AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.12/5 (sur 2048 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse
Biographie :

Grand lecteur depuis l’enfance, Julien Rampin crée, en 2018, son blog littéraire La bibliothèque de Juju sur lequel il partage ses coups de cœur. Par son enthousiasme et son accent du Sud, il fédère aujourd’hui plus de 17 000 abonnés sur les réseaux sociaux.

Originaire de la région toulousaine, il vit désormais à Paris. C’est à la mort de sa grand-mère qu’il décide de prendre la plume à son tour et publie en auto-édition GRANDIR UN PEU en 2019 qui connait un grand succès sur les plateformes numériques. Repéré par les éditions Charleston, le livre sort en librairie en 2021. Suivent LE MAGASIN DES JOUETS CASSES en 2022, puis LA CHANTEUSE DE BAL, en 2023, finaliste du prix Maison de la presse.







Ajouter des informations
Bibliographie de Julien Rampin   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview de Julien Rampin par Patsy Monsoon pour parler de son nouveau roman La chanteuse de bal paru aux Editions charleston. D'autres interviews d'auteurs par Patsy sur la page youtube officielle : https://www.youtube.com/channel/UCN97lQDaGGU-2b7Wc8k6oFg


Citations et extraits (371) Voir plus Ajouter une citation
.
Le cœur , c'est un cimetière qui occupe de plus en plus de place au fur et à mesure qu'on vieillit .
Il se remplit de gens que l'on a aimés et qui chacun leur tour partent .
Les hommes que l'on aime , qui nous aiment .
Que nous laissons .
Qui nous laissent .
Dont on se lasse .
Ils viennent alors s'étendre dans les allées de notre cimetière intime .
Les gens qui changent , qu'on a adorés , à un moment de nos vies , puis qu'on ne voit plus .
Ces amitiés qui disparaissent . Qui , elles aussi viennent s'étendre au milieu de ce qui fut .
Les êtres que nous avons croisés et que nous n'avons pas eu le courage de rencontrer. Comme des étincelles , qu'on n'a pas su laisser s'enflammer.
[...]
Et , évidemment , ces gens qui partent , définitivement .


P.180-181
Commenter  J’apprécie          391
On peut passer des années à côtoyer des gens qui effleurent à peine ce que nous sommes. Et un matin, on croise quelqu’un qui percute nos ambitions intimes. Fracasse nos millions de carapaces, en un éclat de rire.
Commenter  J’apprécie          380
Se taire. Après tout, cela ne la dérange pas. Ce silence, c'est aussi leur réconfort. La preuve qu'une amitié est bel et bien née entre eux. Il n'y a qu'avec les êtres chers que l'on peut se taire vraiment, et partager, pourtant, quelque chose de fort.
Commenter  J’apprécie          260
.
Journée ensoleillée .
Journée qui sent l'herbe fraîchement coupée .
Une certaine odeur du bonheur .
Lorsque rien n'est compliqué .
Lorsque le mois de juin offre ses premiers vrais rayons de soleil et que sa langueur pénètre jusqu'à l'âme .

p. 103
Commenter  J’apprécie          250
Il farfouille dans son portefeuille et dépose, comme à l'accoutumée, un généreux pourboire sur la table. Ce geste, mille fois répété, lui fait apercevoir cette main parcheminée qu'est la sienne et encore une fois, il s'en étonne.
Comment peut-on autant changer à l'extérieur et rester le même pourtant en dedans ?
Commenter  J’apprécie          240
Il y a tellement de façons d'aimer les autres. Ses billets doux, ce sont des saucisses grillées. Ses déclarations, du boudin blanc. Ses câlins, des cookies au chocolat. Il sent bon, son amour. Il fleure bon la cannelle et le sucre caramélisé. Il a le goût des pommes au four. Il a la rondeur d'un gratin dauphinois. Il atterrit dans l'estomac et fait du bien.
Il ne fait pas de bruit, mais il prend au corps. Tout entier.
Commenter  J’apprécie          210
Les livres sont des messagers.Ils sont porteurs de ce qu'on n'ose pas dire.Ils te parlent de ce que tu ignores de toi- même,et mettent en lumière ces sentiments que tu n'oses avouer à personne.C'est comme ça qu'ils te soulagent.C'est pour ça que parfois,un livre nous transperce et que jamais,jamais, on ne peut l'oublier.Quoi qu'on lise après.
Commenter  J’apprécie          210
Il connaissait déjà l'abandon à venir. Maman le lui avait confié en héritage. Papa le lui avait carrément balancé au visage. Il était bien placé pour savoir qu'on ne pouvait pas faire grand-chose avec l'absence. À part apprendre à vivre avec.
Commenter  J’apprécie          210
Paul-Henry jette un coup d'oeil à son compte et ne peut s'empêcher de ressentir une petite fierté mal placée : il a deux nouveaux abonnés depuis hier. Soit un total de deux cent trois personnes qui suivent sa page Paul-en-lit.
Il sait que ça ne devrait pas avoir d'importance, et pourtant, il ne peut s'empêcher d'éprouver une bouffée de plaisir. Un inconnu s'est baladé sur les réseaux, est tombé sur sa page et a eu envie d'y revenir suffisamment pour s'abonner.
Ce n'est rien et c'est immense.
Ce matin, la journée est belle, le soleil brille et Paul-Henry a deux cent trois abonnés.
Commenter  J’apprécie          180
Elle aurait dû rentrer plus tôt. Prendre le dernier métro. Le pire. Celui qui n'aura fait qu'effleurer la nuit.
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Julien Rampin (1982)Voir plus

Quiz Voir plus

Encore des pastiches mais avec des titres !

Le petit pet sournois et autres brèves satisfactions malsaines

Bernard Werber
Jean-Paul Dubois
Philippe Delerm
Jean Teulé

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : pastiche , titres , humourCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..