AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.35 /5 (sur 79 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montceau-les-Mines , le 27/01/1917
Mort(e) à : Paris , le 17/02/1967
Biographie :

Henri Perruchot est écrivain, philosophe, historien de l'art, biographe, éditeur, romancier.

Né dans une famille originaire de Morvan, il passe son enfance et sa jeunesse à Marseille. Il obtient une licence d'anglais à la faculté des lettres d'Aix-en-Provence et devient professeur. Peu enthousiasmé par l'enseignement, il se dirige vers l'écriture et monte à Paris.

Il débute par des publications alimentaires (romans, philosophie). Il est aussi éditeur.

Au delà du roman et de l'orientation philosophique, il trouve sa voie avec les biographies d'artistes de la série "Art et Destin" : vies de Van Gogh (1955), de Cézanne (1956), de Toulouse-Lautrec (1958), de Manet (1959), de Gauguin (1961), de Rodin... beaucoup traduites en de nombreuses langues.

Il est le créateur de la revue "Jardin des Arts", aujourd'hui disparue.

Henri Perruchot est l'un des inspirateurs du prix littéraire du Morvan, qui porte son nom, créé à Liernais en 1960 et décerné tous les deux ans.

Il recevra le Grand Prix Littéraire de la Ville de Paris en 1963, pour l'ensemble de son œuvre. Il est membre de la Société des Gens de Lettres.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Henri Perruchot   (32)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
Mimimelie   04 juillet 2013
La vie de Toulouse-Lautrec de Henri Perruchot
Il ne fut jamais dupe. Ni des hommes ni des choses. Et de lui-même moins que de rien ou de personne. Sa vie fut un drame, une brève tragédie menée jusqu'à son terme en toute connaissance de cause, mais avec une telle discrétion, une telle horreur de la pitié -car un grand seigneur, voilà ce que fut, dans sa pleine force du terme, ce nabot disgracié- que même ceux qui le fréquentèrent n'en pressentirent pas toujours la douloureuse amertume. Jamais destin ne fut peut-être, en vérité, aussi clairement compris par celui qui l'assuma, ni vécu plus lucidement.
Commenter  J’apprécie          110
evanna   11 septembre 2015
La vie de Van Gogh de Henri Perruchot
Tout à sa frénésie de peindre, il délire de bonheur. Cette frénésie ne va pas, hélas, sans de gros frais. Il lui faut, pour nourrir sa passion, acheter sans arrêt toiles et couleurs. "J'ai dû dépenser, aussitôt la lettre reçue, presque tout pour des couleurs et des toiles et je voudrais bien qu'il te fût possible de m'envoyer encore quelque chose ces jours-ci". il se met, et il met certainement aussi Théo, dans des situations embarrassantes. Que faire, pourtant ? Ralentir son rythme, freiner, endiguer son débordement créateur ? Il ne peut pas en être question. Les vergers sont en fleurs, il se sent en de bonnes dispositions, et l'on doit "battre le fer tant qu'il est chaud"...
Commenter  J’apprécie          100
Mimimelie   05 septembre 2013
La vie de Toulouse-Lautrec de Henri Perruchot
En novembre, Lautrec affronte à Toulouse, cette fois avec succès, les épreuves du baccalauréat. Le 22, d'Albi, il annonce, tout guilleret la nouvelle à Devisme : "..... Enfin le jury de Toulouse m'a déclaré acceptable, malgré la niaiserie que j'ai déployée à leur répondre à "eusses" ! J'ai fait des citations de Lucain qui n'avaient jamais existé, et le professeur, voulant paraître érudit, m'a reçu à bras ouverts."
Commenter  J’apprécie          100
scaalaire68   18 août 2016
La vie de Van Gogh de Henri Perruchot
« Celui qui veut faire quelque chose de bon ou d'utile ne doit pas tabler sur l'approbation ou l'appréciation générale, ni la désirer, mais au contraire n'espérer de sympathie ou d'aide que de très rares cœurs, et encore de quelques-uns » : cette phrase de Renan, que Vincent cite de mémoire à Théo, n'a jamais quitté son esprit. Demain comme hier, elle sera son credo. Il cultive et cultivera l'art pour lui même, tel un horticulteur qui ne se soucierait pas du cours des oignons de tulipes, resterait indifférent aux marchandages dont ils sont l'occasion.
Commenter  J’apprécie          90
Mimimelie   09 septembre 2013
La vie de Toulouse-Lautrec de Henri Perruchot
Mais ses camarades, il les a séduits bien plus encore par ses qualités propres. Ce descendant de croisés pourrait manifester toutes les vanités. Il n'est que simplicité. Ce jeune garçon, à qui la destinée a joué le tour le plus affreux, pourrait se montrer aigre, déplaisant. Il est la gentillesse même. Loin d'être porté à se venger sur autrui, il n'accuse ni choses ni gens. Il émeut par sa complaisance, son pouvoir de sympathie. …. Il est le premier à rire de sa misère. Il en bouffonne à plaisir. « Je suis une demi-bouteille », dit-il en zézayant. Il grimace et se caricature, amusant la galerie d'une image de lui-même qui, beaucoup plus qu'une parade, est, dans sa volontaire outrance, une dérobade : ce n'est plus tout à fait de lui-même qu'on rit. Mais qui le devine ? Qui pressent l'angoisse du « petit Bas-du-Cul » ?
Commenter  J’apprécie          80
AuroraeLibri   12 décembre 2010
La vie de Van Gogh de Henri Perruchot
"Je sens en moi un feu que je ne peux laisser éteindre, qu'au contraire je dois attiser, bien que je ne sache pas vers quelle issue cela va me mener."



"Je ne puis me soucier de ce que les gens pensent de moi, il faut que j'aille de l'avant, c'est à cela que je dois penser...si je ne vaux rien maintenant, je ne vaudrai pas davantage plus tard."



"Je réussirai.Non pas que je deviendrai quelque chose d'extraordinaire, mais bien quelque chose d'ordinaire."
Commenter  J’apprécie          80
Jcequejelis   06 août 2013
La vie de Cézanne de Henri Perruchot
En cette année 1859, son père s'offre une fantaisie. Pour la bagatelle de quatre-vingt mille francs, il achète, à un kilomètre d'Aix, sur la route de Roquefavour, l'ancienne maison de campagne du gouverneur de Provence... (...) Aix n'apprend pas sans dépit, cette acquisition. On y voit un étalage de parvenu. Pourtant, aussi content qu'il soit lui-même, Louis-Auguste, pas plus que son fils, n'éprouve de penchant pour la vanité. Son ascendance paysanne parle en lui fortement. Comme les paysans, il n'a d'attirance que pour les réalités, que dédain pour le paraître, cette puérile niaiserie. Nullement tenté de publier ses victoires, il les cacherait plutôt; ses satisfactions restent tout intérieures, d'un orgueil d'autant plus vif que l'insolence s'en veut plus discrète : être et ne paraitre pas, être et berner son monde, quelle jouissance!



953 - [Le Livre de poche n° 487-488, p. 70-71]
Commenter  J’apprécie          70
Jcequejelis   11 août 2013
La vie de Cézanne de Henri Perruchot
Voici longtemps déjà (que Zola) a quitté le bouge de la rue Soufflot. Depuis lors, il a changé une ou deux fois de domicile. En juillet, il loue un appartement de trois pièces rue des Feuillantines, au numéro 7. Il y prend l'habitude – par besoin d'amitié, de la chaleur d'un groupe, besoin d'avoir autour de soi, comme un père ses enfants, des êtres unis par les mêmes pensées, enfiévrés par les mêmes désirs – de réunir chaque jeudi soir, en un dîner, ses relations parisiennes. Vient qui veut : la table est ouverte. Cézanne, Baille, Chaillant, des Aixois de passage. Guillemet, Pissarro ses retrouvent à ces agapes. La chère n'est sans doute pas très copieuse, par discrétion, chacun mouille son vin d'abondance.



969 - [Le Livre de poche n° 487-488, p. 129]
Commenter  J’apprécie          72
evanna   08 novembre 2017
La vie de Van Gogh de Henri Perruchot
A peine arrivé à Nuenen, Vincent se rend compte à quel point, entre lui et les siens, le désaccord est maintenant irrémédiable. Au presbytère, où on lui réserve pourtant un accueil "amical", on le comprend moins que jamais. Ces parents et ce fils ne parlent pas la même langue. Ce que lui, Vincent, exprime avec une candeur bougonne, gauchement et naïvement, en terme de destin, son père, sa mère, ses frères, ses soeurs, les voisins, le traduisent, eux, dans les mots les plus plats des réalités terre à terre. "Pourquoi ne vends-tu pas ?" lui demande-t-on continuellement. On lui reproche de ne pas gagner d'argent. On lui fait sentir que les mensualités de Théo sont, premièrement, une aide précaire, deuxièmement, "une grâce faite à un barbouilleur". (p. 204)
Commenter  J’apprécie          70
Jcequejelis   12 août 2013
La vie de Cézanne de Henri Perruchot
Après six mois de séjour en Provence, Cézanne est de nouveau à Paris au début de 1865.

Cette fois, quittant la rive gauche, il va se loger sur les confins du Marais, au numéro 22 de la rue Beautreillis, dans un vieil hôtel du XVIIe siècle, l'hôtel de Charny. (...)

Lui a-t-on dit que, voilà six ou sept ans, Baudelaire habita cette maison ? Baudelaire, à qui la pudibonderie contemporaine a fait (en 1857) un absurde procès de moralité, compte parmi les poètes préférés de Cézanne, qui lit dans le texte Virgile et Lucrèce : servi par son extraordinaire mémoire (bien qu'il ne les ait jamais visités, il sait tout ce que contiennent les différents musées d'Europe), il pourrait réciter sans défaillance l'entier recueil des Fleurs du Mal.



Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,

Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,

Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,

Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.



Je laisse à Gavarni, poète des chloroses,

Son troupeau gazouillant de beautés d'hôpital,

Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses

Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal.



Ce qu'il faut à ce cœur profond comme un abîme,

C'est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime,

Rêve d'Eschyle éclos au climat des autans;



Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange,

Qui tors paisiblement dans une pose étrange

Tes appas façonnés aux bouches des Titans!



Note : D'après un exemplaire des Fleurs du Mal que Cézanne avait annoté et dont il fit présent à Léo Larguier, ses pièces préférées éraient : Les Phares, L'Idéal (ci-dessus), Sed non satiala, Une Charogne, Les Chats, Le Mort joyeux, Le Goût du néant.



975 - [Le Livre de poche n° 487-488, p. 140]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Voyage à Pitchipoï"

Qu'est-ce que "Pitchipoï" ?

C'est le camp des Milles
C'est le camp de Drancy
C'est le camp d'Auschwitz

10 questions
1258 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage à Pitchipoï de Jean-Claude MoscoviciCréer un quiz sur cet auteur