AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.48 /5 (sur 1320 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 24/12/1906
Mort(e) à : Corsier-sur-Vevey, Suisse , le 06/02/1985
Biographie :

James Hadley Chase est le pseudonyme le plus connu du Britannique René Brabazon Raymond, né à Londres le 24 décembre 1906. Courtier en librairie à l’âge de dix-huit ans, consciencieux et ayant l’habitude de lire les ouvrages qu’il vendait, il note l’engouement du public anglais pour les récits de gangsters américains et s’intéresse aux œuvres de Steinbeck, Hemingway ainsi qu’à la nouvelle esthétique américaine hard-boiled illustrée par les ouvrages de Dashiell Hammett.

Son premier roman, Pas d’orchidées pour Miss Blandish, paru en 1939 et écrit, dit la légende, en six week-ends à l’aide d’un dictionnaire d’argot américain, est très vite un best-seller. Ce titre, enrichi d’une suite en 1948, La chair de l’orchidée, deviendra l’un des fleurons de la Série Noire imaginée par Marcel Duhamel en 1945. Près de quatre-vingt-dix romans et un recueil de nouvelles suivront, dont Eva, un autre grand classique destiné à marquer l’histoire du genre. James Hadley Chase est mort le 5 février 1985.

Une quarantaine de films ont été adaptés de son œuvre caractérisée par le pessimisme de son univers, la qualité de ses intrigues et le refus du récit psychologique classique au profit d’une narration plus visuelle, privilégiant l’action comme étant encore le meilleur moyen de connaître l’âme de ses personnages.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de James Hadley Chase   (119)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce du film Eva (2018), nouvelle adaptation du roman Eva de James Hadley Chase.

Podcasts (1)


Citations et extraits (884) Voir plus Ajouter une citation
kounil98   11 juillet 2011
Pas d'orchidées pour Miss Blandish de James Hadley Chase
Les premières phrases : L'affaire débuta un après-midi du mois de juillet, par une chaleur torride, sous un ciel implacablement bleu et de brûlantes rafales de vent et de poussière. Au carrefour de la route qui va de Fort Scott au Nevada et de la nationale 54, qui relie Pittsburg à Kansas City, se trouvent une gargote et un poste d'essence. La baraque en bois a pauvre apparence et ne possède qu'une seule pompe, exploitée par un veuf d'un certain âge et sa fille, une blonde bien en chair.
Commenter  J’apprécie          230
nameless   24 juin 2020
Eva de James Hadley Chase
J'ai eu moi aussi pendant longtemps l'envie d'écrire, mais cela demandait trop de travail et je me suis découragé. J'étais convaincu que si je pouvais seulement débuter, le talent que je sentais en moi me vaudrait gloire et fortune. Il est probable que je n'étais pas le seul dans ce cas et que, comme mes semblables, je manquais surtout de volonté.
Commenter  J’apprécie          200
Ambages   21 juin 2020
Pas d'orchidées pour Miss Blandish de James Hadley Chase
- Pas à lui. A sa fille. Tu l'as déjà vue ? Quel morceau ! Je donnerais dix ans de ma vie pour l'enviander.

Bailey n'eut pas l'air intéressé.

- Je les connais, ces filles pleines de fric. Elles savent même pas à quoi elle peuvent servir.

- Je parie que celle-là le sait, fit Heinie avec un soupir. Son vieux donne une réception, pour son anniversaire. Elle a vingt-quatre ans… l'âge idéal, quoi !
Commenter  J’apprécie          191
andreas50   09 octobre 2019
Pas d'orchidées pour Miss Blandish de James Hadley Chase
« Les gangs qui font faillite, c'est plus souvent à cause d'une greluche que de la flicaille. »
Commenter  J’apprécie          180
Ambages   25 juin 2020
Pas d'orchidées pour Miss Blandish de James Hadley Chase
Elle but un peu de whisky en s'efforçant de réfléchir, opération qui lui était pénible. Rocco crut entendre grincer les rouages de son cerveau.
Commenter  J’apprécie          160
andreas50   29 avril 2020
La blonde de Pékin de James Hadley Chase
Il détourna les yeux, mais son instinct de mâle s'était ému ; il éprouvait une envie folle de rejoindre cette pute, et de lui montrer comment un Russe sait réduire une femme à l'état d'animal pantelant et plaintif, écrasé entre ses muscles puissants. Le rut refoulé amena la sueur à son front, mais il continua à marcher, car son espion signalerait ses faits et gestes, tôt ou tard.
Commenter  J’apprécie          130
nameless   24 juin 2020
Eva de James Hadley Chase
Comme il est curieux de penser que le désir sensuel repose sur un équilibre si délicat que le plus petit détail est capable de le détruire. Un geste inconscient, un mot irréfléchi, une simple manie, un tic trop souvent répété, et c'est la fin d'un grand amour qui avait résisté à des assauts en apparence autrement redoutables.
Commenter  J’apprécie          130
belette2911   02 mai 2014
Retour de manivelle de James Hadley Chase
Elle s'était approchée du bar pour se trouver en pleine lumière. J'eus un aperçu de ses charmes sous les plis vaporeux de son déshabillé.



- D'accord, j'accepte ce boulot, dis-je en faisant un effort terrible pour ne plus la regarder.



À ce moment-là, il me semblait que c'était une occasion qui me vaudrait pas mal de bon temps. Mais ça ne devait pas se passer comme ça. Quand on se laisse doubler par une belle souris, ça ne se passe jamais comme on se l'imagine.
Commenter  J’apprécie          120
Le_Marre_Patrick   03 mars 2013
Du gâteau de James Hadley Chase
Un petit extrait de ce livre illustrant le trouble naissant de cette brûte sanguinaire, ça vous dit ?



Il éprouvait tout au fond de lui-même une émotion bizarre en pensant à la fille. Elle l'avait sauvé. Pourquoi ? Comme dans un roman. Il lui était redevable de quelque chose et cette constatation le mettait mal à l'aise. La reconnaissance lui était un sentiment tout nouveau. Il se sentait gêné. Jusque-là personne n'avait n'avait jamais rien fait pour lui. Il tenta de chasser de son esprit la sensation d'avoir contracté une dette, mais il n'y parvint pas. Cela tracassait Baird. Il ne pouvait pas comprendre qu'on fasse ce qu'elle avait fait pour un étranger. Quand il s'était senti suffisamment d'aplomb pour pouvoir songer à partir, il avait posé trois cents dollars sur la table en disant :



- J'ai l'impression que je vous dois quelque chose. Prenez ça : il m'en reste assez. Je n'oublierai pas ce que vous avez fait pour moi. Allez, prenez. Vous l'avez bien gagné.



Il n'était pas habitué à s'exprimer et ce discours l'avait embarrassé. En son for intérieur, il se disait qu'il fallait être fou pour lui donner une somme pareille, mais quelque chose le poussait à être généreux : un sentiment tout nouveau en lui.

Son refus lui avait fait l'effet d'une gifle. Elle avait refusé sans histoires, comme si l'argent n'avait aucune valeur à ses yeux. Alors son tempérament avait balayé toutes ses bonnes intentions.



- Vous entendez ce que je vous dis ? avait-il demandé en plongeant son regard dans le sien. Trois cents dollars. (Il l'avait secoué.) C'est une fortune pour vous, pauvre gourde ! qu'est ce qui vous prend ?



- Bas les pattes ! avait-elle répondu, avec une rage égale à la sienne. Je ne veux pas de votre argent. Lachez moi !



Ils étaient restés les yeux dans les yeux l'espace d'un instant, puis il l'avait lâchée et était allé s'assoir sur le lit. Jamais aucune des filles qu'il avait fréquentées n'avait osé le regarder comme elle venait de le faire. Il n'avait pas reussi à lui faire peur comme il en avait eu l'intention. Elle l'avait traité comme n'importe quel soupirant, nullement comme un tueur, et il avait ressenti un plaisir étrange à découvrir qu'elle n'avait pas peur de lui.



Aussi loin que sa mémoire pouvait remonter, les gens l'avaient toujours craint. Il faisait peur à sa mère elle-même, dans ses accès de rage soudaine. Son frère et sa soeur paraissaient savoir d'instinct qu'il était dangereux, car ils ne le taquinaient pas comme ils se taquinaient entre eux, et ne se sentaient pas à l'aise quand ils jouaient avec lui.

A l'école, les enfants se méfiaient de lui et en grandissant, il avait toujours surpris comme une lueur d'effroi dans le regard des gens qu'il rencontrait.

La conscience de la peur qu'il suscitait l'avait enfermé dans une solitude sombre et aride, le rendant insensible, habitué à ne compter que sur lui-même, soupçonneux et méfiant. Pour lui, rencontrer quelqu'un qui ne le craignait pas, c'était voir briller une lueur dans les ténèbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Sauveterre   03 avril 2020
Planque-toi à la morgue de James Hadley Chase
Une beauté espagnole était assise derrière un bureau. Ses longs cheveux noirs flottant sur ses épaules encadraient un visage qui avait tout pour séduire jusqu'au moment où l'on remarquait ses yeux. Ils étaient noirs, ils avaient tout vu et ils avaient détesté ce qu'ils avaient vu.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La nuit en chansons ...

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers, Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés, Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants. Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent. la chanson "Nuit et brouillard"

Salvatore Adamo
Barbara
Jean Ferrat
Johnny Hallyday

12 questions
8 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , nuit , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..