AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.02 /5 (sur 89 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Madeleine Assas est comédienne. Après avoir obtenu sa Maîtrise de Lettres à l’Université de Nice, elle monte à Paris afin de se former à la Classe Libre du Cours Florent. Entre France et Suisse, elle interprète Marivaux, Musset, Dagerman, Barbey d’Aurevilly, Walser, Pirandello, Molière … Elle participe également à de nombreux courts-métrages et tourne pour la télévision et le cinéma avec Jean-Luc Godard dans Forever Mozart, ainsi que dans deux productions américaines à New York.

"Le Doorman" (2021) est son premier roman

Source : Fondation Pierre de Monaco
Ajouter des informations
Bibliographie de Madeleine Assas   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Madeleine Assas, 3 mots


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Ptitgateau   16 février 2021
Le doorman de Madeleine Assas
Quand, peu à peu, moi et New York était devenu New York et moi, j'ai senti que , sujet minuscule avalé par le monstre, il me fallait respirer, prendre des pauses. J'ai compris que si je ne voulais pas être digéré par l'énergie colossale de la ville et rejeté comme un débris par sa mécanique sans pitié, je devais me construire, ou plus exactement, me reconstruire.
Commenter  J’apprécie          273
hcdahlem   01 mars 2021
Le doorman de Madeleine Assas
Herman est resté presque une année avec nous. Doorman de nuit, il était doux, discret. Il envoyait presque tout l'argent qu'il gagnait de ses trois emplois à sa famille, restée en Colombie. Ses yeux pétillaient de malice et je le sentais frustré de ne pas assez maîtriser l'anglais pour nous faire rire de traits d'humour qu'il devait manier, j'en étais certain, avec talent dans sa langue. Herman habitait le Bronx et prenait le métro pour se rendre tous les jours, en début de soirée, au 10. Il repartait au lever du jour, à six heures, pour rejoindre son lit et quelques heures de sommeil avant de travailler à la plonge dans un restaurant de Washington Heights, à l'heure du déjeuner. Il retournait chez lui pour faire une sieste et de nouveau, prenait le métro vers le sud, où nous l'attendions. Je savais que le week-end, ces deux jours où il ne travaillait pas chez nous ni au restaurant, il faisait de petits travaux de construction et d'aménagement, non déclarés, en compagnie de compatriotes ou d'autres Hispaniques d'Amérique du Sud. Peinture, maçonnerie, menuiserie, rien n'était trop pénible pour gagner quelques dollars supplémentaires. Pour ne pas montrer les marques de ces durs labeurs, il gardait souvent ses mains calleuses dans ses poches même si cela nous était interdit. Herman est mort un matin de mai 1987, poignardé dans le métro, alors que, rentrant d’une nuit de veille au 10, il s'était assoupi, le corps écrasé de fatigue, le visage plissé contre la vitre sale.

Zacharie a rempli de toute sa haute stature et de son élégance princière la porte du 10 pendant trois ans, Ce fut Hannah Belamitz qui le dénicha, je ne sais où. Il était d'une beauté stupéfiante, et noir, de ce noir profond qui devenait sous certains éclairages presque bleu. Il ne marchait pas, il dansait, Même lorsqu'il était immobile, près des portes, il semblait animé d'un rythme intérieur, d'une musique mystérieuse connue de lui seul qui le faisait se mouvoir imperceptiblement. p. 209
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SophieWag   05 mai 2021
Le doorman de Madeleine Assas
La famille nous voit toujours tel qu'on a été enfant et tel qu'elle aimerait qu'on soit. On reste figé dans une image idéale...
Commenter  J’apprécie          110
kathel   17 septembre 2022
Le doorman de Madeleine Assas
Chaque passant, chaque individu croisé est un monde à lui seul, un voyage mystérieux. La ville vibre de millions de promesses. Elle est puissante, dangereuse, imprévisible. On ne peut vivre qu’aux aguets, à New York. La vie vous submerge, la mort est partout.
Commenter  J’apprécie          80
victoryhelene   09 avril 2022
Le doorman de Madeleine Assas
Le temps m'avait appris que les êtres tremblants avaient aussi leur force, qu'une âme fragile pouvait aussi faire son chemin avec adresse et habileté. Il s'agissait juste de savoir où et quelle était sa place. La cohérence pouvait apporter une acuité incroyable quand la conscience de ses propres faiblesses était reconnue, et acceptée.
Commenter  J’apprécie          70
LivresdAvril   24 octobre 2022
Je ne dirai pas le mot de Madeleine Assas
Vous me direz, pourquoi une lettre ?

Pourquoi du papier quand aujourd'hui on peut faire ça très vite, presque sans réfléchir, pfuiit c'est parti et, avec un peu de chance, ding ding, on reçoit la réponse à la seconde.

JTM.

I LOVE U

Moi aussi.

Pareil.

Parce que j'aime écrire. Parce qu'une lettre, elle existe. On la touche, on la caresse, on la respire, on la plie, on la garde dans sa main, dans sa poche, dans un tiroir. On peut la déchirer, la brûler, la faire disparaître, mais il faut y mettre du sien. Ça prend du temps. On ne DELETE pas une LETTRE. Et puis il y a les mots, l'écriture. L'écriture d'une personne, c'est de la vie. C'est comme un corps. On la voit, la personne, on la touche presque. Une lettre, c'est physique, voilà. Quand on écrit, c'est un peu de soi qu'on couche sur le papier et cette présence demeure indélébile. (p.37-38)
Commenter  J’apprécie          41
Claire45   11 avril 2022
Le doorman de Madeleine Assas
La ville était en crise, en déséquilibre permanent. Elle vivait, et nous avec, ces années extrêmes, de misère, de criminalité, de saleté, d'insécurité mais des points de renaissance somptueuse Jaillissaient çà et là. On détruisait, on construisait, on rénovait, on aménageait . New-York continuait sans repos son existence de créature monstrueuse et mouvante.
Commenter  J’apprécie          40
Christlbouquine   10 juin 2021
Le doorman de Madeleine Assas
Il y a des lieux à New York où je me sens étranger, en visite et j’aime ça. Au lieu de me déstabiliser, le dépaysement me recentre. Et tous les voyages passés reviennent en vagues dans ma mémoire et mon corps. Si le gène du voyage existe, il a gagné depuis la nuit de mes temps mes cellules et continue de croître en moi sous diverses variations. 
Commenter  J’apprécie          40
hcdahlem   01 mars 2021
Le doorman de Madeleine Assas
INCIPIT

Le 9 novembre 1965, à 17 h 28, une gigantesque rupture du courant électrique se produisit à New York.

Dès le lendemain, l’incontournable succession exponentielle des chiffres, énumérant en désordre le nombre de foyers paralysés, les heures sans fin dans l’obscurité, le décompte des populations en mouvement cherchant la lumière, celui des sauveteurs réquisitionnés ou improvisés, révéla l’ampleur de l’événement. Une catastrophe pour les uns, une péripétie curieuse, excitante pour les autres, la plus grande part de l’énorme population du Nord-Est des États-Unis touchée par la panne.

Il y en eut qui regrettèrent presque ces heures d’obscurité, d’immobilité, de marche forcée, d’attente impuissante, et pensèrent encore longtemps après, avec nostalgie, au rapprochement improvisé de la multitude, à la solidarité soudain inévitable et instantanément gratifiante, aux élans spontanés qui se manifestèrent partout sans compter, grâce à la faillite d’un petit relais électrique de dix centimètres, dans une centrale de l’Ontario.

Il y eut des chiffres records : la durée de la panne – jusqu’à quatorze heures –, le nombre de personnes immobilisées, coincées dans les métros, les ascenseurs, sur les quais de gare ; celui des policiers, des pompiers, membres des forces de l’ordre et de secours, en service ou appelés en urgence sur le terrain.

Il y eut bien quelques pillages et bris de glaces. Mais le nombre des personnes arrêtées fut étonnamment bas et celui des accidents anormalement faible, malgré l’arrêt de tous les feux de circulation de la mégapole. Dans cette ville où le superlatif est le fondement même de toute existence, humaine, architecturale, professionnelle, financière, esthétique, la fierté et le plaisir d’aligner des chiffres dépassant le périmètre du commun des mortels, à savoir tout ce qui n’était pas new-yorkais, les individus, les métros, les bus, les hôpitaux, les repas distribués gratuitement, les couvertures, les anecdotes, cocasses ou bouleversantes, les bougies, furent jubilatoires.

Des mois durant, New York se rengorgea du succès de la gestion de l’incident. Et aucun New-Yorkais ne manqua de signaler, fier et incrédule à la fois, que la statue de la Liberté était restée éclairée pendant toute la durée de la panne. On se garda bien de préciser que le flambeau de la grande dame était alimenté par le réseau du New Jersey voisin, source d’électricité indépendante. Ce New Jersey raillé, méprisé qui, le temps de ces jours d’euphorie et de solidarité, remonta dans l’estime de ceux de l’autre rive, à l’autre bout du Holland Tunnel, puisqu’il s’était fort bien acquitté de la tâche noble et essentielle de veiller sur le symbole de la ville. Qui sans faillir, seul sur son caillou, continua d’éclairer le monde et les eaux obscures de l’entrée du port.

Il y eut des rencontres improbables, des entraides incongrues. C’était la panne totale, compacte d’obscurité et mouvante d’ombres, mais partout dans la ville jaillirent des étincelles d’humanité dont la grande ruche avait oublié sinon l’existence, du moins la possibilité même d’une infime manifestation.

New York est sacrément, salement et merveilleusement humaine. Elle est brutale, dure, âpre, hautaine. L’agressivité et l’impatience disparurent des canyons de pierre, des avenues bondées, des rues surpeuplées, des parcs, des bureaux, des magasins, de la fin de l’après-midi jusqu’au lendemain matin.



Ce 9 novembre 1965, dans l’ascenseur du 10 Park Avenue, Hannah Belamitz et moi nous nous sommes embrassés. On ne sait pas vraiment quand le baiser commence. Même espéré, même attendu, cet instant fugace est en général oublié. Je pense que c’est elle qui m’a embrassé. D’abord. Ce baiser ne fut ni le début ni la fin de quelque chose. Il s’inscrivit, à l’instar de la panne, comme un soupir, une interruption infinitésimale sur l’échelle du temps, avant que le monde ne reprenne sa course, le chaos urbain son désordre organisé et l’ascenseur, sa montée vers le dixième étage.



Comme tous les mardis, j’avais beaucoup marché avant de prendre mon service, à seize heures. C’est le jour où je retrouve Salah. Salah Waahli est mon premier ami, ici. Il a quitté sa Palestine natale quand celle-ci est devenue l’État d’Israël. Son âge paraît fluctuant, selon qu’il sourit ou pas. Nous nous étions rencontrés l’hiver précédent, au marché aux poissons. Après avoir déchargé pendant plusieurs semaines les casiers de l’entreprise de pêche Fanelli, je conduisais alors un camion de livraison. Lui, travaillait pour un oncle qui avait un restaurant à Brooklyn, et choisissait la marchandise. Il m’avait demandé du feu. Appuyé au camion, j’attendais en grelottant la fin d’un chargement. La glace pilée débordant des étals, la vision des poissons brillants et pétrifiés sur ce linceul blanc, l’air troublé des brumes composites des souffles des humains énervés qui s’invectivaient sous la lumière crue des néons et des jets noirâtres des pots d’échappement des véhicules sur le départ, durcissaient d’autant plus l’atmosphère glaciale de cette aube de décembre. Mon cœur était lourd d’ennui, de solitude. Après les premiers mois d’installation, pendant lesquels j’avais profité de mon indépendance, apprécié comme jamais ma liberté, chéri ma solitude et savouré le luxe ultime de ne rien devoir à personne et ne compter que sur moi ; quand, peu à peu, moi et New York était devenu New York et moi, j’ai senti que, sujet minuscule avalé par le monstre, il me fallait respirer, prendre des pauses. J’ai compris que si je ne voulais pas être digéré par l’énergie colossale de la ville et rejeté comme un débris par sa mécanique sans pitié, je devais me construire, ou plus exactement me reconstruire. Recomposer un monde affectif autour de moi, au moins une bulle, modeste, et cela passait par des rencontres, des liens. Les rencontres étaient faciles à New York, le contact simple, immédiat. Mais je restais profondément européen, français, dans mon comportement. J’abordais les autres avec timidité, une réserve polie, presque sauvage à l’étalon de la cordialité américaine, directe et bruyante. Or je brûlais de curiosité. Je m’interrogeais sur l’affabilité du sourire qui s’étirait devant moi, je voulais découvrir, connaître, aimer. Au marché aux poissons, c’était impossible. Tout était trop froid, et pas seulement les matins d’hiver. Tout allait trop vite. Les gestes, les transactions ne pouvaient être suspendues.

J’avais répondu machinalement à Salah que je ne fumais pas. Au lieu de s’éloigner, il s’était rapproché de moi. Son regard direct, interrogateur, m’avait fait lever la tête et décroiser les bras que je gardais contre moi pour me réchauffer.

Il m’avait demandé : “Tu as un accent. Tu es français ? – Oui”, j’avais répondu.

Je n’avais pas su décrypter le “ah, ah…” ascendant et chantant, ni français ni anglais, qu’il m’avait lancé, mi-curieux mi-moqueur. Et on en était restés là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlem   01 mars 2021
Le doorman de Madeleine Assas
Nous marchions et Bentzion parlait, en faisant de grands gestes. je compris que son désarroi ne venait pas seulement du dépeuplement de son quartier chéri mais du changement de population qui gagnait les rues par le sud, petit à petit, comme une vague, Chinatown s'étendait, grandissait. Déjà, East Broadway, là où se dressait l'immeuble du Forward, avait été colonisé par restaurants et magasins asiatiques. La population suivait dans les immeubles, les nouveaux arrivants remplissaient les étages. Chinatown avait commencé à grignoter Little Italy, qui s'était vidé pour les mêmes raisons que celles qui avaient dépeuplé le Lower East Side. Le quartier juif s’effritait à son tour. Un autre phénomène naissait, qui annonçait la gentrification du XXI siècle et qui transformerait définitivement les vieux quartiers de New York et des grandes capitales occidentales. La New York Historic Preservation se battait pour classer des blocs entiers d'immeubles, d’anciens ateliers à l’armature en fonte. La carcasse était conservée mais le cœur de ce qui avait été les foyers obscurs et insalubres de maisonnées surpeuplées serait rénové en intérieurs luxueux. Vieux bars et delis deviendraient cafés branchés : magasins de cornichons en saumure, bazars de tout et de n'importe quoi laisseraient la place à des boutiques de créateurs et galeries d'art. La transformation était lente, elle se faisait touche par touche, elle prendrait des années. Mais Bentzion avait déjà l’impression d’être en terre étrangère. p. 168
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Sacrées Sorcières

Quel est le but de la Grandissime Sorcière ?

Tuer le président
Changer tous les enfants en rats
Devenir la plus belle au monde
Devenir Marraine Bonne- Fée

8 questions
72 lecteurs ont répondu
Thème : Sacrées sorcières de Roald DahlCréer un quiz sur cet auteur