AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.9/5 (sur 4759 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , 1967
Biographie :

Laurent Mauvignier est un écrivain français.

Issu d’un milieu modeste, il abandonne des études de BEP comptabilité pour entrer à l’École des Beaux arts de Tours en 1984. Il sera diplômé en 1991 dans le département Arts plastiques, puis s’inscrira à la faculté de Lettres Modernes, sans mener à terme ce nouveau cursus.

Son rapport à l’écriture commence alors qu’il est hospitalisé à l’âge de huit ans. Il reçoit un exemplaire d’"Un bon petit diable", de la Comtesse de Ségur. L’expérience est très forte: échapper au réel en s’identifiant à un personnage en mouvement alors qu’on est soi-même immobilisé. Il prolonge le désir d’évasion en commençant à écrire.

À partir de 1997, il se consacre exclusivement à l’écriture. En 1999, Laurent Mauvignier publie son premier roman "Loin d'eux" qui reçoit le prix Fénéon en 2000. Son deuxième roman publié l'année suivante "Apprendre à finir" est récompensé de plusieurs prix, le prix Wepler en 2000, et les prix du Livre Inter et prix du deuxième roman en 2001.

En 2006, il obtient le prix du roman Fnac pour son ouvrage "Dans la foule", roman autour du drame du Heysel survenu en Belgique en 1985. Son roman "Des hommes", publié en 2009, obtient plusieurs prix, dont le prix Virilo la même année, et le prix des Libraires l'année suivante. Le roman se penche sur des souvenirs du narrateur de la guerre d'Algérie.

Après avoir obtenu le prix Amerigo Vespucci 2014 pour "Autour du monde", il est lauréat du Grand prix de littérature de la SGDL 2015 pour l’ensemble de son œuvre.

En 2015, il écrit la pièce "Retour à Berratham" créée par le Ballet Preljocaj lors du festival d’Avignon. L'ouvrage reçoit le prix Émile-Augier 2016, décerné par l'Académie française. "Continuer" (2016) obtient le prix Culture et Bibliothèques pour tous 2017 et "Histoires de la nuit" (2020) - le prix "Répliques".

Il travaille à l’élaboration d’une œuvre dont le roman est le pivot, mais qui cherche aussi vers le cinéma et le théâtre.

son site : https://laurent-mauvignier.net/

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurent Mauvignier   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Place au théâtre dans le débat, nos critiques passent en revue la réinterprétation de "L'opéra de quat'sous" par Thomas Ostermeier et la première mise en scène de Laurent Mauvignier, d'après son texte "Proches". #théâtre #critique #culture ________________ Livres, films, jeux vidéo, spectacles : nos critiques passent au crible les dernières sorties culturelles par ici https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrosjQHaDUfeIvpobt1n0rGe&si=ReFxnhThn6_inAcG une émission à podcaster aussi par ici https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-midis-de-culture Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (10) Voir tous


Citations et extraits (780) Voir plus Ajouter une citation
-T'es quand même pas devenu kirghize, non ?
-Non, c'est juste que j'ai compris un truc.
-Un truc ?
-Si on a peur des autres, on est foutu. Aller vers les autres, si on ne le fait pas un peu, même un peu, de temps en temps, tu comprends, je crois qu'on peut en crever. Les gens, mais les pays aussi en crèvent, tu comprends, tous, si on croit qu'on n'a pas besoin des autres ou que les autres sont seulement des dangers, alors on est foutu. Aller vers les autres, c'est pas renoncer à soi.
Commenter  J’apprécie          640
Elle ne pouvait pas accepter de voir son fils sombrer dans la délinquance parce qu’il pensait que sa vie n’avait aucun sens ni aucune importance ; elle ne s’y résoudrait pas et avait compris ce qu’il fallait faire, parce qu’elle le voulait aussi pour elle, qu’elle avait besoin de reconstruire sa vie, la leur, redonner du sens à la vie, tout remodeler, dessiner une vie humaine dans un monde qui ne sait plus l’être.
Commenter  J’apprécie          440
Ma mémoire, c'est comme de la poussière dans la lumière épaisse du matin.
Commenter  J’apprécie          430
C’est pas comme un bijou mais ça se porte aussi, un secret.
Commenter  J’apprécie          400
Comme on refuse de se trouver nez à nez avec ce qu'on aurait trop longtemps désiré, prenant conscience que ce qu'on a aimé c'est le trajet et non l'arrivée
Commenter  J’apprécie          360
ma mort n'est pas l'événement le plus triste de ma vie, ce qui est triste dans ma vie c'est ce monde avec des vigiles et des gens qui s'ignorent dans des vies mortes comme cette pâleur, cette mort tout le temps, tous les jours, que ça s'arrête enfin,je t'assure, ce n'est pas triste comme de perdre le goût du vin et de la bière, le goût d'embrasser, d'inventer des destins à des gens dans le métro et le goût de marcher des heures et des heures
Commenter  J’apprécie          340
Tu sais, j'aurais voulu savoir te raconter la couleur et le grain qui agite l'océan au moment du coucher, avec ce bruit si particulier du ressac, juste pour étonner ton regard... pour y surprendre cet étonnement que je crois ne lui avoir jamais vu...
Commenter  J’apprécie          323
Il se disait, les choses importantes sont celles-ci : les marches dans la ville, la mer, des nuages au-dessus des têtes et puis les livres, les films et aussi les carnets, les feutres rouges pour vider de soi tout ce qui n'y tient pas, quelques soûleries, de quoi s'abrutir, les oiseaux, le petit matin, faire l'amour et n'attendre rien que le plaisir de l'amour. Du temps et un travail pénible et l'envie de faire autre chose, de partir encore, comme, après que Pauline était partie à l'étranger, il avait eu le courage de partir en Toscane, à Londres et à Berlin.
Commenter  J’apprécie          310
Il a attendu parmi les hommes et les femmes, au milieu du bruit des pas et des premiers cris de retrouvailles, qu'une image vienne à lui, qu'elle le submerge, qu'elle soit là, dans l'oeil, dans la tête et tout le corps et tout en lui a été envahi par ces yeux que soudain il a vus : ce sourire, très vite, ces bras autour de son cou comme un collier de chair et d'air. Et alors il n'a plus pensé à rien. Il a rougi, ses yeux ont brillé. Et puis ce soulagement, cette douceur intacte et les larmes dans leurs yeux à tous les deux - Pauline, Tony, avec dans le regard des autres comme si ces deux-là ne s'étaient jamais séparés.
Commenter  J’apprécie          300
Bientôt , il y aura la mort qui s'invitera dans le hameau comme elle s'invite partout , car elle est partout chez elle , chez elle quand elle veut , prenant ses aises dans des appartements où elle n'avait jamais posé les pieds ni daigné lancer un coup d'oeil ; soudain chez elle , comme une reine sans pudeur et sans gêne, vaguement obscène, laissant hagards et démunis tous ceux qui avaient cru un instant qu'elle les avait oubliés. ( p 584 )
Commenter  J’apprécie          300

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Laurent Mauvignier Voir plus

Quiz Voir plus

Cette année là… [1971]

1. Quel écrivain publie un livre relatant une conversation avec de Gaulle et dont le titre, « Les Chênes qu’on abat… », est un vers emprunté à Victor Hugo ?

André Malraux
Maurice Druon
Claude Mauriac
Michel Droit

8 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : éphéméridesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..