AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.81 /5 (sur 151 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Leeds , le 25/02/1921
Mort(e) le : 09/1995
Biographie :

John Wainwright est un écrivain, auteur de romans policiers.

Il a également publié quatre titres sous le pseudonyme Jack Ripley.

Il quitte l'école à quinze ans. Il a d'abord travaillé dans l'immobilier, puis s'est engagé dans l'aviation anglaise où il a servi en Afrique de l'Ouest. Il a été canonnier dans la tourelle des bombardiers Lancaster de la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1947, il rejoint la police, West Riding Constabulary, à Yorkshire, où il a participé à d'importantes enquêtes. Pendant son temps libre, il fait des études et obtient un diplôme en droit en 1956.

En 1965, il écrit son premier roman policier, accepté par George Hardinge, éditeur au Collins Crime Club, et publié sous le titre "Death in a Sleeping City". En 1966, Wainwright quitte la police pour se consacrer à l'écriture à plein temps.

Auteur de quatre-vingt-trois romans, il a également écrit des nouvelles (publiées en recueil, pour la plupart), sept dramatiques radiophoniques et de nombreux articles de presse.

Son roman "À table !" ("Brainwash", 1979) a été adapté au cinéma en 1981, réalisé par Claude Miller sous le titre "Garde à vue", et en 2000, sous le titre "Suspicion" ("Under Suspicion").

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Retour à Martha's Vineyard de Richard Russo et Jean Esch aux éditions Quai Voltaire https://www.lagriffenoire.com/1050905-divers-litterature-retour-a-martha-s-vineyard.html • Une confession de John Wainwright et Laurence Romance aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1033105-nouveautes-polar-une-confession.html • Les Aveux de John Wainwright et Laurence Romance aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1063408-nouveautes-polar-les-aveux.html • La ferme des animaux de George Orwell et Jean Quéval aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/19057-poche-la-ferme-des-animaux.html • 1984 de George Orwell et Josée Kamoun aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1042137-poche-1984.html • le consentement de Vanessa Springora aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1067423-romans--le-consentement.html • le Stradivarius de Goebbels de Yoann Iacono aux éditions Slatkine & Cie https://www.lagriffenoire.com/1067996-romans-historiques-le-stradivarius-de-goebbels.html • Mariage à la mode/La Baie de Katherine Mansfield et Françoise Pellan aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1068108-romans--mariage-a-la-mode.html • Je n'aime pas les grands de Pierre Léauté aux éditions Mnemos https://www.lagriffenoire.com/1057788-livres-de-science-fiction--je-n-aime-pas-les-grands.html • Looping de Alexia Stresi aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/72986-divers-litterature-looping.html • Batailles de Alexia Stresi aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1067490-divers-litterature-batailles.html • Ils vivaient en couleurs: le livre pour remonter le temps en couleurs de Aude Goeminne aux éditions Chêne https://www.lagriffenoire.com/1067373-encyclopedie-ils-vivaient-en-couleurs-1838-1945-----le-livre-pour-remonter-le-temps-en-couleurs.html • La Pâqueline: ou les mémoires d'une mère monstrueuse de Isabelle Duquesnoy aux éditions De La MartinièreL'embaumeur - ou L'odieuse confession de Victor Renard de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lag

+ Lire la suite

Citations et extraits (151) Voir plus Ajouter une citation
nameless   18 janvier 2020
Une confession de John Wainwright
Un bonhomme ne balance pas sa femme d'une falaise parce qu'elle est devenue frigide. Pas à leur âge. Sinon, toute la fichue côte de ce pays serait jonchée de femmes mûres s'étant brisé le cou.
Commenter  J’apprécie          271
nameless   18 janvier 2020
Une confession de John Wainwright
De nos jours, on appelait ça "le langage du corps", mais les policiers connaissaient et pratiquaient la méthode depuis des lustres. Repérer les petits signes. Une cigarette fumée trop nerveusement, sans plaisir apparent. Un individu se tamponnant sans cesse la bouche avec sa serviette de table ; se mordant la lèvre supérieure pour en faire disparaître un soupçon de sueur. La barrière formée par un bras posé au bord de la table ; la marque d'un "mur" que personne ne doit franchir. Un sourire qui n'illumine pas le regard. Une fourchette et un couteau tenus un peu bizarrement ; comme s'ils étaient des armes défensives.
Commenter  J’apprécie          220
chambrenoire   01 mars 2021
Les aveux de John Wainwright
Je commence à me demander si je parle à un meurtrier ou à un fou. Ou bien à un crétin content de lui! A un cas d'école pour la psychiatrie? Ou alors à un salaud de pervers assez tordu pour vouloir me faire perdre mon temps?
Commenter  J’apprécie          40
iris29   15 janvier 2020
Une confession de John Wainwright
Des disputes ? Bien -sûr qu'il y a et qu'il y aura des disputes. Vous vous aimez bien trop pour ne pas vous disputer de temps à autre. Vous vous disputez , vous vous traitez mutuellement de tous les noms, vous dites des choses que vous ne pensez pas, et puis l'un de vous se rend compte de l'absurdité de la situation et se met à rire, après quoi l'autre rit aussi, vous vous embrassez et vous vous réconciliez. C'est ça être marié Harry. C'est la base même d'un mariage heureux. Un mariage devient malheureux quand personne ne rit plus.
Commenter  J’apprécie          210
iris29   14 janvier 2020
Une confession de John Wainwright
D'autres divorcent et se séparent. Pas nous. Nous sommes les "gens respectables". Nous nous marions et RESTONS mariés. Peu importe à quel point nos vies sont devenues tristes et pitoyables, nous " tenons le coup". Pourquoi ? Dieu seul le sait.
Commenter  J’apprécie          210
nameless   17 janvier 2020
Une confession de John Wainwright
Un mariage devient malheureux quand personne ne rit plus. Quand il n'y a plus ni embrassades ni réconciliations. Quand (comme c'est le cas pour nous) la rage et la douleur ne s'éteignent que pour faire place à un vide dissimulé par un écran de bonnes manières. Un néant poli. Rien sur quoi reconstruire. Aucune fondation pour un nouveau départ.
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   06 mai 2020
Une confession de John Wainwright
Elle savait rigoler. En fait, ce dont je me souviens le mieux quand je repense à ce temps-là, c'est son rire contagieux. (...) En tout cas, elle était d'une compagnie délicieuse à l'époque, et nous avons passé ensemble des moments merveilleux. C'était toujours elle qui menait la barque, mais j'étais content d'être à bord.

(p. 23)
Commenter  J’apprécie          160
Stelphique   18 mars 2019
Une confession de John Wainwright
Tout ce qui est vivant meurt un jour. Chaque homme. Chaque femme. Dans une immense majorité, ils s'éteignent de mort naturelle. D'autres périssent accidentellement. 
Commenter  J’apprécie          160
nameless   17 janvier 2020
Une confession de John Wainwright
L'humiliation peut crucifier. Donner la certitude d'être répugnant, sans raison aucune. Donner l'impression d'être sale. Un animal.
Commenter  J’apprécie          160
Ziliz   09 mai 2020
Une confession de John Wainwright
Les accents traînants de sa voix de fille éduquée à l'école privée lui portaient sur les nerfs. Seigneur, est-ce que ça valait la peine ? Est-ce que ça avait un jour valu la peine ? Elle était née dans le Lincolnshire quand son père était encore sergent. Il avait ensuite atteint le rang que Briggs occupait présentement (inspecteur en chef) et Dieu seul savait quels sacrifices il avait dû consentir pour l'envoyer dans une école de filles snobinardes. La belle affaire ! A présent, elle croyait que l'argent tombait du ciel, que le thé Earl grey était le seul qui existât et que le papier à lettres blanc et non parfumé était réservé aux gens 'ordinaires'.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Alice de David Moitet

Comment s'appelle le personnage principal ?

Samantha
Alice
Albert
Suzanne

4 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fiction , intelligence artificielle , suspenseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..