AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 4356 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 18/03/1634
Mort(e) à : Paris , le 25/05/1693
Biographie :

Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette (ou Lafayette), est une femme de lettres française.

Elle est née dans une famille aisée de petite noblesse, qui gravite dans l’entourage du cardinal de Richelieu. En 1650, elle devient dame d'honneur de la reine Anne d'Autriche et commence à acquérir une éducation littéraire auprès du grammairien Ménage qui lui enseigne l’italien et le latin.

En 1655, Madeleine épouse, à l’âge de 21 ans, un Auvergnat de dix-huit ans son aîné, François Motier, comte de La Fayette dont elle aura deux fils. Elle l’accompagne dans ses domaines familiaux en Auvergne et dans le Bourbonnais bien qu’elle retourne fréquemment à Paris où elle commence à s’introduire dans la haute société de la Cour et à ouvrir avec succès son propre salon.

Leur bonheur conjugal semble avoir sombré après quelques années de mariage, après la naissance de leurs fils. Établie de façon définitive à Paris en 1659, elle fait paraître anonymement "La Princesse de Montpensier", son premier texte, un court roman, en 1662. De 1655 à 1680, elle sera étroitement liée avec La Rochefoucauld (l’auteur des Maximes).

La Rochefoucauld présente Marie-Madeleine de La Fayette à beaucoup de grands esprits littéraires du temps, y compris Racine et Boileau. 1669 voit la publication du premier tome de Zaïde, un roman hispano-mauresque édité sous la signature de Segrais mais presque certainement dû à Madame de La Fayette. Le deuxième volume paraît en 1671.

L'œuvre la plus célèbre de Marie-Madeleine de La Fayette est "La Princesse de Clèves", d’abord éditée par un de ses amis en mars 1678. Cette œuvre, dont le succès fut immense, passe souvent pour être le prototype du roman d'analyse psychologique.

La mort de La Rochefoucauld en 1680 puis du comte de La Fayette en 1683 la conduit à mener une vie sociale moins active dans ses dernières années. Elle s'est clairement retirée de la vie mondaine, afin de se préparer à la mort.

Trois de ses ouvrages ont été édités à titre posthume : "La Comtesse de Tende" (1723), "Histoire d’Henriette d’Angleterre" (1720) et "Mémoires de la Cour de France" (1731).

« Sa Princesse de Clèves et sa Zaïde furent les premiers romans où l’on vit les mœurs des honnêtes gens, et des aventures naturelles décrites avec grâce. Avant elle, on écrivait d’un style ampoulé des choses peu vraisemblables. » Voltaire, Le Siècle de Louis XIV (1751).
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Michèle Morgan, icône de l'âge d'or du cinéma français, donne en 1981 un corps vibrant à des extraits choisis du grand classique de Marie-Madeleine de La Fayette pour La Bibliothèque des voix. Avec « La Princesse de Clèves » naquit en 1678 le premier roman d'analyse psychologique. / La jeune héritière Mademoiselle de Chartres consent à épouser le prince de Clèves à l’âge de seize ans. Mais son mari se rend compte que la jeune fille ne l’aime ni ne le désire et s’en désespère. Quand paraît le duc de Nemours, elle s’en émeut et éprouve enfin ces sentiments et transports que cherche en vain à lui inspirer son époux. L’attirance est réciproque, Nemours cherche à assouvir sa passion, mais la princesse lui échappe : en elle, les premiers émois amoureux bataillent avec son éducation et le serment de fidélité qu’elle a juré devant Dieu, sans avoir conscience de ce à quoi elle s’engageait. / Pour fêter les 40 ans de La Bibliothèque des voix, les éditions des femmes-Antoinette Fouque rééditent cet enregistrement d'anthologie par une légende immortelle du cinéma. / Musique : Atmosphère au clavecin. Mise en voix des extraits choisis : Simone Benmussa.

+ Lire la suite
Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (334) Voir plus Ajouter une citation
Madame de La Fayette
Nastasia-B   19 août 2013
Madame de La Fayette
Les paroles les plus obscures d'un homme qui plaît donnent plus d'agitation que des déclarations ouvertes d'un homme qui ne plaît pas.
Commenter  J’apprécie          804
Nastasia-B   29 août 2013
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
Elle ne pouvait s’empêcher d’être troublée de sa vue, et d’avoir pourtant du plaisir à le voir ; mais, quand elle ne le voyait plus, et qu’elle pensait que ce charme qu’elle trouvait dans sa vue était le commencement des passions, il s’en fallait peu qu’elle ne crût le haïr, par la douleur que lui donnait cette pensée.
Commenter  J’apprécie          700
Madame de La Fayette
fredho   10 mai 2014
Madame de La Fayette
Quand on croit être heureux, vous savez que cela suffit pour l'être.
Commenter  J’apprécie          620
Nastasia-B   28 août 2013
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
- Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci, répondit madame de Chartres, vous serez souvent trompée : ce qui paraît n'est presque jamais la vérité.
Commenter  J’apprécie          580
Nastasia-B   02 septembre 2013
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
Vous m’avez donné de la passion dès le premier moment que je vous ai vue ; vos rigueurs et votre possession n’ont pu l’éteindre : elle dure encore : je n’ai jamais pu vous donner de l’amour, et je vois que vous craignez d’en avoir pour un autre. Et qui est-il, madame, cet homme heureux qui vous donne cette crainte ? depuis quand vous plaît-il ? qu’a-t-il fait pour vous plaire ? quel chemin a-t-il trouvé pour aller à votre cœur ? Je m’étais consolé en quelque sorte de ne l’avoir pas touché, par la pensée qu’il était incapable de l’être. [...] La confiance et la sincérité que vous avez pour moi sont d’un prix infini : vous m’estimez assez pour croire que je n’abuserai pas de cet aveu. Vous avez raison, madame, je n’en abuserai pas, et je ne vous en aimerai pas moins. Vous me rendez malheureux par la plus grande marque de fidélité que jamais une femme ait donnée à son mari.
Commenter  J’apprécie          521
Nastasia-B   03 septembre 2013
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
Quoi ! Madame, une pensée vaine et sans fondement vous empêchera de rendre heureux un homme que vous ne haïssez pas ? Quoi ! j’aurais pu concevoir l’espérance de passer ma vie avec vous ; ma destinée m’aurait conduit à aimer la plus estimable personne du monde ; j’aurais vu en elle tout ce qui peut faire une adorable maîtresse ; elle ne m’aurait pas haï, et je n’aurais trouvé dans sa conduite que tout ce qui peut être à désirer dans une femme ! Car enfin, madame, vous êtes peut-être la seule personne en qui ces deux choses se soient jamais trouvées au degré qu’elles sont en vous : tous ceux qui épousent des maîtresses dont ils sont aimés, tremblent en les épousant, et regardent avec crainte, par rapport aux autres, la conduite qu’elles ont eue avec eux ; mais en vous, madame, rien n’est à craindre, et on ne trouve que des sujets d’admiration. N’aurais-je envisagé, dis-je, une si grande félicité, que pour vous y voir apporter vous-même des obstacles ?
Commenter  J’apprécie          411
Nastasia-B   30 août 2013
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
- Les grandes afflictions et les passions violentes, repartit M. de Nemours, font de grands changements dans l’esprit ; et, pour moi, je ne me reconnais pas depuis que je suis revenu de Flandre. Beaucoup de gens ont remarqué ce changement, et même madame la dauphine m’en parlait encore hier. [...] Mais je voudrais qu’elle ne fût pas seule à s’en apercevoir. Il y a des personnes à qui on n’ose donner d’autres marques de la passion qu’on a pour elles, que par les choses qui ne les regardent point ; et, n’osant leur faire paraître qu’on les aime, on voudrait du moins qu’elles vissent que l’on ne veut être aimé de personne. L’on voudrait qu’elles sussent qu’il n’y a point de beauté, dans quelque rang qu’elle pût être, que l’on ne regardât avec indifférence, et qu’il n’y a point de couronne que l’on voulût acheter au prix de ne les voir jamais. Les femmes jugent d’ordinaire de la passion qu’on a pour elles, continua-t-il, par le soin qu’on prend de leur plaire et de les chercher ; mais ce n’est pas une chose difficile, pour peu qu’elles soient aimables ; ce qui est difficile, c’est de ne s’abandonner pas au plaisir de les suivre, c’est de les éviter, par la peur de laisser paraître au public, et quasi à elles-mêmes, les sentiments que l’on a pour elles. Et ce qui marque encore mieux un véritable attachement, c’est de devenir entièrement opposé à ce que l’on était, et de n’avoir plus d’ambition, ni de plaisir, après avoir été toute sa vie occupé de l’un et de l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
popsybulle   01 janvier 2017
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci,vous serez souvent trompée: ce qui paraît n'est presque jamais la vérité.
Commenter  J’apprécie          390
Gwen21   09 octobre 2015
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Henri second.
Commenter  J’apprécie          380
Jean-Daniel   02 mars 2021
La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette
Les paroles les plus obscures d'un homme qui plaît donnent plus d'agitation que des déclarations ouvertes d'un homme qui ne plaît pas.
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Madame de La Fayette Voir plus


Quiz Voir plus

Madame de La Fayette

En quelle année Madame de La Fayette est-elle née ?

1534
1634
1734
1834

10 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Madame de La FayetteCréer un quiz sur cet auteur

.. ..