AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 2459 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Châteauroux , le 8/01/1954
Biographie :

Sylvie Germain est une romancière, essayiste et dramaturge française contemporaine.

Au cours des années 70, Sylvie Germain suit des études de philosophie, auprès d'un professeur qu'elle admire, Emmanuel Lévinas. Son mémoire de maîtrise porte sur la notion d’ascèse dans la mystique chrétienne, et sa thèse de doctorat concerne le visage humain.

Elle commence à cette époque à écrire des contes et des nouvelles. Elle part ensuite en voyage dans les pays de l'Est et c'est à cette occasion qu'elle découvre la Tchécoslovaquie, pays dont elle tombe amoureuse. Revenue en France, alors qu'elle travaille au ministère de la Culture, elle envoie à l'écrivain Roger Grenier un manuscrit. Celui-ci, à la lecture de ses mots, l'encourage dans la voie de l'écriture. Sylvie Germain suit ses conseils et en 1984 publie "Le Livre des nuits", un roman fleuve de 700 pages, qui reçoit six prix littéraires.

À la suite du succès de son premier roman, en 1986, elle part vivre à Prague où elle enseigne la philosophie à l'École française. Les années pragoises sont l'occasion de l'écriture puis de la publication en 1989 de "Jours de colère", qui reçoit le prix Femina.

En 2000, elle publie plusieurs livres dans des genres variés : un récit de voyage, un essai spirituel et un album de photographies. En 2002 paraît un nouveau roman, "La Chanson des Mal-aimants".

"Magnus", paru en 2005, reçoit un accueil enthousiaste du public et le prix Goncourt des lycéens.

Depuis janvier 2007, elle soutient Bibliothèques Sans Frontières, une jeune ONG qui vise à faciliter l'accès au savoir dans les pays en développement.

En 2016, avec entre autres Salomé Lelouch, Marie Nimier, Ariane Ascaride et Leïla Slimani, réunies sous le nom Paris des Femmes, Sylvie Germain cosigne l'ouvrage collectif théâtral "Scandale" publié dans la Collection des quatre-vents de L'avant-scène théâtre.
+ Voir plus
Ajouter des informations

Entretien avec Sylvie Germain à propos de son roman A la table des hommes :



08/04/2016

Votre roman met en scène un étrange personnage à le frontière entre homme et porcelet, né adolescent dans un monde en guerre au milieu d’hommes qu’il ne comprend pas. Comment vous est venu l’idée d’un porcelet devenu humain ? Quelle est la genèse de ce roman ?



Les idées et les personnages de mes romans me viennent chaque fois de façon confuse, sans que je puisse situer le moment ni définir précisément le pourquoi de leur surgissement. Cela provient d`un ensemble de données qui forment l`imaginaire. Ces données sont composées de souvenirs très divers, anciens et récents, d`informations reçues au fil du temps sur les faits et évènements survenant dans notre monde, et parmi lesquelles certaines me marquent plus fortement, semant du trouble, des questions dans mes pensées. Je suis depuis longtemps sensible au sort trop souvent déplorable réservé aux animaux, au mélange d`indifférence, de mépris et de cruauté dont les humains font preuve à leur égard. L`idée de ce roman mettant en relief la proximité qui existe entre les animaux et les humains, en tant que vivants, s`est peu à peu imposée à mon imaginaire.



Votre action se déroule dans un environnement forestier, pauvre et violent, sans jamais être nommé. L’époque, si on la devine proche de la nôtre après quelques pages, n’est pas précisée non plus. Pourquoi ce flou sur le cadre de votre roman ? Le qualifieriez-vous de conte ?



Il y a une part de conte - du fait de l`épisode qui relève du genre "fantastique", au cours duquel l`animal se transforme en humain -, mais l`ensemble du roman n`en est pas un. Ce roman inclut aussi des éléments très réels, et le lieu initial de l`histoire ainsi que la guerre qui y sévit renvoient aux conflits qui ont déchiré l`ex-Yougoslavie dans les années 90; quant à la fin du roman, elle renvoie évidemment à l`attaque terroriste perpétrée contre le journal Charlie Hebdo en janvier 2015. Ces références suggérées sont, je crois, très reconnaissables. Si je ne les ai pas nommées distinctement, c`est pour me laisser de la liberté dans le récit, je n`avais pas la prétention de faire un travail d`historienne ou de journaliste.



Plongé au cœur d’une guerre qu’il ne comprend pas, votre roman offre une vision assez noire des hommes. La violence est-elle le propre de l’homme ?



La violence n`est pas le propre de l`homme, mais ce dernier a une manière particulière de l`exercer - avec volonté, détermination, calcul, perversité, parfois (souvent...)



Au fil de son intégration, votre personnage principal, Abel, s’interroge sur dieu. Vous avez déjà évoqué cette thématique dans certains de vos récits. Pour quelle raison le sujet du rapport à dieu revient-il dans vos romans ?



Ce sujet est pour moi un questionnement depuis ma jeunesse. Un questionnement que ne satisfait, jusqu`à ce jour, aucune réponse, ou du moins qui reste ouvert, et vif. Par ailleurs, les détournements aussi imbéciles qu`abjects faits de "Dieu" par certains fanatiques (et cyniques qui en jouent), exigent des repositionnements, des relances du questionnement.



Votre plume est très visuelle et met en exergue les sens. Travaillez-vous longuement vos textes ? Quelle est votre méthode pour parvenir à un tel rendu ?



Je n`ai pas de méthode particulière, je laisse venir les images, les idées à leur rythme, et prends le temps de trouver les mots, les phrases, les tournures qui me semblent les plus aptes à les formuler. C`est un travail qui s`opère en silence, et nécessite de la patience; beaucoup de patience.



Ce qui apparaît comme le lien entre les animaux et les hommes dans A la table des hommes, c’est la recherche de la survie. Est-ce un thème que vous avez volontairement soulevé dans ce roman ?



Ce thème de la survie s`est dégagé en chemin, imposé à un certain moment du récit, ce n`était pas un choix volontaire de départ. C`est l`histoire dans son développement, le contexte, qui m`ont fait prendre conscience de l`importance de cette lutte pour la survie dans toute vie de vivant dès qu`il se sent menacé.



Sylvie Germain et ses lectures :



Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?



Aucun en particulier. De nombreux romans ont bien sûr nourri mon imaginaire, mais l`envie d`écrire n`a pas été suscitée par un livre précis, elle m`est venue au fil du temps, dans la continuité des mes études (philosophie), comme s`il me fallait continuer, différemment mais toujours par voie d`écriture, la "traque" de pensées, d`images, de questions qui sinon s`échappent.



Quel est l`auteur qui aurait pu vous donner envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?



Quand je lis un grand texte, remarquable par son style, surprenant dans sa puissance et sa profondeur narratives, je ne me compare pas, ne me mesure pas à ce talent que je n`ai pas, ce serait absurde, et vain. De toute façon, tout a déjà été dit, écrit, et de nombreux chefs-d`œuvre nous précèdent, nous entourent; cela peut parfois paraître décourageant, mais ne suffit pas à castrer le désir d`écrire, même si on se reconnaît à soi-même un bien faible talent en comparaison. L`écriture n`est pas une compétition! C`est un désir qui vient de quelque chose de très profond en soi, qui taraude, envers et contre tout, malgré les échecs qui peuvent survenir. L`envie d`arrêter d`écrire est très présente en même temps, il arrive qu`elle monte à l`aigu, mais les causes sont d`un autre ordre, très intérieur.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?



Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevskiet Georges Bernanos.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?



Je relis surtout de la poésie - Arthur Rimbaud, Saint-John Perse, Rainer Maria Rilke, Celan...



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?



Il y en aurait trop à citer!



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?



La Mort du petit-bourgeois, de Franz Werfel, Miel de bourdon de Torgny Lindgren, Les étrangers de Sándor Márai, et je pense aussi à des auteurs passés de mode, tombés aux oubliettes, comme Ernst Wiechert (Missa Sine Nomine, Les Enfants Jéromine...), ou Birgitta Trotzig ; j`ai lu leurs livres il y a longtemps. Il y aurait beaucoup d`autres auteurs, et de livres à mentionner, qui ne me reviennent pas à l`instant en mémoire.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?



Pas d`avis sur cette question. En revanche, il y a quelques gloires surfaites au présent, et quelques auteurs de grand talent injustement méconnus, négligés par la critique.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?



Je n`ai pas de "citations fétiches", mais des phrases de romans, de bribes de dialogues de théâtre ou des vers (de Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Paul Valéry, Jules Supervielle, Guillaume Apollinaire, Rainer Maria Rilke...) me reviennent parfois, plus que d`autres, à la mémoire.



Et en ce moment que lisez-vous ?



Je viens d`achever la lecture d`un excellent roman récemment paru, Le dernier des Baptiste, de Jean-Marie Chevrier, qui parle avec justesse et intelligence de la disparition d`un monde, celui des paysans. Je lis un catalogue (déjà ancien) d`exposition de peinture (artistes du Nord), des articles de revues, et un essai, Poésie et réalité de Roberto Juarroz.



Entretien réalisé par Marie-Delphine

Découvrez A la table des hommes de Sylvie Germain aux éditions Albin Michel :


étiquettes
Videos et interviews (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sylvie Germain - Le vent reprend ses tours
Podcasts (14) Voir tous

Citations et extraits (764) Voir plus Ajouter une citation
Sylvie Germain
Eve-Yeshe   06 juillet 2014
Sylvie Germain
C'est en essayant continuellement qu'on finit par réussir. En d'autres termes, plus ça rate, plus on a de chances que ça marche.





In : " L'inaperçu "





Commenter  J’apprécie          600
Nastasia-B   02 janvier 2016
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Peu importe que cela ne dure pas, la joie n'appartient pas à la durée, elle apparaît où et quand ça lui chante, comme la beauté.



Scène 33.
Commenter  J’apprécie          580
Nastasia-B   08 janvier 2016
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Après ces quelques années passées sous un même toit, […] que connaît-elle, que comprend-elle vraiment de lui, et lui d'elle ? Et chacun de soi-même aussi bien. Qu'ont-ils appris les uns des autres, et pris, donné, les uns aux autres ?



Scène 35.
Commenter  J’apprécie          530
Nastasia-B   03 janvier 2016
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Tout corps passionnel est un corps noir qui absorbe chaque radiation reçue, l'avale, l'engloutit, mais ne renvoie aucun rayonnement, seulement des brûlures, des brouissures.



Scène 34.
Commenter  J’apprécie          510
Nastasia-B   07 janvier 2016
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Il était un homme d'épopée égaré dans un siècle qui ne lui convenait pas. Il était surtout de ces êtres auxquels aucun siècle, aucune société, ne peut donner satisfaction, de ces révoltés chroniques qui ne croient pas davantage au ciel et à ses dieux qu'à la terre des hommes, ce cloaque d'aigrefins, de grotesques et d'imbéciles.



Scène 41.
Commenter  J’apprécie          430
Nastasia-B   27 décembre 2015
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Le jour, elle ne prête pas attention aux façades des immeubles, mais le soir, dès que les fenêtres s'éclairent, elle les regarde avec curiosité, avec avidité. Tous ces rectangles de lumière qui s'ouvrent dans l'obscurité le mettent en émoi ; ils trouent la nuit, ils percent la pierre, les briques, le béton, ils révèlent de l'intime tout en le maintenant voilé. Ils ne révèlent rien, ils suggèrent, plutôt, ils donnent à rêver, à imaginer. Ils lui laissent entrevoir d'autres êtres semblables et ignorés, et qui lui demeureront inconnus alors même qu'ils sont ses contemporains et ses concitoyens. Si proches, et inaccessibles. Ils signalent qu'il existe d'autres destins possibles.



Scène 11.
Commenter  J’apprécie          410
cicou45   05 décembre 2013
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
"L'amour n'a pas à se parer de grandes déclarations, de gestes et de postures emphatiques, il n'a à s'encombrer de rien, il a juste à être, et à agir quand il le faut, sans se soucier si on le voit à l'oeuvre."
Commenter  J’apprécie          420
Nastasia-B   06 janvier 2016
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Où donc est la vie, où l'ailleurs, où l'ici ?



Scène 41.
Commenter  J’apprécie          400
Nastasia-B   29 décembre 2015
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Qu'il surgisse sans crier gare, ou qu'il s'en vienne à pas menus, tout deuil ouvre des failles qui n'en finissent pas de serpenter sous la peau, d'interrompre les pensées.



Scène 28.
Commenter  J’apprécie          380
Nastasia-B   30 décembre 2015
Petites scènes capitales de Sylvie Germain
Comment rester sérieux avec un Dieu qui l'est si peu, qui laisse ses créatures être la proie de fantaisies aussi hallucinantes ? […] Comment, surtout, rester croyant face à l'absurdité, à la cruauté qui si souvent distordent la vie ?



Scène 24.
Commenter  J’apprécie          370
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Sylvie Germain

Née à Châteauroux en ?

1934
1944
1954
1964

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvie GermainCréer un quiz sur cet auteur
.. ..