AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.72/5 (sur 1676 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Olivier Barde-Cabuçon est un écrivain français, auteur de plusieurs romans policiers historiques.

Titulaire d'un master 2 en droit et d'un autre en ressources humaines, il est juriste pendant un temps dans un cabinet d'avocats, puis DRH dans un groupe international.

Il n'a pas oublié ses premières amours qui sont la littérature, l'histoire et le théâtre.

Il se lance dans l'écriture avec la publication en 2006 d'un roman historique intitulé "Les Adieux à l’Empire" dans lequel il nous fait revivre une épopée incertaine avec des personnages attachants et hauts en couleur emportés par le vent de l'histoire.

En 2010, "Le Détective de Freud" est la première incursion d'Olivier Barde-Cabuçon dans le roman policier historique.

En 2012 paraît "Casanova et la femme sans visage" qui remporte le Prix Sang d'encre. Il s'agit de la première enquête du Chevalier de Volney, surnommé le Commissaire aux morts étranges.

L'année suivante, "Messe noire", deuxième enquête de cette série policière se déroulant au XVIIIe siècle, est lauréate du Prix Historia du roman policier historique 2013.

"Carnaval des vampires", paru en 2018, traduit un intérêt ancien de l'auteur pour le sujet du vampirisme, que ce soit sur le plan littéraire ou folklorique.

Avec sa série d'enquêtes du "Commissaire aux morts étranges", il met sa passion pour le XVIIIe siècle au service de son écriture. Situées sous le règne de Louis XV, ses intrigues révèlent les parts d'ombre des Lumières.

Il a également signé une pièce de théâtre, "Portrait de l'artiste avec une balle dans la tête", jouée au Théâtre de l'Uchronie de Marseille en 2015.

Olivier Barde-Cabuçon vit à Lyon.

page Facebook : https://www.facebook.com/Olivier-Barde-Cabu%C3%A7on-1427143047562460/

Passionné d’intrigues et d’histoire, Olivier Barde-Cabuçon est notamment l’auteur, chez Actes Sud, d’une série se déroulant au XVIIIe siècle, saluée par la critique et récompensée par des prix polar prestigieux dont le prix Dora-Suarez 2020. Le cercle des rêveurs éveillés marque l’entrée de l’auteur au catalogue de la Série Noire.
+ Voir plus
Source : amazon.fr, Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Olivier Barde-Cabuçon   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion de la 19ème éditions des quais du polar à Lyon, Olivier Barde-Cabuçon vous présente son ouvrage "Hollywood s'en va en guerre" aux éditions Gallimard. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2706543/olivier-barde-cabucon-hollywood-s-en-va-en-guerre Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (447) Voir plus Ajouter une citation
- Encore un meurtre, constata son père d'un ton préoccupé. Ils ont recommencé. On a retrouvé ce pauvre hère entièrement vidé de son sang. Hallucinant... Quelque chose m'échappe !
Il paraissait perplexe.
- Qu'en dis-tu ? demanda sa fille d'un ton inexpressif.
- Que c'est mauvais pour le commerce !
Commenter  J’apprécie          360
Le temps, ça vous file entre les doigts. Le temps ça vous vole en douce un peu de vos espoirs, de vos passions, de vos souvenirs. Quant à votre corps, votre force, ils déclinent lentement comme la flamme chancelante des chandelles au bout de la nuit… Le temps, ça réduit de plus en plus le champ des possibles avant de vous clouer un jour dans un fauteuil au coin du feu, plus bon qu'à manger sa soupe en se tachant. On se sent volé de sa jeunesse comme si un roué aubergiste venait de vous arracher des mains un plat que vous commenciez à peine de goûter et d'apprécier.
Commenter  J’apprécie          310
- Non, je n'ai plus l'âge pour ces folies. Mon vieux cœur a suffisamment palpité dans ma vie. Il est temps qu'il s'arrête. La sérénité...
- La sérénité n'est jamais qu'un autre mot pour désigner la mort, rétorqua Violetta. On ne voit bien qu'avec le cœur, la raison voile le regard !
Commenter  J’apprécie          300
Vous êtes dure mais je vous sens toute bosselée de l'intérieur. Votre armure a dû absorber pas mal de coups.
Commenter  J’apprécie          240
Tout ce que désirent les gens est d'avoir ce qu'ils ne possèdent pas. De manière extravagante, c'est toujours ceux qui ont le plus qui souhaitent en posséder plus encore.
Commenter  J’apprécie          230
Je crois en Darwin, voyez-vous !
_ Oui, moi aussi je crois que l'homme descend du singe, mais pas la femme !
Commenter  J’apprécie          220
- Mon fils, la rumeur est le cheval au galop des gens médisants. Elle crée sans raison bien des mauvaise réputations et ce qui se dit, de la bouche à l'oreille des sots, passe aussitôt à la postérité.
Commenter  J’apprécie          190
Mon colt 45 est chambré en une munition de fort calibre, du genre qui évite au gus qui la reçoit d'avoir à se relever pour vous remercier de votre attention.
Commenter  J’apprécie          190
A trente-deux ans, Flynn l'intrépide faisait plus vieux que dans ses films. L'alcool et une vie trop débridée, même pour Hollywood. Pilier de bar et grand amateur de femmes, il disait très sincérement qu'il rentrait toujours dans un bordel avec le même intérêt qu'au Bristish Museum ou au Metropolitan Opera. A jeun, il était terrible, mais saoul, il devenait carrément intenable
Commenter  J’apprécie          180
Hattie McDaniel, la première femme noire à avoir remporté un Oscar pour son rôle de Mamma dans Autant en emporte le vent, n'avait même pas été invitée à la première du film ! Et à la cérémonie des Oscars, elle patientait dans le coin réservé aux Noirs.
Commenter  J’apprécie          183

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Olivier Barde-Cabuçon (1332)Voir plus

Quiz Voir plus

MOTS EN MUSIQUE : DJIAN/EICHER (4)

Quand tu traverses la pièce en ................ que tu passes devant moi.

rêvant
chemise
silence
chantant
riant

8 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe DjianCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..