AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.31 /5 (sur 63 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , 1971
Biographie :

Maxime-Olivier Moutier (1971 - ) est un écrivain et psychanalyste québécois, né à Montréal.

Il a étudié la psychologie, la littérature et la théologie pastorale à l'Université de Montréal et l'Université de Sherbrooke. Il a été animateur pour la télévision de Radio-Canada, assure un séminaire de psychanalyse dans un centre de crise de Montréal, est père de trois enfants et poursuit ses recherches sur Lacan.

Après cinq ans de silence, Les trois modes de conservation des viandes (éditions Marchand de feuilles) marque le début d'un nouveau cycle d'écriture pour Maxime-Olivier Moutier.



Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'écrivain Maxime Olivier Moutier reçoit Mathieu Arsenault, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère. Les libraires en coulisses, une initiative de l?Association des libraires du Québec (ALQ) et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), ont présenté des rencontres passionnantes lors du Salon du livre de Montréal 2014 avec des écrivains, notamment Janette Bertrand, Michel Tremblay, Katherine Pancol, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère. Réalisation et montage : Jessica Gélinas

+ Lire la suite

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Renoncule   21 février 2016
Journal d'un étudiant en Histoire de l'Art de Maxime-Olivier Moutier
Faut-il des artistes et des penseurs pour nous faire voir ce que nous ne voyions pas jusque-là? Ce que nous nous refusions de voir au jour le jour, tout aveuglés et occupés que nous sommes à faire ce que nous avons à faire?
Commenter  J’apprécie          60
Renoncule   16 février 2016
Journal d'un étudiant en Histoire de l'Art de Maxime-Olivier Moutier
Toujours Paris. Je suis renversé par les Nymphéas. Pourquoi tout à coup? Je n'ai jamais affectionné Monet, ni les impressionnistes. Ce n'est pas la première fois que je les vois, dans ces salles spécialement conçues pour eux à l'Orangerie. Mais là, je comprends. Avec l'art, la notion de temps compte pour beaucoup. Il y a des choses que l'on ne comprend pas, puis tout à coup, dix ans plus tard, vingt ans plus tard, nous frappent avec conviction.
Commenter  J’apprécie          30
Madame_lit   30 décembre 2015
Journal d'un étudiant en Histoire de l'Art de Maxime-Olivier Moutier


Je désirerais de plus en plus enseigner au cégep. […] Des étudiants intéressés, et d’autres pas du tout, mais que j’aurais conduits de force dans des musées, et à qui j’aurais pu à mon tour présenter des diapositives et des documents PowerPoint, assis dans le noir. Pour leur expliquer que l’importance de l’art est indiscutable. […] J’aurais voulu avoir des étudiants pareils aux étudiants que l’on retrouve en ce moment sur le marché des étudiants. Bien de leur âge et capables d’en prendre. Ouverts à toutes les propositions et pas encore complètement aliénés au monde de demain. Capables d’encaisser et de comprendre ce qu’il y a d’extraordinaire chez Daniel Buren, Anish Kapoor ou Ron Mueck. Des fois que ce genre de vétilles arriveraient à leur communiquer l’envie de rester vivants. Même aux jours les plus noirs de leur vie future, quand ils n’auront peut-être fait que de mauvais choix. J’aurais fait là un travail presque aussi efficient que celui que se fait parfois dans un centre de crise. (p. 454-455).

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Pixie_dust   07 janvier 2020
Scellé Plombé de Maxime-Olivier Moutier
Le scellé plombé est le quatrième mode de conservation des viandes. Il s'agit d'une pratique abandonnée aujourd'hui, qui consistait à tremper des pièces de viande dans du plomb fondu, afin de les sceller et de neutraliser leur putréfaction naturelle. (...) La viande ainsi exposée à cet élément était une viande empoisonnée. Mais nous ne le savions pas. Le scellé plombé est un mode qui préserve, mais qui tue.
Commenter  J’apprécie          10
M-Pi   13 février 2014
Scellé Plombé de Maxime-Olivier Moutier
Tout imprégnait pour toi un sentiment de perte et de fin des choses. Non plus la fin du monde, mais l'écroulement de ton histoire.
Commenter  J’apprécie          20
Madame_lit   30 décembre 2015
Journal d'un étudiant en Histoire de l'Art de Maxime-Olivier Moutier
J’ai trente-sept ans. Je tente une sorte de retour aux études, parce que la vie telle qu’elle est ne me stimule plus du tout. Je m’y ennuie. Et comme les voyages dans l’espace, sur une autre planète lointaine, sont hors de prix, je me rabats sur l’université. Je me demande si je fais bien. (p. 7)
Commenter  J’apprécie          10
taktic66   28 juin 2013
Rita tout court de Maxime-Olivier Moutier
Des conseils, j'en prends, mais les meilleurs conseils, j'me les donne moi-même tout seule.
Commenter  J’apprécie          20
sweetie   21 octobre 2017
Journal d'un étudiant en Histoire de l'Art de Maxime-Olivier Moutier
Les Grecs ne perdaient pas leur temps. C'est moi qui le sais, grâce à mon expérience comme intervenant dans un des centres de crise du Grand Montréal. Moi qui sais d'une certaine façon de quoi souffrent à peu près nos contemporains, trop concentrés sur leur bonheur et la réalisation de soi, et trop peu enclins à lire les textes que nous ont laissés ces Grecs. Trop peu intéressés à aller chercher dans la littérature des réponses aux questions qui non seulement les tarabustent, mais les empêchent de vivre heureux. Ces questions, que d'autres, bien avant eux, se sont posées avec sérieux et gravité.
Commenter  J’apprécie          00
taktic66   28 juin 2013
Rita tout court de Maxime-Olivier Moutier
Moi je dis dans l'amour, y a de l'amour, mais y a aussi du méchant dans l'amour.
Commenter  J’apprécie          20
sweetie   21 octobre 2017
Journal d'un étudiant en Histoire de l'Art de Maxime-Olivier Moutier
Il est donc difficile de documenter adéquatement une performance. Celle-ci reste pourtant de l'art. La performance ressemble peut-être à l'existence des êtres humains qui vivent et qui attendent, tout en ne laissant derrière eux que quelques photographies. Ils finissent tout de même et malgré tout par mourir. De leur belle mort ou par inadvertance. En ne laissant que des souvenirs momentanés dans le coeur de ceux qui les auront vus performer au quotidien, vivre et respirer.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Apprenez à connaître et à aimer Françoise Dorléac

En 1952, elle double en français, l'actrice allemande Elsbeth Sigmund, qui joue le rôle principal, une jeune orpheline gardienne de chèvres en Suisse, dans le film de Luigi Commencini adapté du roman éponyme de Johanna Spyri.

Annette
Bécassine
Heidi
Ursula

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..