AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.35 /5 (sur 65 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montmorillon , le 10/11/1956
Biographie :

Lionel-Édouard Martin est un poète et un écrivain français né à Montmorillon le 10 novembre 1956.

Après des études de lettres sanctionnées par une agrégation de lettres modernes, sa carrière le mène à la diplomatie culturelle et à l’enseignement supérieur. Spécialiste de didactique du français langue étrangère, il a effectué de nombreux et longs séjours hors de France (Maroc, Allemagne, Caraïbe…), qui ont nourri son écriture. Sa poésie interroge, sous l’angle de leurs rapports avec le corps et le langage, les mondes parcourus, les choses vues : thématique qui, sous forme de textes courts, elliptiques, se prolonge et s’amplifie dans son œuvre narrative, fortement empreinte d’éléments biographiques.


Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Lionel-Édouard Martin - Mousseline et ses doubles .
Lionel-Édouard Martin vous présente son ouvrage "Mousseline et ses doubles" aux éditions du Sonneur. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/martin-lionel-edouard-mousseline-ses-doubles-9782916136769.html Notes de Musique : ?Peas Corps? (by Podington Bear). Free Music Archive.
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
nadejda   01 décembre 2011
Jours d'été dans le Sud-Ouest de Lionel-Edouard Martin
Un homme qui a laissé des mots sur son passage comme le gastéropode sa trace vernie, on croit, naïf, qu'il ne peut pas entièrement disparaître, et qu'il demeure, de lui, forcément quelque chose dans les lieux où il a vécu : sa coquille au pied du chêne, parmi les glands et les cupules, ou cette odeur escargotière dans l'herbe humide. Mais c'est une illusion, la mort emporte tout ; et la vie se charge d'effacer comme une ardoise toutes ces nombreuses, vieilles années dont les générations nouvelles, prises des deux pieds dans l'argile de leur vie, se soucient bien peu -- n'ayant le coeur à faire volte-face ni à envisager ces pas qui, au fil des âges, ont pourtant tracé la route où elles se tiennent. p 79 (Sur les traces du poète Francis Jammes mort à Hasparren)
Commenter  J’apprécie          170
IrmaVep   19 novembre 2010
La vieille au buisson de roses de Lionel-Edouard Martin
On a froid, sous ces ramures à peine bourgeonnantes, tout est gorgé d’eau ; sous la terre, doivent ramper des ruisseaux dépourvus d’yeux et de reflets, tout au plus chichement peuplés de bêtes aveugles, crevettes de source, mollusques : et c’est ça qui sans doute fait racines, parce que ces bois semblent morts, immobiles, on n’entend rien. La vieille s’arrête parfois pour humer quelque chose : le chien, qui la précède, s’en rend compte, fait demi-tour, lui octroie sa présence, se frotte à ses jambes. Ils sont là, tous deux, comme une espèce de double vie bancroche dans l’humidité. Crus, tous deux, dans cette bouche végétale, mais la manducation ne touche que le sommet des arbres : plus bas, contre terre, ça suce, laisse fondre. La vieille et Diurc – deux bonbons dans cette bouche – à moins qu’hosties ? La vieille se voit déglutie par le sol, avec le chien, dans une grande mêlerie de leurs viandes ; pourtant : rien, ça procède, promenade mouillée, dure, sous les frondaisons, comme, à pas maigres, on va noyer des chatons dans une mare. Mais la vieille n’a pas de chat dans ses poches : juste, comme bête, Diurc qui court devant elle et revient la flairer, elle-même chemin, route, pour l’animal, avec des pissements à chacune des stations. Et le chemin fut long. C’est qu’on n’avait aucune perspective, que la vue était de tous côtés bornée par les taillis, qu’on ne voyait pas le ciel – des branches en voûtes, comme des mains fermées –, qu’on ne savait où l’on allait. Sans doute, aussi, le domaine était-il vaste, et devait s’étendre au loin sur des kilomètres : et avait-on pris seulement le bon itinéraire, celui qui menait tout bonnement au château ? Car château, bien sûr, il y avait, perdu dans ces bois, forcément un château posé dans ces bois, avec un noble, un duc, un baron, marquis ou comte – on s’y perdait –, pris dans les murs calcaires de la bâtisse comme l’huître ou la moule dans sa coquille, l’huître plutôt, supposément perlière ; et ça donne, cette tumeur de nacre, un léger défaut de prononciation, fait un tantinet zozoter le monsieur : car comment penser qu’il parle le langage ordinaire, qu’il n’a pas, dans sa bouche, le petit quelque chose qui le distingue d’autrui, du vulgaire qui vit dans la maison banale, et parle comme on parle ? Pas que le sang, bleu supposément, qui fait saigner une espèce de rupture parmi les autres hommes au sang rouge comme celui des bêtes, la volaille en premier : mais aussi la langue, qui doit être bleue comme est noir le gosier des chiens de race ; et la langue bleue, ce n’est pas une couleur, mais une manière de parler, comme moi je cause avec mes cheu cheu, mes yeu yeu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
nadejda   01 décembre 2011
Jours d'été dans le Sud-Ouest de Lionel-Edouard Martin
Quand on vieillit, c'est s'abstraire du temps que de regarder pousser les plantes : on s'adosse à la nature, une serfouette entre les paumes, on se déprend du cours des heures. Gilles était homme de jardin. Et creusant, taillant, émondant, il renouait en toute conscience avec les gestes des siens -- de ses grands-parents, surtout, qui l'avaient élevé à la campagne, et des lignées d'ancêtres qui, ayant vécu de la terre, y étaient paisiblement retournés, morts bien au chaud dans un habit de chêne, nourrissant la fleurette où venait picoter la mésange ou le merle ; et sur leurs tombes au bon soleil... les mouvements des ailes tressaient de fugaces croix d'ombre. p 29
Commenter  J’apprécie          140
BooksnPics   27 novembre 2013
Nativité cinquante et quelques de Lionel-Edouard Martin
... Chez Boulanger ça sentait, rien que de normal, le pain. Dès l'aube la rue du Moulin-Roy - dans sa partie qui mène à l'église Saint-Martial et où se trouvait sise la boulangerie Jean Dieu - la rue sentait le pain, le bon pain d'aube annonciateur du jour, un chant de coq d'odeur de pain. Après, l'odeur déclinait: six heures et demie, c'était son point culminant, sortant par la porte ouverte de la boutique elle faisait corps avec la rue, gagnait les étages, éveillait les dormeurs.
Commenter  J’apprécie          140
nadejda   01 décembre 2011
Jours d'été dans le Sud-Ouest de Lionel-Edouard Martin
L'office du tourisme ouvre sous des arcades une porte et une vitrine voûtée en plein-cintre. On dirait, de l'extérieur, l'entrée de ces chapelles romanes, basses de front, qui ruminent l'ombre et le vieil encens. On y pénètre à grand silence ; pour un peu on se découvrirait. C'est une simple pièce, profonde, avec des tables jonchées de prospectus, comme à l'entrée des églises on a parfois de la lecture, aussi, près du bénitier. P 80
Commenter  J’apprécie          140
nadejda   20 avril 2012
Anaïs ou les Gravières de Lionel-Edouard Martin
Le gros-plant, tôt le matin, quand on n’a pas l’habitude, ça secoue.


Je l’écoutais causer, embobeliné dans une vapeur. Plus je buvais, plus le brouillard s’épaississait.


Notre réel, le réel du moment, le bon vieux réel de ce jour à fondrières, à chemin défoncé, voici qu’il prenait, au fil des verres, une autre tournure, et que je me glissais dans l’oeil de Beauze. Doucement j’épousais son regard, je voyais par ses prunelles. Ça crée une aise, d’aller dans des yeux bleus. Je l’écoutais, je voyais ce qu’il disait. J’étais avec lui sous ses paupières. Un peu pompette. Une espèce d’envol, c’était du ciel, son oeil, hop deux ailes, je voletais dans une extase. p 45

Commenter  J’apprécie          130
Bibounde   05 avril 2010
Le tremblement : Haiti 12 janvier 2010 de Lionel-Edouard Martin
Ce calme et ce silence, comme si les hommes avaient interrompu toutes formes d'activité, comme si les bêtes humaient l'air et la terre, tâchant de comprendre, et que l'air et la terre maintenant se reposaient.
Commenter  J’apprécie          120
nadejda   10 décembre 2011
Brueghel en mes domaines, petites proses sur fond de lieux, Lionel-Edouard Martin de Lionel-Edouard Martin
C'est ainsi qu'on va, dans le noir du petit matin, traçant la houache sur le papier : quêtant de la papille son itinéraire, goûtant chaque mot, croisant, du bout de la langue, d'un terme à l'autre -- et le goûter, le mot, c'est en saisir le sens pour naviguer à vue, tirer vers le port improbable où sans doute à peine fera-t-on relâche, pourtant -- si fort nous appellent d'autres partances à mêmes voix de sirènes. p99



(houache = sillage que laisse un navire sur la mer)
Commenter  J’apprécie          90
nadejda   16 janvier 2011
La vieille au buisson de roses de Lionel-Edouard Martin
Son feu s"entretenait de beau bois, de boulets de charbon, c'est là qu'on était bien pour attendre la mort, près de la vraie flamme rouge, imprévisible et goinfre, un plaisir de lui voir mordre les rondins et le cul de la poêle invétérée, acafouie sur son rond de fonte.
Commenter  J’apprécie          90
nadejda   16 janvier 2011
La vieille au buisson de roses de Lionel-Edouard Martin
Mais il y a longtemps que c'est mort, tout ça, que les vieilles langues ne s'entendent plus dans les campagnes, pas plus que le latin dans les églises, et que le monde, petit à petit, maçonne sa coquille à coups d'absurde, muette et sourde uniformité.
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Lionel-Edouard Martin (48)Voir plus