AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.11/5 (sur 535 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Région parisienne , le 01/02/1984
Biographie :

Passionné d'écriture, professeur de langue et réceptionniste de nuit, Vincent Mondiot est remarqué en 2005 par le Prix du Jeune Écrivain Français.

Depuis, il a publié plusieurs romans à destination des adolescents, notamment chez Actes Sud Junior.
Son roman Les Derniers des branleurs a obtenu le Prix Vendredi 2020.

Il est également l'auteur de la série de fantasy Les Mondes-miroirs, et de la saga cyberpunk Colonie Kitej.

blog:
http://survivrelanuit.wordpress.com

Ajouter des informations
Bibliographie de Vincent Mondiot   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La nouvelle série FRISSONS imaginée et écrite par Vincent Mondiot. Tome 1 - le collège de l'angoisse Tome 2 - Attention au griffeur ! Dès 10 ans. ACTES SUD jeunesse


Citations et extraits (115) Voir plus Ajouter une citation
Vincent Mondiot
On ne joue pas, si on n’est pas prêt à perdre. Ou à tricher.
Commenter  J’apprécie          482
Croire en une chose ne signifie pas être aveugle à toutes les autres.
Commenter  J’apprécie          231
- Il faut qu’on se casse de là ! Cria Alken. C’est dangereux !
- Ah ouais ? répondit Elsy. Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Les flammes ? La foule paniquée ? Le monstre géant ?
Commenter  J’apprécie          210
Le corps s’épuise pour que l’âme trouve la plénitude.
Commenter  J’apprécie          220
Nous vous confirmons donc, grâce aux informations fournies par nos sources, qu’outre l’armement très spécifique utilisé ce jour-là par les différentes armées nationales, les enregistrements administratifs des bases scientifiques de l’ONU, sur la période ayant précédé le drame, révèlent que… (suite de l’article disponible pour les abonnés)
Commenter  J’apprécie          202
Il fallait bien une première fois à tout, n’est-ce pas ? Et risquer la mort en cas d’échec, ça avait de quoi pousser à l’innovation.
Commenter  J’apprécie          190
Premières lignes…

Vingt ans que je n’ai plus mis les pieds sur l’île où j’ai grandi. Pour ma défense, nos adieux, à elle et moi, ne se sont pas faits de la plus paisible des façons. Vingt ans de souvenirs ressassés, de visages oubliés, de paysages déformés par le temps.

Vingt ans de cauchemars récurrents, également.

Et ce matin, elle est là, face à moi, émergeant progressivement de la brume dans laquelle s’enfonce le bateau affrété par le gouvernement. Dans moins de dix minutes, nous accosterons, quelques autres passagers et moi. Ainsi, évidemment, que la trentaine de soldats qui nous accompagnent. Pardon, pas des “soldats”. Des “agents de protection”. L’armée a été très claire sur cette terminologie. Ils sont là pour s’assurer que tout se passe bien, rien de plus. Et les armes automatiques qu’ils tiennent ne changent rien à l’affaire, n’est-ce pas ? En tant que survivants, nous avons le droit de visiter le mémorial avant son ouverture publique. Un privilège que j’ai décidé d’honorer après, oh, à peine deux mois d’hésitation. Là, tout de suite, je me dis que j’aurais peut-être dû hésiter encore quelques années de plus… Qu’est-ce que je fous ici, bordel ? J’ai discuté avec Romane, hier. Cinq minutes de conversation téléphonique. Un record. Je lui ai demandé si elle venait. Réponse : “Non.” Ou plus précisément : “Non. Qu’ils aillent se faire foutre.” Romane est devenue assez vulgaire, ces derniers temps. Je crois que je la comprends. Nina, elle, a eu droit à une visite en avant-avant-première, la semaine dernière. Il faut croire que ça paie, d’être présidente de l’Association des survivants de l’Émergence 7.

Alors que le bateau se rapproche, je sens mon cœur qui bat de plus en plus fort. Je ne sais pas ce que je ressens. Je sais juste que j’aurais aimé que les autres soient là avec moi. Mais, eh bien, les autres, ils ne sont pas là. Plus là. Ni sur ce bateau ni nulle part. “Les autres”, ils ne font pas partie des survivants de l’Émergence 7. “Les autres”, ils sont restés, comme mes cauchemars, coincés dans cette journée-là. Le bateau arrive. Plus que quelques secondes avant de revivre tout ça. Je ne suis pas prêt. Mais je crois bien que je ne le serai jamais.

Alors je referme mon ciré, je mets ma capuche et, les mains serrées en poings dans mes poches, j’attends que les soldats baissent la passerelle, entouré des autres visiteurs. Personne ne parle. De toute façon, il n’y a rien à dire. Face à moi, c’est juste l’île où j’ai grandi. L’île où, ce jour-là, j’ai perdu mes amis. Ma famille. Mes espoirs. L’île où tout s’est terminé. La passerelle tape contre le béton du quai. À part l’humidité de l’air, je n’ai rien oublié. Vingt ans plus tard, je suis enfin de retour à la maison. Nous commençons à débarquer, à l’endroit exact où tout a commencé.
Commenter  J’apprécie          150
De fait, l’archite d’Aurterre ne sert plus aujourd’hui qu’à orner les salles d’entraînement de certaines école de magie, ou à faire des bijoux réservés aux castes les plus fortunées de la société… malgré le fait que, depuis 774, vendre au acheter de l’archite soit passible d’un an de prison pour commerce blasphématoire. Il faut croire que l’argent permet d’interpréter la loi de manière assez libérale.
Commenter  J’apprécie          160
Le manque fait soudain comme un trou dans son ventre. Un trou noir qui semble capable d’aspirer tout ce qu’elle contient, et de ne rien laisser en elle que du vide. Elle ignore si ce trou se rebouchera un jour.
Commenter  J’apprécie          150
(...) la vie durant, "prof", c'est le trombinoscope mental de tous les profs qu'on a eus, et ça ne peut pas être soi-même. Ce sont ces "personnes" qu'on hallucine de croiser au supermarché, comme si c'était un scoop dément qu'un prof fasse des courses. Et donc "devenir prof", c'est en quelque sorte enfreindre les lois de la réalité, ça crée une zone de turbulences dans l'imaginaire et la perception de soi, ça fait de la friture sur la ligne du temps.
(p. 213)
Commenter  J’apprécie          133

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Vincent Mondiot (552)Voir plus

Quiz Voir plus

émergence 7

Comment s'appelle le personnage principal ?

dorian
charlie
noé
léon

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Emergence 7 de Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..