AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.71/5 (sur 420 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Dax , le 27/09/1966
Biographie :

Jean-Denis Pendanx est un illustrateur et dessinateur de bande dessinée français.

Après une année préparatoire à l’école Estienne à Paris, il a obtenu un BTS arts appliqués au lycée Jolimont de Toulouse, puis a suivi les cours de l’école des arts décoratifs de Paris.

Il débute sa carrière en tant qu’illustrateur de magazines de jeux de rôles et de livres pour la jeunesse (Père Castor, Flammarion, Magnard, Mango…).

En 1991 il publie avec Doug Headline son premier album : "Diavolo le solennel", aux éditions Glénat. En 1993 paraît le premier volume de "Labyrinthes", avec Dieter et Serge Le Tendre.

En 2002, il adapte "Les Corruptibles" avec son auteur, Alain Brezault. En 2006, il signe avec Christophe Dabitch "Abdallahi" (2 tomes), qui obtient le Prix de la Bande Dessinée aux Rendez-Vous de l’Histoire à Blois.

En 2008, sort le premier volume du triptyque "Jeronimus" (2008-2010), toujours avec Christophe Dabitch. Prix Mémoire de la mer, Corderie Royale de Rochefort, 2012.

On le retrouve au scénario et au dessin pour l'album "Au bout du fleuve", qui paraît en 2017.

Il réalise également des adaptations de romans pour le magazine culturel "Je Bouquine", dont "Le Dernier Mousse", et travaille pour le dessin animé.

Il vit à Bordeaux où il se consacre à la bande dessinée, aux illustrations de livres pour la jeunesse, à des expositions et animations autour du métier de dessinateur de BD.

son blog : http://jeandenispendanx.blogspot.fr/
+ Voir plus
Source : http://arpel.aquitaine.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Denis Pendanx   (31)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Jean-Denis Pendanx


Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Je sais que les morts sont là, autour de nous,
qu'ils nous font signe depuis les ombres,
qu'ils nous indiquent peut-être le chemin.
Mais, je ne les crains pas,
et je les considère comme des amis
que ça ne me dérangerait pas de rejoindre.
On peut prendre les choses plus mal.

James Lee Burke
Commenter  J’apprécie          360
N'oublie jamais que l'on n'est pas orphelin d'avoir perdu père et mère, mais d'avoir perdu l'espoir.
Commenter  J’apprécie          290
Perdre son jumeau, c'est perdre la moitié de son âme.
Commenter  J’apprécie          190
Celui qui t'enseigne vaut mieux que celui qui te donne.
Commenter  J’apprécie          170
Les Asiatiques ont une pensée plus connectée que la nôtre.
Commenter  J’apprécie          100
Que crains-tu ?
La révocation de la licence de CBS ?
Si, comme tu le penses, la panique n'a pas été celle contée par la presse papier, cette histoire d'adaptation radiophonique se dégonflera comme une baudruche percée ...
Commenter  J’apprécie          80
Avec le pétrole au nord du pays, Les velléités de pouvoir se sont accrues tout au long de ces dernières années et les armes sont devenues plus nombreuses et meurtrières…

Les rebelles et les militaires ont massacré et manger un nombre incalculable d’animaux sauvages… Les girafes et les antilopes se font rares… Les éléphants, eux, ils ont pratiquement disparu.

Nous, les animaux, on insiste impuissants à leur folie meurtrière…
Commenter  J’apprécie          50
-Et n'oublie jamais que l'on n'est pas orphelin d'avoir perdu père et mère, mais d'avoir perdu l'espoir.
Commenter  J’apprécie          60
Tous les Afro-Americains sont inquiets quand un officier de police les interroge.
Commenter  J’apprécie          60
Les morts... Ils ont disparus, ils reviendront la nuit prochaine, et la suivante... Ils sont 99 tués par la grande vague à Bandah Aceh. Ils ont dérivé pendant trois semaines avant de s'échouer sur la plage.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean-Denis Pendanx (687)Voir plus

Quiz Voir plus

Ponts

"Sous le Pont Mirabeau coule la Seine Et nos amours Faut-il qu'il m'en souvienne La joie venait toujours après la peine..." Qui a écrit ce poème?

Paul Verlaine
Guillaume Apolinaire

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..