AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 118 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1951
Biographie :

Martine Laffon est titulaire d'un doctorat de lettres-philosophie.

Elle a écrit de nombreux livres tant pour la jeunesse que pour les adultes et s'intéresse depuis longtemps à la mythologie et aux épopées.

Martine Laffon est également éditrice de la collection Le temps de penser et Philo Seuil et de la collection Le temps de rêver aux Éditions du Seuil. On lui doit l’adaptation en français du best-seller mondial Le Monde de Sophie (Seuil).

Source : www.prix-chronos.org
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Martine Laffon : La vie de Gandhi au fil de l'amour
Sur un banc du jardin du musée Rodin, Olivier BARROT propose une découverte de GANDHI à travers une fiction "La vie de GANDHI - Au fil de l'amour" publié chez Albin Michel. BT illustrations du livre.
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   06 mai 2014
Souviens-toi de moi de Martine Laffon
« Depuis le début de la guerre, bien que de milieux différents, ils étaient devenus proches. Blanchard, paysan de la Beauce, costaud, trapu, la moustache brune ne bataille, ne se faisait aucune illusion sur l’humanité. Il essayait souvent de convaincre Drouault, l’instituteur parisien raffiné, épris de poésie et de littérature, empreint d’idéalisme avec un sens exacerbé du devoir, de l’imbécillité de la vie et de la terre toute entière. (p.19)
Commenter  J’apprécie          240
gouelan   02 août 2014
Souviens-toi de moi de Martine Laffon
"Ulysse a besoin de temps pour revenir à Ithaque, son île natale. Ce sera pareil pour nous."
Commenter  J’apprécie          210
gouelan   05 août 2014
Souviens-toi de moi de Martine Laffon
140 000 Chinois, travailleurs civils et volontaires, furent envoyés durant la première guerre mondiale en France, comme main d’œuvre, de 1916 à 1918.

40 000 furent recrutés par les autorités françaises, et furent répartis dans toute le France dans les usines, les ports ou les mines, les exploitations agricoles ou forestières.

100 000 furent incorporés sous autorité britannique (Chinese Labour Corps), pour des travaux pénibles de terrassement, dans la zone du front, ou à l'arrière, et aussi pour travailler dans les usines d'armement. Certains creusèrent des tranchées ou construisirent des abris militaires, réparèrent les routes ou des voies de chemin de fer. Les camps étaient situés à l'arrière, non loin du front, et principalement dans le Nord de la France. Leur contrat de travail stipulait que les travailleurs chinois ne pouvaient pas participer aux travaux militaires et devaient rester au minimum à 16 km du front. Plusieurs camps furent bombardés par les Allemands.

La Chine jusqu'alors neutre depuis le début des hostilités européennes, entra officiellement en guerre contre l'Allemagne en 1917; elle espérait grâce à l'effort de guerre fourni par ses travailleurs, obtenir la restitution des territoires du Shandong passés sous le contrôle allemand à la fin du XIXè siècle. Mais "les alliés décidèrent de livrer au Japon les concessions allemandes de la province du Shandong d'où venait la majorité des travailleurs", ce qui déclencha, en 1919, de nombreuses protestations et manifestations patriotiques dans cette province, prolongées par l'idée qu'il était urgent de construire une Chine désormais moderne et puissante. Le parti communiste chinois naîtra en juillet 1921.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24   02 mai 2014
Souviens-toi de moi de Martine Laffon
Les héros meurent à la guerre, sur le champ de bataille, ils font leur devoir de soldats et s'écroulent pour la patrie. Mais les salauds de lâches sont encore vivants. Pourtant, Ulysse était rentré chez lui et c'était un héros. Personne ne l'avait reconnu sauf son chien. (...)

Il se bouchait les oreilles chaque fois que sa mère l'appelait en criant: "Jean-Jean, tu es là?" Il avait l'impression qu'elle lui reprochait de ne pas pouvoir porter le deuil, comme toutes ces femmes admirables dont le fils avait été tué au front. (p.115)
Commenter  J’apprécie          190
Ziliz   21 mars 2014
Souviens-toi de moi de Martine Laffon
"Debout donc, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la Patrie ! Remplacez sur le champ de travail ceux qui sont sur les champs de bataille. Préparez-vous à leur montrer demain la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés..."

- Préfecture de la Marne, "Avis aux femmes françaises", 17 août 1914.

(p. 122-123)
Commenter  J’apprécie          180
gouelan   01 août 2014
Souviens-toi de moi de Martine Laffon
Combien d'années, combien de saisons à se battre?

Ils allaient repartir au front, à l'assaut, sous les balles et les obus, la peur au ventre. Maintenant, il en était certain, il ne reverrait jamais les blés murs de la Beauce en été, et il n'entendrait plus, sans doute, le chant du rossignol à la tombée du soir et tout ce qu'il aimait parce que c'était chez lui, parce que c'était sa terre. C'était bête, il n'avait jamais connu ça avant, ce sentiment là, l'angoisse terrible de mourir pour rien, d'être sacrifié.
Commenter  J’apprécie          160
Myrabelle   07 mars 2012
Le tablier bleu de Martine Laffon
Quand elle est arrivée ici, Louise, on lui a donné un tablier bleu comme aux autres, elle n'a rien dit, ni merci, ni rien. Depuis, toute la journée elle fixe un point n'importe où, sur le mur, au plafond, par terre, la tache sale au pied du lit, et elle croit voir sa maison aux volets verts, le potager au fond du jardin, les bordures de thym et de sariette, et les touffes de romarin...

Louise se balance sans rien dire, son regard perdu suit le tour et les détours de sa vie. Une petite vie de rien avec un rien de bonheur pas plus grand qu'une graine de capucine.
Commenter  J’apprécie          140
letilleul   17 janvier 2017
Joyeuse neige ! de Martine Laffon
Archi s'endormit...

La nuit et la neige glissaient sans bruit sur le toit

De sa maison.

Et ziiiiiip !

Elles lui tricotaient des rêves...ziiiiiip !
Commenter  J’apprécie          140
Nadael   11 avril 2014
Souviens-toi de moi de Martine Laffon
« Drouault repartait quand Li Jian le rattrapa par la manche. Il lui sourit, gêné. Comment cet homme, qui avait tant de compassion pour les autres sortirait-il de cette guerre ? Ou plutôt...pensa Li Jian, qu'est-ce qui le ferait tenir ? Leurs regards se croisèrent et, tout à coup, ils tombèrent dans les bras l'un de l'autre, comme des camarades, et Drouault lui donna le poème. Ils se séparèrent ainsi ; l'un avec le dessin d'une pie, ignorant qu'elle était le symbole du bonheur, l'autre avec deux strophes de Baudelaire qu'il ne savait pas lire. »
Commenter  J’apprécie          110
murielan   14 mai 2013
Le prince Maghan Diawara et le crocodile du lac Faguibine de Martine Laffon
Partout, dans les villages, de tribu en tribu, on raconta les exploits de Maghan Diawara, "le grand chasseur qui ne revient jamais bredouille car son cœur est en paix avec tous."...

Ce qui est dit est dit, cette histoire, là où je l'ai prise je la remets, et les griots savent qu'elle est vraie.
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..