AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.89 /5 (sur 3006 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , 1967
Biographie :

Issu d’un milieu modeste, Laurent Mauvignier abandonne des études de BEP comptabilité pour entrer à l’Ecole des Beaux arts de Tours en 1984. Il sera diplômé en 1991 dans le département Arts plastiques, puis s’inscrira à la faculté de Lettres Modernes, sans mener à terme ce nouveau cursus.

Son rapport à l’écriture commence alors qu’il est hospitalisé à l’âge de huit ans. Il reçoit un exemplaire d’Un bon petit diable, de la Comtesse de Ségur. L’expérience est très forte: échapper au réel en s’identifiant à un personnage en mouvement alors qu’on est soi-même immobilisé. Il prolonge le désir d’évasion en commençant à écrire.

À partir de 1997, il se consacre exclusivement à l’écriture.
"Loin d’eux" sera publié aux éditions de Minuit en 1999. Il reçoit le Prix Wepler 2000 et le Prix Livre Inter 2001 pour "Apprendre à finir" (2000).
Suivront "Ceux d’à côté" (2002), "Seuls" (2004), "Le Lien" (2005), et "Dans la foule" (2006) lauréat du Prix Fnac.
En 2009, "Des hommes" reçoit le Prix des Libraires.

Il est fait Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres en 2010.

En 2011, parait "Ce que j'appelle l'oubli".
En 2012, il publie "Tout mon amour" pour le théatre (collectif Les possédés). En 2015, il écrit "Retour à Berratham", publié aux Editions de Minuit, pour Angelin Preljocaj, chorégraphe et directeur du Pavillon noir à Aix-en-Provence.
Le roman "Continuer" parait en 2016 et sera adapté au cinéma.

Laurent Mauvignier signe son retour en 2020 avec "Histoires de la nuit".
+ Voir plus
Source : www.laurent-mauvignier.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurent Mauvignier   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre en direct avec le grand romancier Laurent Mauvignier à l'occasion de la parution aujourd'hui du magistral "Histoires de la nuit" aux Éditions de Minuit ! - Un thriller implacable et passionnant, portée par une écriture inouïe : l'un des romans les plus attendus de cette rentrée littéraire ! - Le livre "Histoires de la nuit" de Laurent Mauvignier à la librairie : https://www.millepages.fr/livre/9782707346315-histoires-de-la-nuit

+ Lire la suite
Podcasts (12) Voir tous


Citations et extraits (660) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   31 décembre 2016
Continuer de Laurent Mauvignier
-T'es quand même pas devenu kirghize, non ?

-Non, c'est juste que j'ai compris un truc.

-Un truc ?

-Si on a peur des autres, on est foutu. Aller vers les autres, si on ne le fait pas un peu, même un peu, de temps en temps, tu comprends, je crois qu'on peut en crever. Les gens, mais les pays aussi en crèvent, tu comprends, tous, si on croit qu'on n'a pas besoin des autres ou que les autres sont seulement des dangers, alors on est foutu. Aller vers les autres, c'est pas renoncer à soi.

Commenter  J’apprécie          580
Ladybirdy   24 octobre 2018
Continuer de Laurent Mauvignier
Elle ne pouvait pas accepter de voir son fils sombrer dans la délinquance parce qu’il pensait que sa vie n’avait aucun sens ni aucune importance ; elle ne s’y résoudrait pas et avait compris ce qu’il fallait faire, parce qu’elle le voulait aussi pour elle, qu’elle avait besoin de reconstruire sa vie, la leur, redonner du sens à la vie, tout remodeler, dessiner une vie humaine dans un monde qui ne sait plus l’être.
Commenter  J’apprécie          410
Jean-Daniel   09 mai 2021
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier
Il avait cru en rencontrant Marion que ce serait impossible entre eux, se demandant comment elle pouvait ne pas voir qu’ils n’avaient rien en commun, quand, au contraire, elle semblait heureuse de le trouver si différent, qu’elle avait même insisté en lui envoyant des images d’elle en expliquant, pleine d’espoir, qu’elle était en train de passer un diplôme et qu’elle pourrait travailler dans une imprimerie, alors que lui hésitait à lui parler de la ferme, de La Bassée, se demandant bien comment elle pouvait imaginer y trouver de l’intérêt, oui, très bien, avait-il osé, voyons-nous. Ils s'étaient rencontrés et la première fois elle avait ri - un peu trop, comme si elle avait tenu à le trouver drôle, lui, sachant trop bien qu’il ne l’était pas - et il était resté éberlué qu’elle veuille le revoir, qu’il passe une, puis deux, puis trois, puis quatre, plusieurs soirées en ville, allant après le restaurant jusqu’à partager une soirée au bowling, puis une autre au karaoke, et puis cet écart qu’il avait trouvé entre cette fille dont le dos portait un tatouage qu’il avait fini sinon par oublier du moins par négliger, car les nuits d’amour, quand il la prenait dans ses bras, dans l’obscurité des premières chambres, avaient tout transformé, et la rose meurtrie, les épines métalliques, tout ça, donc, avait fini par s’évanouir avec la lumière. Dans l’obscurité n’étaient restés que la chaleur et la douceur de la peau de Marion, son abandon, ses boucles créoles sur la table de chevet ; cet écart qu’il pressentait, il avait fini par l’oublier totalement ou par décider de ne pas le voir, ne cherchant pas à comprendre, car le plus important et le plus extraordinaire c’était qu’une femme de cette beauté et de cette intelligence s’intéresse à lui, non pas seulement pour une nuit, mais qu’elle lui parle de projet de vie, de mariage - c’est elle qui avait avancé le mot, qui avait osé le prononcer alors qu’il brûlait les lèvres de Patrice depuis des mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
marina53   23 novembre 2016
Tout mon amour de Laurent Mauvignier
Ma mémoire, c'est comme de la poussière dans la lumière épaisse du matin.
Commenter  J’apprécie          370
Jean-Daniel   08 mai 2021
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier
Les couleurs, la nuit, quand elles sont exposées aux lumières artificielles, se noient dans un monde où elles perdent tout le relief et la puissance qu'elles accueillent naturellement à la lumière du jour.
Commenter  J’apprécie          211
caro64   19 mai 2011
Des hommes de Laurent Mauvignier
C’est pas comme un bijou mais ça se porte aussi, un secret.

Commenter  J’apprécie          330
Jean-Daniel   09 mai 2021
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier
En réalité, c’est juste que pendant qu’elle peint elle oublie qu’il faudrait qu’elle joue à l’artiste qui vend très bien son travail - ce qu’elle pourrait faire, car elle sait ce qu’elle pourrait faire, car elle sait ce qu’elle fait, ce qu’elle peint, même si elle se laisse déborder et surprendre par des tableaux qui naissent sous ses doigts, elle sait aussi que l’inspiration ne tombe sur le râble de personne et qu’il faut travailler, lire, voir, réfléchir, penser son travail, et, le travail intellectuel accompli, alors seulement savoir l’oublier, l’anéantir, savoir lâcher prise et laisser déborder de ce monde conceptuel et réfléchi quelque chose qui vient d’en dessous, ou d’à côté, qui fait que la peinture excède le programme qu’on lui a assigné, quand tout à coup le tableau est plus intelligent, plus vivant, plus cruel aussi, souvent, que celui ou celle qui l’a peint .
Commenter  J’apprécie          180
araucaria   06 septembre 2016
Seuls de Laurent Mauvignier
Il se disait, les choses importantes sont celles-ci : les marches dans la ville, la mer, des nuages au-dessus des têtes et puis les livres, les films et aussi les carnets, les feutres rouges pour vider de soi tout ce qui n'y tient pas, quelques soûleries, de quoi s'abrutir, les oiseaux, le petit matin, faire l'amour et n'attendre rien que le plaisir de l'amour. Du temps et un travail pénible et l'envie de faire autre chose, de partir encore, comme, après que Pauline était partie à l'étranger, il avait eu le courage de partir en Toscane, à Londres et à Berlin.
Commenter  J’apprécie          300
Chouchane   13 mai 2011
Ce que j'appelle oubli de Laurent Mauvignier
ma mort n'est pas l'événement le plus triste de ma vie, ce qui est triste dans ma vie c'est ce monde avec des vigiles et des gens qui s'ignorent dans des vies mortes comme cette pâleur, cette mort tout le temps, tous les jours, que ça s'arrête enfin,je t'assure, ce n'est pas triste comme de perdre le goût du vin et de la bière, le goût d'embrasser, d'inventer des destins à des gens dans le métro et le goût de marcher des heures et des heures
Commenter  J’apprécie          300
Jean-Daniel   07 mai 2021
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier
Pendant un moment, il se repasse le film, il essaie de tout revoir, de visualiser un début, un milieu, une fin ; oui, voilà comment les choses sont arrivées : après qu’elle a dit qu’elle refusait d’entendre ses conneries, elle l’avait provoqué en quittant l’atelier et en annonçant qu’elle allait dîner, comme si elle était libre de ses faits et gestes – ce qu’il n’avait pas supporté –, et tant pis si ensuite il avait regretté son manque de sang-froid, car, même s’il s’était reproché ce poing levé sur elle, ça avait été sa faute à elle, elle n’avait pas à faire ce qu’elle avait fait, avec cette façon hautaine de passer devant lui, oui, cette façon qu’elle avait eue de s’adresser à lui, ce ton méprisant, voilà ce qu’il s’était répété, et s’il avait eu tort de lever la main sur elle il avait eu raison de la remettre à sa place, car c’était à lui seul de décider si elle pouvait bouger d’ici et passer d’une pièce à l’autre,...
Commenter  J’apprécie          192

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Promenons nous dans les bois ... avec des tueurs !

"Dans les bois éternels", l'auteure retrouve son commissaire favori Adamsberg et toute sa fine équipe.

Harlan Coben
Jean-Christophe Grangé
Andrée Michaud
Fred Vargas

16 questions
4 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , forêts , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..