AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.84 /5 (sur 2072 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , 1967
Biographie :

Issu d’un milieu modeste, Laurent Mauvignier abandonne des études de BEP comptabilité pour entrer à l’Ecole des Beaux arts de Tours en 1984. Il sera diplômé en 1991 dans le département Arts plastiques, puis s’inscrira à la faculté de Lettres Modernes, sans mener à terme ce nouveau cursus.

Son rapport à l’écriture commence alors qu’il est hospitalisé à l’âge de huit ans. Il reçoit un exemplaire d’Un bon petit diable, de la Comtesse de Ségur. L’expérience est très forte: échapper au réel en s’identifiant à un personnage en mouvement alors qu’on est soi-même immobilisé. Il prolonge le désir d’évasion en commençant à écrire.

À partir de 1997, il se consacre exclusivement à l’écriture.
"Loin d’eux" sera publié aux éditions de Minuit en 1999.
Suivront "Apprendre à finir" (2000), "Ceux d’à côté" (2002), "Seuls" (2004), "Le Lien" (2005), et "Dans la foule" (2006) lauréat du Prix Fnac.
En 2009, "Des hommes" reçoit le Prix des Libraires.

Il est fait Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres en 2010.

En 2011, parait "Ce que j'appelle l'oubli".

En 2012, il publie "Tout mon amour" pour le théatre (collectif Les possédés). En 2015, il écrit "Retour à Berratham", publié aux Editions de Minuit, pour Angelin Preljocaj, chorégraphe et directeur du Pavillon noir à Aix-en-Provence.
+ Voir plus
Source : www.laurent-mauvignier.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vendredi 2 novembre, dans le cadre du banquet d'automne intitulé "Histoires du moi, histoires du monde" qui s'est déroulé du 2 au 4 novembre 2018, Johan Faerber tenait une conférence : "Histoire du contemporain ou comment écrire après la littérature ?" Histoire du monde, histoire de soi : tel est le destin double qui se donne dans l?Après-littérature, dans le moment post-litté- raire que les écrivains inventent au présent. de David Boscà Nathalie Quintane, de Tanguy Viel à Laurent Mauvignier en passant par Simon Johannin et Célia Houdart, se donne à lire une littérature du sensible qui cherche à étreindre l?atome, à rendre le récit physique et politique. La littérature est un sentiment : telle est la loi du moment post-littéraire qui est le nôtre.
+ Lire la suite
Podcasts (9) Voir tous

Citations et extraits (496) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   31 décembre 2016
Continuer de Laurent Mauvignier
-T'es quand même pas devenu kirghize, non ?

-Non, c'est juste que j'ai compris un truc.

-Un truc ?

-Si on a peur des autres, on est foutu. Aller vers les autres, si on ne le fait pas un peu, même un peu, de temps en temps, tu comprends, je crois qu'on peut en crever. Les gens, mais les pays aussi en crèvent, tu comprends, tous, si on croit qu'on n'a pas besoin des autres ou que les autres sont seulement des dangers, alors on est foutu. Aller vers les autres, c'est pas renoncer à soi.

Commenter  J’apprécie          460
Ladybirdy   24 octobre 2018
Continuer de Laurent Mauvignier
Elle ne pouvait pas accepter de voir son fils sombrer dans la délinquance parce qu’il pensait que sa vie n’avait aucun sens ni aucune importance ; elle ne s’y résoudrait pas et avait compris ce qu’il fallait faire, parce qu’elle le voulait aussi pour elle, qu’elle avait besoin de reconstruire sa vie, la leur, redonner du sens à la vie, tout remodeler, dessiner une vie humaine dans un monde qui ne sait plus l’être.
Commenter  J’apprécie          370
marina53   23 novembre 2016
Tout mon amour de Laurent Mauvignier
Ma mémoire, c'est comme de la poussière dans la lumière épaisse du matin.
Commenter  J’apprécie          340
araucaria   06 septembre 2016
Seuls de Laurent Mauvignier
Il se disait, les choses importantes sont celles-ci : les marches dans la ville, la mer, des nuages au-dessus des têtes et puis les livres, les films et aussi les carnets, les feutres rouges pour vider de soi tout ce qui n'y tient pas, quelques soûleries, de quoi s'abrutir, les oiseaux, le petit matin, faire l'amour et n'attendre rien que le plaisir de l'amour. Du temps et un travail pénible et l'envie de faire autre chose, de partir encore, comme, après que Pauline était partie à l'étranger, il avait eu le courage de partir en Toscane, à Londres et à Berlin.
Commenter  J’apprécie          290
araucaria   05 septembre 2016
Seuls de Laurent Mauvignier
Il a attendu parmi les hommes et les femmes, au milieu du bruit des pas et des premiers cris de retrouvailles, qu'une image vienne à lui, qu'elle le submerge, qu'elle soit là, dans l'oeil, dans la tête et tout le corps et tout en lui a été envahi par ces yeux que soudain il a vus : ce sourire, très vite, ces bras autour de son cou comme un collier de chair et d'air. Et alors il n'a plus pensé à rien. Il a rougi, ses yeux ont brillé. Et puis ce soulagement, cette douceur intacte et les larmes dans leurs yeux à tous les deux - Pauline, Tony, avec dans le regard des autres comme si ces deux-là ne s'étaient jamais séparés.
Commenter  J’apprécie          270
caro64   19 mai 2011
Des hommes de Laurent Mauvignier
C’est pas comme un bijou mais ça se porte aussi, un secret.

Commenter  J’apprécie          290
Piatka   28 décembre 2016
Continuer de Laurent Mauvignier
Sa mère se faisait des illusions si elle pensait qu'elle pourrait changer quelque chose en lui, de lui, si elle croyait qu'il lui suffirait de prendre quelques semaines de grand air, accompagné de chevaux et de montagnes, de silence et de lacs, pour que soudain tout dans sa vie se déplie et devienne simple et clair, pacifié, lumineux, pour qu'il cesse enfin de se sentir écrasé à l'intérieur de lui-même, comme si on allait arrêter un jour d'appuyer sur son cœur, sur son âme, sur sa vie, comme si l'étau pouvait un jour se desserrer.
Commenter  J’apprécie          260
Chouchane   13 mai 2011
Ce que j'appelle oubli de Laurent Mauvignier
ma mort n'est pas l'événement le plus triste de ma vie, ce qui est triste dans ma vie c'est ce monde avec des vigiles et des gens qui s'ignorent dans des vies mortes comme cette pâleur, cette mort tout le temps, tous les jours, que ça s'arrête enfin,je t'assure, ce n'est pas triste comme de perdre le goût du vin et de la bière, le goût d'embrasser, d'inventer des destins à des gens dans le métro et le goût de marcher des heures et des heures
Commenter  J’apprécie          260
carre   17 novembre 2012
Apprendre à finir de Laurent Mauvignier
Pourquoi tu ne dis pas : je sais, je sais bien que nous deux c'est perdu. C'est si dure que ça, dire ça, quand on est un homme ? Mais moi, est-ce que je pourrais te dire ça à toi ? Avec mes mots qui ne te touchent jamais,dis, puisque de moi rien ne te touche, maintenant, ,ni mes paroles, ni mes mains...
Commenter  J’apprécie          250
rabanne   03 mai 2017
Continuer de Laurent Mauvignier
- ce qui est dit est dit - même si on essaie de se rattraper en prétendant qu'on s'est laissé emporté par la colère, l'émotion, par ce qu'on voudra, prétendant que les mots ont dépassé la pensée. Mais non, Sybille le sait, son fils aussi, les mots qui sont dits sont juste ceux qui ont assumé la vitesse de la pensée.
Commenter  J’apprécie          240
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..