AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.52 /5 (sur 907 notes)

Nationalité : Chine
Né(e) à : Gaomi (Shandong) , le 17/02/1955
Biographie :

Guan Moye dit "Mo Yan" est un écrivain chinois.

Né dans une famille de paysans pauvres du Shandong, Mo Yan a longtemps vécu au cœur de la campagne chinoise, dont le souvenir nourrit son œuvre. Il quitte l'école pour travailler aux champs dès la fin de ses études primaires. En 1979, il s'enrôle dans l'armée.

Il commence à écrire en 1981 et entre en 1984 à l'Institut de l'art de l'armée de libération. Il atteint la notoriété avec "Le Clan du sorgho", qui est porté à l'écran sous le nom "Le Sorgho rouge" par Zhang Yimou en 1986. Ce dernier adaptera aussi "Le maître a de plus en plus d'humour" (1999) en 2000.

Après ses deux grands romans "Les Treize pas" (1989) et "Le Pays de l'alcool" (1993), la publication de "Beaux seins, belles fesses" (1995) confirme de manière éclatante son génie singulier.

"Grenouilles" reçoit le prix Mao Dun en 2011.

Le prix Nobel de littérature a été attribué en 2012 à Mo Yan, «qui avec un réalisme hallucinatoire unit conte, histoire et le contemporain».

Il a publié plus de quatre-vingt nouvelles et romans, des reportages, des critiques littéraires et des essais.
+ Voir plus
Source : Amazon
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Mo Yan prix Nobel de littérature .
Annonce du 11 octobre 2012
Podcasts (1)


Citations et extraits (347) Voir plus Ajouter une citation
gonewiththegreen   03 mars 2021
La mélopée de l'ail paradisiaque de Mo Yan
Un homme du peuple, même s'il est de fer , sera brisé par les fonctionnaires dans le creuset de la loi.
Commenter  J’apprécie          120
gonewiththegreen   05 mars 2021
La mélopée de l'ail paradisiaque de Mo Yan
Son visage était aussi ridé qu'un haricot qu'on a fait macérer dans de l'eau puis sécher au soleil.
Commenter  J’apprécie          102
bilodoh   22 juillet 2015
La Joie de Mo Yan
Vous aurez beau employer chiens-loups, couteaux de parachutiste, grenades à mains, lance-flammes, bombes lacrymogènes, bombes roses, DDVP, Fenvalérate, vermifuge, appareils d’écoute sans fil, télégraphe Morse, séduction féminine, ligatures des trompes, hypnotisme, intimidation, poulet croustillant, bière de Yimengshan, lunettes cerclées d’or, votre femme en mal d’amour, votre misérable père qui va tirer un coup au bordel, potions magiques haut de gamme, perquisitions et gendarmes, lampes de poche et bracelets de fer, complots et intrigues, belles paroles et phrases bien tournées, voue et serments, corruption et racolage, putain et putassiers, holothurie et nids d’hirondelles, sabots de chameau et pattes d’ours, concombre et aubergines… vous aurez bien du mal à ébranler ma volonté de fer.

(Points, p. 68)

Commenter  J’apprécie          250
Gwen21   08 avril 2015
Le grand chambard de Mo Yan
C'est vrai, l'argent ne peut pas tout, mais sans lui on ne peut rien.
Commenter  J’apprécie          260
Yassleo   13 octobre 2016
Le maître a de plus en plus d'humour de Mo Yan
Maître, si l'usine en est là, qu'elle aille se faire foutre, si les vers ne meurent pas de faim sous terre, jamais nous autres de la classe ouvrière ne mourrons de faim...
Commenter  J’apprécie          250
joedi   21 novembre 2017
Tranchant de lune et autres nouvelles contemporaines de Chine de Mo Yan
Deux compagnons – Deng Yiguang



Par cette température glaciale, même l'oiseau craint de s'envoler, de peur que ses ailes ne se glacent et que ses plumes ne se réduisent en poudre sous l'effet du froid.
Commenter  J’apprécie          220
rabanne   03 avril 2020
Beaux seins, belles fesses : Les enfants de la famille Shangguan de Mo Yan
Je savais marcher (*). Ma mère me serra fort contre elle et murmura : "Mon fils sait marcher, mon fils sait marcher.

- Les enfants, dit la tante solennellement, c'est comme une nichée d'oiseaux, quand ils doivent s'envoler, on ne peut pas les retenir.

(...) toute chose doit être considérée en regard de la hauteur du ciel et de la profondeur de la mer, et les plus inutiles, il suffit de les comparer à cime de la montagne ; mais il ne faut pas se faire du mal à soi-même. Tu comprends ce que je veux dire ?

- Oui", répondit ma mère.



(* à 7 mois !)
Commenter  J’apprécie          200
Gwen21   25 avril 2015
Le grand chambard de Mo Yan
[...] vu de dos, son corps était incomparable, il vous mettait l'eau à la bouche à vous faire crever de désir, vu de face, son visage grêlé avait de quoi vous faire crever de peur.
Commenter  J’apprécie          210
Renod   30 septembre 2016
Grenouilles de Mo Yan
- (...) Je te le dis, Xiangqun, mon cher enfant, il ne faut pas que cela suscite en toi admiration ou bien envie, l’argent, les belles femmes ne sont que choses passagères, tel un nuage flottant, ou de la fumée, seuls sont précieux la patrie, l’honneur, la famille.

- Troisième oncle, dit mon jeune neveu, comme vous pouvez être drôles, vous autres ! Les temps ont changé et toi tu es là à me dire encore des choses pareilles. »
Commenter  J’apprécie          200
Gwen21   09 avril 2015
Le grand chambard de Mo Yan
Un grand voyou tient souvent un peu du héros et, à l'inverse, un grand héros a aussi en lui de la graine de voyou.
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mo Yan

Mo Yan est , à ce jour, le seul prix Nobel de littérature chinois. Mais en quelle année a -t-il obtenu ce prix ?

1955
2010
2019
2012

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Mo YanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..