AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.91 /5 (sur 261 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Voronej , le 22/10/1870
Mort(e) à : Paris , le 08/11/1953
Biographie :

Ivan Alexeïevitch Bounine (en russe : Иван Алексеевич Бунин) est un écrivain russe, poète, nouvelliste et romancier.

Il passe son enfant à la campagne dans les propriétés familiales. Très tôt il a un goût prononcé pour la musique et la peinture, il écrit son premier poème à 8 ans ! À 17 ans, il publie son premier poème dans un magazine littéraire de Saint-Pétersbourg, "La Patrie", et devient correcteur pour un journal local, "Le Moniteur d'Oriol". Il publie à Oriol son premier recueil de poèmes en 1891, puis "Sous le ciel ouvert" en 1898, puis "Automne", pour lequel il reçoit le prix Pouchkine en 1901.

Au début de sa carrière, il travailla également à traduire des auteurs étrangers en russe, notamment Musset. Avant que ne se déclare la Première Guerre Mondiale, il consacra un certain temps à voyager, parcourant les Indes britanniques, Ceylan, l'Égypte, l'Afrique du Nord.

Lors de la révolution d'Octobre, Bounine a 47 ans et il est un écrivain reconnu en Russie. Il fuit Moscou le 21 mai 1918 pour s'installer dans le sud du pays, tenu par les armées blanches. Il quitte la Russie pour les Balkans en 1920, puis s'installe en France, où il vit à Paris et à Grasse. Il publie son journal extrêmement critique à l'égard du régime bolchévique.

L'empreinte qu'il laisse alors en Russie est essentiellement celle d'un poète. Ce n'est qu'à partir de la France que sa notoriété de prosateur va naître. Son œuvre est interdite en URSS et n'y est publiée qu'après la mort de Staline.

Son roman autobiographique "La vie d'Arséniev" (1927-1933) et la plupart de ses œuvres ("Les Allées sombres", 1946) ont pour thème l'amour, la mort et la Russie.

Lauréat du prix Nobel de littérature en 1933, il est considéré comme l'un des plus grands écrivains de prose russes du XXe siècle. Le libellé de décernement du prix est ainsi : "Pour la rigueur avec laquelle il perpétue les traditions de la prose russe classique".

Bounine meurt d'une crise cardiaque. Il est enterré près de Vera Mouromtseva (1881-1961), qui fut sa compagne à partir de 1907 et qu'il épousa en seconde noces en 1922, au cimetière russe de Sainte- Geneviève des Bois.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Ivan Bounine   (32)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'avis de Fédérovski sur Ivan Bouninie


Citations et extraits (275) Voir plus Ajouter une citation

Pour chaque beauté, il y a quelque part un oeil pour le voir.

Pour chaque vérité, il y a quelque part une oreille pour l'entendre.

Pour chaque amour, il y a quelque part un coeur pour le recevoir.

Ivan BOUNINE en 1915

Commenter  J’apprécie          669

Je me réveillais tôt et pendant qu'elle dormait encore, je me promenais dans les collines et les forêts épaisses jusqu'au moment du thé que nous prenions vers sept heures. Le soleil brûlant, radieux et pur était déjà haut. Une brume parfumée, qui brillait comme de l'azur, se glissait parmi les arbres puis se dissipait ; au-delà des sommets boisés étincelait la blancheur éternelle des montagnes enneigées... Au retour, je passais par le marché de notre village où la chaleur se mêlait à l'odeur du fumier séché qui s'échappait des cheminées ; on y commerçait ferme, on s'y bousculait au milieu des gens, des chevaux et des ânes : le matin, il y avait là des montagnards en grand nombre, venus de tribus différentes. Les jeunes Tcherkesses marchaient gracieusement dans leur longue robe noire et leurs sandales rouges. Elles avaient la tête prise dans des tissus noirs, comme pour le deuil, d'où s'échappaient parfois, furtivement, leur regard d'oiseau.

Commenter  J’apprécie          414

Vive et soumise, elle enjamba tout le linge qui traînait par terre et resta nue, grise et mauve, avec ce corps si particulier aux femmes quand il est pris de frilosité nerveuse, qu'il se tend et devient frais sous l'effet de la chair de poule, et dans ses modestes bas gris, aux jarretelles toutes simples, et ses pauvres petites chaussures noires ; elle lui jeta un regard ivre et triomphant, les mains à ses cheveux pour en retirer les épingles. Glacé, il la suivait des yeux. Elle était mieux faite, plus jeune de corps qu'il n'avait pensé. La maigreur des côtes et des clavicules répondait à celle du visage et à la finesse des mollets. Mais les hanches étaient vraiment fortes. Dans le ventre légèrement creux, disparaissait un nombril minuscule, et plus bas, l'on retrouvait dans le relief soyeux d'un triangle noir la sombre richesse de ses cheveux. Quand elle eut retiré ses épingles, ils roulèrent en masse épaisse sur les vertèbres saillant dans le dos trop maigre. Elle perdait ses bas et, en se penchant pour les retenir, laissa voir deux petits seins transis aux pointes brunes et fripées qui pendaient comme deux petites poires chétives, adorables de pauvreté. Il la força à goûter à cette impudeur extrême qui allait si mal à son visage et qui éveillait en lui pitié et tendresse, et passion... On ne pouvait rien voir à travers les lames relevées du store, mais elle y jetait des coups d'oeil de terreur exultante, écoutant les voix tranquilles et les pas sur le pont juste sous la fenêtre, et cela augmentait avec encore plus de fureur les délices de sa débauche. Oh ! comme ils sont près ces gens qui parlent et qui marchent, et aucun d'eux n'a idée de ce qui se passe à deux pas dans cette cabine blanche.

Commenter  J’apprécie          402

J'étais un symboliste, un mystique, un réaliste, un néoréaliste ... un naturaliste, et Dieu sait quoi encore. Les critiques m'ont collé tant d'étiquettes que je me sentais comme une valise qui avait fait le tour du globe.

Introduction, page 5.

Commenter  J’apprécie          390

“Tout allait pour le mieux : j’étais reçu et j’avais trois longues semaines de liberté devant moi ! Cela aurait dû m’épouvanter : moi qui n’avais connu depuis ma naissance que la liberté la plus totale, je devenais soudain une sorte d’esclave que l’on relâchait pour trois semaines seulement de permission.”

Commenter  J’apprécie          370

Non, je ne suis point moine, ma bure et ma calotte ne sont que les signes de l'humble pêcheur, serviteur de Dieu, errant de par les terres et les eaux, en route depuis maintenant plus de six dizaines d'années. J'ai mon origine dans une contrée lointaine, au nord. Là-bas la Russie est obscure, immémoriale, elle n'est que lacs, forêts et marécages, rares sont les habitations. Il y vit une multitude de bêtes sauvages, des oiseaux sans nombre, on y voit le grand duc aux larges aigrettes, te fixer de son oeil d'ambre, perché sur un sapin noir. Y vivent l'élan au long nez et le cerf magnifique qui se lamente et brame après sa compagne dans le bois qui résonne... Il neige tout au long des hivers sans fin, le loup y conduit sa migration et s'approche jusqu'en dessous des fenêtres. L'été, l'ours danse dans les forêts et se balance sur ses grosses pattes ; dans les fourrés impénétrables le sylvain siffle, il hèle le passant et joue sur sa flûte ; la nuit sur les lacs, les ondines font comme une brume blanche et elles s'allongent, nues, sur la berge pour tenter de l'acte de chair et de la fornication insatiable ; il est plus d'un malheureux qui ne s'adonne désormais qu'à cette seule fornication restant la nuit à leur côté, dormant le jour et se consumant dans les fièvres, sans plus de souci de la tâche quotidienne.. Il n'est rien sur la terre de plus puissant que la concupiscence, qu'il s'agisse de l'homme ou du reptile, du fauve ou de l'oiseau, mais elle est plus redoutable encore chez l'ours et le sylvain !

Commenter  J’apprécie          345

Savez-vous ce que disent les paysans ? «La mort, c'est comme le soleil, on ne la regarde pas en face...» Oui, il ne faut pas la regarder en face, sinon on ne peut plus vivre...

Commenter  J’apprécie          340
Allons, allons, courons vite
Danser tous deux dans la cour ;
Quand je danse, moins j'hésite
À te dire mon amour...

"Une belle existence ", Capri 1911

(page 268).
Commenter  J’apprécie          340

Un autre jour, comme nous prenions le thé sur la terrasse, il observa :

- On me reproche souvent (Tolstoï le premier) de m'attacher à des banalités, de ne pas concevoir des héros positifs, des révolutionnaires, des Alexandre de Macédoine ou à la rigueur des "hommes justes" comme chez Leskov ... Mais où voulez-vous que je les prenne ?

- Notre vie est provinciale, nos villes n'ont pas de rues pavées, les campagnes sont pauvres, le peuple est usé ... Dans notre jeunesse, nous gazouillons follement et puis vers la quarantaine, nous devenons de véritables vieillards obnubilés par la mort ... Vous parlez de héros !

- Vous dites que mes pièces vous font pleurer ... Et vous n'êtes pas le seul ... Pourtant ce n'est pas dans cet esprit que je les ai écrites, c'est la mise en scène d'Alexeiev qui les rend si tristes. Je voulais seulement être honnête avec les gens, leur dire : "Regardez-vous, regardez comme vous vivez mal, comme votre existence est ennuyeuse!" Il faut qu'ils le comprennent, et quand ils l'auront compris, ils changeront de vie, ils construiront forcément une vie meilleure... Je ne la verrai pas mais je sais qu'elle différera totalement de notre vie actuelle...

Tant que rien ne changera, je continuerai à répéter : "Regardez comme vous vivez mal et comme votre vie est ennuyeuse!". Il n'y a pas de quoi pleurer.

Se levant de sa chaise, il dit simplement : "Allons nous coucher...Il va y avoir de l'orage..."

Pendant l'orage, il cracha du sang.

Pages 83/84 - Année 1902

Commenter  J’apprécie          306

Sans aucun doute, ce fut précisément ce soir là que je pris conscience d'être russe et de vivre en Russie et non pas seulement à Kamenka, dans tel district ou dans tel canton, et je sentis soudain cette Russie, je sentis son passé et son présent, ses particularités sauvages, effrayantes et pourtant captivantes, je sentis le lien de sang qui m'unissait à elle....

page 84

Commenter  J’apprécie          310

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Ivan BOUNINE

Ivan Bounine (1870-1953) fut le premier russe à obtenir le prix Nobel de littérature en :

1930
1933
1936
1939

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Ivan BounineCréer un quiz sur cet auteur