AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 77 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Rosario (Argentine) , 1942
Biographie :

Juan David Nasio est un Psychiatre, Psychanalyste français, de l'enfant et de l'adulte.

A 27 ans, J.D. Nasio quitte l'Amérique du Sud en 1969 ; il s'établit en France et se met à travailler avec Jacques Lacan. Il devient professeur et enseigne à l'université de Paris VII pendant trente ans.

Il participe au séminaire que Lacan donne à l'École freudienne de Paris et ouvre le sien en 1978, traduit les écrits de Lacan en espagnol.

En 1986, il fonde les Séminaires psychanalytiques de Paris.

En 1999, il est promu chevalier de la légion d'honneur, Officier de l'Ordre National du Mérite et devient aussi Citoyen d'Honneur de Rosario (deuxième ville d'Argentine).

En 2012, il a reçu le titre de « Docteur Honoris Causa » de l’Université de Buenos Aires et de l’Université de Tucuman.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo

Autour de Françoise DOLTO et de Juan David NASIO ; 1
Présentation de cette série de cinq émissions sur la psychanalyse par Claude DUPONT. Les invités en sont les psychanalystes, Françoise DOLTO et Juan David NASIO. Ce premier épisode est intitulé "Parents biologiques et symboliques". Qui est le père? Celui qui aime. A 2'19 : Françoise DOLTO répond à la question : est ce vrai que l'amour suffit? Référence faite à Fanny, Panisse et...

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
aleatoire   04 janvier 2019
Le Fantasme : Le plaisir de lire Lacan de Juan David Nasio
Notre identité intime et intemporelle, la plus irréductible de soi-même, le "Je suis" le plus profond et permanent, a toujours la figure d'un petit garçon ou d'une petite fille, bébé ou déjà sur ses jambes, voire plus grand, qui est au centre d'une scène imaginaire sans cesse rejouée au cours de notre vie.



L'aimé est pour moi une imago que je forme dans mon esprit à l'usage de mon désir.



Nous vivons avec des fantasmes mais nous sommes nous-mêmes des fantasmes pour celui qui nous aime ou nous hait.



Il n'existe pas d'être capable d'aimer un autre être tel qu'il est. Nous demandons à l'être aimé de s'ajuster au fantasme que nous projetons sur lui. (...)



Comment peut-on tant jouir ou souffrir de choses imaginaires ? Comment est-ce possible que nous façonnions notre réalité avec des images qui nous font plaisir ou qui nous font mal ? Je crée ce qui me torture, comme je crée ce qui me comble.



"Tu me demandes si tu n'as jamais pressé dans tes bras que mon fantôme, conclut la belle rieuse, eh bien ! permets-moi de te répondre : Cela ne te regarde pas !" (Mallarmé). Que dit d'autre la belle à son amant, si ce n'est de rester dupe de son illusion et de continuer à l'embrasser en embrassant son image ? Comme si elle lui chuchotait :"Ne te réveille pas ! Laisse-toi porter par ton fantasme !"



Lorsque nous pleurons la perte d'un être cher, nous savons que nous l'avons perdu, mais nous ignorons "qui" il était pour nous, nous ignorons ce que nous avons perdu en le perdant. De même, nous aimons sans savoir "qui" nous aimons vraiment. (...)



En fait, il n'y a pas de véritable perte sans que le sujet s'identifie avec ce qu'il perd. Du point de vue psychanalytique, nous sommes, dans le fantasme, ce que nous perdons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
aleatoire   07 août 2011
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
il faut savoir que lorsque nous aimons, nous aimons toujours un être hybride, constitué à la fois par la personne extérieure que nous côtoyons au dehors, et par sa présence fantasmée et inconsciente en nous. Et réciproquement, nous sommes pour lui le même être mixte fait de chair et d'inconscient. Voilà pourquoi je vous parle du fantasme. C'est pour mieux comprendre que je ne souffrirai la douleur que de la disparition de celui qui a été pour moi ce que j'ai été pour lui : l'élu fantasmé.
Commenter  J’apprécie          150
aleatoire   07 août 2011
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
Ainsi, à la question : Qu'est-ce que nous perdons quand nous perdons la personne de l'être que nous aimons ? nous répondons En perdant le corps vivant de l'autre, nous perdons l'une des sources qui nourrit la force du désir sans pour autant perdre cette force qui, elle, perdure, indestructible et inépuisable, tant que la vie est en nous. Nous perdons aussi la silhouette animée qui, comme un étai, soutenait le miroir intérieur qui réfléchissait nos images. Mais en perdant la personne de l'aimé, nous perdons encore le rythme sous lequel vibre la force réelle du désir. Perdre le rythme, c'est perdre "l'autre symbolique", la limite qui rend consistant l'inconscient. Bref, en perdant celui que nous aimons, nous perdons une source nourricière, l'objet de nos projections imaginaires et le rythme de notre désir commun. C'est à dire que nous perdons la cohésion et la texture d'un fantasme indispensable à notre structure.
Commenter  J’apprécie          130
colimasson   20 janvier 2017
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
Certes, sans lésion il n’y aurait pas eu douleur, mais la douleur n’est pas dans la plaie, elle est dans le moi, toute condensée en une image intérieure au moi, dans l’image de l’endroit lésé.
Commenter  J’apprécie          140
aleatoire   07 août 2011
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
Le miroir psychique qu'est l'image de l'élu dans mon inconscient ne doit pas être pensé comme la surface lisse d'une glace, mais comme un miroir morcelé en petits fragments mobiles de verre sur lesquels se reflètent, confondues, des images de l'autre et des images de moi.
Commenter  J’apprécie          120
colimasson   18 janvier 2017
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
Toute lésion douloureuse du corps sera perçue comme une lésion et une douleur externe parce que le corps lui-même est perçu imaginairement comme une enveloppe dense et sensible qui nous contient et nous porte.
Commenter  J’apprécie          80
Chrisdu26   17 avril 2012
Le silence en psychanalyse de Juan David Nasio
Le silence parfois tue.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   31 janvier 2017
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
La douleur inconsciente ne désigne pas une chose ni une sensation sans conscience, mais un circuit qui, réactivé par une légère stimulation, se décharge en une manifestation pénible.
Commenter  J’apprécie          50
colimasson   26 janvier 2017
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
Le corps est un écran sur lequel se projettent des souvenirs, et […] l’actuelle souffrance somatique du patient est la résurgence vivante d’une première douleur oubliée.
Commenter  J’apprécie          50
colimasson   29 janvier 2017
Le livre de la douleur et de l'amour de Juan David Nasio
C’est aussi l’expérience douloureuse passée qui nous fait vivre chacune de nos douleurs de manière unique et individuelle. Le vécu d’une douleur est toujours le vécu de ma douleur.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur