AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.73 /5 (sur 462 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1972
Biographie :

Nicolas Delesalle est grand reporter à l’hebdomadaire Télérama, après avoir suivi une école de journalisme (ESJ Lille). Il a notamment couvert les révoltes dans la capitale égyptienne.

Nicolas Delesalle est auteur de nouvelles qui lui ont valu le Prix des Lecteurs du livre numérique en 2013.

Il publie en 2015 son premier roman "Un parfum d’herbe coupée", suivi en 2016 par "Le goût du large", et en 2018 par "Mille soleils", son troisième roman.

Il sera rédacteur en chef d’Ebdo: hebdomadaire d'actualité original mais éphémère qui ne survivra que quelques mois, suite à un manque d'argent et à quelques polémiques éditoriales...

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Nicolas Delesalle vous présente son nouveau roman "N'habite plus à l'adresse indiquée" : Quelles sont ses inspirations ? Qui est réellement Sissi, cette factrice au grand coeur ? C'est à découvrir dans cette vidéo !
Citations et extraits (268) Voir plus Ajouter une citation
Nicolas Delesalle
fanfanouche24   12 décembre 2014
Nicolas Delesalle
On venait d'enterrer ma grand-mère, une petite ortie brune d'origine sicilienne qui souriait tout le temps. (p.11)
Commenter  J’apprécie          290
Bazart   12 avril 2015
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
Quand on a moins de huit ans, tous ceux qui ont plus de trente ans semblent décatis. "Je cours plus vite que toi". J'ai couru, vite, très vite dans ce chemin de terre. J'ai couru à en perdre haleine. J'ai couru à m'en arracher le cœur. Mais j'ai perdu. Ce jour-là, mon regard changea. Mon père n'était pas si vieux finalement. Mon regard changea, mais je ne lui dis rien. Nous avions le même orgueil.
Commenter  J’apprécie          260
fanfanouche24   13 décembre 2014
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
Dans sa nouvelle -Funes ou la mémoire-, Borges raconte l'histoire tragique d'un jeune homme de dix-neuf ans hypermnésique; sa mémoire enregistre en permanence chaque détail de sa vie avec une précision horlogère, inutile, et ces souvenirs jaillissent en permanence, chaque jour, l'empêchant de vivre vraiment; il finit par s'enfermer dans une pièce vide pour être sûr de ne plus rien enregistrer. Il faut être capable d'oublier, nous dit Borges, sans ce tri, nous ne pouvons plus exister. La vie, c'est l'oubli, l'oubli, c'est la vie. quel a été mon tri ? Qu'ai-je choisi de sceller dans ce machin cabossé qui me sert de mémoire et qui me définit ? (p.32)
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24   01 février 2015
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
Soudain esseulé, je m'en remettais à tous les autres, les adultes, les amis, les rencontres, quels sont les dix livres qui ont été les plus importants pour vous, quels sont ceux qui ont vraiment compté, je posais la question sans hésiter, en déposant un bout de papier et un stylo devant eux, et je repartais avec ma feuille griffonnée dans la poche. Ce n'était plus un bout de papier, c'était un parchemin secret avec un plan pour dix trésors. (p.97-98)
Commenter  J’apprécie          210
Ziliz   03 décembre 2013
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
[ souvenirs du narrateur, il avait 10 ans ]

(...) par où sort le sperme ? Cette question m'obsède et me rend fou. (...)

Un jour, mes parents ont laissé traîner une encyclopédie du sexe, éditée chez Larousse. J'ai fondu sur l'appât et j'ai commencé à compulser la somme. Tel un archéologue, je questionnais chaque image à la recherche du chaînon manquant. J'ai trouvé des réponses à des questions que je ne me posais pas, des questions que je ne pensais même pas possible d'être formulées. Tout était écrit, détaillé, schématisé, l'amour y était cartographié. Lire trois cents pages sur les différentes positions, du missionnaire à la levrette en passant par la pénétration latérale, la sodomie, la brouette japonaise, le tabouret à cinq pieds, le condor du Chili, la toupie rigolote, le 69, le 66, le 562, alors qu'on ne sait même pas par où sort le sperme, c'est comme parler du fonctionnement de l'océan à une goutte d'eau qui suinte au bout d'une stalactite. C’est effrayant.
Commenter  J’apprécie          205
fanfanouche24   29 janvier 2015
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
Les nuits d'été, les femmes abandonnent les autoroutes et la mélancolie aux hommes. (p.44)
Commenter  J’apprécie          220
beatriceferon   28 décembre 2014
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
On ne rend jamais assez hommage à ceux qui donnent. (page 89)



Jusque là, je n'étais jamais entré dans une librairie. J'avais peur des librairies comme j'avais peur des livres. A mes yeux, les librairies étaient des temples austères, les libraires des moines érudits et effrayants, il était évident que les libraires avaient lu absolument tous les livres qu'ils vendaient et il m'arrivait de scruter discrètement leur front, que je jugeais toujours bombé, en imaginant combien d'histoires dansaient là-dessous. (pages 95-96)



Pendant des années j'y (à l'école) ai admiré le jeu d'acteurs qui méritaient des statuettes et qui ne disposaient que de craies. (page 101)



Eux (les profs) sont là, debout sur l'estrade, sous les feux d'une rampe invisible, pour toute une vie, et nous ne faisons que passer. Ils sont les Bill Murray d'un Jour sans fin scolaire: ils nous séduisent toute une année, mais nous disparaissons en juillet et il leur faut tout recommencer, encore et encore. Pourtant, ils savent bien qu'en partant, nous les emportons avec nous, un peu. (page 102)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Myriam3   11 avril 2015
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
Je ne dormais jamais avant cinq heures du matin, ça me donnait un genre, je me prenais pour les mecs qui écrivaient les livres que je lisais.
Commenter  J’apprécie          200
fanfanouche24   29 janvier 2015
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
Ma mère ne s'invente pas, aucune mère ne s'invente, mais la mienne encore moins que les autres. J'ai dix ans et j'en suis amoureux. (p. 43)
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24   02 février 2015
Un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle
Le courage, c'est souvent de la peur qui se marche dessus. (p.184)
Commenter  J’apprécie          180
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..