AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Henri Thiès (Traducteur)
ISBN : 2702113826
Éditeur : Calmann-Lévy (01/01/1985)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
1789, Francisco Goya a quarante ans. Il vient d'être nommé peintre du roi à la cour d'Espagne. Pour cet enfant de roturiers aragonais, c'est une consécration. Mais au moment même où il pense pouvoir donner toute la mesure de son génie, il rencontre une femme dont il va tomber éperdument amoureux. Leur relation, passionnée, tourmentée, est à l'image d'une fin de siècle aux contrastes violents. Goya sera ainsi le témoin des intrigues amoureuses et politiques d'une cou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pecosa
  18 septembre 2016
La rencontre de Francisco José de Goya y Lucientes et de Lion Feuchtwanger prouve que littérature et peinture font bon ménage. Thomas Mann a dit du Roman de Goya que toute l'Espagne était contenue dans le livre, comme elle a pu l'être dans les premières pages de L'homme aux yeux gris du Roumain Petru Dumitriu.
Lorsque Feuchtwanger écrit son Goya (publié en 1953), il est exilé aux Etats-Unis, et son séjour en Espagne date des années 20. Pourtant, la fresque historique qu'il nous offre est étourdissante.
En 1794, l'ombre de la Révolution française plane sur la cour de Charles IV d'Espagne. Les Bourbons redoutent les remous provoqués par la révolte qui agite son puissant voisin. L'Espagne quant à elle demeure toujours figée, codifiée, rigide. L'Inquisition brûle encore au XVIIIème ceux qu'elle juge coupables d'hérésie, et Feuchtwanger, homme des Lumières lui oppose au détour d'un chapitre un discours de Montesquieu.
A Madrid, Goya peint la noblesse, les majas, les majos. On croise Godoy, Quintana, et bien sûr la duchesse d'Alba. Goya peint la cour, croque l'âme humaine, et jamais Feuchtwanger n'oublie l'artiste derrière l'homme. Peinture de cour, peinture sociale, peinture du beau et des désastres, le pinceau de Goya parvient à préserver son indépendance d'esprit et de jugement.
On peut lire le roman de Goya pour le portrait flamboyant d'un peintre majeur. On peut aussi le lire pour le beau voyage qu'il offre à la cour du roi Charles IV. Il forme, avec le merveilleux La juive de Tolède, qui mériterait bien une réédition, une parenthèse espagnole enchantée dans l'oeuvre de Feuchtwanger. Feuchtwanger est grand, Feuchtwanger est passionné et passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3915
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   29 juin 2013
Qui sait son métier peut tout peindre. Mais je n'excelle pas à représenter des saints. Il me serait facile de faire le portrait du diable. Je l'ai vu souvent. Les saints, plus rarement.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Lion Feuchtwanger (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lion Feuchtwanger
The art of angel sanctuary; Angel cage
autres livres classés : espagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre