AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 51 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Cambrai , le 18/02/1934
Biographie :

Maurice Godelier, né le 28 février 1934 à Cambrai (Nord), est un anthropologue français.

Entré premier à l'École normale supérieure de Saint-Cloud, il est agrégé de philosophie, licencié en psychologie et licencié en lettres modernes. Il entre à l'École pratique des hautes études (VIe section) en qualité de chef de travaux auprès de Fernand Braudel, puis devient maître-assistant de Claude Lévi-Strauss, alors titulaire de la chaire d'anthropologie au Collège de France. En 1975, il est nommé directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales et en 1995 il crée le CREDO, Centre de Recherche et Documentation sur l'Océanie, à Marseille, qui est un laboratoire de recherche et un centre de documentation dédié aux sociétés du Pacifique.

Le terrain sur lequel il réalise ses recherches fondatrices en anthropologie est l'actuelle Papouasie-Nouvelle-Guinée en Nouvelle-Guinée. Il y étudie au cours de plusieurs voyages un peuple qu'il caractérise comme étant sans classe et sans État, les Baruyas. Dans la parenté, il éclaircit le lien entre la conception envisagée et le système de transmission lignagère.

Jean-Pierre Chevènement le nomme en 1982 directeur scientifique au CNRS du premier département SHS (Sciences de l’Homme et de la société), poste qu'il occupe jusqu'en 1986. Ensuite, après être retourné animer de multiples recherches à l'EHESS, il est nommé de 1997 à 2000, directeur scientifique du musée du quai Branly.

Il reçoit la médaille d'or du CNRS pour l'ensemble de son œuvre en 2001
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Maurice Godelier évoque Jacques Lacan à la Librairie Millepages.
Podcasts (8) Voir tous

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Luniver   01 août 2014
La mort et ses au-delà de Maurice Godelier
Le fait que le bouddhisme ait progressivement mais profondément imprégné la culture chinoise au cours de près de deux millénaires n'a pu que laisser des traces au sein des représentations de l'élite comme dans les pratiques populaires. Il existe théoriquement une contradiction entre l'ancienne conception chinoise où le devenir des esprits des morts est avant tout gouverné par la rectitude rituelle (qui permet une survie en tant qu'ancêtre) et la conception bouddhiste où le salut de l'âme individuelle est gouverné par ses actes ici-bas, selon le principe de la rétribution. Dans la perspective propre au bouddhisme, le mort ne peut espérer une réincarnation favorable que s'il satisfait à l'examen moral de ses actions, de son karma passé.

[...]

À ne considérer que les dogmes, il existe théoriquement une incompatibilité entre une telle religion de salut et une religion largement fondée sur l'interaction continue des vivants et des morts. Pourtant, les rituels peuvent parfaitement les associer[.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Luniver   29 juillet 2014
La mort et ses au-delà de Maurice Godelier
Pourquoi cet intérêt pour les "ultima verba" ? Parce que pour Suétone, mais cela est valable pratiquement pour tous les auteurs antiques, « la mort est comme le reflet de la vie, ou du moins comme sa sanction, belles morts pour les belles vies, laides morts pour les laides vies ». Les derniers mots et les derniers moments résument celui qui meurt, peuvent racheter une vie mal conduite et la sauver de l'opprobre, ou au contraire l'y enfermer. Ils forgent donc l'image que le mort laissera aux générations futures, une image qui importe au plus haut point pour le Romain.
Commenter  J’apprécie          100
Tipee   30 mars 2016
Au fondement des sociétés humaines : Ce que nous apprend l'anthropologie de Maurice Godelier
Or, cette amputation, ce sacrifice sont à la fois mutilation et promotion de l’homme à être coresponsable (avec la nature) de sa propre existence. L’homme n’est pas seulement un être qui vit en société, comme les autres primates, et s’y adapte, mais un être, je l’ai dit, qui doit produire de la société pour continuer à vivre. La société apparaît donc comme édifiée sur la base non pas d’un meurtre mais de la négation consciente de quelque chose qui appartient à l’homme et se trouve en lui, et qu’il est le caractère asocial de son désir. Cette négation, cette amputation sont tout à la fois des actes conscients et inconscients qui refoulent, répriment et subordonnent.
Commenter  J’apprécie          60
lanard   12 octobre 2016
L'imaginé, l'imaginaire & le symbolique de Maurice Godelier
Nous avons vu que les enfants savent bien que leur ours en peluche ne fait pas pipi, mais ils font semblant d'y croire. Ils savent dans ce cas que l'impossible n'est pas possible. Cependant à partir de quatre ans ils commencent également à croire que l'impossible est parfois possible. Toute une série d'expériences a en effet démontré que les enfants vers quatre ans ont compris plusieurs des contraintes qui existent dans le monde qui les entoure à savoir:

- qu'on ne peut pas créer de la matière à partir de rien;

- que les objets inanimés ne bougent pas ne changent pas d'eux-mêmes leur forme ou leur identité, de même qu'ils ne cessent pas d'exister ou ne peuvent disparaître par eux-même;

- que des processus complexes tels que grandir et vieillir sont irréversibles.

Les enfants ont donc déjà une expérience concrète de plusieurs aspects du monde des objets inanimés qui les entoure: leur non-autocréation, leur non-autonomie, leur inertie, leur permanence, la stabilité de leur forme et de leur identité. Et c'est seulement lorsqu'ils sont confrontés effectivement ou en imagination à des violations de ces contraintes déjà évidentes pour eux qu'ils vont s'ouvrir à des explications relevant de la magie et de causes surnaturelles que les adultes leur proposeront*.



Les deux attitudes - que l'impossibilité ne sois pas possible et que l'impossible soit parfois possible ne s'excluent pas alors dans la tête d'un enfant. Elles renvoient à des contextes différents. Un enfant en effet et capable d'imaginer ce qui pourrait se passer si telle ou telle contrainte dont il a fait l'expérience était violée. Les montagnes se mettaient à marcher, on pourrait les fendre en deux d'un coup de poing, etc. Les héros des contes de fée ou des jeux vidéo le font régulièrement parce qu'ils sont dotés de pouvoirs que n'ont pas les humains. D'un coup de baguette magique, la mauvaise fée peut faire surgir un monstre qui barre la route du héros, etc. Tous ces événements sont "contre-intuitifs", c'est-à-dire se déroulent dans un monde imaginaire qui ressemble à et en même temps diffère de celui dont l'enfant a commencé à avoir l'expérience et la connaissance. Or ce ne sont pas les enfants inventent les contes de fée ou les mangas. Ce sont des adultes qui les ont imaginés et fait exister. Et ce sont les adultes qui disent aux enfants lorsqu'ils continuent à croire au Père Noël qu'ils sont maintenant "trop grands" pour continuer à y croire. Ce sont les mêmes adultes qui, dans une famille chrétienne, vont dire chaque soir à leurs enfants: "N'oubliez pas de faire votre prière avant de vous coucher". Qu'est-ce qui légitime le fait que l'on doit d'un côté cesser de croire à ce qu'on nous a fait croire et de l'autre qu'on ne doit pas le faire? Si on peut le faire d'un côté, pourquoi ne pourrait-on pas le faire de l'autre, c'est-à-dire mettre en doute une croyance religieuse et même la détacher entièrement de soi comme ont le fait de la croyance au Père Noël, juste bonne pour les enfants? Qu'est-ce donc que croire?



* The work of the Imagination, chap. 8, "Beyond Possibility", p. 161-185.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
steka   15 avril 2013
L'énigme du don de Maurice Godelier
En se "matérialisant" dans les rapports sociaux, l'imaginaire devient une part de la réalité sociale.
Commenter  J’apprécie          40
steka   15 avril 2013
L'énigme du don de Maurice Godelier
Il y a plus dans l'être social de l'homme que l'addition de ses besoins ou de telle et telle nécessités sociales. Ceci tout simplement parce que les hommes ne se contentent pas de vivre en société et de la reproduire comme les autres animaux sociaux, mais doivent produire de la société pour vivre.
Commenter  J’apprécie          20
Lunedor   13 avril 2016
Au fondement des sociétés humaines : Ce que nous apprend l'anthropologie de Maurice Godelier
Mais, pris ensemble, l'Imaginaire et le Symbolique n'épuisent pas le contenu des réalités sociales que les humains produisent et reproduisent au cours de leur existence. Car des rapports sociaux, quels que soient leurs contenus d'idéalités imaginaires et leurs dimensions symboliques, se construisent pour répondre à des enjeux qui, eux, ne sont pas seulement imaginaires ni purement symboliques.
Commenter  J’apprécie          10
lanard   12 octobre 2016
L'imaginé, l'imaginaire & le symbolique de Maurice Godelier
Chapitre VII

L'Art ou De l'imaginé-imaginaire à l'imaginaire matérialisé



Avant d'aborder les problèmes de la place et du rôle de l'imagination dans la création artistique, il est essentiel de définir ce que nous appellerons des pratiques artistiques et d'en montrer l'extension et l'universalité. Par pratique artistique nous désignons tout ce que les humains ont inventé pour "s'embellir" eux-mêmes, se soucier de leur apparence et pour introduire de la "beauté" dans les rapports qu'ils ont produits non seulement entre eux mais entre eux et la nature et avec les entités invisibles dont l'existence et les actions leur semblaient peser sur leur destin, à savoir les dieux, des esprits et leurs ancêtres. Et ceci se rencontre à toute époque et dans toutes les sociétés quelle que soit la manière dont chacune définit ce que c'est que "d'être beau" ou "rendre beau".
Commenter  J’apprécie          00
mathieupl   11 mars 2011
L'idée et le matériel de Maurice Godelier
Il faut plus qu’une évolution de la pensée en elle-même et sur elle-même pour que des rapports sociaux cessent d’apparaître comme légitime, et que, dans ce processus, la pensée en vienne à s’opposer à elle-même.
Commenter  J’apprécie          10
lanard   14 octobre 2016
L'imaginé, l'imaginaire & le symbolique de Maurice Godelier
Prenons le cas des masques, statues, peintures, icônes, etc. fabriqués pour rendre présents un esprit ou un dieu dans une statue ou un masque ce n'est pas le représenter, c'est le "présentifier", lui offrir un réceptacle qui serve à le rencontrer, où il viendra nous écouter chaque fois qu'on s'adressera à lui, de façon rituelle ou informelle. Rituelle signifiant selon un code prescrit qui impose des paroles, des postures, des gestes (génuflexion, prostration, inclinaison de la tête, silence ou contraire chants de transes), etc.
Commenter  J’apprécie          00
Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Inventions et découvertes

Confronté à une situation l'empêchant de lire et d'écrire, ce très jeune homme a mis au point un astucieux système d'écriture qui se lit du bout des doigts et qui s'écrit avec une tablette et un poinçon.

l'écriture cyrillique
l'écriture morse
l'écriture braille
l'écriture musicale
l'écriture cunéiforme

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : Inventeurs , ScientifiquesCréer un quiz sur cet auteur