AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.65 /5 (sur 24 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) , 1946
Mort(e) à : Amiens , le 30/10/2017
Biographie :

Journaliste et écrivain, Jacques Béal, né à Vitry-sur-Seine en 1946, fut grand reporter et éditorialiste au "Courrier Picard" pendant plus de trente ans. et vivait au Crotoy dans la Somme.

Passionné de patrimoine et d'histoire, Il participait à des conférences, des lectures et intervenait régulièrement dans les lycées et les collèges.
Il est l’auteur d’une trentaine de livres (essais, beaux livres, anthologie, biographies), parmi lesquels "La Griffue", roman publié en 2015 aux Presses de la Cité, distingué par le prix du Roman populaire en 2016.


Source : http://www.pressesdelacite.com/site/domaine_francais_l_sites_et_blogs_l_jacques_beal_&300&676.html
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
lhermittebernadette   07 février 2016
La Griffue de Jacques Béal
Livre décrivant la vie rude des chasse-marées dans les années 1800 , la lutte entre les armateurs et les petits patrons, et la mort de ce père ,et sa fille la griffue nom donné à cette jeune fille à cause d'une cicatrice sur le visage depuis son enfance qui reprends les rênes de l'entreprise . Monde difficile , puisque peuplée d'hommes matchos bien décidés à s'emparer de son entreprise , et le rail qui se développe et risque de faire disparaître le transport avec les chevaux qui existe depuis des décennies . Très bon livre, agréable à lire puisqu' on plonge en même temps dans cette période de l'histoire ou le monde s'ouvre au modernisme et par là même à la concurrence féroce entre les hommes .
Commenter  J’apprécie          50
ClioIno   18 mars 2016
La Griffue de Jacques Béal
La pleine lune, en ce début de soirée, dressait dans le ciel de Picardie les silhouettes massives des hêtres et des chênes de la forêt de Crécy. Le vent salin provenant de la Manche toute proche excitait l'attelage mené par François Fortin, de retour de Paris. Montant Intrépide en amazone, afin de sauter facilement à terre en cas de nécessité, le chasse-marée aimait traverser cette épaisse forêt, trouée de part en part d'allées rectilignes, bordées de massifs de fougères.
Commenter  J’apprécie          30
polarjazz   11 septembre 2018
Les Poètes de la Grande Guerre (nouvelle édition) de Jacques Béal
LA TRANCHÉE de Gaston Chantrieux (1887-1918)



Comme L'auguste Paix de son glaive qui crée

Ouvre, en chantant, les flancs de la terre sacrée

Sous les corbeaux aux noirs essaims,

La Guerre de nos jours fait un labour immense

Et trace des sillons que la mort ensemence

Avec la chair des fantassins.



Dans la craie éclatante ou dans l'argile fauve,

Profond comme un tombeau, large comme une alcôve,

Le sillon s'étend sous le pic ;

Au travers de la plaine, au versant des collines,

Il cherche l'ombre avec des adresses félines

En serpentant comme l'aspic.



Il n'entend pas la voix de l'alouette grise,

Âme des glèbes dont l'azur tendre se grise,

Mais le long hurrah des guerriers ;

La grenade, son fruit de feu, soudain éclate,

Et la lutte, versant sa rosée écarlate,

Y fait foisonner les lauriers.



Regardez-le former ses lignes parallèles,

S'évaser en blockhaus, menaçantes tourelles,

S'échapper en cheminements,

Et sur le fond, dressant d'invincibles barrières,

Devenir un fortin avec ses meurtirères

Où guettent des canons fumants.



C'est le rempart nouveau de nos fils, la tranchée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
meknes56   23 juillet 2019
La Griffue de Jacques Béal
Intrépide, superbe jument blanche de lignée boulonnaise, gardait le cap sur les voies défoncées souvent transformées en bourbier, comme dans les interminables côtes, les descentes vertigineuses. Les sols recouverts de neige masquaient de pro‐ fondes ornières et la glace changeait, au plus rude de l’hiver, les chemins en patinoire. Elle imposait la direction et le rythme à ses deux compagnes attelées à ses côtés, maintenant l’allure ou l’accélé‐ rant, guidée par la voix et le fouet de son maître.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   08 janvier 2018
La Griffue de Jacques Béal
François Fortin connaissait le caractère de sa fille. Il savait qu’elle aurait la volonté et l’aplomb nécessaires pour s’imposer dans cet univers strictement masculin. Il estimait cependant prématuré de la voir affronter la nuit, la solitude, la promiscuité des relais aux changements d’attelage – ce qui se répétait tous les trente ou quarante kilomètres –, les difficultés inhérentes à la route et aux saisons.

Fortin aimait trop ses nuits de chevauchée pour les abandonner à sa fille. Qu’importaient les nuits glacées de pleine lune en hiver, celles chaudes et humides de l’été quand les senteurs des bois s’exhalaient par bouffées enivrantes, celles du printemps où la pluie détrempait la terre des chemins, faisant naître de profondes ornières sous les roues, celles encore de l’automne où les chevaux devaient lutter contre le vent qui ralentissait leur allure et les épuisait davantage. Aux dangers de la nature s’ajoutaient ceux venant des hommes
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   08 janvier 2018
La Griffue de Jacques Béal
L’auberge se remplissait, par vagues, d’une clientèle disparate tout autant populaire qu’aristocratique, française qu’étrangère. On y croisait parfois des célébrités, comme Victor Hugo qui, de retour de Belgique, y avait dîné et dormi six ans plus tôt. Des vingt chambres que comptait l’auberge, Honorine lui avait attribué la plus belle, la seule à posséder des fenêtres sur trois de ses côtés avec vue sur la campagne et sur la cour intérieure, des murs lambrissés, une large cheminée, et un lit à baldaquin. L’illustre écrivain avait paraphé le livre d’or. Honorine veillait jalousement sur cet ouvrage enluminé, prenant chaque avis et chaque dédicace comme une légitimation de ses exigences en matière de propreté.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   08 janvier 2018
La Griffue de Jacques Béal
Malgré son jeune âge, elle avait parfaitement compris que son père était attentif à son bonheur mais que sa mère ne se préoccupait que d’elle-même, quand elle n’imposait pas systématiquement le contraire de ce que sa fille désirait.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur