AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.6 /5 (sur 33 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , 1940
Biographie :

Jean-Luc Steinmetz est né en 1940. Poète, essayiste, professeur à l’université de Nantes, il a publié les œuvres complètes de Rimbaud en trois volumes (Garnier-Flammarion). Il est l’auteur de plusieurs essais sur la littérature, dont deux importantes biographies : Stéphane Mallarmé, l’absolu au jour le jour (Fayard, 1998) et bien sûr Arthur Rimbaud. Une question de présence (Tallandier, 1999). A lire chez Zulma : Les Femmes de Rimbaud (2000).

Il préface de nombreux classiques du XIXe siècle au Livre de Poche : Le Spleen de Paris de Baudelaire, Le Fantôme de Canterville et autres contes d'Oscar Wilde...


Source : http://www.zulma.f
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Luc Steinmetz   (38)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« Il y a quelque chose d'inéluctablement malheureux dans le personnage de Verlaine (1844-1896) […]. Lui-même eut beau se compter au nombre des poètes maudits, nous avons tendance à lui refuser une telle malédiction gratifiante pour ne le doter que d'un chagrin doux-amer et d'un coeur (mot dont significativement il abusa) gros de larmes presque savoureuses. […] Plus néfaste que la brève cohabitation de Gauguin avec Van Gogh, celle qui le rapprochera de Rimbaud se terminera sur l'éclat d'un coup de feu […]. Les suites sont connues : […] Verlaine est condamné à deux ans de prison. […] En mai 1874, il apprend que le jugement en séparation de corps et de biens réclamé par Mathilde vient d'être prononcé. Il en ressent une profonde tristesse et songe à se tourner vers les secours de la religion. […] le 15 août, Verlaine, enfin admis à la Sainte Table, communie. de cette période de conversion témoigneront dans le futur “Cellulairement” […]. […] Les années suivantes, Verlaine continuera de disperser le matériau poétique accumulé durant sa détention ; treize poésies se retrouveront dans Jadis et Naguère (1884), huit autres dans Parallèlement (1889). Sans doute ne souhaitait-il pas refaire surface dans le monde littéraire par un livre évoquant son passé de droit commun, fût-ce sous les apparences du “journal d'une âme”. Il rappellerait ces temps mauvais dans Mes Prisons en 1883, mais, pour l'heure, c'est en proposant une image apaisée de lui qu'il tente, après bien des atermoiements (sept ans de silence), son retour de poète avec Sagesse où il espère que “nulle dissonance n'ira choquer la délicatesse d'une âme catholique”. […] Cellulairement […] occupe […] la place indéniable de “chaînon manquant” entre les Romances sans paroles et Sagesse et […] il montre Verlaine dans son authenticité de prisonnier, de poète et, sur la fin, de pécheur converti. […] Cellulairement restitue un temps de vie passé, usé au jour le jour, dans ce tournis à demeure où se perçoit l'identité même, toujours flottante, de Verlaine, non pas fadeur […], mais limite de l'écoeurement devant le mélange de fiel et de miel que tend l'existence en sa coupe. […] Verlaine adresse le murmure d'une voix inquiète, presque égarée, même quand sa foi nouvelle tend à la raffermir. Gardons-nous de ne voir que complaisances là où se dit, non sans humour parfois, quelque réalité aussi maligne que la pure et simple “condition humaine” illuminée d'un faible espoir et fraternelle dans sa détresse ?» (Jean-Luc Steinmetz) « Au Lecteur […] Vous lirez ce libelle tel quel, Tout ainsi que vous feriez d'un autre, Ce voeu bien modeste est le seul nôtre, N'étant guère après tout criminel. […] J'ai perdu ma vie et je sais bien Que tout blâme sur moi s'en va fondre : À cela je ne puis que répondre Que je suis vraiment né Saturnien. » Paul Verlaine Bruxelles, juillet 1873 0:00 - Berceuse 0:30 - Almanach pour l'année passée III 1:18 - L'art poétique 3:00 - Générique Référence bibliographique : Paul Verlaine, Cellulairement, Éditions le Castor Astral, 1992 Image d'illustration : http://www.heliotricity.com/poetryverlaine.html Bande sonore originale : Kai Engel - Somewhere Else Somewhere Else by Kai Engel is licensed under a Attribution-NonCommercial 4.0 International License. Site : https://www.freemusicarchive.org/music/Kai_Engel/lesicia/somewhere-else #PaulVerlaine #Cellulairement #PoésieFrançaise

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   30 août 2017
Suites et fin de Jean-Luc Steinmetz
Commensemencements





Je marche à la suite d'un mince rayon de soleil.

Vers toi il ne conduit qu'en apparence.

Du sol stérile monte la hampe d'une ortie.

Derrière moi je ne sais quel démon manigance

une prochaine descente aux enfers.

Plus qu'elle ne s'écoule, la vie se précipite.

Il sen retient quelques phrases malaisées à saisir

d'autres qui soudain émettent un trait de lumière

un mirage frais et limpide.



p.21

Commenter  J’apprécie          120
Malaura   09 janvier 2012
Auhourd'hui de nouveau de Jean-Luc Steinmetz
S'il remplaçait le jour par la nuit

La nuit par le jour

Il aurait ce qu'elle voit.

Car leurs jours et leurs nuits

Ne sont jamais les mêmes

A moins que venant par-dessus les nuages

Ils ne s'unissent quelquefois

Pour une semblable allégresse

Une égale lumière

Un accent seul et souverain de flûte

L'accès de l'amour.

Commenter  J’apprécie          120
Fleitour   11 avril 2019
Le Paris de Rimbaud de Jean-Luc Steinmetz
Elles ont pâli, les merveilleuses

Au grand soleil d'amour chargé

Sur le bronze des mitrailleuses

A travers Paris insurgé !

P 38
Commenter  J’apprécie          110
coco4649   25 août 2018
L'écho traversé de Jean-Luc Steinmetz
SCÈNES





IV



L'orient se dessine

aux limites du jour.



Le regard apprête une lueur

veuve depuis longtemps.



Inaccessible un vieux désir

continue dans le schiste grave

la pensée des algues.

Commenter  J’apprécie          100
Fleitour   10 avril 2019
Le Paris de Rimbaud de Jean-Luc Steinmetz
A Paris, Que fais-tu poète

de Charlevilles arrivé ?

Paris, Le génie ici végète

Mourant de faim sur le pavé.

P 60
Commenter  J’apprécie          90
Dixie39   21 novembre 2014
Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III) de Jean-Luc Steinmetz
En progrès sur la mort

avance le repos

d'un après-midi neutre

où la conscience a disparu.

Mais quelques gestes demeurent

qui égratignent l'horizon

y laissant une petite tâche

contagieuse sur la nuit des temps.
Commenter  J’apprécie          70
coco4649   29 août 2017
Suites et fin de Jean-Luc Steinmetz
Commensemencements





Immuables et indifférents.

Quoi veille ?

Quels sont les pluriels et la valeur instinctive du singulier ?



Avec des questions en foule je passe le jour

comme on passe un fleuve.

Chacun ignore ce qu'il en est de l'autre rive.

Je m'abreuve de pensées primaires.

D'autres stagnent au fond de ma voix.

Atteindre est un vœu proféré

maintenant pour plus tard.



Ce qui n'a plus cours court en arrière.

Des arbres environnent les terres.

Le salut qu'ils adressent

répond à plusieurs désirs

informulés ou déformés.



La méditation prend toute la tête

ressort par les narines

comme un souffle exalté.

Au bout des doigts grésille ce moment

les rites usant les rebords de porcelaine

et quelque chose d'un amour que l'on regardera plus tard

parmi les archives filmées.



p.18
Commenter  J’apprécie          50
Dixie39   23 novembre 2014
Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III) de Jean-Luc Steinmetz
La vie continue,

détachée déjà

mais non tombée.

Il faudra du temps avec qu'elle rencontre le sol

et peut être sans violence aucune

rejoigne les herbes dont on veut croire qu'elles guérissent

sous le simple outremer du ciel.
Commenter  J’apprécie          60
Dixie39   27 novembre 2014
Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III) de Jean-Luc Steinmetz
Indifférent le nom de l'homme.

Étroite l'étendue de son corps.

Reprenant une des routes millénaires

il reçoit la dernière lumière

et devient l'invisible passant

guetté du sagittaire.
Commenter  J’apprécie          60
Dixie39   27 novembre 2014
Le dépositaire et autres poèmes : Suivi de Kritike (lignes de crète III) de Jean-Luc Steinmetz
Pas de naissance. Pas de mort. Pas d'avantage le milieu de la vie. Tant bien que mal on s'arrange pour durer, sans savoir sa ligne droite, ni son passage de la ligne. Une seule vérité profane : celle du jour qui, sans réclamer d'adoration, célèbre son rite avec cette régularité qui donne aux saisons leurs noms, sous chaque latitude.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Qu'est-ce qu'elle a la gueule ?

Forme de discrimination fondée sur l'apparence physique.

charger jusqu'à la gueule
gueule de bois
délit de sale gueule
la gueule enfarinée

12 questions
141 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , langue française , argot , vocabulaireCréer un quiz sur cet auteur