AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.07 /5 (sur 78 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Munich , le 07/07/1884
Mort(e) à : Los Angeles , le 21/12/1958
Biographie :

Lion Feuchtwanger était un écrivain allemand du XXe siècle.

Il est issu d'une famille de la bourgeoisie juive de Bavière assimilée. Sa famille est conservatrice, attaché au culte de la petite patrie et libérale.

Lion Feuchtwanger va devenir un maître du roman historique et connut une gloire mondiale en publiant en 1923 son œuvre la plus célèbre : Le Juif Süss.

En 1914, Lion Feuchtwanger est surpris à Tunis par la déclaration de la Première Guerre mondiale. Il est fait prisonnier, mais réussit à s'échapper et rejoint Munich.

En janvier 1933, il est aux États-Unis lorsque les SA mettent à sac sa maison à Berlin, confisquent ses biens, le privent de sa nationalité, de son titre de docteur, et interdisent ses livres. Il s'exile en France, à Sanary-sur-Mer.

En 1940, il s'installe à Pacific Palissade en Californie, où il publie Exil.

Trois romans parmi les plus importants de son œuvre témoignent de l'attachement de Lion Feuchtwanger à la France: Exil, Les Renards dans les vignes (1947) et Mort et transfiguration de Jean-Jacques Rousseau (1952).
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

The art of angel sanctuary; Angel cage


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
ClaireG   31 mai 2017
La Juive de Tolède de Lion Feuchtwanger
Aliénor d'Aquitaine à sa fille Leonor de Castille :



La soif du pouvoir est de toutes les passions humaines celle qui résiste le mieux au temps…Crois-moi, ma fille, la politique peut échauffer les sangs aussi bien que la plus belle nuit d’amour.



p. 236.
Commenter  J’apprécie          340
ClaireG   29 mai 2017
La Juive de Tolède de Lion Feuchtwanger
Depuis qu’il avait reçu la nouvelle de la mort du roi Henri d’Angleterre, don Jehuda Ibn Esra le savait : la guerre allait éclater, cette guerre contre l’Islam, si redoutée. La roue tournait ; rien de l’arrêterait. Le Calife amènerait ses armées en Andalousie, Alfonso serait inévitablement battu et les bourgeois de Tolède en accuseraient Jehuda et les Juifs. Ce qu’il avait vécu à Séville dans son enfance, il le reverrait ici…



p. 243
Commenter  J’apprécie          330
Pecosa   27 février 2019
La Guerre de Judée de Lion Feuchtwanger
Sans exagérer, je puis affirmer que celui qui ne connaît pas la Rome dorée ne saurait dire qu'il a vraiment vécu. Où que vous vous trouviez à Rome, monsieur, vous êtes toujours au centre, car nous n'avons pas de frontières, nous engloutissons chaque jour un peu plus les localités environnantes. Ici, vous entendrez parler cent langues différentes. Vous aurez le loisir d'étudier les particularités de tous les peuples. Nous avons à Rome plus de Grecs qu'à Athènes, plus d'Africains qu'à Carthage. Point n'est besoin d'entreprendre un voyage de par le monde pour obtenir tous les produits de la terre. Vous trouverez des cargaisons venues d'Inde et d'Arabie, et ce en telles quantités que vous devrez nécessairement en conclure que ces pays doivent être à tout jamais dépouillés de leurs richesses et que si ces peuples veulent couvrir leurs propres besoins, ils sont contraints de s'adresser à nous. Que désirez-vous monsieur? De la laine d'Espagne, de la soie de Chine, du fromage des Alpes, des parfums d'Arabie, des drogues médicinales du Soudan? Je vous offre une prime s'il est quelque chose que vous ne parvenez pas à dénicher chez nous. Mais peut-être désirez-vous avoir les nouvelles les plus récentes? Au marché et sur le Forum, on est informé immédiatement quand les cours des céréales baissent en Haute-Egypte, quand un général a tenu un discours inepte, sur les bords du Rhin, quand notre ambassadeur à la cour du roi des Parthes a provoqué un scandale en éternuant trop fort. Il n'est pas de savant qui puisse travailler sans l'aide de nos bibliothèques. Nous possédons autant de statues que d'habitants. Nous payons les prix le plus élevés pour la vertu comme pour le vice. Tout ce votre esprit est à même de produire, vous le trouverez ici; mais vous trouverez bien davantage de choses que votre imagination ne saurait même envisager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Pecosa   28 février 2019
La Guerre de Judée de Lion Feuchtwanger
Titus Flavius Vespasien, ex-commandant d'une légion romaine en Bretagne, ex-consul de Rome, ex-gouverneur d'Afrique, décati, tombé en disgrâce à la cour, un homme ayant un million cent mille sentences de dettes et auquel le valet de chambre Gortyn avait dit qu'il pouvait manger son propre fumier, avait achevé son bilan.
Commenter  J’apprécie          190
Mimimelie   29 juin 2013
Le Roman de Goya de Lion Feuchtwanger
Qui sait son métier peut tout peindre. Mais je n'excelle pas à représenter des saints. Il me serait facile de faire le portrait du diable. Je l'ai vu souvent. Les saints, plus rarement.
Commenter  J’apprécie          110
nelly76   08 juillet 2020
Le Diable en France de Lion Feuchtwanger
Je me trouve désormais au seuil de la vieillesse. Mes envies s'amoindrissent comme s'amoindrissent mes colères et mon enthousiasme.J'ai rencontré dieu sous bien des formes ,mais aussi le diable. La joie que me donne Dieu ne s'est pas démentie, mais la peur que j'avais du diable ,en revanche ,à disparu.J'ai dû faire l'expérience que la bêtise et la méchanceté des hommes sont effrénées et aussi profondes que les sept Mers. Mais j'ai aussi eu l'occasion de comprendre que la digue qu' une minorité de Justes et de Sages ont érigée est plus haute et plus résistante avec chaque jour qui passe.( page 338).
Commenter  J’apprécie          60
nelly76   08 juillet 2020
Le Diable en France de Lion Feuchtwanger
Chez nous ,en Allemagne,quand quelqu'un vivait confortablement,on disait qu'il vivait : Comme Dieu en France.Cette expression signifiait probablement que Dieu se sentait bien en France ,qu'on y vivait librement et qu'on y laissait vivre les autres ,que l'existence y etait facile et confortable.Mais si Dieu se sentait bien en France ,on pouvait dire également,précisément en vertu de cette conception du monde assez insouciante,que le diable n'y vivait pas mal non plus .Pour qualifier leur indifférence ,dans la vie courante ,les Français utilisaient volontiers l'expression de : je -m-en foutisme. Je ne crois pas que notre malheur soit dû à de mauvaises intentions de leur part,je ne crois pas que le diable auquel nous avons eu affaire en France en 1940 ait ėtė un diable particulièrement pervers qui aurait pris un plaisir sadique à nous persécuter.Je crois plutôt que c'était le diable de la négligence, de l'inadvertance ,du manque de génėrositė, du conformisme,de l'esprit de routine,c'est à dire ce diable que les Français appellent le : je-m-en -foutisme.( page 62)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nelly76   07 juillet 2020
Le Diable en France de Lion Feuchtwanger
Les briques des Milles

Les villes- entrepôts de Pitom et Ramsès n'évoquent pas grand -chose pour moi ,et j'ignore si les exégètes de la bible sont parvenus à savoir ce qu'il en est.
Commenter  J’apprécie          50
Marpesse   04 février 2015
Le Diable en France de Lion Feuchtwanger
Je ne crois pas que notre malheur soit dû à de mauvaises intentions de leur part, je ne crois pas que le diable auquel nous avons eu à faire en France en 1940 ait été un diable particulièrement pervers qui aurait pris un plaisir sadique à nous persécuter. Je crois plutôt que c’était le diable de la négligence, de l’inadvertance, du manque de générosité, du conformisme, de l’esprit de routine, c’est-à-dire ce diable que les Français appellent le je-m’en-foutisme.
Commenter  J’apprécie          40
barjabulette   19 décembre 2012
Le juif Süss de Lion Feuchtwanger
Avant même qu'ils eussent atteint la frontière serbe, une estafette les rattrapa.

"Il a quelque chose d'important à te dire, ton Juif, dit Marie Auguste en souriant. Qu'a-t-il donc de si pressé à te vendre ?"

Karl Alexander ouvrit la dépêche, la lut. Le prince héritier étati mort, subitement, pendant un bal à la cour de Stuttgart.

Il tendit le papier à la princesse. Le sang lui montait à la tête, il entendait une voix grinçante et revêche, et, tandis que, son pouls battant plus fort, sa vue se brouillait, il vit, au-dessus d'yeux d'un gris trouble et d'une tristesse de pierre, trois plis brefs et profonds, menaçants, mystérieux, pareils à un caractère étranger, indéchiffrable.

Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur

.. ..