AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.64/5 (sur 410 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1968
Biographie :

Née en Argentine où elle vécu jusqu’à l’âge de 10 ans, Laura Alcoba a dû s’exiler avec sa famille pour des raisons politiques.

Elle vit désormais à Paris. Elle est maître de conférences à l'Université de Paris X-Nanterre où elle enseigne la littérature espagnole classique et anime un atelier de traduction des textes du "Siècle d'or".

En 2007, elle publie un premier roman, "Manèges", petite histoire argentine, où elle évoque un épisode de son enfance argentine sous la dictature militaire.

En 2009, elle publie "Jardin blanc", roman inspiré d’un épisode peu connu de la vie d’Ava Gardner et du Général Juan Perón, à savoir leur bref voisinage à Madrid.

En 2012, elle publie son troisième roman, "Les Passagers de l’Anna C.".

En 2013, elle publie "Le Bleu des abeilles", roman inspiré de l’arrivée en France de l’auteur, à l’âge de dix ans.

En 2017, "La Danse de l'araignée" (Prix Marcel Pagnol) poursuit le récit engagé dans "Manèges" et "Le Bleu des abeilles".

Elle reçoit le prix de soutien de la Fondation Del Duca en 2013.
En 2023, elle reçoit le prix Roger-Caillois de littérature française pour "Les rives de la mer Douce".
+ Voir plus
Source : /www.rfi.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Laura Alcoba   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Laura Alcoba vous présente son ouvrage "Les rives de la mer Douce" aux éditions Mercure de France. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2677309/laura-alcoba-les-rives-de-la-mer-douce Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (115) Voir plus Ajouter une citation
L’essentiel, avec le reblochon, c’est de ne pas se laisser impressionner. Il y a clairement une difficulté de départ, cette barrière que l’odeur du fromage dresse contre le monde extérieur. Mais il ne faut surtout pas se méprendre à son sujet. Ce n’est pas de l’agressivité de sa part, c’est juste la manière qu’a le fromage de dire : as-tu vraiment envie ? es-tu prêt ? Cette senteur, c’est qu’il a trouvé pour être là, pleinement – c’est qu’il ne veut pas être avalé sans qu’on s’en rende compte, être gobé comme si de rien n’était.

Commenter  J’apprécie          343
En fait, il paraît que Dieu est très abordable, il suffit de lui faire signe et de croire en Lui. On appelle ça l'espérance ou la foi.
Commenter  J’apprécie          272
Les gens ici se défont de choses neuves, c'est incroyable ! Ma mère s'étonne à chaque fois, et moi avec elle. C'est que de l'autre côté de l'océan, on ne jette rien : les vieilles nappes engendrent des mouchoirs par dizaines et on détricote les pulls devenus trop petits pour en faire des chaussettes.
Commenter  J’apprécie          230
Pour les u, du temps de mes cours à La Plata, Noémie m’avait donné une astuce : placer les lèvres comme si l’on voulait dire ou mais dire i. Tu verras, ça marche.
C’est vrai que ça marche. Il faut faire croire à ses lèvres qu’on va dire une chose et en dire une autre. Au début, c’est comme si on leur tendait un piège. Les premières fois, c’est vraiment étrange de découvrir qu’on peut les berner aussi facilement – on est presque déçu que le piège à u tienne ses promesses. Mais peu à peu les lèvres se laissent faire, elles apprennent à faire des u sans qu’on ait besoin de les prendre par la ruse. J’espère qu’un jour ça deviendra une habitude – j’y arriverai.

Commenter  J’apprécie          220
- Quelle distance nous sépare de la montagne, c’est bien ça, ce que tu veux savoir ?
Oui, c’était bien ce que je lui avais demandé, mais Valérie avait besoin d’une confirmation. Alors j’ai repris ma phrase en l’accompagnant d’un geste.
Ce que je me demandais aussi, c’était quelle distance me séparait encore d’un français qui serait pleinement à moi. Est-ce que j’y arriverai un jour, alors que ça fait si longtemps que je me suis mise en route ?

Commenter  J’apprécie          200
"Il existe des hommes disposés à faire passer une frontière à la fille d'un ami, au risque de se faire trouer la peau, juste pour dire merci à cet ami."
Commenter  J’apprécie          210
C'est que moi aussi, je me pose des questions.
Et si je me trompais dans le choix de cette dernière photo, hein? Si la photo ne lui plaisait pas, si elle n'était pas assez belle? Est-ce que mon père aura le droit de libérer une place pour que je lui en envoie une autre? Aurai-je une deuxième chance?
Commenter  J’apprécie          200
Le français est une drôle de langue, elle lâche les sons et les retient en même temps, comme si, au fond, elle n'était pas tout à fait sûre de bien vouloir les laisser filer- je me souviens que c'est la première chose que je me suis dite. Et qu'il allait me falloir beaucoup d'entraînement, aussi.

Commenter  J’apprécie          200
Ces collines, c'était comme un mosaïque recouvrant le paysage tout entier, un assemblage de couleurs et de matières qui n'en finissait pas, une panachure à l'infini faite de terre et de bouts d'histoires.
Commenter  J’apprécie          200
J'essaye juste d'échanger un peu à propos des abeilles pour lui montrer que je joue le jeu, que je suis bien en train de lire le même livre que lui, comme il me l'a demandé. Puis je recopie dans mon petit carnet, en français, certains des passages que mon père a trouvés les plus intéressants, les plus beaux, ou les plus mystérieux et qui me plaisent aussi. Comme ce bout de phrase que j'ai souligné avant même que mon père ne m'en parle dans l'une de ses lettres - peut-être parce que c'est un des rares passages du livre que je n'ai pas eu besoin de relire en me triturant les méninges, j'avais tout compris du premier coup: le bleu est la couleur préférée des abeilles.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Laura Alcoba (496)Voir plus

Quiz Voir plus

Le mouton dans tous ses états

Dans quel ouvrage trouve-t-on cette citation ? Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'Océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait : - S'il vous plaît... dessine-moi un mouton !

La mare au diable de George Sand
Le Petit Prince de Saint-Exupery
Atala de François-René de Chateaubriand.

15 questions
78 lecteurs ont répondu
Thèmes : animalierCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..