AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 111 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 18/05/1928
Biographie :

Michelle Perrot, née Michelle Roux, est une historienne et militante féministe française.

C’est au milieu d’une carrière universitaire brillante, d’abord consacrée au mouvement ouvrier, qu'elle s’est imposée comme une des grandes historiennes des femmes.

Née dans la petite bourgeoisie catholique parisienne, élevée dans un collège religieux de jeunes filles, soit une "éducation typiquement féminine", Michelle Perrot découvre la Sorbonne en 1946 et l’histoire sociale tournée vers le mouvement ouvrier. En 1953, elle épouse un autre historien, Jean-Claude Perrot ; par la suite, elle fera toute sa carrière sous son nom d'épouse.

Catholique, elle connaît l’attraction du communisme, dont elle s’éloigne à partir de 1957, se consacrant comme beaucoup de ses proches à l’action contre la guerre d’Algérie. Marquée par Mai 1968 où elle participe comme maître-assistante aux multiples activités de la Sorbonne occupée, elle connaît ensuite sa "conversion féministe" en liaison avec l’essor du mouvement des femmes.

Après avoir soutenu, en 1971, sa thèse sur "Les ouvriers en grève (1871-1890)", elle s’engage dans le domaine nouveau qu’est l’histoire des femmes, donnant ses premiers cours sur ce thème en 1973. Elle est nommée professeure à l’Université Paris VII - Denis Diderot, dont elle est aujourd'hui professeure émérite d’histoire contemporaine.

De ses multiples études, communications et conférences, dont beaucoup sont reprises dans son recueil "Les Femmes ou les silences de l’Histoire" (Flammarion, 1998) se dégage le souci de restituer, de reconstituer une histoire globale dont les femmes cesseraient d’être exclues.

Elle co-dirige avec Georges Duby la première grande synthèse que sont les cinq volumes de l’"Histoire des Femmes en Occident, de l’Antiquité à nos jours" (Plon, 1991-1992).

Michelle Perrot a longtemps collaboré au quotidien "Libération" ; elle a co-produit et co-présenté l'émission Les Lundis de l'Histoire, sur France Culture jusqu'à son arrêt en juin 2014.
+ Voir plus
Source : itinerairesdecitoyennete.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
En 2009, Michelle Perrot publiait "Histoire de chambres" aux éditions du Seuil. L'historienne explique que la chambre est devenue le lieu de l'intimité au fil du temps. Si elle devait rajouter un chapitre à cette histoire qui se déroulerait lors du premier trimestre 2020, elle opterait pour une enquête dans les chambres confinées. "L'espace introduit des différences fondamentales dans la manière dont nous vivons", affirme l'historienne.
Podcasts (5) Voir tous

Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
Annette55   27 novembre 2018
George Sand à Nohant : Une maison d'artiste de Michelle Perrot
"Les papillons ne sont que des fleurs envolées un jour de fête où la nature était en veine d'invention et de fécondité ."
Commenter  J’apprécie          302
kielosa   20 mai 2018
Mélancolie ouvrière: "Je suis entrée comme apprentie, j'avais alors douze ans..." (Lucie Baud) de Michelle Perrot
" Privés d'avenir, les révolutionnaires investissent le passé de leur espoir déçu."



(page 34)
Commenter  J’apprécie          290
berni_29   21 mai 2020
Histoire de chambres de Michelle Perrot
Ces chambres foisonnantes, énigmatiques, je les ai aimées pour les cicatrices de leurs murs, leurs murmures étouffés, leurs émotions contenues, leurs intrigues, leur densité existentielle et les sentiers forestiers de leur imaginaire. Tributaire des confidences et des « aveux du roman », surprise par leur puissance de suggestion, voire de confession pour chacun d'entre nous, j'ai eu parfois le sentiment d'être indiscrète. Mais plus encore de me heurter à l'éphémère et à l'inconnaissable. Le secret protecteur dont les habitants des chambres s'enveloppaient, leur silence, s'opposent pareillement à l'intrusion de l'historien. La chambre est un objet limite dont l'opacité déjoue les curiosités du chercheur, comme celles du pouvoir.

C'est sans doute une des raisons de sa séduction.
Commenter  J’apprécie          80
MegGomar   19 juin 2014
Les femmes ou les silences de l'histoire de Michelle Perrot
L'irruption d'une présence et d'une parole féminines en des lieux qui leur étaient jusque-là interdits, ou peu familiers, est une innovation du dernier demi-siècle qui change l'horizon sonore. Il subsiste pourtant bien des zones muettes et, en ce qui concerne le passé, un océan de silence, lié au partage inégal des traces, de la mémoire et, plus encore, de l'Histoire, ce récit qui, si longtemps, a "oublié" les femmes, comme si, vouées à l'obscurité de la reproduction, inénarrable, elles étaient hors du temps, du moins hors événement.

Commenter  J’apprécie          140
Fortuna   07 avril 2020
Mon histoire des femmes de Michelle Perrot
Les formes d'enfermement, de clôture des femmes sont innombrables : le gynécée, le harem, la chambre des dames du château féodal dont Jeanne Bourin a fait un roman à succès, le couvent, la maison victorienne, la maison close. Il faut protéger les femmes, cacher leur séduction. Les voiler. "Une femme en public est toujours déplacée", dit Pythagore. "Toute femme qui se montre se déshonore", écrit Rousseau à d'Alembert. Ce que l'on redoute : les femmes en public, les femmes en mouvement.
Commenter  J’apprécie          121
berni_29   21 mai 2020
Histoire de chambres de Michelle Perrot
La chambre a été un creuset de civilisation, à la fois productrice de normes, lieu de création et terrain d'expériences. Dans une longue généalogie, qui va de la chambre du roi à celle du palace, de la cellule du moine à celle de la prison, de la salle commune à la chambre particulière, elle répond aux représentations qu'on se fait du corps et de ses besoins. Lieu d'observation pour les enquêteurs, elle est moyen de surveillance et mode de régulation et de discipline pour ces ordonnateurs. Prêtres, moralistes, médecins, hygiéniste, psychologues l'ont investie, définissant sa disposition et ses horaires, son cubage d'air, son type d'occupation, les manières de dormir.

Architecte et décorateurs ont fixé son emplacement, coloré ses murs, l'ont tapisséee, ornée, meublée de styles variables. Le lit, antre du sommeil, autel de l'amour, tabernacle de la génération, a suscité une attention particulière, dans sa matérialité et ses pratiques, notamment le temps qu'on doit y passer. La chambre-boîte condense les soucis, voire les obsessions d'une société. L'ordre de la chambre reproduit l'ordre du monde dont elle est la particule élémentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SeriallectriceSV   29 septembre 2019
George Sand à Nohant : Une maison d'artiste de Michelle Perrot
[...] Il faut nous débarrasser des théories de 93 ; elles nous ont perdus. Terreur et Saint-Barthélémy, c'est la même voix [...]. Maudissez tous ceux qui creusent des charniers. La vie n'en sort pas. C'est une erreur historique dont il faut nous dégager. Le mal engendre le mal. Apprenons à être révolutionnaires obstinés et patients, jamais terroristes. » Une manière de testament politique de celle qui est « demeurée rouge dans son coeur ».
Commenter  J’apprécie          100
MegGomar   19 juin 2014
Les femmes ou les silences de l'histoire de Michelle Perrot
[...] leur posture normale [des femmes] est l'écoute, l'attente, le repli des mots au fond d'elles-mêmes. Accepter, se conformer, obéir, se soumettre et se taire. Car ce silence, imposé par l'ordre symbolique, n'est pas seulement celui de la parole, mais aussi celui de l'expression, gestuelle ou scripturaire. Le corps des femmes, leur tête, leur visage parfois doivent être couverts, et même voilés. "Les femmes sont faites pour cacher leur vie" dans l'ombre du gynécée, du couvent ou de la maison. Et l'accès au livre et à l'écriture, mode de communication distanciée et serpentine, susceptible et déjouer les clôtures et de pénétrer dans l'intimité la mieux gardée, de troubler un imaginaire toujours prêt aux tentations du rêve, leur fût longtemps refusé, ou parcimonieusement accordé, comme une porte entr'ouverte vers l'infini du désir.

Car le silence était à la fois discipline du monde, des familles et des corps, règle politique, sociale, familiale -les murs de la maison étouffent les cris des femmes et des enfants battus- personnelle. Une femme convenable ne se plaint pas, ne se confie pas, excepté chez les catholiques à son confesseur, ne se livre pas. La pudeur est sa vertu, le silence, son honneur, au point de devenir une seconde nature, l'impossibilité de parler d'elles finissant par abolir son être-même, ou du moins ce qu'on peut en savoir. Telles ces vieilles femmes murées dans un mutisme d'outre-tombe, dont on ne discerne plus s'il est volonté de se taire, incapacité à communiquer ou absence d'une pensée dissoute à force de ne pouvoir s'exprimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Annette55   05 novembre 2018
George Sand à Nohant : Une maison d'artiste de Michelle Perrot
" Aimer sans être aimée, c'est vouloir allumer

Une Cigarette à une cigarette déjà éteinte ."
Commenter  J’apprécie          80
MegGomar   19 juin 2014
Les femmes ou les silences de l'histoire de Michelle Perrot
Ce silence profond, les femmes n'y sont pas seules. Il enveloppe le continent perdu des vies englouties dans l'oubli où s'abolit la masse de l'humanité. Mais il pèse plus lourdement encore sur elles, en raison de l'inégalité des sexes, cette "valence différentielle" (Françoise Héritier) qui structure le passé des sociétés. Il est la donnée première où s'enracine la seconde : la déficience des traces relatives aux femmes et qui rend si difficile, quoique très différemment selon les époques, leur appréhension dans le temps. Parce qu'elles apparaissent moins dans l'espace public, objet majeur de l'observation et du récit, on parle peu d'elles, et ce, d'autant moins que le récitant est un homme qui s'accommode d'une coutumière absence, use d'un masculin universel, de stéréotypes globalisants ou de l'unicité supposée d'un genre : LA FEMME. Le manque d'informations concrètes et circonstanciées contraste avec l'abondance des discours et la profusion des images. Les femmes sont imaginées beaucoup plus que décrites ou racontées, et faire leur histoire, c'est d'abord, inévitablement, se heurter à ce bloc de représentations qui les recouvrent et qu'il faut nécessairement analyser, sans savoir comment elles-mêmes les voyaient et les vivaient, comme l'ont fait surtout, en l'occurrence, les historiens de l'Antiquité tels François Lissarague, déployant la bande dessinée des vases grecs, ou du Moyen-Age. On verra les perplexités d'un Georges Duby, scrutant les images médiévales, ou d'un Paul Veyne, disséquant les fresques de la Villa des Mystères. L'un et l'autre concluent au caractère mâle des oeuvres et du regard et s'interrogent sur le degré d'adhésion des femmes à cette figuration d'elles-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..