AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

2.75/5 (sur 316 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Vicenza , le Novembre 1973
Biographie :

Marco Mancassola est né en novembre 1973 à Vicenza, au nord-est de l'Italie.

Issu d'une famille ouvrière, il a commencé à travailler dès l'âge de 16 ans, notamment en usine et dans le commerce. Nomade par vocation, il a vécu à Padoue, Rome, Londres, Berlin. Il publie son premier livre en 2001 : Il mondo senza di me, puis Qualcuno ha mentito en 2004, Last Love Parade et Il ventisettesimo anno en 2005, La vita erotica dei superuomini en 2008.
Gallimard le publie pour la première fois en France le 11 mars 2010 avec Les limbes : Trois récits visionnaires.

Source : www.marcomancassola.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Marco Mancassola   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La vie sexuelle des superhéros Marque-page 05-04-2011


Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
"Il a une vieille Volvo pourrie, sans l'air conditionné et presque plus de freins." Elle sourit : "Avec lui, chaque trajet est une aventure."
Commenter  J’apprécie          200
Ce roman est une belle arnaque ! ! ! En effet, la quatrième de couverture annonçait un roman "jubilatoire"... je me demande encore quels pouvaient bien être les passages que l'on pouvait qualifier de "jubilatoires" dans ces 500 pages ...
Premier point : le cloisonnement des intrigues. Chaque personnage est traité séparément ce qui rend l'ensemble nettement moins intéressant car nous savons dès la fin de la première histoire de quelle manière les autres parties vont se terminer.
Deuxième point: la redondance des propos. La première histoire concernant Red Richards aurait pu tenir en 50 pages au lieu des 200 pages indigestes. Effectivement, pendant ces 200 pages nous assistons aux tergiversations peu intéressants d'un ex super héros qui passe son temps à se demander s'il a encore du sex appeal ... Son histoire devient intéressante à la fin mais hélas, l'auteur, probablement en manque d'inspiration choisit une issue un peu trop facile.
Troisième point: l'enquête policière est quasi inexistante et ennuyeuse à mourir. Cela tient aussi au fait que les personnages soient traités chacun dans une partie qui lui est propre.
Bref, si vous vous attendez à un roman drôle, passez votre chemin. Le ton est beaucoup trop sérieux, il n'y a aucune auto dérision contrairement à ce à quoi je m'attendais. Marco Mancassola a planté un joli navet dans son maigre potager littéraire mais il a quand même conscience d'avoir rédigé un ouvrage médiocre comme le souligne cette belle mise en abîme que l'on rencontre dans la partie concernant Mystique : "Elle avait déjà son idée quant au contenu de l'ouvrage. L'habituel mélange de ragots, de suppositions morbides et d'écriture bas de gamme."
Mais peut-être n'ai-je tout simplement pas réussi à percevoir toute la subtilité de l'humour de l'auteur ...
Commenter  J’apprécie          140
"Et, bien que cette idée pût le troubler, il devait le reconnaître : manger sous les yeux d'une femme squelettique qui souffrait d'anorexie lui procurait chaque matin une mystérieuse satisfaction. Certains contrastes lui faisaient cet effet, il se sentait perversement vivant."
Commenter  J’apprécie          150
Il estimait que le monde avait besoin de héros légendaires, enveloppés dans les brumes de l'impossible. "Devenir réel, c'est ce qu'il y a de pire pour un super-héros", expliquait-il d'une voix hésitante.
Commenter  J’apprécie          150
"Soulagé, il se retrouva avec le combiné contre l'oreille, en train d'écouter le silence parfait d'un téléphone muet.
Ce silence. Cet instant. Si seulement il avait duré éternellement."
Commenter  J’apprécie          120
"Au cas ou quelqu'un se serait encore demandé quel était l'oeil authentique, me mystère était résolu. C'était celui qui pleurait."
Commenter  J’apprécie          110
Jamais autant que lorsqu'il était en compagnie de la Femme à l'Œil il n'était si conscient de la terrible réalité : fixer quelqu'un dans les yeux signifiait en effet regarder un seul œil. Fixer un unique point. Un seul iris, une seule pupille. Le point focal d'une rencontre entre deux regards ne pouvait être qu'un, et il était terrifié à l'idée de ne pas choisir le bon.
Commenter  J’apprécie          80
Un soleil blanc répandait une lumière liquide et fuyante, dans laquelle la réalité semblait trembler tel un mirage, à chaque brusque rafale de vent.
Commenter  J’apprécie          80
- Pour ce qui me concerne, je veux que ce chaman me fasse bouillir le cerveau.
- je veux tomber dans les pommes, l'écume aux lèvres, et me réveiller le lendemain en étant un autre homme.. Plus fort, meilleur.
- Sans la paranoïa, sans poids sur les épaules, sans la tristesse qui m'écrase depuis le temps du collège.
p117
Commenter  J’apprécie          70
Plus les questions devenaient stupides et plus les gens perdaient leur temps à en imaginer les réponses.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Marco Mancassola (473)Voir plus

Quiz Voir plus

Ce quiz prend facilement la mouche, méfiez-vous !

Quand Donald Westlake se prend pour jean de la Fontaine ça donne...?...

La mouche du coche
La mouche et la fourmi

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..