AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.43 /5 (sur 429 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Dà Lat (Vietnam) , 1963
Biographie :

Linda Lê est une écrivaine française d'origine vietnamienne née en 1963. Son père est ingénieur et sa mère est issue d’une famille aisée. Naturalisée française, Linda Lê vit à Dà Lat (ville du centre du Vietnam). En 1969 la famille part à Saïgon pour fuir la guerre civile. Linda Lê suit ses études au Lycée français et se passionne pour Hugo, Balzac et Rousseau.

En 1977, elle arrive en France et s'installe au Havre avec les femmes de sa famille. Quatre ans plus tard, elle rejoint Paris et poursuit des études littéraires en khâgne au Lycée Henri-IV et s'inscrit ensuite à la Sorbonne.

C'est en 1986 que paraît son premier roman "Un si tendre vampire" aux Éditions de La Table ronde mais c'est principalement aux Éditions Christian Bourgois qu'elle publie la plupart de ses livres.
Linda Lê est longtemps restée une auteure peu connue du grand public malgré un succès critique indéniable et les nombreuses récompenses de son œuvre : elle a reçu le Prix de la Vocation en 1990, le Prix Renaissance de la nouvelle pour "Les Évangiles du crime" en 1993, le Prix Fénéon pour "Les Trois Parques" en 1997, le Prix Wepler pour "Cronos" en 2010, la bourse Cioran en 2010, le Prix Renaudot Poche pour "À l'enfant que je n'aurai pas" en 2011.

En sus de son travail d'écrivaine, Linda Lê a collaboré au Magazine Littéraire. Elle écrit aujourd'hui des chroniques sur le site En attendant Nadeau.

+ Voir plus
Source : Wikipedia.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Linda Le nous présente son livre " Je ne répondrai plus jamais de rien" aux éditions Stock. Rentrée littéraire janvier 2020 Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2393144/linda-le-je-ne-repondrai-plus-jamais-de-rien Notes de musique : Youtube Audio Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/ Catégorie Actualités et politique Licence Licence de paternité Creative Commons (réutilisation autorisée)
+ Lire la suite
Podcasts (10) Voir tous


Citations et extraits (191) Voir plus Ajouter une citation
Linda Lê
Tandarica   10 décembre 2019
Linda Lê
Entrez, (m'sieur) dans l'humanité



Entrez, m'sieur dans l'humanité!

Gagnez la foire aux vanités

Hâtez-vous, préparez vos glandes

Bousculez femmes et enfants

Réclamez vos dividendes

Faites main basse sur les premiers rangs

Voyez-vous, j'aimerais mieux pas

Entrez, m'sieur dans l'humanité!

Les langes noués, les lits défaits

Amours de pissotière

Ou coeurs purs à la boutonnière

Vautrez-vous en simple appareil

Choisissez votre place au soleil

Voyez-vous, j'aimerais mieux pas

Entrez, m'sieur dans l'humanité!

L'échelle est mise, les crasses permises

Les dents longues, le sourire douillet

Laissez vos frères dans la mouise

Vous serez sans inconvenance

Tartempion, roi de la finance

Voyez-vous, j'aimerais mieux pas

Entrez, m'sieur dans l'humanité!

Le genou sur un prie-Dieu…



(chanson de Jacques Dutronc)
Commenter  J’apprécie          550
Tandarica   09 janvier 2020
Je ne répondrai plus jamais de rien de Linda Lê
Tu ne tenais pas de discours grandiloquents sur la fraternité, mais tu portais toujours une attention aux obscurs, aux vulnérables, pas uniquement parce que toi-même tu te rangeais parmi ceux-là, mais parce que les puissants pleins de certitude, ceux qui veulent à tout prix attirer la lumière sur eux, te faisaient craindre que ce monde ne devienne vraiment irrespirable.

(p. 100)
Commenter  J’apprécie          480
Tandarica   25 février 2020
Je ne répondrai plus jamais de rien de Linda Lê
Les recherches ne me prirent pas longtemps. Plusieurs sites de librairies proposaient, d’Unica Z., L’Homme-Jasmin (à mon grand dépit, moi qui aurais tant voulu, en entrant dans le cercle des lecteurs d’Unica, faire partie d’un club très fermé). J’ignorais que je venais aussi de rejoindre une autre communauté, celle des collectionneurs d’œuvres consacrées aux grandes épreuves de l’esprit : le texte d’Unica Z. est sous-titré Impressions d’une maladie mentale.

(p. 73).
Commenter  J’apprécie          451
Tandarica   16 septembre 2019
Fuir de Linda Lê
Comme les montreurs de foire qui ne sortent jamais sans leur perroquet juché sur leur épaule, l’homme qui quitte sa patrie est condamné à porter sur son dos un lutin chargé de lui rappeler sa trahison. Vient le jour où le mauvais esprit saute à terre pour désigner du doigt le renégat avant de disparaître en fumée. Privé du seul lien qui le rattachait à ses origines, l’exilé se laissera dépérir de remords.

(p. 53)
Commenter  J’apprécie          440
Tandarica   20 décembre 2019
Un si tendre vampire de Linda Lê
Une phrase, sortie des ténèbres de son esprit, l’obséda : « Il n’avait pas dormi de la nuit… » Serait-ce le début de son récit, le sien ? A quoi bon lutter pour la possession de cette œuvre ? Il n'avait pas le sens de la propriété. À quoi bon? Puisque Louis réapparaîtrait dès qu'il prendrait sa plume, et que l'écriture est toujours une imposture.



(p. 119, fin du roman)
Commenter  J’apprécie          430
Tandarica   09 janvier 2020
Je ne répondrai plus jamais de rien de Linda Lê
En amour, répétait-il, on est toujours la dupe de quelqu’un, surtout de soi-même.

(p. 42).
Commenter  J’apprécie          411
Tandarica   30 novembre 2019
Solo de Linda Lê
Je me crois un écrivain dans sa tour d'ivoire, je ne suis qu'un minus habens perché sur son nuage.

(p. 31)
Commenter  J’apprécie          402
Tandarica   05 février 2020
Un si tendre vampire de Linda Lê
Après les cours, il se promenait seul à travers les rues du Quartier latin, observait les passants, jetait un coup d'œil aux vitrines, dévorait des yeux les devantures des librairies en songeant : « Un jour, j'y serai ! »

(p. 22)
Commenter  J’apprécie          390
Tandarica   04 septembre 2018
Héroïnes de Linda Lê
Sa lucidité l'obligeait à reconnaître que, s'il était facile et séduisant de se dire de nulle part, il l'était beaucoup moins de vivre en ce fichant de définir les contours d'une appartenance, même de pure convention. S'il était facile et séduisant aussi de croire qu'il suffit d'ériger des barrières entre soi et autrui pour défendre sa singularité, il l'était moins de vivre chaque jour son splendide isolement.

(p. 82)
Commenter  J’apprécie          360
Tandarica   15 février 2020
Les dits d'un idiot de Linda Lê
au lieu de mettre au point une action d'envergure j'ai lancé des pétards mouillés qui ont à peine fait trembler les vitres alors que je voulais faire sauter les fondations du monde tu n'as pas su t'abstenir dit l'Homme célèbre il a fallu que tu écrives des livres pour te chauffer les muscles des livres pour rien des livres pour la page du même auteur des livres qui sont trop verts qui agacent les dents des livres qui sont à moitié gâchés et quand on regarde la page du même auteur c'est un peu comme quand on regarde la photo d'une grande famille on se dit que c'est une suite d'erreurs, on se dit au lieu d'avoir le nez collé sur son entêtement à rallonger la liste du même auteur le même auteur aurait mieux fait de rester un peu plus longtemps dans son bain à se détendre un peu plus longtemps devant le cheminée à écouter le crépitement du feu un peu plus longtemps avec ses amis à finir les bouteilles de vin un peu plus longtemps les soirs d'été à guetter les escadrilles d'oiseaux qui passent au-dessus de la maison un peu plus longtemps dans le jardin a regardé les lapins courir vers les fourrés tout ce temps perdu lui aurait appris qu'il fallait mieux profiter des choses simples plutôt que d'écrire des livres à demi réussi pour ces gens moyennement cultivés ces livres qui au mieux lui font grimper quelques échelons qui mieux le font passer du statut de l'écrivain-qui-s'appelle-comment- déjà au statut de l'écrivain-qu'il-faut-avoir-lu ces livres qui l'ont rendu crispé hargneux toujours prêt à mordre au mollet de celui qui veut prendre sa place son strapontin dans le carré où l'herbe est plus verte alors que s'il était resté un peu plus longtemps à tremper dans son bain un peu plus longtemps à finir la bouteille de vin un peu plus longtemps à écouter les jacassements de pies ses idées se seraient décantées il se serait épargné cette moitié de livre un livre doublement ratée puisque son échec l'a obligé à le réparer par un nouvel échec un autre livre à demi réussi pour gens moyennement cultivés un nouvel échec qui a permis aux gens moyennement cultivés de soupeser ses petites crottes de les faire évaluer par la Commission du goût un nouvel échec qui a permis à des constipés n'ayant jamais réussi à lâcher la moindre œuvrette de touiller son vomi de renifler ses odeurs c'est lamentable toute la peine qu'il s'est donnée pour épater les pue-de-la-gueule qui ne font que tourner dans leur bouche la chique des autres qui ne font que répéter ce qu'ils ont entendu dire par d'autres pue-de-la-gueule qui eux-mêmes n'ont fait que mâchouiller les idées volées à des charognards de la pensée c'est lamentable dit l’Homme célèbre toute la peine que tu t'es donnée pour épater ces pue-de-la-gueule qui mâchent crachent encensent répandent partout leur puanteur jettent sur tout leur bénédiction et s’en tirent avec un pas mal tamponné sur des bluettes comme sur des chefs-d'œuvre qu'ils fourrent dans le même convoi en partance pour le néant les pue-de-la-gueule de la culture dans les calamités de cette fin de siècle dit l’Homme célèbre leur haleine empeste tout l'atmosphère est envahie par les relents de nourriture mal mâchée vite évacuée ces cracheurs de médiocrité bien-pensante dit l’Homme célèbre il faut les fuir ! quitte à ne fréquenter que des fous et des idiots il vaut mieux entendre toute la journée des évidences et des insanités des élucubrations et des radotages des insultes et les mêmes histoires qui ne font rire que le futé qui les raconte plutôt que de supporter la compagnie des petits grimpions qui se calent les joues de bons mots refont le monde aux frais de la princesse et sont les premiers à détaler quand leurs savants échafaudages s'effondrent sur les passants qui n'en peuvent mais les petits maîtres dit mon ami l’Homme célèbre il faut leur faire la peau !



(p. 45-48 de l'édition de poche « Titre 143 »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Découvrez ses critiques pour le Magazine Littéraire voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..