AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.79 /5 (sur 442 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Hirzel, Zurich , le 12/06/1827
Mort(e) à : Zurich , le 07/07/1901
Biographie :

Johanna Spyri (née Johanna Heusser) est une écrivaine suisse allemande, auteur d'une cinquantaine de livres, surtout pour enfants, et créatrice du personnage de Heidi.
Elle est la quatrième d'une famille de six enfants. Son père, Johann Jakob Heusser (1783-1859), est médecin, chirurgien et soigne les malades mentaux. Sa mère, Meta Schweizer (1797-1876), est la fille de Diethelm Schweizer, pasteur d'Hirzel, lui-même compositeur de cantiques et écrivain.
Johanna suit sa scolarité primaire à Hirzel et reçoit des cours particuliers du pasteur Salomon Tobler à la cure, entre 1833 et 1841, puis, de 1841 à 1843, elle poursuit sa formation à Zurich. Elle y apprend notamment les langues modernes et le piano.
De 1844 à 1845, elle habite à Yverdon-les-Bains, en Suisse romande. De retour à Hirzel, entre 1845 et 1852, elle aide sa mère à élever ses deux jeunes sœurs. Elle passera de nombreux étés dans la région de Coire et en particulier à Jenins et Maienfeld, qui devinrent les lieux où se déroule l'histoire de Heidi.
En 1852, elle épouse Johann Bernhard Spyri, avocat puis chancelier de la ville de Zurich. Ils ont un fils unique, Bernhard. Elle fréquente l’intelligentsia et lie des relations étroites avec des personnalités de la vie musicale ou littéraire, comme Richard Wagner et Conrad Ferdinand Meyer. C'est quand elle a à peu près quarante ans qu'elle commence à écrire. Son mari et son fils meurent tous deux en 1884. Après leur mort, elle se consacre à son travail littéraire et aux œuvres charitables.
Son premier roman parait en 1870. Heidi parait en 1880, chez l'éditeur F.A. Perthes, à Gotha, en Allemagne. Johanna Spyri était alors très peu connue. En 1881 suivit le deuxième volume de Heidi.
Depuis, ces deux livres ont été traduits en plus de quarante langues et le tirage global dépasse les vingt millions d'exemplaires. Il existe au moins sept adaptations cinématographiques de Heidi et un nombre incalculable d'adaptations pour le théâtre, la radio, la télévision et même pour l'opéra.
Pour référence, il existe trois traductions françaises des deux premiers tomes de Heidi :
- dans les années 1880 par Camille Vidart (Georg à Berne et Genève) : Heidi et Encore Heidi
- dans les années 1930 par Charles Tritten (Flammarion)
- en 1979 par Luc de Goustine et Alain Huriot (L’École des loisirs).
Elle a écrit un seul autre volume de Heidi, traduit sous le titre "Au pays de Heidi" par Charles Tritten.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un film de Alain Gsponer adapté des romans de Johanna Spyri. En salle le 10 février 2016.


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
TheWind   16 avril 2016
Heidi, la merveilleuse histoire d'une fille de la montagne de Johanna Spyri
Vers le soir, le vent se leva et vint chanter dans les sapins. Cette musique réjouit à nouveau tellement Heidi qu'elle se mit à sauter et à danser sous les arbres comme un lutin malicieux. Debout devant l'étable, son grand-père la regardait et une petite lumière dansait aussi dans ses yeux.
Commenter  J’apprécie          193
manU17   23 octobre 2013
Heidi, la merveilleuse histoire d'une fille de la montagne de Johanna Spyri
Toute la troupe monta joyeusement vers le pâturage. Pendant la nuit, le vent avait emporté les derniers nuages et l'azur était d'une couleur splendide. Le soleil jetait sur l'alpe verte une lueur merveilleuse. Toutes les petites fleurs bleues ou jaunes ouvraient leurs corolles et semblaient regarder l'astre du matin. Heidi courait ici et là, poussant des cris de joie. D'un côté le sol était rouge de primevères, de l'autre, il était bleu de gentianes, et, partout, des digitales et des campanules mêlaient leurs teintes variées au vert de la prairie et inclinaient leurs têtes au soleil.
Commenter  J’apprécie          180
bilodoh   24 novembre 2013
Heidi, la merveilleuse histoire d'une fille de la montagne de Johanna Spyri
Après le déjeuner, elle monta dans sa chambre, quitta sa belle robe de ville, mit sa petite robe de laine rouge, se coiffa de son petit chapeau de paille, fit soigneusement un petit baluchon de son tas de petits pains, et mettant ses affaires dans un panier, elle descendit bravement l’escalier pour rentrer chez elle. (p.112, La musique que faisaient les branches en s’agitant parut si magnifique à Heïdi qu’elle se mit à gambader de joie. (p.29 version Nathan 1985)
Commenter  J’apprécie          150
Bluelune   05 octobre 2014
Heidi grandit de Johanna Spyri
"C'est Pierre ! C'est Pierre !" dit cette voix.

Abandonnant ses gaufres, la petite fille se précipite au dehors et s'arrête, stupéfaite.

"Oh ! Pierre ! dit-elle, pourquoi as-tu fait ça ?

- Pourquoi ai-je fait quoi ? demande le garçon en riant.

- Pourquoi es-tu devenu si grand ?

- Je ne l'ai pas fait exprès !"
Commenter  J’apprécie          121
Gwen21   22 février 2017
Heidi de Johanna Spyri
Quant à Heidi, elle n’était jamais malheureuse, car chaque jour lui apportait quelque perspective agréable ; elle préférait sans doute grimper avec le troupeau à l’alpage où elle pouvait cueillir des fleurs, voir l’épervier, et regarder sauter les chèvres parmi lesquelles il ne manquait jamais de se passer des choses drôles. Mais à défaut de ces plaisirs, Heidi s’amusait également à voir le grand-père clouer, scier, charpenter ; et c’était pour elle une joie toute particulière quand elle se trouvait à la maison un jour où le grand-père fabriquait les petits fromages de chèvre ; elle ne pouvait se lasser de le voir aller et venir tout occupé de ses préparatifs, et, retroussant ses manches, plonger ses bras nus dans la chaudière pour en remuer le contenu. Mais ce qui avait le plus d’attrait pour Heidi, c’était la chanson du vent dans les grands sapins, derrière le chalet ; de temps en temps elle quittait son occupation quelle qu’elle fût, pour courir sous les arbres écouter, car rien ne lui paraissait aussi beau que ce bruissement profond et mystérieux qui passait dans les hautes branches, et elle ne pouvait se lasser de regarder et de prêter l’oreille à cette musique sauvage du vent quand il secoue de toutes ses forces les grands arbres échevelés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bidib   25 juillet 2015
Heidi, la merveilleuse histoire d'une fille de la montagne de Johanna Spyri
- Qu’arrive-t-il à celui qui oublie de le prier ? murmura le grand-père.



- Oh ! Il ne sera pas heureux, car le Bon Dieu l’oubliera aussi, il le laissera faire ce qu’il veut, et quand tout ira mal pour lui et qu’il se plaindra, personne n’aura pitié de lui. On se contentera de dire : Il a commencé par s’éloigner du Bon Dieu, alors maintenant, le Bon Dieu, qui pourrait lui venir en aide, le laisse tomber aussi.
Commenter  J’apprécie          90
bilodoh   07 décembre 2013
Heidi grandit de Johanna Spyri
…ce lieu est d’une grande beauté. Mais est-ce suffisant pour qu’un cœur arrive à oublier sa douleur et à être heureux?

– Personne n’est triste ici car il y a tant de beauté et tant d’amour. Restez avec nous quelques temps, vous verrez.

Commenter  J’apprécie          80
Marcellina   20 mars 2018
Heidi, la merveilleuse histoire d'une fille de la montagne de Johanna Spyri
Il n'y avait au milieu de cette chambre qu'une table et une chaise ; dans un coin, le lit du grand-père, dans l'autre, un gros chaudron suspendu sur un foyer et, du côté opposé, une grande porte contre la paroi. Le grand-père l'ouvrit, c'était l'armoire où étaient suspendus ses habits. Sur un rayon se trouvaient des chemises, des chaussettes et des mouchoirs ; sur un autre un pain rond, de la viande sèche et du fromage, et sur le dernier des assiettes, des tasses et des verres. Tout le contenu de cette armoire suffisait amplement aux besoins du grand-père.
Commenter  J’apprécie          60
Florellia   26 février 2018
Encore Heidi de Johanna Spyri
Clara resta encore longtemps éveillée ; dormir ainsi à la lueur des étoiles était pour elle quelque chose de tout nouveau qui tenait du merveilleux. Elle n'avait, du reste, presque jamais vu les étoiles à Francfort, car elle ne sortait pas de nuit et, dans la maison, les épais rideaux étaient toujours fermés avant qu'il fît tout à fait sombre.

Aussi ce soir-là, chaque fois qu'elle fermait les yeux pour s'endormir, elle les rouvrait vite pour voir encore si les deux belles étoiles plus brillantes que les autres la regardaient toujours en clignant de l'oeil, comme Heidi le lui avait expliqué ; elle ne pouvait se lasser de les voir scintiller ; mais enfin ses yeux se fermèrent d'eux-mêmes et elle ne vit plus qu'en rêve le ciel étincelant à travers la lucarne.
Commenter  J’apprécie          40
zinab   31 décembre 2015
Heidi, la merveilleuse histoire d'une fille de la montagne de Johanna Spyri
ah! tu veux savoir pourquoi l'aigle croasse si fort.......il leur crie son mepris et leur dit:< si vous alliez les uns et les autres chacun de votre coté. si vous montiez sur les hauteurs comme moi. vous seriez tous meilleurs.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

heidi

comment s'appelle la tante d'heidi ?

heidelaide
dete
clara
rougemont

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Heidi, la merveilleuse histoire d'une fille de la montagne de Johanna SpyriCréer un quiz sur cet auteur

.. ..