AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 3910 notes)

Nationalité : Grèce
Né(e) le : VIIIe S av.J-C
Mort(e) le : VIIIe S av.J-C
Biographie :

Homère (en grec ancien Ὅμηρος / Hómêros, « otage » ou «celui qui est obligé de suivre» ) est un aède (poète) grec.

On lui attribue les deux premières œuvres de la littérature occidentale : "L’Iliade" et "L’Odyssée". Des hymnes aux dieux grecs lui sont également attribués. Il était simplement surnommé « le Poète » (ὁ Ποιητής / ho Poiêtếs) par les Anciens. La tradition veut qu'Homère ait été aveugle.

Il est encore difficile aujourd'hui de savoir si Homère fut réellement un personnage historique ou une identité construite (notamment à partir d'une école de poètes), et s'il est bel et bien l'auteur des deux épopées qui lui sont attribuées. Or, personne en Grèce antique ne remet en cause l'existence même d'Homère.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
HOMÈRE – Le Poète et nous (Émission de radio, France Culture, 2009) Émission "Répliques" diffusée, le 14 février 2009, sur France Culture. Alain Finkielkraut recevait Vincent Delecroix et Luc Ferry.
Podcasts (1)

Citations et extraits (373) Voir plus Ajouter une citation
 Homère
Alfaric   02 janvier 2015
Homère
A ceux qui fuient ne viennent ni la puissance ni la gloire.
Commenter  J’apprécie          1063
 Homère
Alfaric   09 novembre 2014
Homère
C’est sans honte que les mortels accusent les dieux de tous les maux.

De nous, disent-ils, vient leur peine. De nous, disent-ils, vient leur misère.

Mais ils sont en fait les seuls à blâmer. Eux et leur terrible folie.
Commenter  J’apprécie          745
Nastasia-B   12 mai 2015
L'Iliade de Homère
Chacun est exposé à perdre un être cher, plus proche qu'un ami, un frère sorti du même sein, un fils : la part une fois faite aux pleurs et aux sanglots, il s'en tient là ; les Parques ont fait aux hommes un cœur apte à pâtir. Mais, à celui-là, il ne suffit pas d'avoir pris la vie du divin Hector ; il l'attache à son char, il le traîne tout autour du tombeau de son ami. Ce n'est là ni un beau ni un bon parti.



Chant XXIV, discours d'Apollon.
Commenter  J’apprécie          710
 Homère
Alfaric   24 octobre 2014
Homère
J'ai abandonné bien des richesses en empruntant cette route,

Mais j'en retrouverai bien d'autres sur le chemin du retour ;

L'or, le bronze aux reflets rouge, les femmes à la peau claire

Et le gris scintillant du fer composeront mon immense butin.
Commenter  J’apprécie          684
Nastasia-B   06 mai 2015
L'Iliade de Homère
Comme les vents sonores, soufflant en tempête, quand la poussière abonde sur les routes, la ramassent et en forment une énorme nue poudreuse, de même la bataille ne fait plus qu'un bloc des guerriers. Tous brûlent en leur cœur de se massacrer avec le bronze aigu au milieu de la presse. La bataille meurtrière se hérisse de longues piques, des piques tailleuses de chair qu'ils portent dans leurs mains. Les yeux sont éblouis des lueurs que jette le bronze des casques étincelants, des cuirasses fraîchement fourbies, des boucliers éclatants, tandis qu'ils avancent en masse. Il aurait un cœur intrépide, l'homme qui pourrait alors trouver plaisir, et non chagrin, à contempler telle besogne.



Chant XIII.
Commenter  J’apprécie          620
Nastasia-B   11 avril 2015
L'Iliade de Homère
« Honte à vous ! Argiens ! Ah ! les lâches infâmes, sous leur magnifique apparence ! Où s'en sont donc allées vos vantardises ? Nous étions des preux, à nous croire, quand, à Lemnos, vous vous décerniez de vaines louanges, tout en mangeant force filets de bœufs aux cornes droites, en vidant des cratères remplis de vin à pleins bords. Chacun de nous tiendrait, seul, au combat, face à cent, à deux cents Troyens : et aujourd'hui nous ne sommes pas même à la taille d'un seul, à la taille d'Hector, qui va dans un instant livrer nos nefs à la flamme brûlante. »



Chant VIII, discours d'Agamemnon.
Commenter  J’apprécie          560
Nastasia-B   20 avril 2015
L'Iliade de Homère
Ainsi que des moissonneurs, qui, face les uns aux autres, vont, en suivant leur ligne, à travers le champ, soit de froment ou d'orge, d'un heureux de ce monde, et font tomber dru les javelles, ainsi Troyens et Achéens, se ruant les uns sur les autres, cherchent à se massacrer, sans qu'aucun des deux partis songe à la hideuse déroute. La mêlée tient les deux fronts en équilibre. Ils chargent comme des loups, et Lutte, qu'accompagnent les sanglots, a plaisir à les contempler. Seule des divinités, elle se tient parmi les combattants. Aucun autre dieu n'est là : ils sont assis, tranquilles, en leur palais, là où chacun a sa demeure bâtie aux plis de l'Olympe. Ils incriminent, tous, le Cronide à la nuée noire : ils voient trop bien son désir d'offrir la gloire aux Troyens. Mais Zeus n'a souci d'eux. Il s'est mis à l'écart, et, assis loin des autres, dans l'orgueil de sa gloire, il contemple à la fois la cité des Troyens, et les nefs achéennes, et l'éclair du bronze — les hommes qui tuent, les hommes qui meurent.



Chant XI.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          531
Nastasia-B   14 avril 2015
L'Iliade de Homère
Je le vois trop : on ne gagne pas de reconnaissance à se battre avec l'ennemi obstinément, sans trêve : la part est la même pour qui reste chez lui et pour qui guerroie de toute son âme ; même estime attend le lâche et le brave !



Chant IX, Discours d'Achille.
Commenter  J’apprécie          491
Nastasia-B   01 mai 2015
L'Iliade de Homère
Il n'est rien dont on ne se lasse, de sommeil, d'amour, de doux chants, de danse impeccable. De tout cela pourtant qui ne souhaite se gaver beaucoup plus que de combats ?



Chant XIII, Discours de Ménélas.
Commenter  J’apprécie          490
Nastasia-B   21 mai 2015
L'Iliade de Homère
Nous avons tous deux sans doute bien des outrages à lancer — toute une cargaison que ne porterait pas une nef à cent bancs. Le langage des hommes est souple, on y trouve propos de tout genre ; il forme un riche fonds de mots, dans un sens comme dans l'autre. Quelque mot que tu dises, tu t'entendras riposter par un pareil. Mais sommes-nous forcés de nous disputer, de nous prendre à partie ainsi face à face, comme des femmes en colère que l'esprit de querelle, qui dévore les cœurs, fait aller en pleine rue se prendre à partie et se lancer mutuellement autant de mensonges que de vérités, le dépit leur dictant les uns comme les autres ?



Chant XX, discours d'Énée.
Commenter  J’apprécie          460
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'Odyssée

Comment s'appelle l'île sur laquelle vit Ulysse?

Calypso
Ithaque
Ilion
Péloponnèse

10 questions
1564 lecteurs ont répondu
Thème : L'Odyssée de HomèreCréer un quiz sur cet auteur
.. ..