AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.39 /5 (sur 281 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Wexford , le 08/12/1945
Biographie :

John Banville est un journaliste, romancier et scénariste irlandais.

Sous le pseudonyme de Benjamin Black, il écrit également des romans noirs : "Les Disparus de Dublin" (Christine Falls, 2006), "La Disparition d'April Latimer" (Elegy for April, 2010), "La Blonde aux yeux noirs" (The Black-Eyed Blonde, 2014).

Il travaille un temps pour la compagnie aérienne Aer Lingus, ce qui lui permet de faire des escapades peu coûteuses en Grèce et en Italie. Il s'installe pendant un an aux États-Unis en 1968.

À son retour en Irlande, il entre au quotidien The Irish Press, puis au Irish Times où il s'occupe de la section littéraire à partir de 1998. Il collabore d'ailleurs de façon régulière au New York Review of Books dès 1990.

Il amorce sa carrière littéraire en 1970 avec la publication d'un recueil de nouvelles intitulé "Long Lankin", suivi du roman "Nightspawn" (1971).

Sa notoriété s'établit avec la parution de "Doctor Copernicus" qui décroche le James Tait Black Memorial Prize en 1976.

Candidat au prix Booker pour "Le Livre des aveux" (The Book of Evidence) en 1989, il reçoit finalement le prix en 2005 pour son roman "La Mer" (The Sea).

Depuis 1999, il a signé à l'occasion des scénarios pour le cinéma, notamment celui du film "Albert Nobbs" (2011), réalisé par Rodrigo García, avec Glenn Close et Janet McTeer.

En 2014, il reçoit le Prix Princesse des Asturies. L'année suivante, il publie "La guitare bleue" (The Blue Guitar).

Il vit actuellement à Dublin.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de John Banville   (30)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce de la série Quirke, adaptation des romans de John Banville (écrit sous le pseudonyme de Benjamin Black).

Podcasts (1)


Citations et extraits (233) Voir plus Ajouter une citation
John Banville
Under_the_Moon   20 avril 2014
John Banville
Si on me demandait : "Quelle est la plus grande invention de l'humanité?" , je dirai : "la phrase".

Il y a des civilisations, je ne me souviens pas si c'était les Aztèques ou les Incas - de très grandes civilisations - qui ne connaissaient pas la roue. Mais ils ont dû avoir la notion de la phrase, car c'est par la phrase que nous pensons, que nous communiquons, que nous décidons... de la loi, que nous décidons de la guerre. La phrase est l'unité de base de l'être humain.



[ entretien dans "Les carnets de route" de François Busnel - 10avril 2014.)
Commenter  J’apprécie          380
le_Bison   22 février 2017
La mer de John Banville
Je m’étais versé une tasse de thé noirâtre que j’avais agrémenté d’une rasade de ma flasque – il ne faut jamais circuler sans un petit remontant à portée de main, c’est une chose que j’ai apprise durant l’année qui vient de s’écouler. La lumière de l’après-midi avait viré à la grisaille hivernale et un mur de nuages, denses, bleu de vase, barrait l’horizon. Sur la laisse de haute mer, les vagues griffaient le sable lisse pour tenter de s’y accrocher, mais leur initiative capotait chaque fois.
Commenter  J’apprécie          383
le_Bison   13 mars 2017
La mer de John Banville
Ici, au bord de la mer, le silence a une qualité particulière, la nuit. Je ne sais pas si j’y suis pour quelque chose, je veux dire si c’est moi qui influe ainsi sur le silence de ma chambre et de toute la maison ou bien s’il s’agit d’un effet circonscrit, dû au sel dans l‘atmosphère, peut-être, ou au climat de la côte en général.
Commenter  J’apprécie          332
le_Bison   17 mars 2017
La mer de John Banville
Peut-être la vie n’est-elle qu’une longue préparation au jour où nous la quitterons.
Commenter  J’apprécie          285
Cricri124   05 décembre 2017
La lumière des étoiles mortes de John Banville
Qu'elle est fragile cette absurde profession dans laquelle j'ai passé ma vie à faire semblant d'être un autre, et surtout semblant de ne pas être moi-même.
Commenter  J’apprécie          271
le_Bison   15 janvier 2017
La mer de John Banville
Tout le monde a l'air plus jeune que moi, même les morts.
Commenter  J’apprécie          270
nameless   07 septembre 2015
Mort en été de John Banville
Comment lui donner des conseils quant à ce qu'il fallait qu'elle fasse, quant à la manière dont elle devait vivre sa vie ? La sienne représentait déjà un mystère pour lui, un mystère insoluble, comment aurait-il pu avoir des idées sur ce que devait être celle des autres ?



Page 80 - 10/18
Commenter  J’apprécie          250
le_Bison   08 mars 2017
La mer de John Banville
En fendant la foule pour suivre Chloé jusqu’au Strand Café, je tâtais mes lèvres du bout des doigts, ces lèvres qui l’avaient embrassée, m’attendant à moitié à les trouver inchangées d’une façon infiniment subtile mais radicale. Je m’attendais à ce que tout ait changé, à l’image de la journée, sombre, humide et tendue de nuages pansus à notre entrée au cinéma en plein après-midi et vibrante de lumières fauves et d’ombres distendues, maintenant que le soir était venu, que les prêles ruisselaient de gemmes et qu’un voilier rouge dans la baie tournait sa proue vers l’horizon d’un bleu déjà crépusculaire au loin.

Le café. Dans le café. Dans le café, nous.
Commenter  J’apprécie          230
Cricri124   04 décembre 2017
La lumière des étoiles mortes de John Banville
On évoluait dans l'inconnu, en fin de compte, autant elle que moi, sûrement. Si j'avais été un homme plutôt qu'un jeune garçon, elle aurait su comment se comporter, aurait recouru à des plaisanteries, à des sourires ironiques, et aurait affiché une mine réticente pour exprimer le contraire – le jeu habituel –, mais que fallait-il qu'elle fasse de moi, ramassé en crapaud à sa table de cuisine, le bas du pantalon humide et légèrement fumant, les yeux farouchement baissés, les coudes plantés sur le plateau en bois, la tasse solidement calée entre les mains et rendu muet par la timidité et une secrète luxure ?
Commenter  J’apprécie          220
le_Bison   09 mars 2017
La mer de John Banville
Ce fut le mouvement preste et brusque dont Chloé, toujours à genoux, se débarrassa de son cardigan qui m’incita, qui m’autorisa à poser la main sur sa cuisse. Sa peau était fraîche et elle avait la chair de poule, mais je devinais le sang chaud massé juste sous la surface. Elle ne réagit pas à ma caresse, continua à regarder ce qu’elle regardait – toute cette eau peut-être, ce flux lent et inexorable – et prudemment je risquai la main plus haut jusqu’à ce que je touche l’élastique tendu de son maillot de bain. Puis le cardigan, qui m’avait atterri dessus, glissa et tomba par terre, m’évoquant je ne sais quoi, une gerbe de fleurs qu’on aurait lâchée peut-être ou la chute d’un oiseau. Je serais resté ainsi, la main sous ses fesses, le cœur battant une mesure syncopée et les yeux rivées sur le trou dans le bois du mur d’en face, si elle n’avait pas, dans un bref mouvement convulsif, déplacé un tout petit peu son genou sur le banc et ouvert ses cuisses à mes doigts stupéfaits. L’entrejambe doublé de son maillot ruisselait d’eau de mer, laquelle me parut bouillante. […]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

le Roi Arthur de Michael Morpurgo

Pourquoi le jeune garçon se retrouve-t-il piégé au milieu de l'océan?

Il voulait aller pêcher à la crevette
il voulait assister aux grandes marées d'équinoxe de printemps
il voulait accéder au rocher de Great Ganilly pour remporter son pari

20 questions
2915 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..