AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.07 /5 (sur 3603 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Kiev , le 15/05/1891
Mort(e) à : Moscou , le 10/03/1940
Biographie :

Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov (en russe : Михаил Афанасьевич Булгаков) est un écrivain russe, d'origine ukrainienne.

Il est issu d'une famille où la religion tient une place importante, son père étant conférencier en la matière.

Il entre au lycée Alexandrovski de Kiev où il fait des études brillantes en dépit d'un comportement parfois agité.

Après le lycée, il s’inscrit en 1909 à la faculté de médecine de Kiev et en 1913 il épouse sa première femme, Tatiana Lappa. Après avoir obtenu son diplôme, il s’enrôle comme volontaire dans la Croix-Rouge avant d’être mobilisé au sein d’un hôpital civil de la province de Smolens. A la suite d'injections de morphine, pour traiter une allergie au sérum antidiphtérique, il devient morphinomane.

Boulgakov ouvre son cabinet médical à Kiev en 1918. Aidé par sa famille, il réussit à guérir de son addiction à la morphine. Puis se décidant à abandonner la médecine pour se consacrer à l'écriture, il parvient à se faire engager comme directeur du «Lito», le département Littérature de la ville de Vladicaucase. Mais il quitte ce poste et Vladicaucase pour Moscou.

Travaillant pour différents organes et journaux culturels, il parvient à faire publier plusieurs de ces textes. C’est l’époque de ses premiers succès littéraires. En 1925, il épouse sa seconde femme, Lioubov Evguenievna Bielozerskaïa. S’il connaît alors le succès, Boulgakov doit composer de plus en plus avec la censure. "La Garde Blanche" est ainsi partiellement interdite de publication.

À partir de 1926, date à laquelle son appartement est perquisitionné, Boulgakov ne cesse d’être persécuté par le régime, Staline allant même jusqu'à critiquer durement ses pièces : "La Fuite", "Les Jours des Tourbine" et "L'Île pourpre". Ses œuvres sont alors retirées de la vente et interdites.

En 1929, Staline lui refuse la permission de quitter la Russie. Il est alors engagé au Théâtre d'art comme assistant-metteur en scène. Boulgakov espérait revenir dans les bonnes grâces du régime en écrivant une pièce sur Staline à l'occasion de son 60ème anniversaire. Cette pièce achevée en 1939, Batoum, se situait dans le Caucase et décrivait la jeunesse de Staline comme un activiste. Mais la pièce a été interdite.

A la fin de 1939, son état de santé s'aggrave. Comme son père, il meurt d'une néphro-angiosclérose.
+ Voir plus
Source : masterandmargarita.eu
Ajouter des informations
Bibliographie de Mikhaïl Boulgakov   (39)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mikhaïl Boulgakov : La Fuite ! Comédie fantastique en 8 songes par Macha Makeïeff (Théâtre et compagnie / France Culture). Diffusion sur France Culture le 14 février 2021. Photographie : Mikhaïl Boulgakov en 1928. D’après la mise en scène et l’adaptation radiophonique de Macha Makeïeff. À partir de la traduction de Jean-Louis Chavarot publiée aux éditions Gallimard. Conseiller littéraire : Guillaume Poix. Une réalisation radiophonique de Baptiste Guiton. Création sonore : Sébastien Trouvé. Accordéon : Maxime Perrin. Prise de son, montage, mixage : Julien Doumenc et Mathieu Touren. Assistante à la réalisation : Justine Dibling. Boulgakov, maître du comique et du fantastique, écrit dès 1928, pour le théâtre d’Art de Moscou, une comédie mystique, profonde, drôle, hallucinée. Très proche du "Maître et Marguerite", "La Fuite !", pièce alerte au style brillant et insolent, ne sera jamais jouée du vivant de son auteur, victime visionnaire de la censure et de l’arbitraire staliniens. En huit songes fantastiques, entre cauchemars et illuminations, Boulgakov transfigure le chaos d’une déroute. Dans cette situation d’urgence folle d’un monde ancien qui s’effondre se fait entendre une galerie de personnages étonnants : civils pourchassés, état-major vaincu, des êtres jetés hors de leur monde, déclassés, réprouvés, portés par une fièvre de vivre dans le pur style du théâtre satirique russe. S’enchaînent ainsi désir de revanche, désir de retour, folie du jeu, morphine et typhus, trahisons, espions drolatiques, amours déchirées, fatalisme malicieux dans une course irrésistible ! "La Fuite !" est un vaudeville frénétique sur l’exil et la défaite, sur les existences prises dans la folie de la révolution russe. Fil rouge du jeu et du destin. La débâcle et le chaos y sont magnifiés par la drôlerie et l’excentricité de personnages de haut-vol, Sérafima, Goloubkov, Tcharnota, Khloudov, Korzoukhine et la belle Liouska… De la grande littérature russe et une épopée de l’exil pleine de chants et de bruits, depuis la Crimée, Sébastopol, Constantinople et Paris. En montant "La Fuite !" Macha Makeïeff retrace son histoire familiale, sa rêverie d’enfance chez les Russes blancs et l’Histoire d’un exil qui résonne encore. Avec Pascal Rénéric (Goloubkov), Vanessa Fonte (Sérafima), Vincent Winterhalter (Tcharnota), Hervé Lassïnce (Tikhi, Africanus, Le Grec), Karyll Elgrichi (Liouska, Wrangel), Geoffroy Rondeau (Khloudov, Païssos), Alain Fromager (Korzoukhine, Baïev), Pierre Hancisse (Arthur Arthurovitch, Skounski, Nikolaïevna), Sylvain Levitte (Krapiline, Le chef de gare), Samuel Glaumé (Brizard, Gourin), Caroline Espargilière (Golovan), et les voix de Macha Makeïeff et Jérôme Deschamps. « Médecin de l'armée blanche pendant la Guerre civile, Mikhaïl Boulgakov (1891-1940) fut condamné à écrire pour son tiroir. Isolé, muselé, invectivé (traité de « bourgeois » pour avoir pris la défense de Pouchkine...), il travailla à se construire posthume. Les conditions étaient réunies pour que naisse un mythe : peu à peu (vingt-six ans après sa mort dans le cas du "Maître et Marguerite" !) sortirent de l'ombre des ouvrages – récits, romans, théâtre – dont la somme constitue un acte de foi dans les plus hautes valeurs humaines. Son œuvre est un chant né du silence. » Éditions Gallimard "La Fuite ! Comédie fantastique en 8 songes", est un spectacle de Macha Makeïeff créé à La Criée - Théâtre National de Marseille en octobre 2017, et réalisé en partenariat avec France Culture au 7bis, lieu de création de la Compagnie Deschamps et Makeieff, à Paris en octobre 2020. Remerciements chaleureux à Charles Mesnier. Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (417) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   04 novembre 2017
Coeur de chien de Mikhaïl Boulgakov
— Comment avez-vous réussi, Philippe Philippovitch, à séduire un chien aussi nerveux ? […]

— Par la gentillesse : le seul moyen qu'on puisse employer avec des êtres vivants. La terreur ne sert à rien avec un animal, quelque degré d'évolution qu'il ait atteint. Je l'ai affirmé, je l'affirme et je continuerai à l'affirmer. Ils imaginent en vain que la terreur les aidera. Non, non, elle ne les aidera pas, quelle qu'elle soit : blanche, rouge ou même brune ! La terreur paralyse complètement le système nerveux.



Chapitre II.
Commenter  J’apprécie          800
Jooh   22 septembre 2013
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov
Ce sont des faits. Et les faits sont la chose la plus obstinée du monde.

Commenter  J’apprécie          570
Sachenka   18 mai 2016
Carnets d'un jeune médecin de Mikhaïl Boulgakov
Non. Plus jamais, même en m'endormant, je ne marmonnerai orgueilleusement que rien ne saurait m'étonner. Que non. Une année a passé, une autre passera qui sera tout aussi riche de surprises que la première... Autrement dit, il faut humblement apprendre.
Commenter  J’apprécie          443
Fiona-thoustra   10 avril 2010
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov
Aucune force au monde ne peut obliger une foule à se taire tant qu'elle n'a pas exhalé tout ce qui s'est accumulé en elle et qu'elle ne se tait pas d'elle-même.
Commenter  J’apprécie          430
Gwen21   14 juin 2017
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov
Il est intelligent, pensa Ivan. Il faut reconnaître que, parmi les intellectuels, on rencontre parfois, à titre exceptionnel, des gens intelligents. On ne peut le nier.
Commenter  J’apprécie          390
Jooh   30 août 2014
Carnets d'un jeune médecin de Mikhaïl Boulgakov
Depuis longtemps déjà les gens intelligents ont noté que le bonheur c’est comme la santé : quand il est là, on ne s’en aperçoit pas. Mais que les années viennent à passer, et alors comme on s’en souvient du bonheur, oh, comme on s’en souvient !

[Incipit de Morphine]

Commenter  J’apprécie          371
Bobby_The_Rasta_Lama   19 août 2019
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov
"Si tu viens me voir, pourquoi ne me souhaites-tu pas le bonjour, ex-percepteur d'impôts ? dit Woland d'un ton sévère.

- Parce que je ne veux rien te souhaite de bon ! répliqua l'autre avec audace.

- Mais il y a une chose dont il faut que tu prennes ton parti, répondit Woland dont la bouche dessina un sourire ironique. A peine est-tu apparu sur ce toit que tu as commis une bourde, et je vais te dire laquelle. Le ton sur lequel tu as parlé semblait signifier que tu refusais les ombres, ainsi que le mal. Aie donc la bonté de réfléchir à cette question : à quoi servirait ton bien, si le mal n'existait pas, et à quoi ressemblerait la terre, si on en effaçait les ombres ? Les ombres ne sont-elles pas produites par les objets, et par les hommes ? Voici l'ombre de mon épée. Mais il y a aussi les ombres des arbres et des êtres vivants. Veux-tu donc dépouiller tout le globe terrestre, balayer de sa surface tous les arbres et tout ce qui vit, à cause de cette lubie que tu as de vouloir te délecter de pure lumière ? T'es bête.

- Je ne discuterai pas avec toi, vieux sophiste, répondit Matthieu Lévi.

- Et tu ne peux pas discuter avec moi, pour la raison que je viens d'indiquer : tu est bête, répondit Woland, puis il reprit : Bon, sois bref, car tu m'ennuies. Pourquoi est-tu venu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Mikhaïl Boulgakov
ninamarijo   16 septembre 2015
Mikhaïl Boulgakov
Ces citadins ont-ils changé intérieurement ? Cupidité, avidité, jeu : « Eh bien…répondit celui-ci d’un air pensif, il faut prendre ces gens comme ils sont… Ils aiment l’argent, mais il en a toujours été ainsi… L’humanité aime l’argent, qu’il soit fait de n’importe quoi : de parchemin, de papier, de bronze ou d’or. Ils sont frivoles, bien sûr… mais bah !… la miséricorde trouve parfois le chemin de leur cœur… des gens ordinaires… comme ceux de jadis, s’ils n’étaient pas corrompus par la question du logement… »
Commenter  J’apprécie          312
annie   15 janvier 2009
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov
Certes, l'homme est mortel, dit-il, mais il n'y aurait encore là que demi-mal. Le malheur, c'est que l'homme meurt parfois inopinément.

*



Il faut reconnaître que, parmi les intellectuels, on rencontre parfois, à titre exceptionnel, des gens intelligents.

*



Qui prend son temps n'en manque jamais.
Commenter  J’apprécie          301
Gwen21   28 juin 2017
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov
Et le Maître et Marguerite virent se lever l’aube promise. Elle succéda immédiatement à la pleine lune de minuit. Le Maître marchait avec son amie, dans l’éblouissement des premiers rayons du matin, sur un petit pont de pierres moussues. Ils le franchirent. Le ruisseau resta en arrière des amants fidèles, et ils s’engagèrent dans une allée sablée.

- Écoute ce silence, dit Marguerite, tandis que le sable bruissait légèrement sous ses pieds nus, écoute, et jouis de ce que tu n’as jamais eu de ta vie - le calme.
Commenter  J’apprécie          280

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

la rivière a l'envers

Quel âge a Tomek ?

12 ans
14 ans
13 ans
15 ans

8 questions
811 lecteurs ont répondu
Thème : La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur

.. ..