AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.59 /5 (sur 642 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , le 03/03/1972
Biographie :

Julie Bonnie est une chanteuse, violoniste, guitariste et auteure française.

Elle a donné son premier concert à 14 ans avant de monter un millier de fois sur scène dans toute l'Europe, et particulièrement dans les circuits alternatifs de l'ex-Allemagne de l'Est.

Elle a vécu sur les routes pendant plus de dix ans, chanté dans le groupe Cornu, travaillé avec Kid Loco, fait les premières parties de Louise Attaque, dont elle est proche musicalement, de Dionysos ou encore de Morphine, et sorti trois albums solo. Le dernier, "Bonne femme", est dans les bacs depuis fin 2013.

Mère de famille, elle a travaillé comme puéricultrice dans une maternité durant plus de dix ans, tout en continuant à chanter.

Elle a composé la musique d'un spectacle de danse et a publié plusieurs livres pour enfants, aux éditions du Rouergue notamment.

Publié en août 2013, "Chambre 2", son premier roman, est récompensé du prix du roman Fnac. Son quatrième roman "Mon amour" est sorti en mars 2015 aux éditions Grasset. Vingt ans après la disparition de Barbara (1930-1997), Julie Bonnie lui consacre un livre sous le titre "Barbara, roman" (2017).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Julie Bonnie   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Julie Bonnie célèbre la conclusion de sa tétralogie L'Internat de l'Île aux Cigales (Albin Michel Jeunesse) avec une lecture en musique. dimanche 4 décembre – Avec l'autrice-compositrice-interprète Julie Bonnie et le musicien Stanislas Grimbert. Avec la séquence En cuisine La creme de la litterature jeunesse devoile ses recettes. Avec l'auteur Vincent Mondiot

Citations et extraits (158) Voir plus Ajouter une citation
Je ne sais pas si c'est un passage obligé, mais quand on a perdu un bébé on se rend compte qu'on peut donner la mort.
C'est une possibilité. Donner la vie/donner la mort.
Donner la vie donner la mort.
Le corps peut fabriquer l'un ou l'autre. Pas forcement par notre faute, pas du tout notre décision. On est dépossédé du choix.
Commenter  J’apprécie          310
J'ai parfois été cruelle. Pour rendre. Mais on ne se débarrasse pas des blessures en blessant.
Commenter  J’apprécie          260
Avec le temps, j’ai appris à montrer beaucoup plus que mon corps. J’ai exposé mes blessures, exhibé mes émotions. J’ai dévêtu mon corps puis déshabillé mon âme. Plus que mes seins ou mes fesses, j’ai fait danser mon sang, nue.
Commenter  J’apprécie          230
L'histoire était-elle un virus? S'est-elle, avec le temps, adaptée à mon organisme, à ms cellules est-elle incrustée dans tout ce que je suis maintenant?
Commenter  J’apprécie          220
Je voulais être danseuse. Je crois que ce qui m'importait le plus, à l'époque, c'était qu'on me regarde. Je passais des heures devant la glace, touchant mes hanches, attrapant mes seins. Je maîtrisais à merveille toutes les moues sexy des actrices qui paradaient sur les cartes postales en noir et blanc épinglées sur mon mur. J'étais Bardot, j'étais Monroe. Je me trouvais aussi belle qu'elles, et mon avenir était tout tracé. Danseuse, puis actrice. Je danserais, puis je serais repérée, puis je serais adulée et malheureuse et je mourrais. (...)
Montrer mon corps, que je trouvais sublime, est devenu, à cette époque, un besoin, une urgence. Oui, j'étais celle qui finit nue sur la table quand la musique est trop belle. J'étais une Marilyn de province, prête à tout montrer à chaque instant pour être "repérée", pour qu'on me regarde.
(p. 29-30)
[aux jeunes filles/femmes qui rêvent de gloire et se brûlent les ailes]
Commenter  J’apprécie          180
Chaque fois que je vois un nouveau-né garçon, je me dis que j'ai un tueur dans les mains, un animal fou qui massacrera son voisin au nom de je ne sais quelles conneries de racisme, ou d'idée politique, chaque fois que j'ai une fille dans les mains, je me dis qu'elle est programmée pour avoir des chaleurs et reproduire un garçon tueur.
Commenter  J’apprécie          191
Elle a noté un truc dans son dossier et m'a dit au revoir, mais j'ai entendu pauvre fille, je lui ai répondu au revoir, mais j'ai pensé connasse.
Commenter  J’apprécie          192
Ce que l’hôpital préconise en ce moment changera bientôt, mais ce n’est pas grave.
L’hôpital a toujours raison et protège bien les bébés de la folie maternelle. (p.46)
Commenter  J’apprécie          180
En général, c'est la césarienne en urgence. La dame coupée en deux. Quand la chirurgienne lui a découpé le ventre, elle lui a aussi découpé l'âme. Mais les chirurgiens ne savent pas ce qu'ils découpent. On leur a appris la chair, la peau, l'utérus, le muscle.
Pas l'âme.
Commenter  J’apprécie          160
Elle a un sourire magnifique. Francesca ne supporte pas l'injustice, ou l'hypocrisie.
Elle, elle ne se tait jamais.
A tel point d'ailleurs qu'elle est toujours en colère. Ses yeux virent au noir, elle regarde ses sabots, et quand elle relève la tête c'est un orage qui s'abat sur le monde. Cette fille a l'énergie de la tempête. Et ses couleurs.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Dans quelle région du Royaume Uni se passe l'enquête ?

"L'affaire Prothero" de Agatha Christie. Miss Marple originaire de St Mary Mead, village fictif...

Angleterre
Ecosse
Irlande du Nord
Pays de Galles

16 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , anglais , humourCréer un quiz sur cet auteur