AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.56 /5 (sur 924 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Mont-Saint-Martin (Lorraine) , le 14/01/1956
Mort(e) à : Grenoble , le 26/01/2020
Biographie :

Ce lorrain arrête l'école à 17 ans pour s'engager dans la marine. Il va donc voyager, surtout en Méditérranée.et dans le Pacifique.

A son retour, il entrepend un périple à travers l'Europe, qui le conduit à Grenoble où il s'installe.

Il commence à publier en 1990.

Il est lauréat du Prix Médicis en 2003 pour son roman "Quatre Soldats".

Les femmes sont relativement absentes de ses romans et nouvelles. Il s'intéresse plus volontiers au rapport père-fils que ce soit dans "Une rivière verte et silencieuse" (1999), "La Dernière Neige" (2000) ou encore dans "La Beauté des loutres" (2002). Dans "Quatre Soldats" (2003), il évoque l'amitié de ces quatre hommes dont un est à peine sorti de l'adolescence. Les trois nouvelles de son recueil "Océan Pacifique" (2006) racontent la vie de matelot qu'il a lui même vécue. Cet ouvrage lui vaut le Prix Livre & Mer Henri-Queffélec au Festival Livre & Mer - Concarneau 2007.

Il a vécu dans un hameau de montagne de Matheysine dans les Alpes françaises.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Hubert Mingarelli   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

[Rentrée littéraire 2022] Dans une grande ville d'un pays en guerre, un spécialiste de l'interrogatoire accomplit chaque jour son implacable office. La nuit, le colonel ne dort pas. Une armée de fantômes, ses victimes, a pris possession de ses songes. Dehors, il pleut sans cesse. La Ville et les hommes se confondent dans un paysage brouillé, un peu comme un rêve – ou un cauchemar. Des ombres se tutoient, trois hommes en perdition se répondent. le colonel, tortionnaire torturé. L'ordonnance, en silence et en retrait. Et, dans un grand palais vide, un général qui devient fou. "Le colonel ne dort pas" est un livre d'une grande force. Un roman étrange et beau sur la guerre et ce qu'elle fait aux hommes. On pense au "Désert des Tartares" de Dino Buzzati dans cette guerre qui est là mais ne vient pas, ou ne vient plus – à l'ennemi invisible et la vacuité des ordres. Mais aussi aux "Quatre soldats" de Hubert Mingarelli.

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (137) Voir plus Ajouter une citation
Cancie   29 septembre 2022
Marcher sur la rivière de Hubert Mingarelli
Pas la moindre chance non plus qu’il m’entende, car le bruit de la scie était l’exact contraire du silence, un genre de bruit extraordinaire, comme si des milliers de saisons des pluies s’abattaient ici avec fracas, toutes en même temps.
Commenter  J’apprécie          220
la_fleur_des_mots   18 avril 2013
Un repas en hiver de Hubert Mingarelli
Le flocon sur le bonnet du Juif finalement me tourmentait. […] Parce que si vous voulez savoir ce qui moi me faisait du mal, et qui m'en fait jusqu'au jour de maintenant, c'était de voir ce genre de choses sur les habits des Juifs que nous allions tuer : une broderie, des boutons en couleur, ou dans les cheveux un ruban. Ces tendres attentions me transperçaient […] et je souffrais pour les mères qui s'étaient donné ce mal un jour. Et ensuite, à cause de cette souffrance qu'elles me donnaient, je les haïssais aussi.
Commenter  J’apprécie          330
cicou45   23 juin 2015
La route de Beit Zera de Hubert Mingarelli
"C'était une tristesse profonde qui le prenait lorsque assis dans la cuisine il la regardait et se souvenait combien de fois sa respiration avait fini par bercer son désespoir et le rendre humain."
Commenter  J’apprécie          290
le_Bison   01 août 2019
La Terre invisible de Hubert Mingarelli
Je m'endormis et rêvai aux bâches avec lesquelles nous avions recouverts les morts, cette nuit-là, et dans mon rêve elles se soulevaient et nous pensions que c'était le vent et nous avions beau planter les piquets elles se soulevaient encore. Nous les retenions avec nos mains de toutes nos forces mais une force plus grande continuait de les soulever et chacun au fond de lui savait que c'étaient les morts qui poussaient avec leurs jambes grises.
Commenter  J’apprécie          274
Fandol   28 juillet 2019
La Terre invisible de Hubert Mingarelli
L'écho du coup de feu semblait graver l'air, semblait s'en aller et revenir, sans arrêt, comme un orage qui aurait tourné autour de la terre.
Commenter  J’apprécie          280
Myrtle   21 juillet 2012
Un repas en hiver de Hubert Mingarelli
Parce que si vous voulez savoir ce qui moi me faisait du mal, et qui m'en fait jusqu'au jour de maintenant, c'était de voir ce genre de choses sur les habits des Juifs que nous allions tuer : une broderie, des boutons en couleur, ou dans les cheveux un ruban. Ces tendres attentions maternelles me transperçaient. Ensuite, je les oubliais, mais sur le moment elles me transperçaient et je souffrais pour les mères qui s'étaient donné ce mal, un jour. Et ensuite à cause de cette souffrance qu'elles me donnaient, je les haïssais aussi. Et vraiment je les haïssais autant que je souffrais pour elles.
Commenter  J’apprécie          260
pdemweb1   06 novembre 2014
Quatre soldats de Hubert Mingarelli
Cette fois ça a été un peu plus vie, on n'a pas fait d'histoire. Tous les quatre on a été d'accord pour infuser dans peu d'eau. Ainsi il était bien fort, comme nous le préférions. Nous l'avons gardé dans la bouche jusqu'au moment où il est devenu tiède. Alors seulement nous l'avons avalé on aurait tous bien aimé revenir une minute en arrière.

A peine bu , c'était un thé plein de nostalgie.

Mais c'est quand même mieux que pas de thé du tout.

page 60
Commenter  J’apprécie          250
ordinary_reader   19 avril 2020
La Terre invisible de Hubert Mingarelli
L'oiseau invisible s'était tu. Maintenant il me semblait entendre une chanson humaine, mais c'était la lente rumeur du fleuve.
Commenter  J’apprécie          254
carre   04 juin 2012
Quatre soldats de Hubert Mingarelli
Brusquement, Pavel s'est redressé et il a demandé :

- Qui a la montre ?

Alors je me suis souvenu que c'était moi. Je l'ai passée à Pavel parce que c'était à son tour de dormir avec. Pas pour la montre dont le mécanisme était cassé, mais pour la photographie d'une femme qui était à l'intérieur. C'était agréable de dormir avec cette photographie. Nous nous imaginions que cela nous portait chance. Nous ne savions pas pourquoi. Je crois même que nous n'y croyions pas, dans le fond, qu'elle nous portait chance. Mais nous aimions à le penser.
Commenter  J’apprécie          230
carre   19 septembre 2012
Quatre soldats de Hubert Mingarelli
Je tente aujourd'hui de me faire comprendre et j'ai tant de mal, alors je baisse la tête parce que je suis fatigué et qu'il n'y a nulle part ou se cacher.
Commenter  J’apprécie          242

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Hubert Mingarelli (904)Voir plus


Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres de Jules Verne ?

Le tour du monde en … jours ?

Cinquante
Soixante-dix
Quatre-vingts
Quatre-vingt-dix

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur cet auteur