AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 560 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Pegram,Tennessee , le 14/04/1897
Mort(e) à : Beverly Hills , le 15/12/1955
Biographie :

Né de parents pauvres, Horace McCoy commence à travailler à douze ans comme vendeur de journaux. Il quitte définitivement son école de Nashville à 16 ans pour occuper différents boulots : mécanicien, vendeur itinérant, chauffeur de taxi.

En 1917, il s’engage dans l’armée, devient observateur aérien et atterrit en France en 1918. Au cours d’une mission, il parvient à ramener son bombardier dont le pilote avait été tué. Il décroche la Croix de Guerre en août 1918. Démobilisé, il devient journaliste sportif de 1919 à 1930 à Dallas. Il commence à écrire, et publie ses premières nouvelles dans les magazines de pulps à la fin des années 1920, dans un style vif et concis inspiré d’Ernest Hemingway.

La grande dépression lui fait perdre son emploi et il se retrouve alors tour à tour ouvrier saisonnier, serveur, garde du corps. En 1931, il finit par débarquer à Hollywood où il aligne d’abord quelques petits rôles avant de passer à l’écriture de scénarios (une quarantaine au total dont Gentleman Jim de Raoul Walsh en 1942 et Les Indomptables de Nicholas Ray en 1952).

En 1935 sort son premier roman noir, "On achève bien les chevaux" (They Shoot Horses, Don't They ?). L’année suivante, il termine "Un linceul n’a pas de poche" (No Pockets in a Shroud). Mais il ne trouve aucun éditeur, sauf en Angleterre en 1937. C’est en fait la France qui soutient son talent. Le Linceul est publié en 1946 par la Série Noire naissante (N° 4), et On achève bien les chevaux dans la prestigieuse collection "blanche" de Gallimard. On compare alors McCoy à Steinbeck et Hemingway.

Les États-Unis se réveillent donc sur le tard en sortant Le Linceul en 1948. Mais dans une version remaniée. C’est qu’en tirant à boulets rouges sur le rêve américain, en dégommant l’usine à rêves d’Hollywood, cette société où triomphent l’argent et le règne du plus fort, McCoy est trop sulfureux pour une Amérique qui se veut conquérante. Ses romans suivants ne feront que confirmer ses détracteurs dans l’idée que McCoy est vraiment irrécupérable.

Il meurt d’une attaque cardiaque à Beverly Hills, dans l’indifférence générale. Ses deux premiers romans ne seront adaptés au cinéma que sur le tard : "On achève bien les chevaux" en 1969 par Sydney Pollack, et "Un linceul n’a pas de poches" en 1974 par le Français Jean-Pierre Mocky.
+ Voir plus
Source : www.polars.org
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Horace McCoy : On achève bien les chevaux
De Cambridge, Massachusetts, Olivier BARROT évoque la vie mouvementée et les activités professionnelles éclectiques d'Horace Mac COY, puis présente son oeuvre littéraire, et son roman "On achève bien les chevaux"dont il résume l'intrigue.

Citations et extraits (100) Voir plus Ajouter une citation
jeranjou   08 mars 2013
On achève bien les chevaux de Horace McCoy
Je me rappelle combien j'étais surpris quand on arreta Mario pour meurtre. Je ne pouvais pas le croire. C'était un des plus gentils garçons que j'eusse jamais connus. Mais c'était alors que je ne pouvais pas le croire. Maintenant je sais qu'on peut être gentil et être en même temps un assassin. Personne n'a jamais été plus gentil avec un femme que je ne l'étais avec Gloria. Ce qui prouve que ça veut rien dire d'être gentil...



Robert, le "gentil" assassin de Gloria



Commenter  J’apprécie          320
 Horace McCoy
Cricri124   03 juillet 2019
Horace McCoy
- Tu connais le numéro 6 – Freddy et la petite Mansky. Sa mère va porter plainte contre lui et contre Socks. Elle s’est sauvée de chez elle.

- Je ne vois pas le rapport, dis-je.

- Si tu veux faire de la prison, va t’y frotter, dit Gloria. Elle n’a que quinze ans, à peu près. (…)

- Pourquoi mettre ça sur le dos de Freddy. Ce n’est peut-être pas sa faute.

- D’après la loi, c’est de sa faute, répondit Gloria. C’est ça qui compte.



Chapitre VI
Commenter  J’apprécie          300
belette2911   03 novembre 2013
Un linceul n'a pas de poches de Horace McCoy
- Évidemment, nous nous ferons des ennemis. Nous nous ferons des ennemis de tous les escrocs et tous les gangsters. Mais les gens biens seront avec nous.

- Les gens bien ne sont pas au pouvoir, répliqua Lawrence.
Commenter  J’apprécie          272
Cricri124   04 juillet 2019
On achève bien les chevaux de Horace McCoy
- Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? demanda-t-elle finalement.

- Je ne suis pas fixé. J’avais l’idée d’aller voir M. Maxwell demain. Je pourrais peut être le décider à faire quelque chose. Il a eu vraiment l’air de s’intéresser à moi.

- Demain, toujours demain, dit-elle. Le grand coup de veine, c’est toujours pour demain.



Chapitre XIII
Commenter  J’apprécie          240
jeranjou   11 mars 2013
On achève bien les chevaux de Horace McCoy
La balle venait de la frapper sur le coté de la tête; le sang n'avait même pas commencé à couler. L'éclair de la déflagration illuminait encore son visage. [...]

Le procureur général s'est trompé quand il a déclaré au jury qu'elle était morte d'une mort affreuse, dans l'angoisse, sans amis, abandonnée, seule avec son misérable assassin.[...]

Elle n'est pas morte dans l'angoisse. Elle était détendue et reposée, elle souriait. C'était même la première fois que je la voyais sourire. Alors, comment aurait-elle pu être dans l'angoisse? Et, elle n'était pas sans amis, non plus.

J'étais son meilleur ami. J'étais son seul ami.





Une amitié singulière entre Robert et Gloria
Commenter  J’apprécie          220
Cricri124   03 juillet 2019
On achève bien les chevaux de Horace McCoy
- La Ligue des mères pour le relèvement de la moralité publique a condamné votre concours, dit Mme Highby. (…) Nous avons décidé de fermer votre établissement.

- Fermer ? dit Socks en fronçant les sourcils.

- Sur le champ. Si vous refusez, nous nous adresserons au Conseil municipal. Ce concours est vil et dégradant.

- Vous n’y êtes pas du tout, mesdames, dit Socks. Ce concours n’a rien de dégradant. Au contraire, ces jeunes gens en sont tous enchantés. Ils ont tous engraissé depuis que ça a commencé.



Chapitre X
Commenter  J’apprécie          2113
Nastasia-B   07 avril 2015
On achève bien les chevaux de Horace McCoy
— Pourquoi l'as-tu tuée ? me demanda le policier qui était assis à l'arrière avec moi.

— Elle me l'a demandé, répondis-je.

— T'entends ça, Harry ?



Commenter  J’apprécie          210
jeranjou   18 mars 2013
On achève bien les chevaux de Horace McCoy
"Que pouvais-je dire?... Tous ces gens savaient que je l'avais tuée; la seule autre personne qui aurait pu me venir en aide était morte."



Robert évoque Gloria, la femme qu'il a tout de même tuée. On pourrait appeler cela de l'ironie noire, non ? Peut-être même à l'encre indélébile...
Commenter  J’apprécie          200
Cricri124   22 octobre 2019
On achève bien les chevaux de Horace McCoy
- Je dis que vous êtes cinglé, fit Gloria.

- Elle ne veut pas dire ça, monsieur Donald…, fis-je.

- Et comment que je le veux ! riposta Gloria. J’ai rien contre le mariage, dit-elle à Socks, mais tant qu’à faire, vous pourriez me dégoter un Gary Cooper ou un gros producteur, ou bien un metteur en scène. Je ne veux pas épouser ce gars-là. J’ai déjà assez de mal à m’en tirer toute seule.

- ça n’a pas besoin d’être permanent, dit Rocky. C’est simplement un truc spectaculaire.

- Exactement, reprit Socks. Naturellement, la cérémonie, faut que ce soit régulier – faut ça pour attirer les clients – mais…

- Vous n’avez pas besoin d’un mariage pour attirer les clients, interrompit Gloria. Vous allez bientôt être obligé de les mettre dans les lustres, si ça continue. Ça ne leur suffit pas comme spectacle, de voir ces pauvres minables se ratatiner tous les soirs sur la piste ?

- Vous ne voyez pas mon point de vue, dit Socks.

- Et comment que je le vois, répondit Gloria. Je vois même beaucoup plus loin que vous.



Chapitre IX
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
belette2911   05 novembre 2013
Un linceul n'a pas de poches de Horace McCoy
- Roy est très jaloux de toi.

- Et pourquoi diable est-il jaloux ?

- Peut-être, dit-elle en le regardant avec de larges yeux innocents, parce que tu es un amant infiniment plus satisfaisant que lui.

- Ça alors, je veux bien être pendu ! s'exclama Dolan en la regardant avec stupéfaction. Tu as été lui dire ça ?

- Certainement.

- Oh ! Mon Dieu ! gémit Nolan.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Citations humoristiques ...

-Ah ! Dans ce cas, prenez un peu de kouign amann, c'est léger ! - Joli biscuit, drôle de nom. - Kouign veut dire "gâteau", amann, "beurre". C'est une spécialité de Douarnenez. Ce qui était bien, c'était que la recette était incluse dans le nom. Ils proposaient aussi une spécialité plus courante : l'andouille de Guéméné. Les marchands ambulants en vendaient un peu partout à Paris. Sauf devant l'hôtel de Rohan-Guéméné, sur la place Royale : le prince de Guéméné goûtait mal d'entendre sous ses fenêtres les cuisiniers crier "Andouille de Guéméné !" Indice : du chou-fleur

Tout va très bien Madame la Comtesse ! de Francesco Muzzopappa
Au service secret de Marie-Antoinette : L'enquête du Barry de Frédéric Lenormand
Tous tes secrets de Lisa Jewell
Le mystère de Roccapendente de Marco Malvaldi

12 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , citations philosophiquesCréer un quiz sur cet auteur