AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montrottier (Rhône) , le 27/02/1942
Biographie :

Jean Cottraux est un psychiatre et psychothérapeute français, personnalité marquante de la vie psychiatrique française contemporaine.

Après une formation psychiatrique classique et une psychanalyse personnelle, il part au cours des années 1970 au Royaume-Uni puis aux États-Unis s'initier aux psychothérapies cognitivo-comportementales (TCC).

Il commence l'enseignement universitaire des TCC au début des années 1980 au laboratoire de psychologie médicale de l'hôpital neurologique de Lyon qu'il ne quittera plus jusqu'à sa retraite et où il créera l'unité de traitement de l'anxiété.

Auteur de nombreux ouvrages sur les TCC, après des tentatives de synthèses entre différentes approches, son œuvre se démarquera de plus en plus du courant psychanalytique, notamment sur des questions telles que l'efficacité des psychothérapies et leur évaluation.

Il fut président de l'Association Française des Thérapies Comportementales (1984-1989) et de l'European Association of Behaviour and Cognitive Therapy (1990).

Son travail a permis à plusieurs centaines de psychiatres et de psychologues francophones de par le monde de se former aux TCC. Chercheur, il a conduit de nombreuses recherches avec l'INSERM (dont une passablement controversée sur l'efficacité des psychothérapies) et le CNRS.

Il est l'auteur de nombreux travaux sur le traitement et l'étiologie des troubles anxieux. Il est un critique virulent de la psychanalyse et l'un des auteurs du Livre noir de la psychanalyse.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À chacun sa créativité Einstein, Mozart, Picasso... et nous de Jean Cottraux La principale leçon de cet ouvrage est que l'ouverture d'esprit, le travail et la persévérance comptent plus que le talent ou le don.


Citations et extraits (225) Voir plus Ajouter une citation
Unhomosapiens   18 janvier 2021
Les psychothérapies cognitives et comportementales de Jean Cottraux
La thérapie cognitive va consister, dans un premier temps, à vous aider à mieux connaître vos pensées. Puis elle cherchera comment ces pensées déclenchent et maintiennent les émotions et les comportements dont vous souffrez et que vous désirez modifier. Enfin, elle cherchera à remplacer les interprétations négatives par des interprétations plus réalistes.
Commenter  J’apprécie          120
Under_the_Moon   19 novembre 2016
La répétition des scénarios de la vie de Jean Cottraux
On peut penser qu'une vie qui tourne mal, ou un circuit fermé, résulte d'erreurs d'interprétation et de choix catastrophiques en rapport avec un style de personnalité. Un jour ou l'autre, chacun de nous peut se retrouver prisonnier d'un scénario. Le plus souvent, il s'en sortira assez rapidement : la chance, l'aide des autres, l'intelligence ou la capacité personnelle à résoudre des problèmes viendront à bout des difficultés. Pour d'autres, en revanche, qui ont un style de personnalité plus typé, ce dégagement sera difficile, et le scénario deviendra l'affaire d'une vie...
Commenter  J’apprécie          160
Under_the_Moon   26 novembre 2016
La répétition des scénarios de la vie de Jean Cottraux
L'inverse d'un scénario de vie contraignant est sans doute la créativité et la recherche d'un nouvel art de vivre.
Commenter  J’apprécie          110
valsing   27 janvier 2018
Tous narcissiques de Jean Cottraux
L'éducation, au lieu d'encourager le narcissisme, doit donc encourager l'activité, aider à mieux percevoir le bien-être comme étant le résultat de l'effort et apprendre la résilience pour savoir rebondir devant les aléas de la vie.

Il ne sert à rien de protéger les enfants des sentiments pénibles : il faut leur apprendre comment s'en dégager.
Commenter  J’apprécie          70
Unhomosapiens   28 décembre 2020
Les psychothérapies cognitives et comportementales de Jean Cottraux
Une TCC n'a pas pour but de supprimer des comportements, mais d'apprendre au patient un comportement nouveau, incompatible avec le trouble présenté, ce qui doit entraîner une assimilation de ce nouveau comportement dans l'ensemble de la structure comportementale, cognitive et émotionnelle de l'individu, autrement dit : sa personnalité.
Commenter  J’apprécie          60
Prudence   19 août 2015
Les psychothérapies comportementales et cognitives de Jean Cottraux
La thérapie rationnelle émotive d'Ellis (1962) étudie les systèmes de croyances irrationnelles du patient pour les modifier. Ce prédécesseur parfois discutable de la thérapie cognitive de Beck considère, avec Mar Aurèle et Epictète, que les hommes ne sont pas émus par les événements mais par la perception irrationnelle qu'ils en ont.
Commenter  J’apprécie          50
valsing   27 janvier 2018
Tous narcissiques de Jean Cottraux
Les personnes passives nient leurs droits et prennent la posture de la soumission.



Les personnes agressives empiètent sur les droits des autres pour obtenir ce qu'elles veulent.



Et enfin des personnes passives agressives manipulent les autres en les culpabilisant pour parvenir aussi à ce qu'elles veulent.
Commenter  J’apprécie          40
Prudence   19 mars 2018
Psychologie positive et bien être au travail de Jean Cottraux
La thérapie du bien-être propose un modèle nouveau d'intervention, ouvert sur le monde des valeurs personnelles, et celui de la créativité. L'analyse de ses résultats en fait une psychothérapie prometteuse.

Elle représente une extension des TCC auxquelles elle peut se combiner.
Commenter  J’apprécie          40
sand-rions   17 novembre 2016
La répétition des scénarios de la vie de Jean Cottraux
Tout se passe comme si la vie était un directeur de casting, qui avait attribué un rôle qui n’était pas vraiment voulu. Figée dans son personnage, la personne scénarisée va maintenir des relations stéréotypées et insatisfaisantes avec les autres, surtout si ce rôle a une fonction dans un groupe : femme parfaite, bouc émissaire, faux génie, perdant, battant, macho, séducteur, etc. Si la personne souhaite changer de vie et de scénario, elle aura donc non seulement à se modifier elle-même, mais à changer ses relations avec son entourage, ou encore à changer d’entourage.





Aurions-nous le sentiment illusoire d’être les maîtres de la scène, alors que nous sommes mis en scène ? Aurions)nous l’illusion d’être les maîtres du jeu, alors que c’est notre personnalité qui nous fait jouer notre rôle sur la sène du monde ? Et nous la connaissons si mal…

Toute personnalité est un cadrage sélectif et reflète des choix, des valeurs personnelles et une interprétation des faits.





L’agencement de la personnalité se fait à partir du tempérament qui représente la base biologique des comportements, mais la personnalité se construit aussi à partir des schémas cognitifs, càd de systèmes personnels d’interprétation qui résultent de l’éducation et de la culture environnante.





Le bombardement de l’individu par des messages répétitifs et à la disponibilité en temps réel d’un stock illimité de documents sur Internet façonnent la pensée. Cela aboutit au « sampling », càd au collage bout à bout d’images, de musiques, de sons ou de phrases pour en faire œuvre originale à partir de morceaux anciens. La création n’est plus un projection dans l’avenir ; ce n’est plus que la reconstruction des fragments du passé.





Chacun peut penser son destin comme totalement personnel, mais force est de constater la similitude des récits, qu’ils soient issus de la vie ou de l’art. et il ne faut pas s’en étonner, car le nombre de types de personnalité est limité, tout comme son identiques les relations avec les autres et les événements de vie qui en résultent.





Tous les récits ont leur part d’amnésie. Sinon, comment pourrait-on penser sa vie et lui donner un sens ? Chacun serait submergé d’informations contradictoires et de données disparates. La mémoire fait le tri aux dépens de la précision, et elle construit un scénario plus ou moins cohérent.





Elle savait bien que Serge n’était pas parfait, qu’il avait besoin d’être « éduqué », mais elle pensait justement pourvoir lui apporter ce qui lui manquait. Ce « complexe de Pygmalion » l’avait déjà lancée dans d’autres aventures…



Huguette oscille perpétuellement entre deux pôles : un pôle adolescent et un pôle adulte. Le premier l’a poussée à vivre avec cet homme ; le second l’a amenée à le quitter.





Toutefois, les personnes prises dans un scénario de vie sont généralement conscientes d’avoir intériorisé des règles de fonctionnement qui leur sont néfastes et qu’elles ne peuvent qu’appliquer : elles se reconnaissent une part de responsabilité dans leur scénario. Mais, s’il suffisait d’avoir conscience de ses propres contradictions pour les dépasser, les cabinets des psychiatres, des psychothérapeutes et des voyantes seraient vides…





Une mauvaise estime de soi prive de toute liberté d’action. Le sentiment de dévalorisation est souvent le loquet qui ferme la cage. Parfois, des femmes battues préservent pour cette raison la relation qu’elles ont avec l’homme qui abuse d’elles. Plus subtilement, une personne timide et mal affirmée peut se laisser exploiter en échange d’une amitié, de quelques compliments ou de la sécurité d’une relation stable.





On se croit à tort persécuté. La personne n’a aucune conscience du fait qu’elle provoque elle-même des rétorsions agressives de la part des autres par sa méfiance ou ses attaques systématiques. Ces scénarios sont des scénarios de type persécuté/persécuteur : celui qui se vit comme le persécuté est, en réalité, le persécuteur. Ce sont les scénarios les plus difficiles à définir clairement, et surtout à modifier, surtout lorsqu’ils ont lieu dans un climat de rivalité professionnelle ou d’enjeux de pouvoir.





Chaque récit cinématographique est la représentation d’un conflit psychologique et l’histoire d’une contradiction : le bonheur n’est pas un bon sujet.





De même que la rétine de chaque œil présente un point aveugle, nous avons du mal à percevoir nos propres motivations, ce qui peut nous conduire à des impasses tragiques ou à des situations comiques.





Lorsqu’on regarde une personne de face, on n’en voit que la moitié.





Chaque crise individuelle est une crise de valeur : crise personnelle concernant les choix professionnels, le choix amoureux, la réussite et l’échec, l’estime de soi, la dominance ou la soumission, la capacité de vieillir, de supporter la perte d’une personne importante ou d’aller au-delà d’un traumatisme physique ou psychologique. Tirer la « morale » d’une crise, c’est modifier un ancien schéma cognitif dont le fonctionnement s’est avéré désastreux : autrement dit, changer ses systèmes de croyances et de valeur, et agir autrement.





La personnalité se définit comme un ensemble stable de comportements, d’émotions et de pensées en réaction à l’environnement, qui caractérisent chaque individu – ce que l’on nommait, autrefois le caractère. (…) Sous l’influence à la fois de l’éducation et des évènements de vie, la personnalité va s’organiser à la fin de l’adolescence et elle gardera une certaine constance au cours de la vie.



Les personnalités narcissiques

Elles présentent une inflation de soi et des comportements grandioses, un besoin d’être admiré et un manque de perception des problèmes d’autrui. Les autres sont souvent méprisés, utilisés à des fins personnelles et traités en objet. La société se divise en critiques et en admirateurs, en serviteurs et en maîtres.

Les narcissiques savent habilement utiliser les autres, pour les abandonner dés qu’ils les ont pressés comme des citrons.



Les personnes évitantes souffrent d’inhibition sociale, de sentiments d’infériorité et d’une hypersensibilité au jugement des autres, qu’elles imaginent toujours négatif. Elles fuient les activités professionnelles impliquant le contact social, par peur de la critique, de la désapprobation ou du rejet. Il leur est difficile d’avoir des relations avec autrui, à moins d’être sûres d’être aimées, car elles ont peur d’avoir honte, d’être ridicules, ou d’être critiquées. Leurs sentiment d’imperfection et d’infériorité font qu’elles se considèrent comme socialement incompétentes et peu attirantes.





L’homme a fondamentalement des impulsions antisociales, et seul le contrôle social intériorisé permet de canaliser ses mauvais penchants.





Le champ de la conscience est donc, tout comme le champ visuel, un cadrage limité de la réalité externe et interne. Tout ce qui est hors champ n’est pas perçu et enregistré par la conscience, même si cela peut laisser des traces dans la mémoire sous forme de conditionnement ou de pensées subconscientes qui, dans les cas extrêmes, vont diviser la personnalité du sujet.



D’origine génétique, le tempérament correspond à des habitudes inconscientes. Ses représentations sont stockées dans la mémoire procédurale qui est la partie de la mémoire qui gère les habitudes motrices et les plans d’action automatique. En liaison avec l’environnement par les mécanismes de conditionnement, dont l’impression sur l’individu se fait pour la plus grande part de manière inconsciente, le tempérament correspond aux quatre dimensions suivante ( …)

- Recherche de nouveautés, recherche de sensations et impulsivité : c’est la joie et l’excitation lorsque surviennent des nouveaux stimuli ou des indications de récompenses possibles (…) personnes facilement ennuyées, impulsives ; elles ont un tempérament explosif, extravagant, désordonné ; elles cherchent la nouveauté mais aussi la sensation.

- Evitement de la menace : personnes (…) dominées par le souci et l’anxiété en réponse aux signaux de punition. Elles sont pessimistes, peureuses, timides, anxieuses, vite fatiguées.

- Dépendance à la récompense : (…) dépendantes à l’approbation sociales et de leurs attachements ; elles sont sociables, sympathiques, sensibles, sentimentales.

- Persistance : (…) l’individu continue à agir en dépit de la frustration, de la fatigue et de l’absence de conséquences positives résultant de son action.





Le caractère correspond à la prise de conscience et à la réorganisation de l’expérience, à l’apprentissage abstrait. Il manifeste surtout la vue consciente que chacun a de soi.

Trois dimensions du caractère sont proposées par Cloninger : l’autodétermination (maturité individuelle), la coopération (maturité sociale) et l’auto-transcendance (maturité spirituelle)





Le terme de conditionnement a mauvaise presse, mais le conditionnement est partout. Ce que nous nommons « inconscient environnemental » correspond à toutes ces procédures de conditionnement qui façonnent nos comportements dans la vie de tous les jours, et dont la plupart demeurent inconscientes….





Un petit enfant qui a une motivation interne va agir sur son environnement, et les réponses qui seront donnée par cet environnement (…) vont façonner son comportement.



La représentation télévisée du règlement systématique des conflits humains par la violence peut favoriser l’extériorisation immédiate de l’agressivité.



Instrument de culture, elle véhicule également, par les films et les téléfilms, des mythologies anciennes et contemporaines dont les récits et les images représentent un inconscient collectif qui devient le modèle de l’inconscient individuel.





La meilleure soumission est la soumission consentie, car l’engagement est lié au fait que l’individu s’assimile à son acte.



Plus il y a de moyens de communication, moins il y a de choses véritablement importantes à dire. Internet promet des rencontres inespérées et de flotter aux quatre vents du monde. En ré
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_Cm   21 juin 2017
À chacun sa créativité - Einstein, Mozart, Picasso... et nous de Jean Cottraux
"Il faut porter en soi un chaos pour mettre au monde

une étoile qui danse."

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, 1885.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..