   19 novembre 2020
Günter Grass
L'échec est beaucoup plus instructif que la victoire . Les vainqueurs croient en eux-mêmes et sont persuadés que leur point de vue est juste et validé par les faits , et ainsi ils n'apprennent rien . Les perdants doivent remettre en question tout ce à quoi ils ont cru et les raisons pour lesquelles ils ont combattu , et ont ainsi une chance d'apprendre , de la façon la plus dure , les leçons les plus grandes que la vie peut vous donner .
Commenter  J’apprécie          190
Arakasi   19 août 2014
Le tambour de Günter Grass
Au dessus du piano, le portrait du sombre Beethoven, cadeau de Greff, fut ôté de son clou et, au même clou fut exposé un Hitler au regard pareillement sinistre. Matzerath, qui n'avait pas le goût de la musique grave, voulait bannir sans rémission le musicien sourd. Pourtant maman, qui aimait beaucoup les phrases lentes des sonates beethovéniennes, les avait étudiées sur notre piano deux ou trois fois plus lentement qu'il n'était indiqué et les faisait s'égoutter de temps à autre, obtint à force d'insistance que le Beethoven prît place non pas au-dessus du divan, mais au-dessus de la desserte. Ainsi commença cette confrontation sinistre entre les plus sinistres : Hitler et le génie, suspendus face à face, se regardaient, se perçaient à jour et pourtant n'éprouvaient aucune sympathie réciproque.
Commenter  J’apprécie          180
Sachenka   12 juin 2016
Le Turbot de Günter Grass
«[...] Il a fallu des dizaines d'années pour que le mil soit relayé par la pomme de terre. Et la suppression du servage a duré plus longtemps encore plus longtemps. Toujours ces régressions. Après Robespierre vint Napoléon et ensuite ce Metternich...»
Commenter  J’apprécie          150
Arakasi   25 août 2014
Le tambour de Günter Grass
Ne demandez pas à Oscar ce qu’elle est, qui elle est !

Je ne vous dirai pas son nom. Car ce qui jadis fut derrière moi, qui ensuite baisa ma bosse, le voici, la voici qui vient à moi, qui s’avance, qui s’approche :



La Sorcière Noire était là ! - NOIRE !

Etait déjà derrière moi. - NOIRE !

La voilà qui vient vers moi. - NOIRE !

Voilà qu’elle est devant moi. - NOIRE !

Avec son grand corbillard. - NOIR !

Qu’elle achète au marché noir. - NOIR !



Ce n’est plus une comptine

Comme les enfants en serinent.

La sorcière Noire est-elle là?

Ja, ja, ja !
Commenter  J’apprécie          140
gavarneur   17 avril 2019
La ballerine de Günter Grass
Même si, de temps en temps, des incartades dans le domaine du défendu ont laissé et laissent penser que tout est permis à l'art, l'esprit justement le plus agile s'est toujours inventé des règles, des limites, des chambres interdites.

Page 14
Commenter  J’apprécie          140
Arakasi   26 août 2014
Le tambour de Günter Grass
Par une circonstance singulière, j’attendais de la littérature plus de suggestions que de la vie nue, réelle. Ainsi de Jan Bronski, que j’avais vu à satiété peloter ma pauvre maman, il n’y avait rien à apprendre. Certes, je savais que ce tas, alternativement composé de maman et de Jan, ou de Matzerath et de maman, soupirant, exalté, enfin haletant de lassitude et se défaisant baveux, voulait dire amour. Pourtant, Oscar ne voulait pas croire que cet amour fût l’amour. A partir de l’amour il cherchait un amour autre ; il en revenait sempiternellement à l’amour en tas et haïssait cet amour ; jusqu’au moment où il le pratiqua lui-même et dut plaider sa cause devant soi-même parce que c’était le seul amour possible et vrai.
Commenter  J’apprécie          120
Ambages   25 janvier 2019
Une rencontre en Westphalie de Günter Grass
Où Patrie gisait terrassée, Poésie ne pouvait fleurir.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..