AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.65 /5 (sur 923 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Davlékanovo (République de Bachkirie) , le 21/02/1943
Biographie :

Ludmila Ievguenievna Oulitskaïa (en russe : Людмила Евгеньевна Улицкая) est une femme de lettres russe. Elle est mariée au sculpteur Andreï Krassouline.

Née dans le sud de l'Oural où ses parents moscovites se sont réfugiés pendant la guerre, elle suit des études de biologie à Moscou dans les années 60. Plus tard, elle perd sa chaire de génétique quand les autorités soviétiques s'aperçoivent qu'elle prête sa machine à écrire à des auteurs de samizdat.

Elle se consacre alors à l'écriture, d'abord pour la radio et le théâtre. Elle collabore un temps au Théatre musical juif. Dans les années 80, elle écrit des nouvelles. Mais il lui faudra attendre le démantèlement de l'Union Soviétique pour être véritablement publiée et reconnue.

Son premier roman publié en Russie, "Sonietchka", paraît dans le magazine littéraire Novy Mir en 1992. Ses œuvres sont largement traduites et diffusées à l'étranger. En France, elle est publiée dès la fin des années 80 chez Gallimard.

Elle connait un succès critique important et remporte de nombreux prix en Russie et à l'étranger depuis de nombreuses années :
- prix Médicis étranger pour "Sonietchka" en 1996,
- le prix Booker russe pour "Le Cas du docteur Koukotski" en 2001,
- une distinction de l'Académie allemande de littérature pour la jeunesse en 2005.

En France, elle a été faite chevalier de l’ordre des Palmes académiques en 2003, chevalier de l’ordre des Arts et Lettres en 2004, et officier de la Légion d'honneur en 2014.

Elle a publié des romans, des recueils de nouvelles, des pièces de théâtres et des contes pour enfant.

Son dernier roman "L'échelle de Jacob" est sorti fin mars 2018 aux Editions Gallimard.En 2022, elle reçoit le prix Formentor.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ludmila Oulitskaïa   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un entretien mené par Christel Vergeade, attachée pour le livre à l'Ambassade de France à Moscou.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (364) Voir plus Ajouter une citation
palamede   09 août 2018
L'échelle de Jacob de Ludmila Oulitskaïa
« Tchekhov ... méprisait le monde ancien, et il redoutait le monde à venir. La souffrance des habitants de la cerisaie est enjolivée. Une autre souffrance – nue, éreintée, affamée, mais active et agissante –, se transformera en quelque chose de nouveau et de jamais vu, qui surpassera toutes les utopies des premiers socialistes, de Thomas More à Tommaso Campanella. Tout a été pensé et élaboré bien avant Marx. Je pense que dans cent ans, quand la culture humaine aura atteint un niveau inimaginable, on regardera Tchekhov, dans les théâtres, comme un monument sublime à un monde révolu. Mais ses pièces constituent un pas indispensable vers quelque chose de plus grand et de meilleur… 
Commenter  J’apprécie          540
palamede   23 juillet 2018
L'échelle de Jacob de Ludmila Oulitskaïa
Chacun prend dans l’art ce qui lui plaît. L’objectivité n’existe pas, il y a la subjectivité.
Commenter  J’apprécie          521
Bookycooky   07 mai 2022
Le corps de l'âme de Ludmila Oulitskaïa
. Tout le monde sait que ceux qui travaillent dans les bibliothèques, que ce soit celle de Babylone ou celle d’Alexandrie, ont été de tout temps des gens d’une race particulière – de ceux qui croient au livre comme d’autres croient en Dieu.
Commenter  J’apprécie          500
palamede   25 juillet 2018
L'échelle de Jacob de Ludmila Oulitskaïa
Elle connaissait tous ces livres, tous jusqu’au dernier. Ils avaient été lus, et lus à fond. Aujourd’hui encore, Nora terrassait les ignorants par la profondeur de sa culture, et toute cette culture provenait de ces deux cents livres sélectionnés comme pour une île déserte, criblés de minuscules remarques au crayon dans les marges. Depuis la Bible jusqu’à Freud. Oui, une île déserte. En réalité, cette île était on ne peut plus habitée – des troupeaux de punaises y paissaient à loisir. Elles dévoraient Nora quand elle était petite, mais sa grand-mère, elle, ne les remarquait pas. À moins que ce ne fût l’inverse… 
Commenter  J’apprécie          490
HordeduContrevent   09 mai 2022
Le corps de l'âme de Ludmila Oulitskaïa
Ensemble, nous avons vécu nos vies en portant nos chagrins dans nos bras,

en nous aidant les unes les autres à trimbaler des valises, des cercueils et des patates,

pleurant à gros sanglots dans le giron les unes des autres, sur toutes les passions dévorantes, toutes les tromperies, les avortements, les trahisons, les perquisitions, la honte d'être envieuses,

nous nous sommes appris mutuellement à pardonner,

mais d'abord nous avons volé des maris,

nous avons forniqué, menti et commis de telles horreurs

qu'ensuite nous tombions à genoux en pleurs et en prière,

et nous attendions des autres le pardon et la pitié, les caresses et l'affection que se prodiguent les sœurs.
Commenter  J’apprécie          468
palamede   24 juillet 2018
L'échelle de Jacob de Ludmila Oulitskaïa
L’ombre, la continuation de l’existence,

à l’horizon de la page,

s’ébauche comme les brumes d’un futur matin,

et la phrase n’a pas de fin.



(Vladimir Nabokov)
Commenter  J’apprécie          400
HordeduContrevent   10 mai 2022
Le corps de l'âme de Ludmila Oulitskaïa
Après un mois d'aout aussi morne qu'une vieillesse prématurée débuta la lune de miel d'un été indien, qui laissait trompeusement présager une pause bienheureuse dans la succession routinière des saisons. Ces dernières journées précieuses d'une nature apaisée et délivrée de l'obligation de porter des fruits étaient idéales pour des festivités nuptiales recelant la promesse de nouveaux germes et de nouveaux fruits...
Commenter  J’apprécie          380
Bookycooky   06 mai 2022
Le corps de l'âme de Ludmila Oulitskaïa
Sonia Solodova, une femme décharnée d’âge moyen aux yeux clairs et méchants, comprit le sens de la vie après son divorce.
Commenter  J’apprécie          374
ClaireG   25 janvier 2016
Le chapiteau vert de Ludmila Oulitskaïa
Peut-être que la beauté sauverait le monde, ou la vérité, ou un truc magnifique du même genre, mais la peur était quand même plus forte que tout, elle détruisait tout, tous les germes de beauté, toutes les pousses de ce qui est magnifique, sage, éternel... Ce ne serait pas Pasternak qui resterait, mais Mandelstam, parce que l'horreur de ce temps était davantage présente chez lui. Pasternak, lui, avait toujours voulu se réconcilier avec l'époque, l'expliquer de façon positive.



p. 258
Commenter  J’apprécie          320
fanfanouche24   12 août 2018
Sonietchka de Ludmila Oulitskaïa
Quant à Sonietchka, après avoir appris tant bien que mal ses leçons, elle éludait chaque jour et à chaque instant la nécessité de vivre ces pathétiques et glapissantes années trente en menant paître son âme dans les vastes pâturages de la grande littérature russe (...) (p. 12)
Commenter  J’apprécie          320

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Ludmila Oulitskaïa (1098)Voir plus


Quiz Voir plus

Boire un petit coup....

De quel pays est originaire la vodka ?

Inde
Japon
Russie
Suisse

12 questions
17 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur