AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 137 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Hackney, Londres , le 05/11/1926
Mort(e) à : Antony, France , le 02/01/2017
Biographie :

John Berger est un écrivain engagé, romancier, nouvelliste, poète, peintre, critique d'art et scénariste britannique.

Il est le père du cinéaste Jacob Berger, du peintre Yves Berger (1976) et de Katya Andreadakis.

Il choisi l’écriture vers 25 ans, alors qu’il se destinait à devenir peintre après avoir étudié les beaux-arts à Londres. En 1973, il avait posé ses malles dans le petit village de Quincy (Haute-Savoie), menant une existence spartiate de militant écologiste.

Il publiait "Cataracte" (2011), suite à une opération des yeux, occasion de penser les liens entre mémoire et vision. Mais "Voir le voir" (1976) le fit connaître. A la fois livre et œuvre audiovisuelle de 4 épisodes de 30 minutes, diffusés en 1972, "Voir le voir" (Ways of Seeing) déconstruit le regard, le sien et le nôtre.

Traduite dans de nombreux pays, son œuvre comprend des essais et des romans, dont "G." (Maspero, 1978), pour lequel l'écrivain a obtenu le Booker Prize.

Qu’il décrive la tragédie du sida ("Qui va là ?", L’Olivier, 1996), la dérive des SDF ("King", L’Olivier, 1999) ou le quotidien des prisonniers politiques en Amérique latine ou dans les territoires occupés par Israël ("De A à X", L’Olivier, 2009), Berger faisait de chaque livre un acte de foi.

Dans "Un métier idéal" (L’Olivier, 2009), il se transforme en reporter donnant la parole à un médecin de campagne qui décrit sa profession comme un sacerdoce.

Il a écrit une trilogie consacrée à la vie paysanne, "Dans leur travail", constituée de "La Cocadrille" (1981), "Joue-moi quelque chose" (1990) et "Flamme et Lilas" (1992).

John Berger est également l'auteur des scénarios des principaux films d'Alain Tanner parmi lesquels "La Salamandre" (1971).

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

John Berger and Susan Sontag speak about story telling and about the ethic of photography.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (104) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   15 février 2018
Le carnet de Bento de John Berger
Étrange comme en temps de guerre la musique est une des rares choses qui semble indestructible.
Commenter  J’apprécie          390
Piatka   14 février 2018
Le carnet de Bento de John Berger
Lorsque nous sommes impressionnés et bouleversés par une histoire, celle-ci engendre quelque chose qui devient, ou peut devenir, une part essentielle de nous-mêmes, et cette part, qu’elle soit petite ou grande, est, en quelque sorte, le descendant de l’histoire ou sa progéniture. (..)

Dépourvues des complications et conflits inhérents aux liens familiaux, ces histoires qui nous façonnent sont nos ancêtres fortuits.
Commenter  J’apprécie          334
Piatka   18 février 2018
Le carnet de Bento de John Berger
Les danseurs connaissent leur corps d’une façon si aigüe qu’ils peuvent être en lui, devant lui ou au-delà de lui. Et cela dans l’alternance, en changeant parfois à chaque seconde, parfois à chaque minute.

Cette dualité est ce qui leur permet, quand ils sont sur scène, de se fondre en une seule entité. Ils s’appuient, se soulèvent, se portent, roulent, se séparent, se joignent, s’arc-boutent de sorte que deux ou trois corps deviennent un seul abri, comme une cellule vivante abrite ses molécules et agents, ou une forêt ses animaux.

Cette même dualité explique pourquoi ils sont si fascinés par la chute et l‘envol, pourquoi le sol les défie tout autant que l’air.

Commenter  J’apprécie          292
Piatka   16 février 2018
Le carnet de Bento de John Berger
Être désiré emmène sans doute au plus près d’un sentiment d’immortalité.
Commenter  J’apprécie          301
mcd30   03 février 2019
Un peintre de notre temps de John Berger
7 septembre 1954



Quelque part dans le bleu-noir d'un ciel de nuit, il y a un rouge vaincu, un vert vaincu, même un jaune vaincu. Nous devons créer cette vibration non pas séparément dans chaque couleur que nous appliquons, mais à travers le rapport entre les couleurs que nous utilisons sur chaque toile. En terme de couleur nous devons transformer la profondeur en largeur. (p. 145)
Commenter  J’apprécie          200
mcd30   30 janvier 2019
Un peintre de notre temps de John Berger
11 août 1953



...Si vous voulez un tableau d'elle, il faut le peindre vous-même. D'ailleurs, si tous les hommes peignaient leurs femmes, il y aurait davantage de belles femmes. C'est certain.

_ Si je le commençais, vous me le retoucheriez ?

Alors là, Janos a éclaté de rire et a continué à rire, ses tempes rosissant sous les touffes de cheveux.

_ Ecoutez. Peignez-la vous -même. Ou bien sortez-vous cette idée de la tête... ( p. 96 )
Commenter  J’apprécie          190
mcd30   26 janvier 2019
Un peintre de notre temps de John Berger
La vie sera toujours assez dure pour que ne s'éteigne pas chez les hommes le désir de quelque chose de meilleur.



Maxime Gorki
Commenter  J’apprécie          191
fanfanouche24   24 décembre 2014
Fidèle au rendez-vous de John Berger
[Le Palais idéal du facteur Cheval ]



Cet ouvrage-ci est nu et sans tradition parce que c’est l’œuvre d’un paysan « fou qui a travaillé seul » (p. 90)
Commenter  J’apprécie          150
mcd30   30 janvier 2019
Un peintre de notre temps de John Berger
21 novembre 1952



C'est ma culpabilité que j'avoue. J'ai fait de moi doublement un émigré. Je ne suis pas rentré dans notre pays. Et j'ai choisi de consacrer ma vie à ma peinture plutôt qu'aux objectifs immédiats. Ainsi je suis un spectateur qui regarde ce à quoi il aurait pu participer. Ainsi je questionne sans fin. Ainsi je risque de réduire dans mon esprit le monde à mes propres dimensions pour découvrir une petite vérité qui est restée ignorée des autres. (p. 82)
Commenter  J’apprécie          130
mcd30   26 janvier 2019
Un peintre de notre temps de John Berger
19 janvier 1952



Hier soir, après les cours, j'ai travaillé tard sur la gravure des "vagues et mouettes"...

Quand des centaines de mouettes tournoient dans le ciel et que la lumière est rasante de sorte que leur noir et leur blanc se fondent dans un argent, elles ressemblent à un banc de ces harengs dont elles se nourrissent. Alors imagine que la mer et le ciel soient interchangeables. Imagine que tu les renverses comme les globes d'un sablier. C'est ce tableau. (p. 23)
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes gruyère :))

(Le Corbeau et le Renard) - Maître Corbeau, sur un arbre ......... , Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : Et bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes ........ ! que vous me semblez ......... ! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le ......... des hôtes de ces bois

élevé - beau - bien - roi
perché - joli - beau - phénix
feuillu - noir - joli - meilleur
sec - haut - loin - phénix

6 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , poésieCréer un quiz sur cet auteur