AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.62 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : Roumanie
Né(e) à : Botoșani , le 08/09/1909
Mort(e) à : Roman , le 31 mai 1938
Biographie :

Écrivain roumain, fils d'un commerçant juif, il part étudier la médecine à Paris après l'obtention de son baccalauréat. En 1928, les médecins lui diagnostiquent le "mal de Pott". Il renonce dès lors à ses études afin de se faire soigner.

Il publie un premier texte en 1930 puis contribue à la revue d'André Breton. En 1935, ses parents l'installent dans une maison de Roman, où il continue d'écrire jusqu'à sa mort en 1938.



Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
Tandarica   12 novembre 2014
Coeurs cicatrisés de Max Blecher
– Que me voulez-vous ? demanda Ernest avec beaucoup de calme.

– Vous me demandez ce que je veux ? Vous buvez, vous vous enivrez – vous tirez au fusil… C’est quoi ici, un sanatorium ou un bistrot ?

– Bordel, s’exclama, imperturbable, Ernest. Et de crier à son tour :

– Que voulez-vous ? Qui vous envoie ? Qui a tiré au fusil ? Avez-vous perdu l’esprit ? Vous voyez bien que je viens à peine de me réveiller à cause des coups de fusil, quelqu’un a tiré dans la rue… C’est à moi de jouer aux gendarmes ? Renseignez-vous sur qui a tiré et laissez-moi en paix !

Dans la pièce d’à côté, on cogna au mur pour que cesse le scandale.

– Les coups de fusil venaient d’ici, s’acharnait à nouveau la voix stridente du dehors. Je vais appeler le directeur…

Ernest déverrouilla la porte et, d’un mouvement brusque, l’ouvrit largement.
Commenter  J’apprécie          320
Francharb3   16 septembre 2014
Coeurs cicatrisés de Max Blecher
« – Que ferais-je encore d’une vie ordinaire? Que pourrait-elle encore avoir d’inouï pour moi? Brossage de dents, déjeuner, café au lait le soir, et ça tous les jours, peu importe si dans la journée une catastrophe ferroviaire s’est produite quelque part ou si un membre de ma famille est mort. Plus je me brosserai les dents, plus je prendrai des repas, plus je serai moi-même. Comprends-tu ? Comprends-tu quel animal effroyablement monotone je deviendrai?»
Commenter  J’apprécie          320
Tandarica   12 novembre 2014
Coeurs cicatrisés de Max Blecher
Juste en face, sur le banc, de jeunes parents qui emmenaient leur enfant au sanatorium. C’était un garçonnet chétif et pâle, qui portait des habits de marin, et dont la jambe était bandée. Ses bras fins et fatigués pendaient comme ceux d’une poupée de chiffon. Sa mère le tenait dans ses bras. L’enfant promenait du regard une intense expression d’incompréhension à travers la voiture et examinait avec curiosité tous ces inconnus.

La voisine d’Emmanuel, une petite vieille qui portait le deuil, l’interpella soudainement :

– Tu vas à Berck ? demanda-t-elle. Tu es malade ?

Elle criait très fort pour couvrir le double bruit du train et de la conversation généralisée :

– Où est-ce que tu as mal ? Ici ?… Là ?

Elle montra les lombes, ensuite le dos.

– Oui, ici, dans le dos, répondit Emmanuel.
Commenter  J’apprécie          310
Tandarica   15 décembre 2019
Corps transparent de Max Blecher
Promenade marine



(à I. Ludo)



Rouge, le sang marin circule dans les coraux

Le cœur profond des eaux siffle dans mes oreilles

Je suis au fond du cercle de vagues

Dans le cellier des eaux profondes

Dans la lumière assassinée de la funeste bouteille

De petits poissons, jouets de platine

Parcourent ma chevelure flottante

De grands poissons, troupeaux de chiens

Aspirent en vitesse les eaux. Je suis seul

Je lève la main et constate son poids liquide

Je songe à une roue dentée, à un palmier

En vain je tente de siffler

On dirait que je traverse la masse d’une mélancolie

Et qu’il en a toujours été ainsi

Mi-beauté, mi-tristesse.
Commenter  J’apprécie          300
Tandarica   14 mars 2020
Coeurs cicatrisés de Max Blecher
« L’éréthisme d’un tel homme ne pourrait être autrement que rigoureusement organisé », songea encore Emmanuel avec une infinie tristesse. Une manière comme une autre d’éprouver de l’amour-propre.

(p. 27)
Commenter  J’apprécie          310
Francharb3   12 septembre 2014
Coeurs cicatrisés de Max Blecher
« – Celle-là appartient à l’équipe de consolateurs professionnels de Berck, dit Isa dès que la porte se referma. C’est une espèce extrêmement abjecte de personnes qui n’ont absolument rien à faire de leur journée et viennent offrir aux malades quantité de charité bon marché. Je bois un thé par-ci, je mange un casse-croûte par-là. Puis elle revient chez elle, rassasiée, la panse remplie et la conscience satisfaite d’avoir accompli une bonne action…»
Commenter  J’apprécie          260
Francharb3   16 septembre 2014
Coeurs cicatrisés de Max Blecher
Ce qui m’a le plus étonné (absurdement, bien sûr) à Paris, c’est de n’avoir aperçu aucun carrosse avec un malade à l’intérieur. J’ai découvert un jour au coin d’une rue un invalide dans un chariot mécanique et j’ai voulu lui foncer dedans, l’embrasser et le serrer dans mes bras comme si ç’avait été un frère. Mais tu ne sais que trop bien que, dans la vie, précisément les gestes les plus sensés sont interdits.
Commenter  J’apprécie          260
Tandarica   28 octobre 2017
Corps transparent de Max Blecher
Amour : phalène

à Geo Bogza

Amour, des noirs ports la phalène

Lumière parfumée des vastes tropiques

Pensée longue et douce de rayon, martyrisant comme la mer

Et l’horizon enflammé, piège hermétique



Amour urbain d’ombres dans des rues à réverbères

Aux secrètes paroles dans la mort ensevelies

Aux pages lentement tournées dans d’inutiles albums

Amour d’après-midi dans de vagues pièces closes



Amour à l’âpre odeur de glaise et de semence sous l’herbe haute

Comme un cheval, de la saison estivale engrossée par les graines

Amour dans des mouchoirs pleuré ou lent, qu’on rit au soleil

À la fine peau blanche ou aux mains vieillies



Amour, réseau du monde dans lequel les gens pris

Dansent : pantins sérieux et fous.
Commenter  J’apprécie          252
Tandarica   07 juin 2017
Corps transparent de Max Blecher
Pensée



Tes mains sur le piano tels deux chevaux

Aux sabots de marbre

Tes mains sur les vertèbres tels deux chevaux

Aux sabots de roses

Tes mains dans l'azur comme deux oiseaux

Aux ailes de soie

Tes mains sur ma tête

Telles deux pierres pour une seule tombe...



[Gând



Mâinile tale pe piano ca doi cai

Cu copita de marmură

Mâinile tale pe vertebre ca doi cai

Cu copita de trandafiri

Mâinile tale în azur ca două păsări

Cu aripi de mătase

Mâinile tale pe capul meu

Ca două pietre pe un singur mormânt...]

p. 22
Commenter  J’apprécie          241
gouelan   15 janvier 2020
Coeurs cicatrisés de Max Blecher
Emmanuel jeta un dernier coup d’œil derrière lui à la petite gare blanche et aux glycines roses aux fenêtres. Quelqu'un tira alors le rideau, faisant ainsi disparaître le paysage, comme si on l'avait coupé aux ciseaux.
Commenter  J’apprécie          240
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes mieux connus du siècle passé 2

En ce temps-là j'étais en mon adolescence / J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus / de mon enfance / J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance / J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers / et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours / Car mon adolescence était si ardente et si folle / Que mon cœur tour à tour brûlait comme le temple / d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou / Quand le soleil se couche. / .................................... - Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ?

Paul Valéry
Paul Fort
Blaise Cendrars
Charles Péguy
Pierre Mac Orlan
Jean Tardieu
Matéi Visniec

7 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie française , poésie en prose , poésie contemporaine , poésie française contemporaine , poésie roumaineCréer un quiz sur cet auteur