AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.11 /5 (sur 108 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) : 1978
Biographie :

Lisette Lombé est une slameuse et une artiste pluridisciplinaire belgo-congolaise.

Romaniste, diplômée en médiation, elle a travaillé durant une dizaine d’années en tant qu’enseignante, avant de se consacrer à des projets artistiques.

Elle est membre fondatrice du collectif L-Slam, un collectif de poétesses, multiculturel et intergénérationnel qui organise des ateliers et des podiums de slam, selon le principe du marrainage : des artistes confirmées accompagnent d’autres femmes dans l’écriture de textes et soutiennent ces dernières pour leur première montée sur scène.

Elle a obtenu, en 2015, une seconde place au prix Paroles urbaines, en catégorie slam. Elle a été récompensée, en 2017, en tant que Citoyenne d'Honneur de la Ville de Liège, pour sa démarche d’activiste et d’ambassadrice du slam aux quatre coins de la Francophonie.

En 2019, elle publie avec sa sœur, Julie Lombé, un recueil de textes issus des ateliers du collectif L-Slam, intitulé "On ne s’excuse de rien".

Elle conduit des ateliers de slam, essentiellement à destination des femmes, en Belgique mais aussi à l'étranger (Irak, Sénégal, Canada, Mauritanie) pour des écoles et des associations qui font du travail social. Militante féministe et afroféministe, sa vocation reste l'émancipation des femmes.

Ses ateliers ont pour objectif de faire entendre la voix des femmes, de les aider à mettre en mots leurs émotions et leurs combats.

En 2020, elle a reçu un Golden Afro Artistic Awards pour son roman "Vénus Poética" (éd. L'Arbre à Paroles) et le Prix Grenades/RTBF pour son recueil "Brûler brûler brûler" (éd. l'Iconoclaste).

Instagram : https://www.instagram.com/lisettelombe/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Lisette Lombé   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Après notre entretien avec Chloé Deschamps, créatrice du compte Instagram @aquoibonlespoetes, nous poursuivons notre exploration de l'univers poétique. Dans la 2ème partie de cet épisode spécial Poésie, nous sommes en compagnie de Laure, libraire à Dialogues. Bibliographie : - le Pas d'Isis, de Jeanne Benameur (éd. Bruno Doucey) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20130380-le-pas-d-isis-jeanne-benameur-editions-bruno-doucey - Made in woman, d'Hélène Dassavray (éd. La Boucherie Littéraire) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16144462-made-in-woman-helene-dassavray-la-boucherie-litteraire - Prends ces mots pour tenir, de Julien Bucci (éd. La Boucherie Littéraire) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20480403-prends-ces-mots-pour-tenir-bucci-julien-la-boucherie-litteraire - Faiseur de miracles, de Fadhil Al-Azzawi (éd. Lisières) https://www.librairiedialogues.fr/livre/15531936-faiseur-de-miracles-suad-labiz-ed-lisieres - Brûler, Brûler, Brûler, de Lisette Lombé (éd. L'Iconoclaste) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17378935-bruler-bruler-bruler-lisette-lombe-l-iconoclaste - Des Frelons dans les coeurs, de Suzanne Rault-Balet (éd. L'Iconoclaste) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17378693-des-frelons-dans-le-coeur-suzanne-rault-balet-l-iconoclaste

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
marlene50   22 mai 2022
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
MON FILS EST GAY



Mon fils est gay.

Ce matin, il portait une raie de côté, un pull cintré,

un jean serré,

Coquet, guindé, endimanché.

Imaginez sa toute dernière nouveauté, après le tatoo,

le piercing dans le nez :

une cravate pailletée.



Mon fils est gai.

Il aime les posters de pompiers, les sauces sucrées salées,

son moniteur d'athlé.

La vie. La poésie.

De celle qui fait vibrer, de celle qui fait trembler nos

arrière-cours d'humanité.

Et notre routine désyntaxée en une danse opiacée.

Et le Grevisse contorsionné en petits avions de papier

La vie. La poésie.



Mon fils est gay.

Il a appris que, dès le collège et au lycée,

les meneurs d'ombres, les suiveurs nombres adorent

traquer le petit gibier.

Les roux qui puent, les pauvres qui schlinguent, les grosses

qui suintent et les baltringues.

Les fiottes sucées, les folles tentées, les p'tits pédés coquets, guindés, endimanchés.

C'est le swing des charniers !

Etre tabassé, être humilié, être harcelé, sans se confier !

Jamais, jamais, jamais, jamais !

Etre tabassé, être humilié, être harcelé, sans balancer !

Jamais, jamais, jamais, jamais !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Zephirine   07 janvier 2022
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
Alors on relit nos anciens textes, on relit nos anciens poèmes, on relit on relit on les relit, pour ne pas se décomposer, pour ne pas capituler, pour tenir, tenir debout, tenir fierté, tenir justice, tenir.

On relit nos anciens textes, on relit nos anciens poèmes, nos premiers, nos naïfs, nos sans artifices, textes des débuts, testes des aurores, car eux seuls peuvent nous crier que nous ne sommes pas zinzins, pas ouin ouin, que nous ne sommes pas paranos, pas hystériques, que nous ne sommes pas folles



Tenir
Commenter  J’apprécie          240
marlene50   22 mai 2022
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
QUI OUBLIERA ?



Qui oubliera

Qu'à un Noir, on disait tu ...

Non certes, comme un ami

mais parce que le vous, honorable, était réservé aux seuls

Blancs.

Qui oubliera ?



Ils m'ont dit

Tu es une bamboula ! Une grosse guenon ! Un cancrelat!

Ils m'ont dit

Tu es sale ! Sale bougnoule !

Ta mère a couché avec un Nègre ! Tu es une bâtarde !

Ils m'ont dit

Tu devrais retourner dans ton pays ! Dans ta brousse !

Dans ta hutte !

Tu devrais remonter dans ton arbre ! Ta liane ! Tes bananes !

Tu devrais remercier la Belgique de t'avoir accueillie !

Même si tu es née ici ...



Qui oubliera ?

Qu'à un Noir, on disait tu ...



Tu devrais apprendre à passer ton chemin ...

C'est déjà loué ! C'est déjà pourvu ! C'est déjà complet !

Tu devras apprendre à te justifier ...



Je suis Belge ! Je suis diplômée ! Je suis qualifiée !

Tu devras apprendre une autre histoire aussi ...

Afrique ! Sauvages ! Sous-développé !

T'intégrer. T'assimiler.

T'encager- Te corseter.

Te faire douter. Te faire avoir peur.

Te faire avoir honte de ta couleur.

Te faire oublier tes frères et tes soeurs.

Toi, le petit oiseau exotique, la Joséphine Baker,

Gazelle-tigresse, le cul, les fesses !



Qui oubliera ?

Qu'à un Noir, on disait tu ...

Qu'à un Arable, on disait tu ...

Qu'à un Rom, on disait tu ...

Qu'à toi, mon père, on disait tu ...

Non certes, comme à un ami

mais parce que le vous, honorable était réservé aux seuls

Blancs.



Qui oubliera ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lafilledepassage   20 septembre 2021
Tenir de Lisette Lombé
Collages



Ces jours-là,

Jours de énième scandale pédophile,

Énième bavure policière, énième féminicide,

Énième incident mortel dans une usine,

Ces jours-là,

Lendemains d’élections, d’attentat, de cataclysme,

Ces jours-là,

Une lave noire et visqueuse déboule dans ma gorge et carbonise toutes mes belles petites phrases humanistes qui me sauvent tous les jours sauf ces jours-là.



Jours de paires de ciseaux, d’images en noir et blanc, de précision et de silence.



Une main qui tient une paire de ciseaux

Ne peut rien faire d’autre que tenir une paire de ciseaux.



Soit tu découpes des corps dans le papier glacé,

Soit tu t’enfonces la pointe de tes ciseaux dans l’œil.



Ces jours-là.
Commenter  J’apprécie          175
JIEMDE   31 octobre 2020
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
Qu'elle me revienne

même nue, même rampante.

La serrer tout contre moi

même dans un sac, même dans une boîte.

Qu'elle sache qu'elle avait raison

pour l'inépuisable beauté du monde

pour l'humanité qui ne renonce en personne

pour l'amour, pour la révolte

pour la magie et pour l'exil.

La serrer tout contre moi

même dans un sac, même dans une boîte.

Et lui demander, lui murmurer, lui chuchoter :

Pardon.
Commenter  J’apprécie          132
Zephirine   03 janvier 2022
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
On raconte que là-bas,

les poètes se cognent les uns aux autres

comme une brique sur le crâne d'un ennemi.

On raconte que là-bas,

le sol est jonché de milliers de milliers de feuilles

blanches et que chacune de ces milliers de feuilles

blanches a appartenu à une personne abandonnée

par les mots.
Commenter  J’apprécie          90
mimouski   29 mars 2021
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
Mon fils est gay



Mon fils est gay.

Ce matin, il portait une raie de côté, un pull cintré, un jean serré.

Coquet, guindé, endimanché.

Imaginez sa toute dernière nouveauté, après le tatoo, le piercing dans le nez : une cravate pailletée.



Mon fils est gai.

Il aime les posters de pompiers, les sauces sucrées salées, son moniteur d'athlé.

La vie. La poésie.

De celle qui fait vibrer, de celle qui fait trembler nos arrière-cours d'humanité.

Et notre routine désaxée en une danse opiacée.

Et le Grevisse contorsionné en petits avions de papier.

La vie. La poésie.



Mon fils est gay.

Il a appris que, dès le collège et au lycée,

le meneurs d'ombres, les suiveurs nombres adorent

traquer le petit gibier.

Les roux qui puent, les pauvres qui schlinguent, les grosses qui suintent et les baltringues.

Les fiottes sucées, les folles tentées, les p'tits pédés coquets, guidés, endimanchés.

C'est le swing des charniers :

Etre tabassé, être humilié, être harcelé, sans se confier !

Jamais, jamais, jamais, jamais !

Etre tabassé, être humilié, être harcelé, sans balancer !

Jamais, jamais, jamais, jamais !



Mon fils est gay.

Et ce matin, exténué,

malgré, malgré, malgré, malgré,

il n'a plus pu y retourner.

Et ce matin, dans le grenier,

perdu, pendu,

mon fils portait une raie de côté, une veste cintrée, un jean serré.

Coquet, guindé, endimanché,

Imaginez sa toute dernière nouveauté, après le tatoo, le piercing dans le nez,

comme une ultime volonté :

une cravate pailletée.

Une cravate pailletée qui je crois bien m'appartenait.



Une cravate pailletée très bien nouée, trop bien serrée,

autour du cou, entortillée.

Une cravate pailletée,

de celle qui fait vibrer,

de celle qui fait trembler

nos arrière-cours d'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
lafilledepassage   17 septembre 2021
Tenir de Lisette Lombé
Mon fils est gay



[…]

Mon fils est gai.

Il aime les posters de pompiers, les sauces sucrées salées, son moniteur d’athlé.

La vie. La poésie.

De celle qui fait vibrer, de celle qui fait trembler nos arrière-cours d’humanité.

Et notre routine désyntaxée en une danse opiacée.

Et le Grevisse contorsionné en petits avions de papier.

La vie. La poésie.



Mon fils est gay.

Il a appris que, dès le collège et au lycée,

Les meneurs d’ombres, les suiveurs nombres adorent traquer le petit gibier.

Les roux qui puent, les pauvres qui schlinguent, les grosses qui suintent et les baltringues.

Les fiottes sucées, les folles tentées, les ptis pédés coquets, guindés, endimanchés.

C’est le swing des charniers !

Être tabassé, être humilié, être harcelé, sans se confier !

Jamais, jamais, jamais, jamais !

Être tabassé, être humilié, être harcelé, sans balancer.

Jamais, jamais, jamais, jamais !



[…]
Commenter  J’apprécie          71
Charybde2   04 décembre 2020
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
Petit personnel



Ils disent qu’un jour le monde s’arrêtera de courir aussi brutalement que vous vous êtes effondrés.

Ils disent qu’ils vous comprennent, que vous n’avez plus besoin de faire semblant.



Ils connaissent les boîtes qui se déguisent en famille parce qu’il est plus pratique de laver son linge sale en famille que dans une boîte.



Ils connaissent la loyauté du petit personnel envers les maîtres de maison.



Ils connaissent les haltes entre les lignes, les pauses entre les pages, les plages dans les histoires de neige et de carnage.



Ils connaissent les trous, les tranchées dans les curriculum vitae, les papelards tendus devant les visages creusés, les tentatives de découper le ciel en morceaux neufs, les ruses pour habiller le train-train, les mehins, le cahin-caha,

de cuir et de satin.



Ils connaissent les cadastres informels,

les champs de coton urbains,

la combustion des corps dans les champs de coton urbains

et le défilé ininterrompu des civières invisibles

et le début, pour qui s’écroule, gueule en terre, des justifications, des justificatifs, de la paperasserie, du charabia administratif et de la balle crevée qui ricoche entre les services.

Ils connaissent les réponses à assener pour vous protéger.



Aussi longtemps que

votre peau donnera

au plus insignifiant des tocards

le droit de vous balancer une injure à la gueule

quand bon lui chante !

Aussi longtemps que

vous habiterez un corps

que l’on peut siffler dans la rue

comme un vieux clébard !

Aussi longtemps que

des camarades termineront leurs mois,

termineront leurs jours,

en caviar

pour les cochons.



Ils répètent qu’un jour le monde s’arrêtera de courir aussi brutalement que vous vous êtes effondrés.



Ils répètent qu’un jour on aura à nouveau besoin de vous.

Pour faire de bruit.

Pour que les regards restent complexes.

Pour que les mômes de demain grandissent en un seul morceau,

ne se pendent plus,

ne se flinguent plus,

de tristesse ou de honte.



Ils parlent de silence, de spasmes, de derniers soubresauts.

Ils parlent d’ombres, de fantômes, de déposer

draps et masques.

Ils parlent du retour de l’été.

De savates d’or et de poussière noble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fanou87   24 novembre 2020
Brûler brûler brûler de Lisette Lombé
Tu demandes combien de femmes dans cette famille?

Tu demandes combien de mères,

combien de vagins empuantis?

Tu demandes combien de tantines, combien de cousines

pour un seul de ces mecs resté impuni?

Pour chaque Weinstein, pour chaque Epstein du

dimanche, chaque pseudo DSK, pseudo Woody, pseudo

Cosby, pseudo R.Kelly, pseudo Koffi, pseudo Polanski,

tu demandes combien?
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Tout sur one piece (difficile)

quel est le 1er homme de l équipage de Gold Roger ?

baggy le clown
shanks le roux
silver rayleigh
crocus

30 questions
2557 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur