AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021108408
128 pages
Seuil (14/03/2013)
3.29/5   36 notes
Résumé :
« J'espérais avoir à mon tour une telle occasion, aller au combat, devenir un héros, en revenir pour recevoir mérite et promotion. Si je mourrais au champ d'honneur, mon père et ma mère auraient alors le statut de « parents de martyr », cela changerait la situation politique de la famille et, du coup, ils ne m'auraient pas mis au monde ni élevé pour rien. »Mo YanDans
Le Grand Chambard, une autobiographie romancée, à moins que ce ne soit un court roman autobio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,29

sur 36 notes
5
0 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
1 avis

Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  16 avril 2021
"Dans le Grand Chambard, une autobiographie romancée, à moins que ce ne soit un court roman autobiographique, Mo Yan, mêlant bribes et anecdotes [euh, c'est quoi, des bribes ???], retrace son parcours et celui de tous les Chinois [ben voyons !], au coeur des mutations brutales de la Chine depuis Mao." : voilà ce que nous raconte la quatrième de couverture. Et vous savez à quel point j'aime les quatrièmes de couvertures ! Là, c'est le suspens total, on en est à se demander avec appréhension si on a plutôt dans les mains une autobiographie romancée ou un roman autobiographique, ce qui relève carrément de la question existentielle, n'ayons pas peur des mots. On pouvait difficilement faire plus accrocheur. Bref. Autre question (elle est de moi, donc moins intéressante, j'en ai conscience) : pourquoi relire Mo Yan alors que j'avais conservé un souvenir très médiocre de ma première rencontre avec cet auteur ? C'est la faute de Meps et de son challenge Nobel, bien entendu !

Il y a bien des années de ça, j'avais emprunté à la bibliothèque le Maître a de plus en plus d'humour, sans doute parce que j'avais vaguement entendu parler de Mo Yan comme d'un auteur en vogue. Je me pointe avec le livre chez ma psychanalyste (avec le covid, vous savez tous maintenant ce qu'est un psychanalyste, ce n'est donc plus un sujet tabou). À la fin de la séance, elle voit le livre posé nonchalamment à côté de moi et me dit : "Ah, vous lisez Mo Yan ?" Je réponds "Euh... oui", ce qui était un mensonge, vu que je n'avais même pas lu la première ligne du roman. Non pas que j'aie voulu lui mentir, mais ça aurait pris trop de temps de répondre que oui, mais non, qu'en fait je venais juste d'emprunter le livre avant de venir, et patati et patata. J'ai donc répondu "Euh...oui" au lieu de "En fait, je viens juste de l'emprunter et je ne l'ai pas commencé", ce qui n'aurait pas pris tant de temps que ça et n'aurait pas été un mensonge éhonté (oui, parce qu'en plus, j'ai attendu des mois avant de le lire). Toujours est-il que j'avais cru discerner dans ce "Ah, vous lisez Mo Yan" un truc du genre "Ah, vous lisez Mo Yan, c'est intéressant" (je n'avais pourtant jamais lu Nathalie Sarraute à l'époque). Mais ne vous méprenez pas, le "c'est intéressant" (qui n'avait pas été prononcé, notez bien), ne sonnait pas à mes oreilles comme le "c'est intéressant" d'un autre psychanalyste de ma connaissance utilisant de grosses ficelles et parlant à votre place (au point que vous vous demandez pourquoi c'est vous qui payez et pas l'inverse), je ne l'avais donc pas entendu comme un "c'est intéressant, qu'est-ce que ça peut bien cacher, ouh la la ?", mais plutôt comme un "bonne pioche, Mo Yan est un auteur intéressant". Ce qui confirmait l'idée que Mo Yan était décidément incontournable. Une fois que j'ai eu lu le Maître a de plus en plus d'humour, déception. Ma psychanalyste était faillible et j'avais perdu mon temps avec un écrivain qui ne m'avait asséné que des platitudes sur les mutations de la Chine.

Bon, ben voilà. Question platitudes, le Grand Chambard se pose là, lui aussi. Des anecdotes en veux-tu en voilà, des anecdotes, des anecdotes et des anecdotes, tout ça sur un fond historique qui va de 1969 à 2010. Déjà, j'ai envie de dire qu'en 2010, je vois pas bien ce que pouvait apporter un tel livre. Mo Yan a l'air de penser qu'il fait de grandes révélations aux Occidentaux sur, encore une fois, les mutations de la société chinoise. Sauf que, désolée pour lui, on n'est pas complètement incultes, on a lu d'autres auteurs chinois contemporains, on a vu des films de réalisateurs chinois contemporains et des documentaires sur la Chine, et on a vu des oeuvres d'artistes chinois contemporains depuis bien des années. Et une autobiographie censée retracer la grande histoire de la Chine qui oublie, comme par mégarde, de parler des événements de la place Tian'anmen en 1989, ben ça m'intéresse moyennement. Donc là, j'ai une question (oui, encore) : admettons que Mo Yan écrive dans l'avenir un roman autobiographique sur les années 2019-2025 (voyons large), est-ce qu'il va oublier, comme par mégarde, de parler du covid-19, des gens qu'on a traînés par les cheveux pour les enfermer de force chez eux, des lanceurs d'alertes disparus et des animaux domestiques, appartenant à des habitants de Wuhan ou d'ailleurs, ou bien encore errants, et massacrés à coups de batte par des policiers ? Et j'en passe, et j'en passe... Nan, parce que si c'est pour me proposer une espèce de fresque historique validée par le régime chinois, je me ne suis ni acheteuse, ni liseuse, ni rien de tout ça. La propagande, j'en m'en passe très bien, qu'elle soit chinoise, française, allemande, états-unienne, ou n'importe quoi d'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4520
Gwen21
  05 avril 2015
Miracle de la littérature, hier en occident médiéval, aujourd'hui en Chine communiste...
N'ayant jamais rien lu de Mo Yan, prix Nobel de littérature 2012, je suis doublement ravie d'avoir débuté sa connaissance avec un récit autobiographique et d'avoir choisi un récit si vivant, si personnel et si dépaysant.
Dans "Le grand chambard" ("Change" est le titre original), l'auteur et le narrateur sont une même et seule personne - même si ça ne peut jamais se réaliser tout à fait. de son adolescence dans sa province natale et son expulsion de l'école pour une impertinence qu'il n'a pas commise à son ascension sociale comme auteur, en passant par ses temps d'errance personnelle au sein de l'armée, souffrant de son manque de qualifications et frustré dans ses aspirations, Mo Yan nous ouvre les portes d'une Chine à plusieurs vitesses et dont les traditions ont reculé devant le communisme. Un parcours très éloigné de mes repères.
Pour moi qui ne connais vraiment pas grand chose à la culture chinoise, ni à son histoire, encore moins à sa littérature, ce récit a constitué une parfaite introduction et a su éveiller ma curiosité. D'autant plus que j'ai apprécié le style de son auteur qui, au premier abord, pourrait rebuter mais qui, en se développant, se laisse apprécier pour sa simplicité qui touche souvent à l'humilité. Mo Yan est un grand bavard, le lecteur le sent, lui-même l'avoue volontiers et pourtant, la narration reste assez directe et ne s'embarrasse que de rares digressions. Mon seul bémol sera pour le changement de rythme intempestif. Les deux premiers tiers du roman se déroulent en effet sur une période assez resserrée alors que le dernier tiers semble précipiter le lecteur un peu rapidement vers la sortie, en couvrant trente ans.
Une oeuvre brève à découvrir, ne serait-ce que pour se faire une idée de la plume de son auteur.

Challenge de lecture 2015 - Un livre traduit
Challenge ABC 2014 - 2015
Challenge PETITS PLAISIRS 2014 - 2015
Challenge AUTOUR DU MONDE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
nounours36
  04 août 2015
L'incipit de ce court roman démarre étrangement « Logiquement, je devrais commencer par écrire sur ce qui s'est passé après 1979, mais voilà, mes pensées toujours remontent bien au-delà de cette date, à cet après-midi d'un jour radieux de l'automne 1969, alors que les chrysanthèmes avaient pris leur teinte dorée et que les oies sauvages s'envolaient vers le sud. » Mo, fils de paysan moyen pauvre. Un enfant solitaire renvoyé de l'école, malchanceux. Mais il persévère et entouré de droitier « professeurs remisés à la campagne » .

Travaux des champs, puis dans une usine, puis engagé dans l'armée. Mo décrit le changement, il se fait petit à petit dans le monde chinois du Grand bond en avant à la révolution culturelle. Les codes en usage s'accompagnent d'une poignée de yuans.Le récit est ponctué de fait historique, le Gaz-51 avec la guerre de Corée, 1979 le conflit avec le Vietnam voisin. On suit la révolution culturelle, Il va rendre visite au mausolée de Mao et se rend compte que la fin de l'idole est un nouveau départ pour le pays. Il passera également par la place Tian'anmen en visitant Pékin
Un superbe récit, autobiographique. mais avec plein de tendresse, d'amour. Mo nous conte son parcours de villageois, pour gravir pas à pas les échelons afin de pouvoir écrire. L'usine et l'armée furent un tremplin pour une autre vie. Il reste malgré très pudique et nous conte les destins de ses amis proches He Zhiwu voyou ou héros ?, la belle Lu Wenli qu'il lie étroitement à sa vie et leur donnant une place prépondérante. Une écriture délicate, plein de clin d'oeil et de métaphores la balle de ping-pong dans la bouche de Liu le crapaud, des maximes parfois hermétiques pour nous autres occidentaux « la pousse de soja tombée dans les latrines et qui essaie de se faire passer pour un asticot à longue queue » ….
Un livre plein de charme, de mélancolies, du passé mais raconté avec un grand art. Mo le reconnait « Passé la cinquantaine, on ne se souvient pas des choses que l'on a sous les yeux, tandis que le passé, lui, se fait de plus en plus distinct. ». Et c'est avec bonheur que l'on lit ce grand désordre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Marti94
  24 juin 2018
Publié en 2010 "Le grand chambard" est un récit autobiographique de Mo Yan, prix Nobel de littérature 2012. Il raconte avec humour son enfance et sa jeunesse chinoise. Ses souvenirs remontent quarante ans en arrière, l'année 1969 à l'école primaire où ses camarades de classes étaient Lu Wenli qui excellait au ping-pong et He Zhiwu le pitre amoureux d'elle.
Mo va se faire renvoyer, accusé de s'être moqué du professeur Liu Tianguang qui a une grande bouche. Il raconte ensuite son espoir de devenir cadre après être entré dans l'Armée populaire de libération. Puis comment la littérature va s'imposer à lui et lui assurer un avenir.
Ce que j'ai aimé c'est le fil conducteur : les parcours de vies se mêlent à l'histoire d'un camion, un vieux Gaz-51, rescapé de la guerre de soutien à la Corée contre l'agression des États-Unis. C'est d'autant plus intéressant que j'ai lu ce livre en Chine et que j'ai bien retrouvé certains lieux décrits comme la place Tien an M'en ou le palais d'été à Pékin.
Par contre, on a l'impression que ce n'est pas toujours bien écrit mais je crois plutôt que c'est mal traduit. La traduction du chinois au français doit être assez compliquée mais quand même il y a des expressions comme "le gars, tu ferais mieux..." en s'adressant à quelqu'un, ce qui ne se dit pas. C'est gênant mais ce qui compte c'est l'histoire de Mo et à travers lui, la Chine de la fin du 20eme siècle et son développement vers une société plus individualiste.
Lu en juin 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Caro29
  15 juillet 2019
Le grand chambard a été une lecture agréable et instructive. Agréable parce que Mo Yan fait preuve de beaucoup d'humour et d'autodérision, que son histoire personnelle est très intéressante et que j'ai beaucoup aimé son écriture. Instructive parce que pour celui qui ne connaît pas ou peu l'histoire de la Chine (c'est mon cas), cette autobiographie de Mo Yan offre quelques éclairages sur ce pays, son histoire récente et sa politique.
Mais pour moi, il y a quand même eu un bémol : j'ai trouvé cette autobiographie de 120 pages un peu courte. L'auteur saute souvent du coq à l'âne et certains passages sont très rapides, certains épisodes de sa vie sont à peine esquissés. C'est très frustrant. En fait, Mo Yan a voulu rendre compte de son « grand chambard », de son ascension sociale puisqu'il était un gamin issu d'une famille de paysans « moyens pauvres » et qu'il est devenu riche et célèbre. Il n'avait donc pas forcément besoin de s'étendre sur plusieurs centaines de pages pour parler de sa scolarité chaotique, de ses fonctions à l'Armée populaire de libération et de son « entrée en littérature ». Peut-être. Mais pour ma part, ce format m'a « moyen plu ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
LaPresse   13 mai 2013
Pour ceux qui ne l'ont jamais lu et qui pourraient être découragés par l'ampleur de la tâche, ce petit livre autobiographique est un excellent moyen de découvrir son sens de l'observation acerbe et son humour teinté d'ironie.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   15 mars 2013
Camouflée sous le masque de la fable et de la parabole, l'oeuvre délicieusement satirique de Mo Yan ne cesse de s'attaquer aux deux grands tabous de son pays - le sexe et le pouvoir - en mêlant réalisme hallucinatoire et truculence rabelaisienne.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   29 avril 2015
Au début des années soixante, alors que notre campagne en était encore à ces instruments de production arriérés qu'étaient les chars à boeufs et les charrues en bois, la ferme était équipée d'une moissonneuse-batteuse produite en URSS [...]. La vue de cet engin avançant dans les vastes champs de blé en vrombissant fut pour nous un choc, non moindre que celui éprouvé par nos grands-parents en 1904, devant la locomotive de fabrication allemande, lors de l'inauguration de la ligne de chemin de fer Qingdao-Jinan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Caro29Caro29   14 juillet 2019
Nous avons aussi fait deux heures de queue pour entrer manger des raviolis au petit restaurant du carrefour Xidan, raviolis fourrés à la viande grasse, de ceux qui suintent la graisse quand on mord dedans ; ils étaient confectionnés à la machine dans le restaurant même. [...] A l'époque, j'avais trouvé que c'était là une belle invention : de ce côté-ci on faisait entrer farine, eau et viande, tandis que de l'autre, les raviolis tout prêts tombaient un à un dans la marmite d'eau chauffée à gros bouillons, c'était vraiment extraordinaire. Quand, de retour à la maison, j'avais raconté cela à ma mère, elle n'y avait accordé aucun crédit. A y repenser, les raviolis faits à la machine avaient plus de pâte que de viande, en cuisant, la moitié s'étaient ouverts, ils n'étaient vraiment ni beaux ni bons, pourtant, à l'époque, manger des raviolis faits à la machine au marché Xidan, c'était de l'eau pour le moulin de ceux qui voulaient fanfaronner une fois rentrés au pays. A présent, personne ne mange plus de tels raviolis depuis longtemps, sur toutes les enseignes de restaurants spécialisés, il est bien spécifié qu'ils sont fabriqués à la main. Autrefois encore, plus la viande était grasse, mieux c'était, à présent les raviolis végétariens sont à la mode. Les choses changent, c'en est un petit exemple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Gwen21Gwen21   05 avril 2015
Jiang Ziyun se trouvait dans le creux de la vague, alors qu'il vendait de la farine, il y eut un ouragan ; quand il vendit du charbon de bois, l'hiver fut doux ; enfin, comme il levait la tête vers le ciel tout en soupirant longuement, une fiente d'oiseau lui tomba dans la bouche.
Commenter  J’apprécie          170
Caro29Caro29   12 juillet 2019
Pékin, juste ciel, c'était donc Pékin ! Comment moi, pauvre gosse du canton de Dongbei à Gaomi, aurais-je pu imaginer que, le 18 janvier 1978, je me trouverais dans la capitale ! Je voyais des automobiles à la pelle, des blanches, des noires, et des jeeps vert prairie. Je voyais des gratte-ciel et de grands édifices en veux-tu en voilà. Et puis aussi plein d'étrangers au nez proéminent et aux yeux bleus. La superficie du Pékin de l'époque ne représentait même pas le dixième de ce qu'elle est aujourd'hui, mais, à mes yeux, la ville était si grande que j'en étais pris de panique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gwen21Gwen21   25 avril 2015
[...] vu de dos, son corps était incomparable, il vous mettait l'eau à la bouche à vous faire crever de désir, vu de face, son visage grêlé avait de quoi vous faire crever de peur.
Commenter  J’apprécie          210

Video de Mo Yan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Yan
Mo Yan prix Nobel de littérature .Annonce du 11 octobre 2012
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Mo Yan

Mo Yan est , à ce jour, le seul prix Nobel de littérature chinois. Mais en quelle année a -t-il obtenu ce prix ?

1955
2010
2019
2012

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Mo YanCréer un quiz sur ce livre