AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.61 /5 (sur 18 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nantes , 1952
Biographie :

Ivan Rioufo est un journaliste, un éditorialiste et un essayiste français.

Il est titulaire d'un DEA de droit maritime et aérien et a débuté une carrière de journaliste en 1976, au quotidien nantais Presse-Océan.

Il rejoint Le Figaro en 1985 au service La vie des médias, responsable de la rubrique Confidentiel. Il devient rédacteur en chef du service des informations générales, puis éditorialiste et membre du comité éditorial du journal en 2000.

Il a été également éditorialiste au Figaro Madame.

Il est le frère de l'acteur Marc Rioufol (1962-2011).

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Ivan Rioufol   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ivan Rioufol : journal de résistance.


Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
plotin   09 avril 2012
De l'urgence d'être réactionnaire de Ivan Rioufol
La vérité est que vous avez racialisé la société, en faisant l'éloge du métis, cet aboutissement de l'homme parfait. Vous êtes devenus les vrais racistes, à vouloir raisonner en fonction des "ethnies". Vous qui pouvez traiter de fasciste un contradicteur, ne voyez-vous pas comment vous vous comportez, en comptabilisant les Noirs et les Arabes à la télévision, au parlement, chez les entraîneurs de foot ? Parce que vous avez voulu voir dans l'élection de Barack Obama la victoire de l'homme noir ou métissé, vous avez fait de la couleur de la peau et de ses mélanges un critère de qualité, dans une nation qui n'a jamais été l'expression d'une race ni d'une religion, et qui se l'interdit dans sa Constitution. Vous êtes devenus obsédés par les origines, tout en interdisant aux autres d'y faire référence

(Extrait chapitre "Les antiracistes, ces vrais racistes" page 127).
Commenter  J’apprécie          121
Ivan Rioufol
Henri-l-oiseleur   16 mai 2020
Ivan Rioufol
Extrait du Blog de vendredi 16 mai.

Que retenir de l’épreuve ? En premier lieu : le sang-froid de ceux qui, sans attendre des ordres incertains, sont montés au front pour tenter de briser les reins de l’épidémie. Médecins, aides-soignants, maires, bénévoles, gens de peu : tous ont aidé à sauver l’Etat, frivole et indécis, de la déroute. Car une deuxième évidence s’impose : jamais le gouvernement n’a su être à la hauteur de la situation, hormis pour multiplier des interdits et ouvrir les vannes des aides et des subventions, ces calmants contre la colère. La défiance des sondés, qui sont 65% à critiquer la politique suivie, confirme ce constat de carence. Une fois de plus, le monde d’en-haut a cru en son infaillibilité. Le mépris avec lequel il traite le désormais fameux professeur Raoult, coupable de tenir tête à la caste et ses médias, est une illustration supplémentaire de la rupture entre le peuple et des élites emmurées. En cela, le Covid-19 prolonge la crise démocratique ouverte par les "gilets jaunes".



L’adhésion des Français à l’ordre sanitaire imposé n’est pas un blanc-seing pour Emmanuel Macron. L’exaspération collective, qui existait hier, demeure en dépit de son étouffement. Elle risque de s’accroître à cause de l’incapacité dont l’Etat fait preuve pour reconnaître ses erreurs, ses faiblesses, ses impréparations. La "start-up nation", ce carrosse promis par le président, s’est révélé une encombrante citrouille. Le chef de l‘Etat aurait pu se grandir en assumant le courage de la vérité. Tout au contraire, il a choisi de s’enfermer dans le mensonge idéologique qui lui a fait dire, dès le 12 mars, qu’il fallait "éviter le repli nationaliste" et que le virus "n’avait pas de frontières". Les pays qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont immédiatement bouclé leurs entrées. L’historien israélien Yuval Noah Harari, qui avait été consulté par Macron, le reconnaît (Les Echos, 7-8-9 mai) : "Le nationalisme consiste à prendre soin des citoyens".



Les Etats-nations, parce qu’ils ont su maîtriser leurs décisions et leur destin, ont été plus efficaces face au Covid-19 que les "sociétés ouvertes", ce modèle dépassé que la France macronienne a cru bon de défendre, dans le périmètre de l’Union européenne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Ivan Rioufol
Alfaric   23 octobre 2020
Ivan Rioufol
Heureusement qu’il y a la fachosphère parce que c’est là que les vérités se disent.
Commenter  J’apprécie          1410
plotin   09 avril 2012
De l'urgence d'être réactionnaire de Ivan Rioufol
Le réac d'aujourd'hui n'est ni un grincheux, ni un provocateur, ni un idéologue, ni un extrémiste. Le progrès ne lui fait pas peur, puisque c'est pour le défendre qu'il s'engage. Cependant, il est devenu résistant, à force d'encaisser et de prendre sur lui. Il ne veut pas rejoindre l'agonisant qui flotte au fil de l'eau. Disons, pour rester dans l'imagé, qu'il est le saumon qui remonte à contre-courant pour préserver sa survie liée à son espèce. La sienne s'appelle la démocratie libérale héritée de Tocqueville. Il laisse la prudence aux pantouflards et l'exaltation aux illuminés. Simplement, il ne sait pas mentir. Il dit ce qu'il voit. Sa naïveté le rend redoutable. Oui, la vérité est révolutionnaire.

(Extrait chapitre "Les nouveaux corsaires de la République" page 102).
Commenter  J’apprécie          90
plotin   01 avril 2012
De l'urgence d'être réactionnaire de Ivan Rioufol
Cela s'adresse à vous, dirigeants, représentants, conseilleurs, commentateurs, animateurs, prêcheurs, imposteurs, flagorneurs, dénonciateurs. A vous les démolisseurs, qui n'avaient pas mis trente ans pour mettre la France plus que millénaire dans cet état de dépression et de dévastation. C'est bien là votre seule performance. Parce qu'il fallait être dans l'air du temps, vous vous êtes acharnés à détruire et à faire disparaître plutôt qu'à consolider et à rebâtir ce qui méritait de l'être, en vous présentant comme généreux, tolérants, ouverts, branchés, modernes, futés et futuristes. En voulant faire le bonheur des autres malgré eux, vous avez blessé la civilisation, la démocratie, la liberté.

(Extrait chapitre "Les nouveaux corsaires de la République" page 99).

-----------------------------------------

Le temps est venu de déconstruire les déconstructeurs, de sermonner les sermonneurs, de juger les juges, de mettre le nez des sociologues, des démographes et des journalistes militants sur ce qu'ils ne veulent pas voir, de passer outre les oukases des maîtres-censeurs, ces combattants d'arrière-garde qui n'ont cessé de jouer sur la confiance des gens en se faisant passer pour vertueux.

(Extrait chapitre "Les nouveaux corsaires de la République" page 101).

-----------------------------------------

Nombreux sont les Français qui en ont plus qu'assez de se faire malmener, ridiculiser, enfumer par des démocrates qui n'aiment pas le peuple, des humanistes qui n'aiment pas les gens, des journalistes qui n'aiment pas les faits, des antiracistes qui n'aiment pas les Blancs, des progressistes qui aiment tellement les pauvres qu'ils sont prêts à en faire venir toujours davantage

(Extrait chapitre "Vers une insurrection civique" page 118)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
julienraynaud   04 mars 2016
La guerre civile qui vient de Ivan Rioufol
"Une guerre civile s'avance à pas de loup. Elle ne verra pas s'affronter la classe moyenne oubliée aux nantis européistes, la gauche à la droite, la province à Paris, les jeunes aux vieux, même si les tensions entre ces contraires s'avivent parallèlement.
Commenter  J’apprécie          80
plotin   09 avril 2012
De l'urgence d'être réactionnaire de Ivan Rioufol
En vérité, le problème à résoudre est simple : la société civile, oubliée depuis trente ans, veut désormais participer pleinement aux décisions sur son avenir, laissé jusqu'à présent aux arrangements des technocrates européens, aux étatistes de droite et de gauche, aux certitudes des excellences, aux idéologues de la mondialisation, aux financiers sans scrupules, aux groupes de pression des minorités, aux pouvoirs des juges et des sachants, à la pensée chloroformée, aux camelots des bons sentiments.

Elle exige des hommes politiques, qui ont cautionné les désastres qui s'accumulent, qu'ils se ressaisissent dans l'instant s'ils veulent éviter de voir la colère enfouie exploser dans les rues au premier prétexte, comme elle le fit dans les pays du Maghreb dont les peuples allaient devenir soudainement exaspérés par la distance et l'autisme de leurs représentants.

Extrait chapitre "Une place reste à prendre" page 168
Commenter  J’apprécie          50
MayBeauc   15 juillet 2020
De l'urgence d'être réactionnaire de Ivan Rioufol
"En fonction de cette nouvelle morale républicaine, le maire de Strasbourg, Roland Ries, a répondu à des parents d'élèves qui s'étonnaient que des repas hallal soient servis aux élèves de la ville, et que le poisson ait disparu des menus du vendredi : "Nous servons de la viande hallal par respect de la diversité, mais pas de poisson par respect pour la laïcité". La boucle est bouclée".
Commenter  J’apprécie          42
Unvola   09 mai 2021
De l'urgence d'être réactionnaire de Ivan Rioufol
Et où est l'humanisme, quand ceux qui n'ont que ce mot à la bouche méprisent le peuple du haut de leurs cols doctrinaires, lorsqu'il défend sa dignité ? Ces pharisiens, qui dispensent leurs leçons depuis trente ans, ne jurent que par la diversité, mais ne supportent pas des opinions divergentes. Ils interdisent de faire référence aux origines, mais ne cessent de réclamer des discriminations positives pour les "minorités visibles". (...) Ils assurent que toutes les cultures sont respectables, mais vomissent l'héritage européen. (...) Ils détestent les fachos, mais chassent en meute, décident des coupables, réclament des têtes, exigent des épurations, des interdictions et des censures. Ils s'indignent contre l'antisémitisme, mais laissent se répandre, singulièrement à l'extrême gauche et dans les cités, un antisionisme qui suinte la haine du Juif. Ils se disent en guerre contre le racisme, mais ne veulent rien voir des haines contre les Blancs, contre les chrétiens, contre les Français, et font des hiérarchies entre les discriminations. (...) Ils disent défendre la laïcité, mais soutiennent le délit de blasphème qui sanctionne l'islamophobie. Et il faudrait supporter encore ces imposteurs ?

(Pages 30 et 31)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Unvola   09 mai 2021
De l'urgence d'être réactionnaire de Ivan Rioufol
Pour les bons élèves du politiquement correct, dont Sciences Po Paris et quelques écoles de journalisme fournissent les meilleurs éléments médiatiques, rien ne demeure plus détestable que la voix des anonymes quand ils disent clairement ce qu'ils voient, ce qu'ils entendent, ce qu'ils vivent, en contredisant les comptes rendus melliflus de la propagande. D'autant que ces rustres parlent dru. Ils ne se satisfont pas des explications des progressistes et de leurs experts en camouflage assurant qua la Sécurité sociale est la seule caractéristique de l'identité du pays qui, pour le reste, doit s'égayer dans la dynamique d'un monde plat, sans frontières, appelé à se brésilianiser pour le plus grand bonheur de tous. Pour les professionnels de l'angélisme, ici en accord avec le cynisme d'un patronat internationaliste ne voyant pas plus loin que le bout de ses dividendes, seul le radieux cosmopolitisme régénérera la population, paiera les retraites, équilibrera les comptes, réduira le chômage, alimentera la croissance et écrira, au commencement d'une page blanche, le roman d'amour à l'eau de rose du "citoyen du monde".

(Pages 36 et 37)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature turque #Euro2016

Orhan Pamuk a reçu le prix Nobel de littérature en quelle année ?

1996
2006
2016
Il ne l’a jamais reçu

8 questions
80 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..